Dimanche 24 Septembre 2017
(La Tribune 17/08/17)
Suspense levé au Kenya ! Dans un pays au bord du précipice de la répétition de la très meurtrière crise post-électorale de 2007, Raila Odinga annonce un recours devant la cour suprême pour contester la réélection d’Uhuru Kenyatta. Bien avant le baroud d’honneur de ce vétéran de 72 ans qui joue sa dernière carte après avoir perdu quatre présidentielles, d’autres opposants africains ont rejeté le résultat sorti des urnes. Voici quelques-unes de leurs stratégies. A quelques exceptions près, rarement sur le Continent, les élections -surtout présidentielle- se terminent par des coups de fil de félicitations entre les candidats pour reconnaître leur défaite à la sortie des urnes. Comme pour la présidentielle de 2013, Raila Odinga va porter sa contestation des...
(Agence d'information d'afrique centrale 16/08/17)
Avec son nouveau président Adama Barrow, la Gambie veut tourner la page de l'ère Jammeh. Le gouvernement a annoncé une révision constitutionnelle. L'information a été donnée par le ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou, qui a présenté les dispositions visant à rédiger une nouvelle Constitution, en remplacement de l'actuel texte qui date de 1997, trois ans après le coup d’Etat militaire qui a renversé le président en place Dawda Jawara, et propulsé Yahya Jammeh à la tête du pays. La " Nouvelle Gambie" est prête à tourner la page. À en croire de nombreux juristes, le nouveau texte accorde trop de pouvoir au président et lui octroie une trop grande immunité. Actuellement, le chef de l’Etat n’a pas de limite...
(RFI 16/08/17)
Un bras de fer se joue depuis plusieurs jours en Gambie entre le gouvernement et MGI, une compagnie de télécommunications privée basée en Suisse. En 2014, Yahya Jammeh avait mis en place un partenariat entre MGI et la compagnie nationale de télécommunications Gamtel pour gérer le réseau international du pays. Un contrat qui devait durer jusqu'en 2019, mais très cher selon le nouveau gouvernement qui a décidé de le rompre. Sauf que cette décision met en danger, par ricochet, la compagnie nationale de téléphonie mobile, filiale de Gamtel. Tout part du projet de création d'une passerelle entre le réseau gambien et les réseaux internationaux, pour faciliter les échanges avec l'étranger. Un contrat est signé entre Gamtel et MGI. Mais lorsque...
(Le Défi Média 16/08/17)
Depuis la semaine dernière, les activités de l’opérateur de téléphonie mobile Gamcel, branche de l’opérateur historique Gamtel sont bloquées. La situation qui entrave la capacité des abonnés de la société télécoms à communiquer comme il le souhaite découle de la bataille qui oppose actuellement le nouveau gouvernement gambien à la société de télécommunications MGI, gestionnaire il y a encore quelques jours du trafic télécoms international aux côtés de Gamtel. L’Etat gambien a décidé le mois dernier de se passer des services de MGI, retenue en 2014 par le gouvernement Jammeh pour gérer le trafic télécoms international avec Gamtel. D’après le gouvernement Barrow, le contrat signé par Gamtel et MGI courant jusqu’en 2019 est trop coûteux pour la nation. L’Etat estime...
(La Tribune 16/08/17)
En visite chez le président nigérien Mahmadou Issoufou également coordonnateur de la coopération monétaire au sein de la CEDEAO, le président de la commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, est revenu sur le projet de création d’une monnaie unique, assurant que celui-ci n’est pas réalisable à l’horizon 2020, comme initialement planifié. En cause, la situation économique de certains pays de la sous-région. Un énième report potentiellement préjudiciable pour la crédibilité du projet ? « On ne peut plus aller à la monnaie unique en 2020 », a martelé Marcel de Souza, président de la commission de la Communauté économique Des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) au sortir de sa rencontre ce lundi 14 août à Niamey (Niger) avec...
(RFI 12/08/17)
Entre les mois de mars et mai de cette année, le nouveau gouvernement gambien a effectué un audit au sein de ses fonctionnaires, et également, chose inédite, au sein de ses forces de sécurité. Ce type d'exercice n'est pas une première pour le pays, mais il est utile pour le ministre des Finances afin de repérer les travailleurs fantômes pour pouvoir réduire les dépenses inutiles. C'était aussi l'une des attentes de la Banque mondiale en échange de son aide financière. Le résultat, dévoilé par le ministère de l'Information, prouve qu'un tel audit...
(RFI 11/08/17)
La commission d'enquête autour des affaires de Yahya Jammeh a commencé ses auditions publiques, jeudi 10 août, en Gambie. Créée par le nouveau gouvernement, elle s'est installée dans un hôtel près de Banjul pour les trois prochains mois au minimum. Avant de s'exiler en Guinée équatoriale, l'ancien président aurait détourné près de 50 millions d’euros. La commission poursuit deux buts : établir si des fonds publics ont été détournés durant son mandat et analyser comment les très...
(L'Opinion 10/08/17)
L’ex-chef d’Etat déchu en janvier est l’hôte de son ancien homologue Teodoro Obiang Nguema qui le loge dans un ses palais. Les militants des droits de l’Homme n’entendent pas le laisser couler une paisible retraite. A travers des destins très divers, l’Opinion raconte des histoires de personnalités politiques déchues, déposées, « neutralisées » ou chassées loin de leurs terres natales. Yahya Jammeh, que l’on qualifie volontiers de mystique, est installé en pleine zone forestière, en pays fang, avec ses traditions, ses mystères et ses sortilèges.
(RFI 09/08/17)
L'ancien dictateur gambien Yahya Jammeh a beau être parti en exil en Guinée Equatoriale, les habitants ont encore son image sous les yeux tous les jours. Avant de quitter le pays, il a laissé en souvenir des billets de banque tout neufs et tous à son effigie. Reportage au marché de Serrekunda, où les pros et les anti-Jammeh ont des avis bien tranchés à propos de ce visage sur lequel ils tombent nez à nez à chaque paiement en dalasis. Entre les stands, les billets passent de main en main. Sur le recto, on aperçoit un homme, grand sourire, coiffé d’un bonnet blanc.
(AFP 04/08/17)
Les autorités gambiennes ont retiré les passeports diplomatiques à l'ex-président Yahya Jammeh, son épouse et plusieurs de ses anciens ministres, a annoncé jeudi à l'AFP le ministère des Affaires étrangères. Yahya Jammeh est soupçonné par les autorités d'avoir détourné plus de 50 millions de dollars (environ 44 millions d'euros), avant son exil en Guinée équatoriale en janvier, après 22 ans au pouvoir. Une commission chargée d'enquêter sur ses biens a été mise en place en mai. La Gambie, petit pays anglophone totalement enclavé dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade côtière prisée des touristes, a été dirigée d'une main de fer pendant 22 ans par M. Jammeh, un ancien militaire. Le gouvernement gambien a retiré "les passeports diplomatiques à...
(BBC 04/08/17)
Le gouvernement de Adama Barrow a décidé jeudi de retirer à Yahya Jammeh son passeport diplomatique. L'ancien président gambien perd donc tous les privilèges que son pays accorde à certaines personnes de haut rang, lors de leurs déplacements. La mesure confirmée par le ministère gambien des affaires étrangères touche aussi l'épouse de l'ex-président gambien en exil, ainsi que ses deux enfants. Au total, ce sont 271 membres du régime de Yahya Jammeh qui n'ont plus de passeports diplomatiques. Les services de communication du ministère gambien des Affaires étrangères indiquent que les autorités gambiennes sont en train de mettre de l'ordre dans la délivrance de ce document. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40823717
(RFI 03/08/17)
Le monde fête la journée de la capoeira ce jeudi 3 août. Mélange de sport et d’art, la pratique est inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est au Brésil qu'elle est née, devenant une tradition nationale. Mais ses origines sont métissées : la capoeira est liée à la traite d’esclaves africains, qui ont créé cette danse de combat en s’inspirant des luttes traditionnelles. Et aujourd’hui, la discipline s’exporte et s’implante notamment en Afrique. En Gambie, par exemple. En Gambie, les adeptes de la capoeira sont de plus...
(AFP 02/08/17)
Deux associations représentant les habitants du village de Gunjur, en Gambie, ont porté plainte contre une pêcherie industrielle chinoise qu'elles accusent de polluer leur côte, a indiqué mardi leur avocat. Les villageois de Gunjur, au sud de la capitale, Banjul, reprochent à la société Golden Lead, spécialisée dans la production de farine de poisson destinée à la consommation d'animaux d'élevage, de rejeter en mer des déchets toxiques détruisant la faune et la flore aquatiques locales. Au bout de quelques mois d'activité de l'usine, qui s'est installée en septembre, la population a commencé à remarquer une odeur nauséabonde, puis des traces rouges dans l'eau, avant de retrouver des bancs de poissons morts sur le rivage. Les nageurs du lagon ont aussi...
(Xinhua 02/08/17)
La Chine est prête à renforcer sa coopération avec la Gambie dans les domaines, entre autres, des infrastructures, de l'agriculture et du tourisme, a déclaré mardi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. M. Wang a expliqué que la reprise des liens diplomatiques entre les deux pays a remis non seulement les relations bilatérales dans le droit chemin, mais a ouvert aussi de belles perspectives en matière de coopération. La Chine salue l'adhésion ferme du nouveau gouvernement gambien au principe d'une seule Chine ainsi que son engagement dans l'amitié avec la Chine, a affirmé le ministre chinois lors de sa rencontre avec son homologue gambien Ousainou Darboe. Le gouvernement et le peuple de la Gambie apprécient les idées et...
(AFP 31/07/17)
Lorsqu'une fabrique chinoise de farine de poisson s'est installée dans leur village, les habitants de Gunjur, en Gambie, se sont réjouis. Mais les déchets qu'elle rejette détruisent la faune et la flore aquatiques, selon la population et des organisations écologiques. Arrivé au pouvoir en janvier après 22 ans du régime sans partage de Yahya Jammeh, le président Adama Barrow est soucieux d'attirer les investissements, notamment chinois, pour relancer l'économie de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest.
(AFP 31/07/17)
Dans la nuit de samedi à dimanche 30 juillet, une forte pluie s’est abattue sur la préfecture de Tougué causant d’importants dégâts matériel, a-t-on appris. Les dégâts ont été enregistrés dans le secteur de Dilé situé à 8 kilomètres de Koubia mais relevant du district de Hamdallaye dans la commune rurale de Konah préfecture de Tougué. Joint au téléphone par notre rédaction, Boubacar Dilé Diallo, le chargé de la formation continue de la DPE (direction préfectorale de l’éducation) de Koubia en sejour dans son village explique : » Dans la nuit de ce samedi 29 juillet, il y a eu une grande pluie qui s’est abattue sur notre village. Au petit matin, on a constaté les dégâts causés. Des champs...
(APA 31/07/17)
La décision du nouveau gouvernement gambien de construire un pont sur le fleuve Gambie pour relier la capitale Banjul à la ville de Barra, sur la rive nord, suscite des réactions controversées du grand public. Dans un entretien exclusif avec APA, samedi, un certain Biran Touray de Kunkujang, près de Serekunda, attribue ce projet de pont à un lobbying exercé par le Sénégal voisin. Il a déclaré que le Sénégal utilisait les liens fraternels de la Sénégambie pour promouvoir leurs intérêts en Gambie. “Tout ce dont ils (les Sénégalais) ont besoin, c’est de relier les deux parties de leur pays en passant par la Gambie”, a-t-il soutenu. Malick Jobe, un mécanicien de Serekunda, a salué l’idée estimant que le pont...
(RFI 29/07/17)
En Gambie, cela fait six mois que l’ancien président Yahya Jammeh a été forcé de quitter le pays, laissant le vainqueur de l’élection de décembre, Adama Barrow, accéder au pouvoir et mettre fin à 22 ans de dictature. Très discret, le président, ancien agent immobilier, s’est tenu à l’écart des médias depuis son investiture. Mais ces six mois au pouvoir sont l’occasion de faire le point sur les premières mesures mises en place pour la « Nouvelle Gambie ». Il répond aux questions de Claire Bargelès. RFI : Parmi la population, certains Gambiens montrent des premiers signes de frustration, ils voudraient que les choses aillent plus vite : que leur répondez-vous ? Adama Barrow : Nous espérons que les Gambiens...
(BBC 29/07/17)
En Gambie, plus de quatre mois après l'exhumation d'une douzaine de corps de victimes supposées du régime de Yahya Jammeh, les enquêtes sur les circonstances de leurs décès sont au point mort. Une situation préoccupante pour les familles de ces personnes dont l'inhumation des restes dépend des réponses sur les causes du blocage. Le gouvernement gambien évoque un manque de laboratoire scientifique et d'un personnel qualifié pour mener des enquêtes aussi complexes. Selon les chiffres du ministère gambien de l'Intérieur, 34 dossiers d'enquête sont au point mort. Lire la suite: http://www.bbc.com/afrique/region-40752983
(La Tribune 28/07/17)
Le Parlement gambien a adopté ce mercredi 26 juillet la modification constitutionnelle faisant supprimer la limite d’âge pour les candidats à la présidence. La mesure va particulièrement bénéficier à l’actuel chef de la diplomatie gambienne Ousseinou Darboe, président du parti du chef d’Etat Adama Barrow et opposant historique de l’ancien président Yahya Jammeh. C'est une mesure législative taillée sur mesure ! Les députés gambiens ont adopté mercredi dernier, une modification constitutionnelle qui supprime désormais la limite d'âge pour les candidats à la présidence.

Pages