Vendredi 17 Novembre 2017

En Gambie, la première Tabaski «libre» depuis la fin du régime Jammeh

En Gambie, la première Tabaski «libre» depuis la fin du régime Jammeh
(RFI 28/08/17)

En Gambie, on s’apprête à célébrer la Tabaski pour la première fois sans Yahya Jammeh. Pour certains chefs de communauté religieuse, cela change tout : sous Jammeh, les Gambiens avaient pour directive de prier le même jour que les croyants saoudiens, pour être en conformité avec La Mecque. Sauf que certains imams refusent de prier avant de voir la lune apparaitre en Gambie, ce qui pouvait créer un jour de décalage. Pour la première fois cette année, ces « récalcitrants » ne s’exposent plus à de lourdes sanctions.

Muhideen Hydara est le chef religieux de sa communauté soufie dans un village de la région de Foni. En 2014, à plus de 70 ans, il avait passé quatre jours en détention pour avoir prié pour la Korité (le nom donné en Afrique de l’Ouest à l’Aïd el-Fitr, la Tabaski étant le nom donné à l’Aïd el-Kebir) un jour après le jour officiel tel que définit par le Conseil Suprême Islamique, soutenu par Yahya Jammeh.

Prières sous surveillance

« Le président avait demandé à tout le pays de prier le lundi. Mais moi, j'ai prié le mardi. Et c'est à cause de cela qu'ils m'ont arrêté ! », raconte Muhideen Hydara, qui ne regrette pas d’avoir tenu tête, ce jour-là. « J'ai fait le choix de prier le mardi, car au fond de moi, je savais que c'était le bon jour pour prier. »

Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170828-gambie-premiere-tabaski-libre-depuis-...

Commentaires facebook