Jeudi 18 Janvier 2018
(Xinhua 27/03/14)
BEIJING - La majorité des Africains sont satisfaits des investissements chinois massifs sur le continent, a révélé une étude publiée récemment à Nairobi. L’étude, menée par l’Institut d’éthique d’Afrique du Sud en collaboration avec Global Compact Network Kenya, qui est lié à la Kenya Association of Manufacturers (KAM), révèle que la majorité des Africains estiment que les entreprises chinoises sont fiables et ont contribué à la création d’emplois sur le continent, ainsi qu’au développement des pays africains. L’étude, intitulée "La perception des Africains des entreprises chinoises en Afrique" et réalisée l’an dernier dans 15 pays africains, montre que la majorité des Africains se réjouissent de l’entrée en force de la Chine sur le continent. L’étude vise à fournir une base...
(Jeune Afrique 27/03/14)
Le rapport "Connecting to compete 2014", publié tous les deux ans par la Banque mondiale, vient de sortir. Il classe 160 pays selon leur performance logistique. Les États africains tirent de mieux en mieux leur épingle du jeu. La Banque mondiale vient de sortir la quatrième édition de son rapport "Connecting to compete 2014", publié tous les deux ans depuis 2007. Après avoir enquêté auprès de 1 000 professionnels du secteur, les rédacteurs du document classent les pays en fonction de six critères* pour leur donner un indice de performance logistique (IPL). Si les pays développés occupent la tête du classement comme à chaque édition, les pays africains semblent tirer leur épingle du jeu puisque le Burkina Faso, le Kenya...
(APA 26/03/14)
L’Afrique demeure le continent où la situation de la sécurité alimentaire est la plus précaire au monde, avec des niveaux relativement bas de productivité agricole, de faibles revenus ruraux et des taux élevés de malnutrition, « malgré les progrès économiques conséquents et les succès obtenus dans le secteur agricole », déplore l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ouvrant lundi à Tunis la 28ème Conférence régionale de la FAO pour l’Afrique, M. Bukar Tijani, Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour l’Afrique, a invité « les ministres africains de l’agriculture à l’action afin d’accélérer les investissements et les transformations en faveur des petits exploitants agricoles...
(Afrik.com 25/03/14)
Le Président gambien Yahya Jammeh a choisi l’arabe comme langue officiel du pays suite au retrait de la Gambie du Commonwealth. C’est officiel, l’arabe devient la langue officielle de la Gambie, en remplacement de l’anglais. Cette décision du chef de l’Etat, Yahya Jammeh, intervient suite au retrait de la Gambie en octobre 2013 des Etats membres du Commonwealth. Le chef de l’Etat justifie sa décision par le fait que, selon lui, les Anglais sont venus en Gambie pour « le commerce de l’ivoire, parce qu’il y avait beaucoup d’éléphants ici ». « Ils ont tué les éléphants et ont fini par vendre les Africains », avait indiqué il y a quelque jours Yahya Jammeh, connu pour son excentricité et son...
(Xinhua 25/03/14)
BANJUL, (Xinhua) -- La Gambie a mis en place un mécanisme pour faire face à l'apparition éventuelle d'un foyer de la fièvre Ebola sur son territoire, alors que cette malaide frappe notamment la Guinée-Conakry. "Nous suivons de près la situation et nous avons déjà mis en place nos plans. L'équipe est pleinement équipée pour gérer la situation professionnellement, en cas de tout signe d'une épidémie ", a annoncé le ministère gambien de la Santé et des Affaires sociales. La fièvre hémorragique mortelle a éclaté dans deux pays d'Afrique de l'Ouest, la Guinée Conakry et la Sierra Leone. En Guinée, 59 des 80 personnes infectées seraient mortes...
(RFI 25/03/14)
Depuis près de trois mois, la frontière entre le Sénégal et la Gambie est bloquée pour tous les camions de marchandises et les transports en commun, qu’ils soient sénégalais ou gambiens. Un blocus imposé par les routiers sénégalais pour faire plier la Gambie qui a augmenté unilatéralement les droits de passage. Depuis le déclenchement du blocus de la transgambienne, Ziguinchor est comme paralysée. Signe qui ne trompe pas, la gare routière tourne au ralenti. Mamadou Lamine Manga, trésorier général de l’Etat : « Vraiment on est complètement brisés. On ne tourne même pas. Rien ne marche ici à la gare routière.
(APA 25/03/14)
Les autorités sanitaires gambiennes ont déclaré que le pays était en état d’alerte maximale à cause de l’épidémie de fièvre Ebola qui s’est déclarée dans les pays voisins dont la Guinée où elle a fait plus de soixante morts. Le ministère de la Santé et des Affaires sociales a tiré sur la sonnette d’alarme lundi en faisant observer que l’épidémie a déjà eu raison de plus de soixante personnes en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia en moins de deux semaines. Le ministère a toutefois rassuré qu’il suivait de près la progression de l’épidémie dans ces pays en disant qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter car les autorités ont mis en place un dispositif de prévention afin d’empêcher...
(RFI 25/03/14)
Des cas suspects pouvant être des cas de fièvre Ebola ont été repérés au Liberia, selon les autorités locales. En Guinée, une épidémie de cette fièvre mortelle a été déclarée. Quatre-vingt-sept cas suspects de fièvre hémorragique virale ont été signalés, dont soixante-et-un décès. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) précisait que seuls treize cas ont été à ce jour formellement confirmés comme étant Ebola ; des cas aussi confirmés par des laboratoires. Après la Guinée frappée par des cas de fièvre hémorragique, dont celle provoquée par le virus Ebola, c'est au tour du Liberia d'être touché a priori par l'épidémie.
(La Voix de l'Amérique 25/03/14)
Le ministre de la Santé liberien indique que six cas suspects de fièvre Ebola dont cinq mortels (quatre femmes et un garçon) ont été détectés hier, selon le communique du ministre Walter Gwenigale. Ces personnes étaient venues du sud de la Guinée pour se faire soigner dans des hôpitaux dans les districts de Foya et Zorzor, dans la région de Lofa, près de la frontière. Pendant ce temps, le ministère guinéen de la Santé et l'Organisation mondiale de la Santé ont déclaré lundi que "la Guinée a enregistré du mois de janvier au 23 mars un nombre total de 87 cas suspects de fièvre hémorragique virale dont 61 décès", essentiellement dans le Sud du pays. Les cas de fièvre hémorragique...
(Pana 22/03/14)
Innovation numérique en Afrique - La Gambie va accueillir le sommet annuel sur l'innovation numérique en Afrique (IAD) qui se déroulera du 25 au 27 mars, ont annoncé les organisateurs. Ce sommet, qui en est à sa 12éme édition, devrait rassembler quelque 300 participants dont des ministres et des dirigeants de sociétés de télécommunicationS présentes en Afrique. L’événement s'articulera autour du thème «La qualité de service et l'expérience client». La réunion est organisée conjointement par le gouvernement gambien et Extensia Ltd, une société internationale qui cherche à promouvoir les technologies de l’information et de la communication en Afrique.
(Xinhua 22/03/14)
JOHANNESBURG, (Xinhua) -- La Conférence sur le nucléaire en Afrique 2014 s'est ouverte jeudi à Midrand à proximité de Johannesburg, avec pour objectif de développer une approche positive et proactive de la planification et des processus de mise en oeuvre de l'énergie nucléaire en Afrique. Avec pour thème "Bâtir des équipe de partenariat", cette conférence a réuni les responsables de gouvernements et les représentants de l'industrie et de la recherche de toute l'Afrique pour coordonner leurs efforts en vue de développer l'énergie nucléaire. La conférence intervient à un moment où les pays africains envisagent sérieusement d'adopter l'énergie nucléaire. L'Afrique du Sud, l'Egypte, le Kenya et le Nigeria envisagent de construire des centrales nucléaires dans les prochaines décennies et d'autres pays...
(Le Soleil 21/03/14)
Une mission gambienne séjourne à Dakar depuis mardi pour s’inspirer du Projet d’alphabétisation des jeunes filles et des femmes (Pajef) initié par le Sénégal. La mission gambienne est conduite par la directrice de l’Education de base et de l’Enseignement secondaire, Amie Collé Mbaye. C’est en 2012 que le gouvernement du Sénégal a lancé le Projet d’alphabétisation des jeunes filles et des femmes (Pajef). Financé et appuyé par l’Unesco, il a ciblé 40.000 jeunes filles et femmes analphabètes. Deux ans après sa mise en œuvre, les responsables tirent un bilan satisfaisant.
(APA 21/03/14)
APA-Dakar (Sénégal) - La directrice régionale Afrique de l'ouest de WaterAid, Marième Dem, a estimé vendredi à Dakar qu'il est inacceptable que 35% des populations de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) n'aient pas accès à l'eau potable. "Dans la zone CEDEAO, 107 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable, soit 35% de la population, ce qui est inacceptable. Nous devons agir et de manière urgente", a notamment dit Mme Dem. Elle prenait part à une table-ronde sur le thème "le droit à l'accès menacé? " organisée par WaterAid, le Forum social du Sénégal et Enda-Rup (développement urbain participé),...en prélude à la Journée mondiale de l'eau célébrée ce 22 mars sous le thème de...
(Le Griot 21/03/14)
La Banque Mondiale vient de tirer la sonnette d’alarme sur les dépenses publiques des pays africains qui doivent se rendre compte que la dynamique de l’économie mondiale est en phase de redressement. C’est l’économiste en chef de l’institution de Bretton Wood chargé de la région Afrique qui a souligné le risque d’un scénario d’inflation généralisé sur le continent noir lorsque l’économie mondiale se redressera. Pour faire face à la crise économique mondiale et à la baisse de la demande extérieure, plusieurs pays africains avaient opté pour une hausse des dépenses publiques, destinée à compenser le manque constaté.
(Jeune Afrique 20/03/14)
Les entreprises africaines n'ont pas encore leur part du gâteau dans les vastes projets d'infrastructures en développement sur leur propre continent. Le constat dressé lors du Africa CEO Forum est alarmant. Quelle place pour les entreprises africaines dans les grands projets d'infrastructures du continent ? Aucune ou presque. Voici en somme la réponse donnée lors de la deuxième édition de l'Africa CEO Forum. Les raisons sont multiples : petite taille, manque de capacité, frilosité des banques, appels d'offres publics mal adaptés, qui privilégient beaucoup plus les grands groupes internationaux aux firmes locales... Politiques d'achat "Les entreprises africaines n'ont pas la capacité qu'il faut pour se battre à armes égales avec les entreprises européennes, chinoises ou américaines. C'est devenu un réflexe,...
(Pana 19/03/14)
Le président gambien Yahya Jammeh a rencontré lundi le prince héritier saoudien, Salman bin Abdul Aziz al Saud, lors d'une visite en Arabie saoudite, ont annoncé mardi les services gambiens de radio et de télévision. Pendant son séjour en Arabie Saoudite, le président Jammeh devrait rencontrer de hauts responsables saoudiens comme le directeur général du Fonds saoudien pour le développement et le secrétaire général de l'Organisation de la Conférence islamique. L'itinéraire de Voyage de M. Jammeh indique également qu'il visitera le musée du Roi Abdul Aziz à Riyad, la mosquée du Prophète Mouhammed (Paix et salut de Dieu soient sur lui) à Médine, et qu’il effectuera la Oumra à la Mecque. Le président gambien est accompagné de son épouse, Madame...
(Agence Ecofin 19/03/14)
(Agence Ecofin) - Ortac Resources Ltd, listée sur AIM, a annoncé le 18 mars avoir porté à 18,85% sa participation dans la compagnie Andiamo Exploration Ltd après un investissement additionnel de 500 000 $ dans le projet Yacob Dewar portant sur le cuivre et l’or en Erythrée. Il s’agit de la deuxième tranche de financement, suite à une visite de terrain, qui élève à 1 million $ le montant total des interventions de la compagnie d’exploration Ortac Resources dans ce projet où Andiamo exécute un forage sur une minéralisation d’oxyde de cuivre à faible profondeur. « Le programme de forage, ciblant une minéralisation de cuivre et d’or, est à présent en bonne voie et nous espérons de voir les résultats...
(Xinhua 19/03/14)
ABIDJAN, (Xinhua) -- L'Union européenne s'est engagée à soutenir à hauteur de 6,5 milliards d'euros (environ 4263 milliards F CFA) un programme de financement du développement en Afrique de l'Ouest en attendant la conclusion d'un accord de partenariat économique avec les 16 pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Selon un communiqué publié mardi, une réunion du Conseil des affaires étrangères de l'UE a adopté l'appui financier de 6,5 milliards d'euros au titre du Programme de l'accord de partenariat économique pour le développement (PAPED) en faveur de l'Afrique de l'Ouest pour la période 2015-2020.
(Le Soleil 19/03/14)
L’Union européenne, dans un communiqué, déclare avoir octroyé un nouveau soutien d’au moins 6,5 milliards d’euros, soit environ 4.263 milliards de FCfa au Programme de l’accord de partenariat économique pour le développement (Paped) en faveur de l’Afrique de l’Ouest pour la période 2015-2020. Dans le financement du Programme de l’accord de partenariat économique pour le développement (Paped), l’Union européenne (Ue) accorde une enveloppe de 6,5 milliards d’euros, soit environ 4.263 milliards de FCfa aux pays de l’Afrique de l’Ouest pour la période 2015-2020. Cela fait suite aux conclusions adoptées le 17 mars par le Conseil des affaires étrangères. Ces fonds, précise le communiqué, amélioreront considérablement les flux commerciaux et d’investissement vers les pays d’Afrique de l’Ouest, contribuant ainsi au développement,...
(Jeune Afrique 19/03/14)
Airtel, MTN, Vodaphone, Ooredoo, Orange, STC, Zain et Vodaphone ont annoncé leur volonté de partager leurs infrastructures de réseaux en Afrique et au Moyen Orient pour étendre leurs services aux zones reculées. Au-delà des motifs affichés, cette annonce révèle aussi les difficultés que connaissent les opérateurs télécoms sur le continent. L'association GSM (GSMA), réunissant près de 800 opérateurs télécoms dans le monde, annonce que huit de ses membres, parmi les acteurs les plus importants des marchés d'Afrique et du Moyen Orient, ont prévu de développer le partage de leurs infrastructures de réseaux.

Pages