Vendredi 20 Avril 2018
(AFP 29/01/18)
La Guinée équatoriale "protégera" l'ancien président gambien Yahya Jammeh, parti en exil il y a un an dans ce pays après avoir dû quitter le pouvoir en Gambie, a déclaré le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, assurant "être en accord" sur ce point avec l'Union africaine (UA). M. Obiang Nguema s'exprimait vendredi soir à la télévision nationale, à l'issue d'une visite de quelques heures à Malabo du président en exercice de l'UA, le président guinéen Alpha Condé. "Je crois que la position de protéger les anciens chefs d'Etat est une position correcte. Et précisément je félicite Alpha Condé qui m'a suggéré qu'il n'accepterait aucune demande d'extradition de Yahya Jammeh. Moi non plus je ne l'accepterai pas", a expliqué le président...
(RFI 29/01/18)
Après plusieurs heures de retard, les dirigeants du continent africain ont réussi à avancer dimanche 28 janvier sur les réformes proposées par Paul Kagame, officiellement désigné pour succéder au Guinéen Alpha Condé. Paul Kagame propose notamment une taxe à 0,2% sur les importations de certains produits. Une vingtaine de pays l'a déjà mise en place. Le chef de l'État rwandais veut aussi avancer sur la mise en place d'un marché commun car les enjeux économiques sont cruciaux pour l'Afrique. Pour s'autofinancer, l'Union africaine demande à chacun de ses Etats membres de taxer à 0,2% un certain nombre de produits importés. Et dimanche à la tribune, le président sortant de l'Union africaine, Alpha Condé, a révélé le nombre de pays qui...
(AFP 28/01/18)
Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis "respectent profondément" les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d'indignations provoqué par des propos insultants pour l'Afrique attribués au président américain. Dans cette lettre datée de jeudi et adressée aux chefs d'Etat rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l'Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d'Etat Rex Tillerson se rendrait sur le continent en mars, pour la première fois depuis qu'il est chef de la diplomatie américaine. Une source au sein de l'UA a confirmé l'authenticité du courrier, relayé sur les réseaux sociaux, ainsi que sa réception par la...
(AFP 26/01/18)
Le président gambien Adama Barrow a dit jeudi "attendre" l'arrivée de 500 soldats supplémentaires d'Ecomig, la force ouest-africaine en Gambie, afin de renforcer la sécurité dans son pays, un an après le départ en exil de son prédécesseur Yahya Jammeh. "Nous en avions réclamé 1.000 et 500 sont déjà déployés, mais ce n'est pas assez. Nous en attendons toujours 500 autres", a déclaré lors d'une conférence de presse M. Barrow, en évoquant la force de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), dont le mandat, prolongé à plusieurs reprises, court jusqu'en mai 2018.
(Jeune Afrique 25/01/18)
Un an après le départ de Yahya Jammeh, les Gambiens savourent leur liberté retrouvée mais ont surtout soif de changement. Catapulté à la tête du pays, le nouveau président peine à trouver ses marques et craint toujours un coup bas des partisans de son prédécesseur. De sa statue, à l’entrée de Banjul, il ne reste que des gravats. Contraint à l’exil le 21 janvier 2017, après avoir été défait dans les urnes, Yahya Jammeh vit désormais dans la moiteur de Malabo et ne fait plus trembler ses concitoyens. Oubliés la police politique, la sinistre prison de Mile 2 et les escadrons de la mort, qui ont fait régner la terreur pendant plus de vingt-deux ans. Les Gambiens sont à nouveau...
(Jeune Afrique 25/01/18)
Exilé en Guinée équatoriale depuis son départ de Gambie, Yahya Jammeh vit dans une villa d’État cossue de Sipopo, à une vingtaine de kilomètres de Malabo. Accusé de nombreux crimes, il ne devrait pourtant pas faire face à des juges de sitôt. « Nous ne sommes pas encore en mesure de le juger en Gambie. Nous avons besoin de temps », concède Abubacarr Tambadou, le ministre de la Justice, qui souhaite un « procès équitable » pour l’ex-président, s’il devait avoir lieu. En clair, le gouvernement compte attendre les conclusions de la commission Vérité, Réconciliation et Réparation – qui a deux ans pour faire la lumière sur les différents crimes commis par l’ancien régime – avant d’intenter quoi que ce...
(AFP 24/01/18)
Deux généraux de l'ex-président gambien Yahya Jammeh, qui l'avaient suivi dans son exil en Guinée Equatoriale, rentrés récemment dans leur pays, étaient détenus mardi par l'armée, a-t-on appris de sources concordantes. Les généraux Ansumana Tamba, ancien commandant de la garde présidentielle, et Umpa Mendy, ex-responsable de la protection rapprochée de Yahya Jammeh, "sont actuellement détenus à la caserne de Yundum, près de l'aéroport international de Banjul", a indiqué mardi à l'AFP une source militaire. Ils ont été arrêtés dimanche peu après leur retour de Guinée équatoriale, a déclaré lundi à la radio le chef d'état-major, le général Masanneh Kinteh, sans pouvoir préciser les raisons de ce retour ni les soupçons à leur encontre. Chacun d'entre eux a été arrêté à...
(Xinhua 24/01/18)
Le président de Gambie, Adama Barrow, a déclaré mardi que le poids de la dette, la crise de l'énergie et le mauvais état du réseau routier et des infrastructures restaient les principaux défis auxquels il avait été confronté pendant sa première année de mandat. "Comme vous le savez, le poids de notre dette n'est actuellement pas viable, et atteint 125% du PIB. Cela signifie qu'une grosse partie de nos revenus sert à rembourser la dette plutôt qu'à investir dans l'éducation, la santé ou d'autres projets de développement sociaux", a-t-il affirmé devant une assemblée de hauts fonctionnaires, réunis à la résidence présidentielle à l'occasion du premier anniversaire de son mandat. Outre les défis économiques, son gouvernement a également dû faire face...
(RFI 23/01/18)
En Gambie, au moins deux officiers proches de Yahya Jammeh ont été arrêtés dimanche 21 janvier. Jusqu’à présent, ils étaient en exil en Guinée Equatoriale avec l'ancien président gambien. Les raisons de leur retour dans le pays sont encore floues. Ils sont arrivés par avion mais avant d'être appréhendés, ils ont pu passer les contrôles de l'aéroport et rentrer chez eux sans être inquiétés. Ces deux généraux, très proches de l'ancien président, ont pris un vol depuis la Guinée Equatoriale, faisant escale au Maroc. Selon l'armée gambienne, ils sont arrivés à l'aéroport de Banjul très tôt dimanche...
(APA 23/01/18)
APA-Banjul (Gambie) - Deux soldats gambiens exilés l'année dernière avec l'ancien président Yahya Jammeh ont été arrêtés à Banjul le week-end dernier après être entrés clandestinement dans le pays, a rapporté le quotidien The Point de ce lundi. Il s’agit d’Ansumana Tamba, un ancien commandant de la garde présidentielle et Umpah Mendy, un proche collaborateur de l'ex-président Ils ont atterri à l'aéroport vendredi où ils ont effectué leurs formalités d’usage. Selon la même source, ils ont été interpellés dimanche par les services de sécurité. Les deux cadres de l’ancien régime, seraient actuellement en détention dans un camp militaire. Les deux hommes, qui sont en principe toujours membres de l'armée, sont accusés de violations flagrantes des droits de l’homme de 1994...
(RFI 23/01/18)
En Gambie, un groupe d’anciens migrants rapatriés de Libye l’année dernière a décidé d’agir face au départ en masse des jeunes du pays. Ils ont formé une association pour partager leur expérience et décourager les candidats au « back way », la route de la migration illégale vers l’Italie. Et pour toucher les jeunes les plus concernés, dans les villages les plus reculés, cette association nommée « Youths Against Irregular Migration » « Jeunes contre la migration illégale » organise des tours du pays. Le 15 janvier, durant une semaine, leur bus a parcouru la partie nord de la Gambie, à la rencontre des villageois. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180123-gambie-bus-ex-migrants-traversent-pa...
(Le Monde 23/01/18)
Après onze ans d’exil au Sénégal, le journaliste gambien Lamine Fatty est de retour au pays en ce lundi 8 janvier. A peine ses valises posées, le voilà qu’il s’empresse d’aller visiter ses confrères de The Voice, un tri-hebdomadaire devenu quotidien cette année. Sur place, les poignées de mains succèdent aux accolades, aux étreintes. « Je me sens si heureux de retrouver les confrères. Je sais que tout est à refaire dans ma vie mais je suis prêt à relever le défi », soupire-t-il le regard rempli d’espoir. Lamine Fatty a été accusé de diffusion de fausses nouvelles en 2006. Préférant éviter une justice aux ordres, il a quitté la Gambie. Comme lui, 110 journalistes ont été contraints de fuir...
(AFP 22/01/18)
Au soir du 21 janvier 2017, les Gambiens pouvaient à peine croire être délivrés de la poigne de fer de Yahya Jammeh. Un an après, le climat politique s'est adouci dans le pays, mais les difficultés économiques perdurent. Ancien militaire parvenu au pouvoir par un putsch sans effusion de sang en 1994, Yahya Jammeh s'était fait largement élire et réélire sans interruption jusqu'à sa défaite en décembre 2016 face au candidat de l'opposition, Adama Barrow. Son départ en exil pour la Guinée Equatoriale - épilogue d'une crise à rebondissements provoquée par son refus de céder le pouvoir - a suscité d'immenses espoirs dans cette ex-colonie britannique enclavée dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade côtière prisée des touristes. "Il...
(RFI 22/01/18)
Il y a un an, après six longues semaines de crise, Yahya Jammeh acceptait de quitter la Gambie. Un départ suivi du retour à Banjul depuis Dakar d'Adama Barrow. Le président est depuis soutenu par Macky Sall. Et depuis un an, les deux Etats se félicitent d'un retour à des relations apaisées. « Fluides, très bonnes ». De chaque côté de la frontière, les mêmes adjectifs reviennent. « Les contacts sont permanents, les échanges, du sommet de l'Etat au bas de l'échelle, quotidiens », explique un diplomate sénégalais. Et ça, c'est nouveau. Fini les années Jammeh où seule la tension rythmait les contacts entre Dakar...
(RFI 22/01/18)
Un an après le départ de Yahya Jammeh de Gambie, les réformes du secteur de la sécurité démarrent tout juste. En ce qui concerne la sécurité du président Adama Barrow, elle est pour l'instant toujours assurée par les forces de la Micega, la mission de la Cédéao en Gambie, et notamment par des militaires sénégalais. Mais des Gambiens ont été récemment sélectionnés pour former la nouvelle garde présidentielle et prendre la relève. La force de la Micega se prépare en effet à passer la main à une équipe gambienne, qui sera entraînée au Sénégal au cours de ce premier trimestre 2018...
(APA 22/01/18)
APA-Banjul (Gambie) - L’ambassadeur gambien en Sierra Leone, Femi Peters, est décédé à Freetown à l’âge de 71 ans, a confirmé dimanche son fils à APA. M. Peters, qui a été nommé ambassadeur à Freetown il y a un an, est décédé samedi des suites d’un diabète aigu. S’exprimant de sa maison au Royaume-Uni, Ingram Peters a déclaré que la mort de son père prive sa famille et sa Gambie natale d’un pilier qui a joué un rôle décisif dans le renversement du règne controversé de Yahya Jammeh l’an dernier. M. Peters, dont la carrière politique a débuté dans les années 1980, était chargé de communication du Parti démocratique unifié d’alors. Il a purgé une peine d’emprisonnement d’un an en...
(Xinhua 19/01/18)
L'ambassadeur en Gambie de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Vabah Gayflo, a déclaré jeudi que l'organisation régionale continuait de surveiller l'environnement politique en Gambie, y compris les conduites des partis politiques, des citoyens et du gouvernement. "Nous sommes préoccupés par les événements récents et nous avons mené des consultations avec le siège et nous continuons d'observer. Nous avons été encouragés à surveiller le processus", a-t-elle dit. L'ambassadeur a salué l'intervention à point nommé du gouvernement et d'unités des forces de l'ordre pour faire face aux turbulences politiques récentes survenues dans le village natal du président Adama Barrow dans la région d'Upper River. Mme Gayflo a fait savoir que son bureau débuterait la semaine prochaine les réunions...
(Agence Ecofin 19/01/18)
Des start-up d’Afrique du Sud, du Botswana, de Namibie, de Tanzanie et de Zambie seront financées à hauteur de 8,7 millions d’euros (10,6 millions $) par le gouvernement finlandais. Ces fonds seront accordés dans le cadre du Southern Africa Innovation Support (SAIS), un programme qui soutient le développement des entreprises innovantes en Afrique australe. Les start-up, qui bénéficieront de ces financements jusqu’en 2021, sont recrutées dans divers secteurs tels que la téléphonie mobile, la cyber-sécurité et les technologies de la santé. Rappelons qu’en décembre 2017, la Finlande a organisé une conférence internationale qui a réuni des start-up d’Afrique, d’Asie et d’Europe. Chamberline Moko
(Agence Ecofin 18/01/18)
Le gouvernement gambien a signé le 16 janvier dernier, avec la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC) du Groupe de la Banque islamique de développement (BID), un accord-cadre de coopération d’un coût total de 210 millions $. S’étendant sur trois ans, l’entente devrait permettre au pays d’importer des produits pétroliers raffinés et des intrants agricoles. Elle vise également à apporter un financement pour la production d’articles agricoles destinés à l’exportation dont l’arachide et la noix de cajou. « La poursuite de cette importante coopération réaffirme la pertinence de la stratégie éprouvée de l’ITFC consistant à investir dans les secteurs-clés des économies de nos pays-membres, et ainsi contribuer à leurs objectifs de développement.», a affirmé Hani Salem Sonbol (phto),...
(APA 17/01/18)
APA - Lagos (Nigeria) - Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a appelé son homologue gambien, Adama Barrow, à garantir la bonne marche de la démocratie dans son pays, en veillant notamment à chaque fois que de besoin à la tenue des élections libres et équitables. S’exprimant, mardi à Abuja, lors de la visite de son homologue gambien, M. Buhari a affirmé que si les pays africains pouvaient faire fonctionner correctement les structures institutionnelles de la démocratie, le continent s’engagerait avec succès dans le processus du développement. « Nous remercions Dieu pour le rôle qu’il nous a permis de jouer en Gambie. Nous croyons en la démocratie multipartite. En Afrique, c’est absolument nécessaire mais pour que le système fonctionne et qu’on...

Pages