Vendredi 23 Juin 2017
(Leral 21/06/17)
Dix chefs d’accusations pèsent sur la tête d’un Sénégalais, dont l’identité n’a pas été révélée, en Gambie. Il est inculpé pour 2 chefs de meurtre, 4 chefs d’accusations de viol et de 4 autres portant sur incendie et vols. Le présumé violeur et meurtrier se promenait dans les rues huppées de Banjul, à la recherche de sa proie. Il repérait les maisons dont les fenêtres restaient à moitié ouvertes pour s’y introduire et trouver sa victime. Le 15 juin dernier, mal lui en pris. Surpris dans sa forfaiture, il est passé à tabac par les habitants du quartier, ameutés par les cris de la victime, avant d’être livré à la police.
(Senego 21/06/17)
Selon Libération, un présumé violeur en série et serial killer de nationalité sénégalaise a été arrêté par la police gambienne. Issa D., est depuis interrogé sous le régime de la garde-à-vue au niveau du commissariat de Yundum/Banjulinding. Des sources renseignent que le sénégalais qui vit à Tabokoto a été interpellé dans un premier temps pour viol suivi du meurtre d’une fille de 22 ans dans le village de Lamin. Des faits qui se sont déroulés le 29 mai dernier. Au fil des interrogatoires, Issa D. a également admis à la police qu’il était responsable de la mort d’une femme enceinte de sept (7) mois à Faji Kunda qu’il tentait de violer. Les enquêtes policières ont révélé qu’en plus des victimes...
(Afrique sur 7 20/06/17)
Le Président de la Gambie, Adama Barrow a en ce moment le sommeil trouble, à cause des menaces de déstabilisation de son pouvoir par des inconnus qui viendraient de l’extérieur. Depuis l’annonce de ces révélations, le Président Adama Barrow multiplie veille sur veille. En dépit du fait que le Président Adama Barrow de la Gambie, soit protégé par les Forces coalisées de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ce dernier n’a toujours pas la tête tranquille ni le cœur en paix. Il a le sommeil trouble.
(Autre média 20/06/17)
Exil en Guinée Equatoriale, Yaya Jammeh n’oublie pas, pour autant, la Gambie. Par le biais d’un émissaire à ses partisans, il déclare suivre de près la situation politique en Gambie, où il compte retourner, très bientôt. L’émissaire, connu pour sa proximité avec l’ancien président, a rendu public le message de Yaya Jammeh dans lequel il demande aux Gambiens de rester calmes et de ne pas céder à une quelconque provocation d’où qu’elle puisse venir. Il demande aussi aux Gambiens de...
(RFI 20/06/17)
Une délégation d'experts des Nations unies vient de passer une semaine en Gambie, après avoir été sollicitée puis invitée par le gouvernement, pour travailler autour des disparitions forcées ou involontaires. Les cinq experts onusiens, venus de différentes régions du monde, ont rencontré le président Adama Barrow, des membres de son gouvernement, des élus, des familles de victimes, et des ONG. Créé en 1980 par la commission des droits de l'homme de l'ONU, le groupe de travail a pour but d'aider les familles de victimes à élucider les disparitions de leurs proches, et sert de canal de communication avec les gouvernements.
(BBC 20/06/17)
C'est une marque de vêtements qui suit les dernières tendances de la mode. Jekkah, en wolof signifie être élégant. Un phrase qui résume l'esprit de cette marque de vêtements urbains née il y a 5 ans. Jekkah, c'est aussi la rencontre de deux mondes : la Gambie et l'Angleterre comme nous explique l'un des co-fondateurs de la marque. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/40334444
(Agence Ecofin 19/06/17)
L’administration fiscale de la Gambie a fermé le Daily Observer, l'un des plus anciens quotidiens en Gambie, jusqu’à nouvel ordre. Cette décision fait suite à des arriérés de près de 330 000 euros (216 465 810 Fcfa) non payés aux impôts par le journal. Tiré à plus de 1 500 exemplaires à chaque parution, le quotidien dispose d’une période de 14 jours pour payer 30% de la somme due. Sans quoi, il risque une interruption définitive. « On les suit depuis longtemps, on a réalisé des entretiens avec eux, mais tous les arrangements ont échoué.
(Agence Ecofin 17/06/17)
Le Sénégal vole au secours de la Gambie dans le cadre de la crise énergétique à laquelle le pays fait actuellement face. La Senelec, la compagnie électrique nationale du Sénégal, évalue actuellement l’option d’une exportation de son surplus de production vers la Gambie, a révélé Thierno Alassane Sall, le ministre sénégalais de l’énergie. « Au moment où nous parlons, nous avons une marge de production de 200 MW qui n’est pas utilisée. Au point où nous avons négocié avec un...
(RFI 16/06/17)
En Gambie, le Daily Observer, l'un des plus anciens quotidiens à la ligne éditoriale très pro-Yahya Jammeh, a été temporairement fermé, ce mercredi. Une décision prise par l'administration fiscale pour des arriérés de près de 330000 euros non payés aux impôts. Un flou a toujours existé autour du propriétaire du journal: l'homme d'affaires Amadou Samba l'avait acheté en 1999, mais depuis, la publication était contrôlée directement par le bureau de l'ancien président Yahya Jammeh. Le journal, tiré tous les jours...
(Afrique sur 7 16/06/17)
Le Président Adama Barrow vient de fixer ses priorités pour la Gambie, en indiquant les secteurs d’activités qui seront privilégiés dans un premier temps, pour remettre la Gambie sur les rails du développement possible. En harmonie avec son Gouvernement, le Président Adama Barrow vient de fixer ses priorités pour son pays, la Gambie. Les secteurs d’activités concernés sont la Communication, l’Energie, l’Infrastructure et l’Education. Pour le Gouvernement Barrow, la Gambie revient de loin et par conséquent, doit nécessairement partir de...
(Xinhua 16/06/17)
Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, a affirmé jeudi qu'il existe des "menaces de déstabilisation" du nouveau gouvernement gambien. "En Gambie, les menaces de déstabilisation sont réelles. Nous allons continuer à accompagner le président (gambien Adama) Barrow dans la réforme de son système de défense", a déclaré M. Ndiaye. Le ministre a fait cette déclaration lors d'un point de presse avec son homologue français Jean-Yves Le Drian, en visite à Dakar. "Nous n'accepterons pas que la Gambie soit...
(APA 16/06/17)
Le ministère gambien des affaires étrangères a formellement démenti l’information publiée ce jeudi par plusieurs sites, selon laquelle Banjul aurait rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar. Une information publiée par SMBC, un organe de presse en ligne gambien et largement reprise par APA avait annoncé que Banjul avait suivi les exemples de plusieurs pays africains en rompant ses liens diplomatiques avec le Qatar. Les responsables de SMBC ont par la suite publié un démenti réfutant leur déclaration et indiqué,...
(RFI 16/06/17)
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian est en visite en Afrique de l’Ouest. Après la Guinée Conakry la veille, et avant la Mauritanie vendredi, le ministre français était ce jeudi au Sénégal. Jean-Yves Le Drian a tenu un point presse à la résidence de l’ambassadeur de France avec son homologue Mankeur Ndiaye. Les deux hommes ont évoqué des menaces qui pèseraient sur la Gambie sans donner de détails.
(La Tribune 16/06/17)
Les coupures de courant intempestives qui exaspèrent les gambiens ces derniers jours vont peut-être cesser. Le Sénégal a décidé de fournir de l’électricité à la Gambie, « un pays ami », par le biais de la Société nationale d'électricité (Senelec) qui a levé récemment 2000 milliards de Fcfa pour améliorer la fourniture d'électricité au Sénégal. Le Sénégal concrétise son soutien à la Gambie. Alors que le pays est plongé dans le noir, les populations, exaspérées par les coupures d'eau et...
(AFP 15/06/17)
"Je suis prêt à mourir" pour "aller en Allemagne". Abdullah Ibrahim, migrant gambien de 27 ans, a traversé le désert et ses dangers, puis la Libye infestée de groupes armés pour atteindre la Méditerranée. Mais il n'a pas trouvé de bateau et a rebroussé chemin jusqu'à Agadez au Niger, en attendant de repartir à nouveau. Bonnet noir descendant sur ses yeux, Abdullah parle avec rage. Il survit avec plusieurs camarades d'infortune gambiens dans un "ghetto" à la périphérie d'Agadez, là...
(Le Monde 14/06/17)
En janvier, l’envoi d’un contingent de 4 000 soldats de l’organisation ouest-africaine avait aidé à contraindre l’autocrate Yahya Jammeh à quitter le pouvoir. En Janvier, les forces de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Micega) étaient intervenues pour contraindre Yahya Jammeh à rendre les clés d’un palais présidentiel qu’il ne voulait plus quitter en dépit de sa défaite électorale. Six mois après avoir chassé l’autocrate gambien, les vivats de la foule ont peu à peu cédé la place...
(APA 14/06/17)
Le dialogue national pour la paix et la réconciliation en Gambie a démarré mardi en vue de résoudre de manière pacifique les récents affrontements violents ayant mis aux prises des jeunes originaires de Kanilai, fief de l’ancien président Yahya Jammeh, et les membres de la communauté de la province de Foni, dans la partie occidentale du pays, a constaté APA sur place. Le dialogue se tient sous l’égide du Conseil national pour l'éducation civique (NCCE) mis en place par les autorités gambiennes. Les jeunes de Kanilai ont exigé le retrait des troupes de l'ECOMIG de leur localité, lors d’une manifestation qui a dégénéré en violents affrontements faisant un mort parmi les protestataires et plusieurs blessés.
(RFI 13/06/17)
Ce mardi, c'est la journée internationale de sensibilisation à l'albinisme. En Afrique subsaharienne, les cas d'albinisme sont particulièrement nombreux. Les albinos africains sont souvent victimes de superstitions et de fantasmes autour de leur maladie : dans certains pays, des parties de leur corps sont recherchées pour leurs propriétés magiques. Mais en Gambie, la sensibilisation effectuée par les associations commence à porter ses fruits: le statut des albinos gambiens s'est nettement amélioré ces dernières années. Dans le quartier de Tallinding, Nabiya veille sur ses sept enfants.
(RFI 12/06/17)
Un membre des services de renseignements gambiens est détenu par la police depuis samedi 10 juin. Il s'agit du conseiller juridique de l'agence la State Intelligence Services, anciennement NIA, National Intelligence Agency. Considéré comme un «—lanceur d'alerte—» par la presse gambienne, et un «—renégat—» par son agence, Bubacarr Badjie a été arrêté pour avoir écrit et diffusé un rapport dans lequel il critique les dérives de l'organisation. Incompétence des agents, pratiques douteuses, un texte regroupant les différentes critiques a été envoyé à l'office du président et a fuité dans la presse...
(RFI 12/06/17)
Yahya Jammeh a quitté le pays, mais ses 22 années à la tête de la Gambie ont laissé des traces. Notamment du côté de ceux qui ont cru en ses pouvoirs de guérison du VIH et du sida. En Gambie, le virus touche environ 2% de la population. Il n’existe pas aujourd’hui de moyen de guérir du sida, seulement des traitements permettant de ralentir considérablement la maladie. Mais l’ancien président, qui s’est attribué les titres de «professeur» et «docteur» sans...

Pages