| Africatime
Vendredi 29 Juillet 2016
(Autre média 29/07/16)
Le Sénégal, aidé par FHI/360 a initié avec la Gambie et la Guinée-Bissau, la mise en place d'une plateforme sous régionale de concertation et de coordination transfrontalière du VIH dans le but de stimuler des activités innovantes et ciblées pour atteindre les groupes vulnérables notamment les professionnelles du sexe et les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. La mise en place de cette plateforme est une réponse aux nombreux facteurs de vulnérabilité au VIH dans cette partie sud du pays. Les pays frontaliers aux régions Sud que sont la Gambie et la Guinée Bissau se fixent avec le Sénégal, le pari de mutualiser leurs efforts pour faire face au VIH/Sida. Après deux jours...
(Commod Africa 28/07/16)
La Gambie a validé son plan d'investissement et d'action nationale de lutte contre l'aflatoxine fin juin à Banjul. Ce plan sera intégré dans le Gambia National Agriculture Investment Plan et le National Development Plan sur la période 2017/ 22. Le plan comporte huit thématiques dont le plaidoyer, l’analyse du risque, la recherche et la technologie, les politiques, la législation et les normes, l'infrastructure commerciale et du marché, le financement, les investissements et la mobilisation des ressources et la coordination des parties prenantes et le suivi.
(Le Soleil 27/07/16)
Le mutisme de la communauté internationale sur la dégradation des droits humains en Gambie inquiète une plateforme d’organisations de la société civile. Lors d’une conférence de presse, ces différents acteurs ont dénoncé le régime gambien pour ses actes répressifs dirigés contre les opposants et autres militants de la liberté d’expression. Des organisations de la société civile comme Article 19, Amnesty International, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) et la Ligue sénégalaise des droits de l’homme (Lsdh) affirment que le régime gambien continue de bafouer les libertés des citoyens du pays. Estimant que l’espace public est bâillonné, à cinq mois de l’élection présidentielle, Article 19, Amnesty international, Raddho...
(Commod Africa 27/07/16)
L'Indonésie va rénover le Centre de formation des fermiers (Agriculture Rural Farmers Training Center) à Jenoi, à quelque 180 km de la capitale de la Gambie. Une délégation indonésienne de gestion et d'évaluation des formations agricoles est arrivée vendredi à Banjul à cette fin, et repartie dimanche. Ce Centre avait été édifié par l'Indonésie en 1998. Actuellement, il s'agit de dresser le bilan de ses activités et de le redynamiser, ce qui comprend la rénovation des bâtiments. Couvrant 6,6 ha,...
(RFI 26/07/16)
Tour de vis en Gambie : à cinq mois de l'élection présidentielle, la justice a condamné le chef de l'opposition et 27 militants à trois ans de prison ferme. Tous avaient été arrêtées au mois d'avril, au cours de manifestations pour réclamer des réformes politiques. Ces condamnations sont vivement condamnées par les associations de défense des droits de l'homme, dont l'ONG Article 19. Sa directrice en Afrique de l'Ouest, Fatou Jagne Senghor, estime cependant que la situation est en train...
(Autre média 25/07/16)
A cinq (5) mois de l'élection présidentielle enGambie, les Organisations de la société civile restent plus que jamais soucieuses du climat politico-social qui prévaut au pays de Yahya Jammeh. Pour prevenir l'opinion, la Ligue Sénégalaise des Droits de l'Homme, la Radho et Amnesty International sont montés au créneau pour tirer à boulets rouges sur le régime de Jammeh. 22 juillet 1994- 22 juillet 2016, voilà 22 ans jour pour jour que l'homme fort de Banjul accédait à la magistrature suprême...
(SeneNews 25/07/16)
Suite à une manifestation pacifique en Gambie le 16 avril 2016, le sort des 19 personnes est connu. Parmi les condamnés figure l’opposant Ousseynou Dabo. Ces personnes ont été déclarées coupables de six chefs d’inculpations liés a leur participation à des manifestations non autorisées. Dabo est condamné à trois de prison ferme le 20 juillet dernier. Cette manifestation a eu lieu prés de Banjul la capitale Gambienne. Un autre manifestant a été relaxé sans poursuite. «Le fait d’emprisonner des dirigeants...
(APA 25/07/16)
Des dizaines de participants venus d’Afrique et de l’étranger sont arrivés à Banjul, la capitale gambienne, pour prendre part au concours coranique international initié par le président Yahya Jammeh, du 25 au 26 juillet. Un groupe de savants de l’Islam venus principalement de pays musulmans dont le Maroc, le Niger, l’Algérie, la Mauritanie, entre autres, est arrivé à Banjul dimanche pour les compétitions dans le cadre de l’événement. Les événements religieux verront la participation d’éminents savants islamiques du monde entier...
(Autre média 25/07/16)
En match retour du troisième et dernier tour des éliminatoires de la CAN réservée aux joueurs âgés de moins de 20 ans (U-20), le Syli national junior de Guinée mène 2-0 avant la pause devant son homologue de la Gambie ce dimanche 24 juillet au stade du 28 septembre. Le coup d'envoi a été donné par le général Ibrahima Baldé, patron de la gendarmerie, en compagnie du président du comité de normalisation, Mohamed Nabé, et de son secrétaire général, Ibrahima Blasco Barry. S3830054 Après le coup d'envoi, les guinéens ont marqué par deux fois à chaque mi-temps.
(Autre média 23/07/16)
Depuis plusieurs années, c'est le même combat : Mettre fin aux atrocités, crimes et violations des droits humains en Gambie. Les organisations de défense des droits de l'Homme, qui ont tenu une conférence de presse à l'occasion du 22ème anniversaire de l'arrivée au pouvoir de Yahya Jam­meh, envisagent des poursuites pénales pour arrêter la «terreur de Banjul». Depuis 22 ans, il gouverne la Gambie d'une main de fer. Les organisations de défense des droits de l'Homme ont marqué hier le 22ème anniversaire de l'arrivée au pouvoir de Yahya Jammeh en Gambie en documentant les atrocités qu'il aurait commises au cours d'une conférence de presse.
(AFP 22/07/16)
Une loi réprimant le mariage des enfants, désormais passible de vingt ans d'emprisonnement, a été votée jeudi par le Parlement gambien, deux semaines après une déclaration du président Yahya Jammeh prohibant cette pratique. "Un adulte qui contracte volontairement un mariage au nom d'un enfant, qui pousse un enfant à contracter un mariage, qui aide, encourage ou participe à la célébration de toute forme de mariage d'un enfant commet une infraction et est passible d'emprisonnement n'excédant pas vingt ans", stipule...
(Jeune Afrique 22/07/16)
Le 22 juillet 1994, le jeune officier Yahya Jammeh renverse dans un calme assourdissant le père de l'indépendance gambienne. C'est l'aube d'un régime ubuesque. On a peut-être tendance à l’oublier mais la longue silhouette de l’homme fort de Banjul, sempiternellement vêtu de son boubou blanc immaculé, était autrefois celle d’un jeune lieutenant arborant fièrement son treillis délavé des forces armées gambiennes. Car Yahya Jammeh, l’autocrate ubuesque bien connu aujourd’hui pour ses frasques et son égocentrisme, est parvenu au pouvoir il...
(RFI 22/07/16)
En Gambie, onze femmes sont passées jeudi en jugement pour avoir manifesté. Mercredi 20 juillet, ce sont 18 opposants, dont le chef du principal parti d'opposition UDP, Ousainou Darboe, qui ont été condamnés à trois ans de prison ferme pour plusieurs chefs d'inculpation, dont celui d'avoir manifesté illégalement. Tous avaient plaidé non coupables. Ils avaient été arrêtés après des manifestations organisées en avril, d'abord pour réclamer des réformes politiques puis pour protester contre le décès en détention d'un responsable de...
(APS 22/07/16)
Dakar– L’organisation Article 19 tient une conférence de presse, vendredi à 15 heures, au Good Rade, pour partager son rapport sur les "récentes attaques et restrictions" de l’espace public en Gambie, indique un communiqué transmis à l’APS. Cette rencontre avec la presse intervient dans un contexte ‘’ de crise politique à cinq mois de l’élection présidentielle’’ dans le pays, note le texte. Selon Article 19, ‘’le gouvernement gambien vient de condamner ce 20 juillet, 19 membres du United Democratic Party...
(Jeune Afrique 22/07/16)
Après la condamnation du leader de l'opposition gambienne à trois ans de prison, Stephen Cockburn d’Amnesty International revient sur le procès et l'atmosphère de contestation qui règne dans le pays à l'approche des élections. Mercredi 20 juillet, 19 personnes ont été condamnées chacune à trois ans de prison ferme en Gambie. Parmi elles, des rivaux de l’autocrate Yahya Jammeh, dont Ousainou Darboe, le leader de l’UDP (United Democratic Party), le principal parti de l’opposition, qui devait concurrencer le maître de...
(AFP 21/07/16)
Le chef du principal parti d'opposition en Gambie, Ousainou Darboe, et 17 co-accusés ont été condamnés mercredi à trois ans de prison ferme pour plusieurs chefs d'inculpation, dont celui d'avoir manifesté illégalement, a annoncé le tribunal qui les a jugés. M. Darboe, chef du Parti démocratique uni (UDP) et les autres prévenus ont comparu devant la Haute cour de Banjul, qui a acquitté un homme. Tous étaient visés par plusieurs chefs d'inculpation, dont rassemblement illégal, incitation à la violence et...
(Autre média 19/07/16)
L’armée est en train d’abattre un travail de titan dans le département de Médina Yoro Foulah (Myf), dans le cadre de la lutte contre le trafic de bois à destination de la Gambie. Un détachement se trouve à Myf et effectue des descentes fructueuses sur le terrain. En tout cas, à ce rythme, il sera bientôt mis fin au pillage de la forêt, même si le mal est déjà fait. Il nous revient, de sources concordantes, qu’à chaque fois que...
(Autre média 19/07/16)
Un détachement de l’armée est depuis quelques jours aux trousses des trafiquants de bois à Médina Yéro Foulah. D’après L’AS de ce lundi, les militaires mobilisés multiplient les descentes dans les points où le trafique du bois vers la Gambie est intense. À chaque opération, rapporte le journal, une dizaine de charrettes sont saisies et leurs propriétaires arrêtés. Cette lutte s’est intensifiée depuis la descente sur le terrain des ministres de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, de l’Environnement, Abdoulaye Baldé, et...
(APS 18/07/16)
Ziguinchor. Près 8.000 réfugiés en provenance de la Casamance vivent encore en Guinée Bissau et 7.000 autres en Gambie, a indiqué samedi l’historien Nouha Cissé. Le nombre de refugiés ayant fui la Casamance était estimé entre 30.000 et 50.000 dans la période comprise entre 1982 et 2002, a rappelé l’historien, en citant le Haut Commissariat pour les refugiés et la Croix-Rouge. ‘’Près de 17.000 personnes étaient refugiées en 1997, soit en Guinée Bissau, soit en Gambie. Et l’on estime à...
(Jeune Afrique 18/07/16)
Les chefs d'État devraient entériner lors du sommet de l'Union africaine le principe d'une taxe de financement qui permettrait à l'institution panafricaine de ne plus reposer sur les aides extérieures. « Historique !” La réaction à chaud de l’ancien président de la Banque africaine de développement (BAD), le Rwandais Donald Kaberuka, en dit long sur l’ambiance des débats qui se sont tenus, samedi 16 juillet soir à l’Hôtel Serena de Kigali, autour d’un sujet épineux : le financement de l’Union africaine (UA). Kaberuka sortait tout juste d’une présentation sur le financement de l’organisation aux chefs d’État, aux ministres des Affaires étrangères et des Finances du continent, réunis pour...

Pages