Vendredi 18 Août 2017

Adama Barrow (Gambie): «nous sommes le gouvernement de tout le peuple»

Adama Barrow (Gambie): «nous sommes le gouvernement de tout le peuple»
(RFI 29/07/17)
Adama Barrow, président de la Gambie.

En Gambie, cela fait six mois que l’ancien président Yahya Jammeh a été forcé de quitter le pays, laissant le vainqueur de l’élection de décembre, Adama Barrow, accéder au pouvoir et mettre fin à 22 ans de dictature. Très discret, le président, ancien agent immobilier, s’est tenu à l’écart des médias depuis son investiture. Mais ces six mois au pouvoir sont l’occasion de faire le point sur les premières mesures mises en place pour la « Nouvelle Gambie ». Il répond aux questions de Claire Bargelès.

RFI : Parmi la population, certains Gambiens montrent des premiers signes de frustration, ils voudraient que les choses aillent plus vite : que leur répondez-vous ?

Adama Barrow : Nous espérons que les Gambiens sauront se montrer patients. Nous avons attendu tellement longtemps, pendant 22 ans, et là cela fait seulement 6 mois. Rome ne s’est pas faite en un jour. Mais nous nous sommes engagés à ce que le changement advienne.

Quelles seront vos priorités pour les prochains mois ?

Le secteur de l’électricité est la priorité de mon gouvernement. Nous pensons que sans une bonne fourniture d’électricité, nous ne pourrons pas bien nous développer, donc c’est très important. Nous travaillons nuit et jour pour être sûrs que la situation soit résolue.

Yahya Jammeh est parti en exil en Guinée-Équatoriale, mais d’anciens soutiens se trouvent dans les pays voisins de la Gambie. Quatre soldats qui lui sont toujours fidèles ont par ailleurs été arrêtés au sein de l’armée. La sécurité est-elle assurée en Gambie, monsieur le président ?

La sécurité se porte bien. Mais nous ne pouvons jamais assurer la sécurité à 100 %. Nous pensons que l’armée et la police sont loyales à ce nouveau gouvernement. Non, il n’y a pas de menaces qui plannent au-dessus de notre pays. Il y a des rumeurs, certes, mais elles sont exagérées. La Gambie est sécurisée.

Vous avez des nouvelles de Yahya Jammeh ?

Pas directement. Je suis ce qu’il se passe sur les réseaux sociaux. Mais je n’ai pas de contacts directs, non, ce n’est pas le bon moment.

Le mandat de la force de la Cédéao en Gambie, composée en grande partie de soldats sénégalais, a été prolongé pour un an. À partir de quel moment la Gambie sera-t-elle capable de se passer de cette force ?

Nous travaillons beaucoup pour être capables de faire avec nos propres forces de sécurité. Car nous savons que les soldats étrangers devront un jour quitter ce pays. Donc nous essayons de faire en sorte que nos forces puissent prendre le relais. Mais tant que nous sommes en période de transition, nous voulons que les forces étrangères soient là pour supporter l’armée gambienne, jusqu’à ce que nous soyons sûrs de pouvoir gérer nous-mêmes. C’est pour cela que nous avons commencé des réformes, pour que les membres de notre personnel de sécurité deviennent de vrais professionnels.

Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20170728-adama-barrow-gambie-gouvernement-peu...

Commentaires facebook