Samedi 20 Janvier 2018
(Jeune Afrique 13/01/18)
Jean Ping a reçu ce vendredi une convocation du juge d’instruction du tribunal de première instance de Libreville, dans le cadre de l’enquête sur Pascal Oyougou. L’ancien président de la Commission de l’Union africaine est convoqué en tant que témoin le 17 janvier. Une interdiction de sortie du territoire a également été prononcée à l'encontre de l'opposant. « Dans le cadre de l’affaire “Ministère public contre Oyougou Pascal”, vous avez été abondamment cité par l’inculpé », explique la lettre reçue ce vendredi 12 janvier par Jean Ping. « Pour la manifestation de la vérité […], nous vous invitons à vous présenter à notre cabinet le mercredi 17 janvier 2018 », ajoute-t-elle (voir premier document ci-dessous)...
(Le Monde 11/01/18)
Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté à l’aéroport de Londres-Heathrow, à la sortie d’un vol en provenance de Genève, a deux passeports : français et algérien. C’est oublier qu’Alexandre Djouhri, 58 ans, ne se contente pas de deux nationalités. L’homme d’affaires, recherché dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a aussi été gabonais. Selon plusieurs sources, il a ainsi détenu plusieurs passeports diplomatiques d’Etats pétroliers d’Afrique centrale qui furent un tremplin dans la carrière de cet ancien caïd de la banlieue parisienne devenu intermédiaire international de haut vol. Trois jours plus tard, l’homme d’affaires a obtenu de la justice britannique une libération...
(La Tribune 03/01/18)
Les autorités gabonaises ont prévu de consacrer en 2018 une enveloppe totale de 36 milliards de francs CFA au développement provincial. Chacune des 9 provinces du pays devrait ainsi bénéficier d'un appui du gouvernement pour le financement de projets. Le gouvernement gabonais veut visiblement accorder plus d'importance au développement des 9 provinces que compte le pays. D'après le ministre d'Etat gabonais en charge du budget et des comptes publics, Jean-Fidèle Otandault, l'Etat a prévu pour la nouvelle année, de mettre...
(RFI 02/01/18)
Pour saluer le passage à la nouvelle année, les Librevillois sont allés à l'église, les autres dans les bars et les boites de nuits alors que beaucoup ont préféré rester chez eux. En ces temps de crise économique, les excès ont été peu nombreux dans la capitale gabonaise. La pluie et une longue coupure d'électricité ont davantage terni la fête. Dans cette église universelle du royaume de Dieu, les fidèles ont passé une bonne partie du réveillon à la lumière...
(AFP 29/12/17)
Le gouvernement gabonais a appelé les responsables musulmans du pays à "dénoncer sans trêve les discours haineux énoncés au nom d'Allah" à la suite de l'attaque à connotation islamiste de deux Danois à Libreville la semaine dernière. Le ministre de l'Intérieur gabonais, Lambert-Noël Matha, a "appelé les imams à dénoncer sans trêve les discours haineux énoncés au nom d'Allah et de ne pas céder aux extrémismes", selon un communiqué du Ministère reçu vendredi par l'AFP. Le 16 décembre, deux ressortissants...
(RFI 29/12/17)
Le ressortissant nigérien qui a attaqué au couteau deux journalistes danois dans un marché des souvenirs le 17 décembre en criant « Allah Akbar » a été incarcéré mercredi 27 décembre à la prison centrale de Libreville où il attendra son procès qui pourrait intervenir dans un délai de douze mois à deux ans. A cette étape de l'enquête, aucun lien formel n'a été établi avec un quelconque complice. Tous les commerçants interpellés ont été libérés. Avant de quitter le...
(AFP 28/12/17)
"Ici, vous êtes au coeur de la précarité!": à Kolo Ngoum, faubourg abandonné et crasseux de la périphérie de Libreville, il y a belle lurette qu'on n'a pas vu un médecin dans le coin. Alors quand les équipes du Samu social gabonais débarquent avec leur ambulance, les habitants se disent d'abord "un peu surpris". Mais très vite, à la vue des stéthoscopes et tensiomètres, un sourire éclaircit les visages. "C'est une bonne initiative", s'étonne Natanaël, trentenaire aux dreadlocks en bataille...
(RFI 26/12/17)
Au Gabon, les Librevillois ont passé Noël sous les odeurs des ordures ménagères qui ne sont plus collectées depuis près de deux semaines. Il y a des tas d'immondices partout. Les pluies abondantes ces derniers jours ne facilitent pas la situation. Le gouvernement est monté au créneau mais le mal est déjà fait. Jeff est cuisinier. Il a démissionné d'un restaurant au bord de mer pour ouvrir son petit fast-food au carrefour Bangos. Les odeurs et les mouches d'une poubelle qui n'a plus été vidée depuis plusieurs jours nuisent à son commerce. « Cette poubelle, c’est vraiment un obstacle.
(AFP 22/12/17)
Maixent Accrombessi, l'influent ex-directeur de cabinet du président du Gabon Ali Bongo Ondimba, a été inculpé à Paris en novembre, soupçonné d'avoir perçu illégalement de l'argent d'une entreprise française, a appris vendredi l'AFP de source judiciaire. Ce proche du président avait fait l'objet, dans cette affaire, d'une interpellation retentissante à Paris le 4 août 2015. Mais il avait dû être relâché après quelques heures de garde à vue en raison de son immunité diplomatique. Le président Bongo avait dénoncé une tentative "d'humilier le Gabon". Deux ans plus tard, Maixent Accrombessi a finalement été mis en examen (inculpé) le 17 novembre à Paris...
(Jeune Afrique 22/12/17)
Accusé de corruption par le ministre de la Justice, les magistrats gabonais ont lancé jeudi 14 décembre une grève illimitée. Si un accord a été trouvé jeudi pour assurer les services basiques dans les tribunaux, les magistrats ont également réaffirmé leur volonté de poursuivre leur mouvement. Une semaine après le début de la grève illimitée des magistrats qui réclament le départ de Francis Nkéa Ndizigue, le ministre de la Justice accusé par le syndicat des magistrats du Gabon (Synamag) d’immixtions dans les affaires du pouvoir judiciaire, un compromis a été trouvé au sein du syndicat...
(La Tribune 22/12/17)
Pour l’heure, la communication gouvernementale est restée allergique aux mots "terrorisme" ou "djihadisme". Et pourtant, après l’arrestation d’un ressortissant nigérien, accusé d’avoir poignardé au cri "Allahu Akbar", deux journalistes danois en représailles de la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël, la question taraude les esprits sans qu’on ose la porter sur la place publique. Le Gabon est-il aux prises du terrorisme ? La conférence de presse de ce mercredi 20 décembre, de Steeve Ndong Essame Ndong, le Procureur de...
(AFP 19/12/17)
L'attaque au couteau perpétrée samedi contre deux Danois à Libreville, aux cris de "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand, en arabe), était un "acte prémédité", a-t-on appris mardi de source judiciaire gabonaise. "L'enquête a révélé que l'agresseur, un Nigérien de 53 ans vivant régulièrement au Gabon depuis 19 ans (...), où il exerce une petite activité d'épicier, séjournait à Libreville depuis le 14 décembre dans le but de commettre cet acte lâche +contre des blancs+ selon ses propres termes",...
(RFI 19/12/17)
Au Gabon, l'enquête se poursuit après l'agression dans un marché de souvenirs de deux journalistes danois. Le procureur de la République a annoncé qu'il animera une conférence de presse à ce sujet ce 20 décembre. Olivier est gardien du parking qui jouxte le grand village artisanal de Libreville où deux journalistes danois ont été agressés par un Nigérien, ce 16 décembre. Cet incident a ruiné son activité. « Les petits Français qui viennent ici comme touristes, ils nous donnaient des petits billets de 500 francs CFA, ils garaient ...
(AFP 18/12/17)
Le Conseil supérieur des affaires islamiques du Gabon a condamné dimanche l'attaque au couteau perpétrée contre deux Danois à Libreville par un Nigérien ayant crié "Allah Akbar" et disant agir "en représailles à la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël". "Le Conseil supérieur des affaires islamique du Gabon (CSAIG), unique institution de l'islam au Gabon rejette et condamne fermement de tels faits", a déclaré lors d'une conférence de presse à la mosquée Hassan II de Libreville le président du...
(AFP 18/12/17)
Les forces de sécurité gabonaises ont procédé à plusieurs dizaines d'arrestations dimanche à Libreville, au lendemain d'une attaque à l'arme blanche à connotation islamiste qui a fait deux blessés, a-t-on appris de sources concordantes. Des éléments de la police et de la gendarmerie se sont rendus aux premières heures de la matinée au "village artisanal", marché pour touristes où un Nigérien avait poignardé deux Danois la veille, aux cris de "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand). Tous les commerçants...
(AFP 18/12/17)
Deux ressortissants danois ont été blessés, dont l'un gravement, samedi à Libreville dans une attaque au couteau perpétrée par un Nigérien disant agir "en représailles à la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël", une attaque inédite dans ce petit pays d'Afrique centrale. Les deux hommes, en reportage au Gabon pour la chaîne National Geographic, ont été poignardés alors qu'ils faisaient des achats au "village artisanal", un lieu habituellement fréquenté par les touristes, a annoncé le ministre de la Défense...
(Agence Ecofin 18/12/17)
Les efforts déployés par le gouvernement gabonais dans la lutte contre la poliomyélite ont porté leurs fruits. A la faveur d’une conférence de presse animée ce 15 décembre 2017, la ministre d’Etat, en charge de la Santé, Denise Mekam’ne a annoncé que le Gabon était désormais un pays certifié libre de poliomyélite. Cette certification a été actée le 14 décembre dernier, à Yaoundé au Cameroun où se tenait la Commission régionale pour la certification de l’éradication de la poliomyélite en...
(AFP 16/12/17)
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré le Gabon "pays libre de poliomyélite", étant donné l'absence de cas déclarés ou suspects dans le pays. L'OMS "a recommandé de prendre les mesures nécessaires pour pérenniser les acquis de la surveillance épidémiologique des paralysies flasques aigües", méthode de référence pour détecter les cas de poliomyélite, selon un communiqué obtenu samedi par l'AFP. Lors d'une conférence de presse rapportée samedi par le journal pro-gouvernemental L'Union, la ministre de la Santé Denise Mekam'ne Edzidzie a rappelé "la responsabilité des familles qui doivent continuer de faire vacciner les enfants et éviter une résurgence de cette maladie".
(AFP 08/12/17)
Groupes armés et braconniers exercent une "pression énorme" sur les espèces sauvages, notamment les éléphants, dans les aires protégées d'Afrique centrale, révèle une nouvelle étude publiée vendredi. Selon ce rapport de l'ONG Traffic, qui se concentre sur trois parcs nationaux aux confins de la République démocratique du Congo (RDC) et de la Centrafrique, le "braconnage est répandu dans toute la région et ses principaux auteurs sont des groupes armés non-étatiques, des acteurs étatiques, des éleveurs armés et des braconniers indépendants"...
(RFI 07/12/17)
Le continent africain accueille 30% de l'ensemble des populations relevant de la compétence du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Un chiffre alarmant et en constante augmentation depuis 2011. Car il ne faut pas l'oublier : avant d'être un lieu de départ pour une partie de la jeunesse qui cherche à rejoindre l'Europe par les routes les plus dangereuses, l'Afrique est avant tout un immense lieu d'accueil pour les fugitifs et les déplacés du Sud. Le point sur la...

Pages