Mercredi 24 Mai 2017

Maroc-France : Visite de François Hollande pour renforcer les liens économiques

lun, 21/09/2015 - 15:24 -- Patrick

La visite du président français François Hollande au roi du Maroc, Mohammed VI, aura touché plusieurs volets dont le moindre n'est pas la lutte contre l'islamisme et l'obscurantisme religieux. De fait, la France et le Maroc ont signé samedi une déclaration conjointe relative à la coopération en matière de formation d'imams à l'Institut Mohammed VI, ouvert en mars à Rabat. Le texte souligne que cette formation devra promouvoir "un islam du juste milieu" conforme aux "valeurs d'ouverture et de tolérance" mais aussi "pleinement ancré dans les valeurs de la République et de la laïcité". Selon l'entourage du président français, "une cinquantaine d'imams français" pourraient suivre chaque année dans cet institut une formation religieuse, complétée par un enseignement civique en France ou au Maroc.

Complète adhésion de l'Union des mosquées de France
L'Union des mosquées de France (UMF) s'est félicitée dimanche de la déclaration franco-marocaine sur la formation des imams, qui doit "répondre aux besoins immédiats en matière de formation d'imams et préparer les futurs enseignants des structures de formation" à créer en France. "Grâce à cette coopération entre la France et le Maroc, l'UMF espère pouvoir répondre aux besoins immédiats en matière de formation d'imams et d'aumôniers et préparer par la même occasion les futurs enseignants des structures de formation à créer sur le territoire français", a souligné Mohammed Moussaoui, qui préside l'Union des mosquées de France (UMF, de sensibilité marocaine), dans un communiqué. "L'UMF, engagée dans la lutte contre toutes les formes de radicalisation, est convaincue que la formation d'imams disposant des connaissances nécessaires pour promouvoir l'islam de juste milieu doit être au coeur de tout dispositif de prévention et de lutte contre les dérives extrémistes", a-t-il ajouté.

Une nouvelle promotion d'imams rejoindra les 30 déjà sur place
Une première promotion d'une vingtaine d'étudiants venus de France avait intégré l'institut lors de son inauguration, en mars, et 30 autres devraient les rejoindre courant septembre 2015, selon l'UMF. La durée moyenne de la formation, prise en charge par le Maroc, est de trois ans. À leur retour en France, les étudiants s'inscriront à une formation universitaire supplémentaire axée sur la sociologie des religions en France et le droit des cultes. La question de la formation des imams fait l'objet de débats en France, autour de leur maîtrise de la langue, de la théologie et de leur adhésion aux valeurs de la République.