Samedi 19 Août 2017

Afreximbank investit 500 millions de dollars en Gambie

Afreximbank investit 500 millions de dollars en Gambie
(La Tribune 17/05/17)
Adama Barrow, président de la Gambie.

Alors que sous le régime de Yahya Jammeh tous les bailleurs de fonds avaient laissé tomber la Gambie, l'engagement de l’Africain Export Import Bank laisse augurer d'un avenir meilleur pour les investissements dans le pays. Estimé à 500 millions de dollars, l’investissement d'Afreximbank est destiné aux secteurs clés de l’économie gambienne.
Une véritable impulsion économique pour un pays pauvre comme la Gambie. Le calendrier de cet investissement n'est pas encore clairement défini. Mais selon le président d'Afreximbank, Benedict Oramah, une équipe technique sera bientôt envoyée en Gambie pour que le financement destiné aux infrastructures, à l'agriculture et au tourisme, une fois décaissé, soit bien profitable aux deux millions d'habitants que compte le pays.

Retour des investisseurs ?
D'autres bailleurs sont prêts à s'engager en Gambie. Au mois de février dernier, l'Union européenne a promis au petit pays de l'Afrique de l'Ouest un paquet d'aide de 75 millions d'euros. C'est une marque de confiance de la part de l'UE à l'endroit du président Adama Borrow. En 2014, l'Union européenne avait gelé son aide à la Gambie après que le gouvernement de Jammeh ait interdit l'homosexualité dans le pays.

Cependant, si l'arrivée de l'actuel président au pouvoir rassure les investisseurs, il reste du chemin à faire pour la Gambie. Chez le voisin immédiat sénégalais, tout est à refaire. L'ancien président, exilé aujourd'hui en Guinée équatoriale, a laissé l'économie du pays assortie d'une dette de plus d'un milliard de dollars, plus que la production économique annuelle de la Gambie.

Mais tout n'est pas encore perdu., puisqu'il encore possible pour la Gambie de se rattraper. Pour ce faire et afin d'exploiter son potentiel, le pays doit forcément améliorer son climat des affaires. Selon un rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), publié au mois de février dernier, «clarté, stabilité et prévisibilité sont des données essentielles pour les investisseurs».

Commentaires facebook