Lundi 19 Février 2018

Gambie : Adama Barrow sous pression, un an après la chute de Yahya Jammeh

Gambie : Adama Barrow sous pression, un an après la chute de Yahya Jammeh
(Jeune Afrique 25/01/18)
Adama Barrow, président de la Gambie

Un an après le départ de Yahya Jammeh, les Gambiens savourent leur liberté retrouvée mais ont surtout soif de changement. Catapulté à la tête du pays, le nouveau président peine à trouver ses marques et craint toujours un coup bas des partisans de son prédécesseur.

De sa statue, à l’entrée de Banjul, il ne reste que des gravats. Contraint à l’exil le 21 janvier 2017, après avoir été défait dans les urnes, Yahya Jammeh vit désormais dans la moiteur de Malabo et ne fait plus trembler ses concitoyens. Oubliés la police politique, la sinistre prison de Mile 2 et les escadrons de la mort, qui ont fait régner la terreur pendant plus de vingt-deux ans. Les Gambiens sont à nouveau libres de dire ce qu’ils pensent et ne s’en privent pas.

La presse revit après des années de bâillonnement, les ONG ou associations travaillent sans crainte, et les gens peuvent manifester sans être inquiétés. Aux manettes de cette « nouvelle Gambie »qui réapprend doucement la démocratie, un homme sans grande expérience politique : Adama Barrow, 52 ans.

Ce promoteur immobilier, un temps agent de sécurité à Londres pour payer ses études, s’est retrouvé catapulté au pouvoir avec la lourde tâche de succéder à Jammeh. Discret et réservé, l’homme donne encore l’impression de flotter dans son boubou présidentiel et il n’est pas épargné par les critiques.

Certains le jugent peu charismatique, pas assez dynamique ou encore sans vision claire. D’autres l’accusent d’être un « pantin » manipulé par ses anciens alliés de l’opposition sous Jammeh ou par les autorités sénégalaises, qui l’ont accueilli et protégé pendant la crise post-électorale. « Barrow est considéré comme le président du peuple, mais il est encore trop distant. Il faut qu’il communique plus souvent et qu’il explique ce qu’il fait », estime Salieu Taal, avocat et cofondateur du mouvement #GambiaHasDecided, lancé sur les réseaux sociaux en décembre 2016.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/516739/politique/gambie-adama-barrow-sou...

Commentaires facebook