Lundi 19 Février 2018

ONU Femmes : la Gambienne Jaha Dukureh devient la première Ambassadrice de bonne volonté pour l'Afrique

ONU Femmes : la Gambienne Jaha Dukureh devient la première Ambassadrice de bonne volonté pour l'Afrique
(La Tribune 09/02/18)
Jaha Dukureh

A l’occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines (MGF) célébrée ce mardi 6 février, ONU Femmes, le bras de l’ONU pour la défense des droits des femmes, a nommé sa nouvelle ambassadrice de bonne volonté pour l’Afrique, la première du genre. Retour sur son parcours.

Jaha Dukureh est désormais Ambassadrice de bonne volonté d'ONU Femmes pour l'Afrique, indique dans un communiqué de presse l'organisation internationale relevant des Nations Unies et dédiée à la promotion de l'égalité des sexes qui a saisi l'occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro aux mutations génitales féminines célébrée ce mardi 6 février pour l'annoncer.
Symbole de la lutte anti-MGF

Et l'annonce de sa nomination ce jour ne relève pas d'une coïncidence. Déjà, il s'agit du tout premier poste du genre au sein de cette instance onusienne qui signe cette année huit ans d'existence et Jaha représente un symbole de la lutte anti-MGF et anti-mariage précoce.

Naturalisée américaine en 2015, elle est née en 1989 en Gambie. Une semaine plus tard, elle se fait exciser. En 2004, elle n'a que 15 ans lorsqu'elle est victime d'un mariage arrangé avec un homme beaucoup plus âgé qu'elle rejoint tout de suite aux Etats-Unis. C'est donc au pays de l'Oncle Sam que la jeune fille de l'époque prendra conscience, quelques années plus tard, de ses droits et signera le début de son combat.

Libérée, de ce premier mariage, Jaha tente tout de suite d'emprunter la route de l'instruction. A 17 ans, elle est acceptée dans un lycée de New York et obtient en 2013 un Bachelor's Degree en administration des affaires de la Georgia Southwestern State University. La même année, elle fonde Safe Hands for Girls, une organisation à but non lucratif militant pour la protection des jeunes filles et femmes des MGF et le soutien aux victimes de ces pratiques.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/decideurs/parcours-de-femme/2018-02-06/onu-...

Commentaires facebook