Lundi 18 Décembre 2017
(MondAfrique 14/12/17)
Malgré le multipartisme qui existe au Gabon depuis 1990, le pays est devenu une dictature militaire sous la férule de son président, Ali Bongo, présent à Paris depuis ce lundi 11 décembre pour la conférence climat organisée par la France. Malgré la conférence de la Baule qui s’était tenue en 1989 sous la présidence de François Mitterrand et où la transition vers la démocratie en Afrique avait été actée, Omar Bongo, le père de l’actuel président Ali, avait été catégorique.: « Moi je vous le dis et je vous le confirme le multipartisme au Gabon Zéro ! Tant que je serai là il n’en aura pas ». Et pourtant Omar Bongo fut bien obligé face...
(MondAfrique 14/12/17)
Fondée au lendemain du coup d’état de 1964, la garde présidentielle rebaptisée garde républicaine, est le cerbère du pouvoir. Et sa réputation est sinistre. Considérée comme une force de deuxième catégorie préposée à la protection du président de la République, la Garde républicaine du Gabon apparait plus comme une armée à part entière et entièrement à part. Une annexe du clan familial La Garde Républicaine possède un budget qui ne dépend pas du ministère de la défense. Forte de plus de 3000 hommes, elle dispose à la fois de chars basés au groupement blindé d’intervention à Libreville), un régiment de parachutistes, une escadrille aérienne, une brigade nautique. Ses bases se situent à Libreville et à Cap Esterias, mais aussi à...
(Jeune Afrique 12/12/17)
Le Parti démocratique gabonais, qui tenait son 11ème congrès ce dimanche, connaît une véritable petite révolution interne, avec de nombreux départs des « anciens » qui laissent leur place à une nouvelle génération de responsables. La liste des départs est éloquente. Certains, à l’instar du président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, ont été battus lors du renouvellement des Conseils provinciaux. D’autres ont tout simplement été remplacés à l’issue du 11 ème congrès du Parti démocratique gabonais (PDG), qui s’est...
(Jeune Afrique 09/12/17)
L’entraîneur, José Antonio Camacho fait l'objet de critiques depuis élimination des Panthères de la CAN 2017 et de la Coupe du monde 2018. Son avenir au sein de l'équipe gabonaise est incertain. En poste depuis décembre 2016, le sélectionneur du Gabon José Antonio Camacho, 62 ans, est sur la sellette. CAN 2017 quittée dès le premier tour, élimination en qualifications pour la Coupe du monde 2018… L’ancien défenseur du Real Madrid, dont le contrat court jusqu’à la fin de 2018,...
(RFI 07/12/17)
Le continent africain accueille 30% de l'ensemble des populations relevant de la compétence du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Un chiffre alarmant et en constante augmentation depuis 2011. Car il ne faut pas l'oublier : avant d'être un lieu de départ pour une partie de la jeunesse qui cherche à rejoindre l'Europe par les routes les plus dangereuses, l'Afrique est avant tout un immense lieu d'accueil pour les fugitifs et les déplacés du Sud. Le point sur la...
(La Tribune 06/12/17)
L'Agence française de développement a signé ce vendredi 1er décembre 2017 une convention de financement avec l'Etat gabonais. Portant sur un prêt triennal d'un montant total de 147,59 milliards de francs CFA, cet appui contribuera à appuyer le désendettement de l'Etat et le renforcement de la gestion de sa trésorerie. Le Gabon peut continuer à compter sur les soutiens extérieurs. Ce vendredi 1er décembre 2017, le pays a signé avec l'Agence française de développement (AFD), une convention de financement leur...
(RFI 05/12/17)
A Abidjan (Côte d'Ivoire), la Conférence internationale de lutte contre le sida et les infections sexuellement transmissibles (Icasa) s’est ouverte le 4 décembre. Jusqu’au 9 décembre ce sera le rendez-vous mondial de ceux qui se consacrent à la lutte contre le VIH. Parmi les participants, Mme Matshidiso Moeti, docteure et responsable de la branche africaine de l’OMS s’inquiète du faible taux d’accès aux traitements des malades en Afrique de l’Ouest et Centrale. Elle répond aux questions de Frédéric Garat. Lire...
(Jeune Afrique 28/11/17)
Nous sommes le 30 août. À Libreville, les rumeurs de remaniement vont bon train. Les postes se proposent, s’acceptent et, parfois, se refusent. Sur les tapis feutrés du Palais du bord de mer, les destins politiques se font et se défont sous l’œil vigilant des hommes du président. Parmi les nominés, un nouveau venu : Brice Laccruche Alihanga. Le 25 août, il a été nommé directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba (ABO), en remplacement de Martin Boguikouma, choisi en octobre 2016...
(Jeune Afrique 28/11/17)
Wilson-André Ndombet, enseignant à l’université Omar-Bongo de Libreville, observe d’un œil critique les changements au sommet de l’État. Jeune Afrique : La nomination de Brice Laccruche Alihanga comme directeur de cabinet représente-t‑elle un nouvel élan dans le septennat d’Ali Bongo Ondimba (ABO) ? Wilson-André Ndombet : Je ne pense pas. Le chef de l’État cherchait un successeur à Maixent Accrombessi depuis que celui-ci est tombé malade. Il voulait quelqu’un d’assez proche de lui et des milieux financiers. Le nouvel arrivant est surtout rassurant...
(RFI 24/11/17)
Le reportage de ce jour nous conduit au Gabon à la découverte du Samu Social, un service récemment mis en place avec l’appui du Samu Social français. Équipe d’une dizaine d’ambulances, d’un centre médico-psychologique, de trois centres d’hébergement et d’une quinzaine de médecins spécialistes, le Samu social offre gratuitement médicaments, soins et accompagnement pyscho-social grâce à de multiples donations et à une ligne budgétaire de l’Etat. Notre correspondant Yves-Laurent Goma a suivi une équipe du Samu Social en pleine forêt...
(La Tribune 23/11/17)
Nouvelle partie de poker politique entre les ex-beaux-frères ennemis, cette fois-ci hors des frontières gabonaises. Abidjan sera peut-être le nouveau théâtre d’un affrontement Ping-Bongo, cette passe d’armes d’anthologie qui n’en finit pas depuis un an entre Ali Bongo, le président du Gabon et Jean Ping, qui se proclame « président élu » du Gabon. Tous deux attendus fin novembre au Sommet UA-UE d’Abidjan, ils pourraient prolonger leur rivalité fraternelle au point de provoquer un carambolage « présidentiel ». Cela pourrait constituer un casse-tête pour les services ivoiriens du protocole.
(RFI 23/11/17)
L’avalanche de réactions se poursuit suite aux images, diffusées par CNN, de personnes vendues comme esclaves en Libye. Le Niger a ainsi demandé que la question migratoire soit débattue lors du sommet Union européenne-Union africaine qui se tiendra les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Des voix s'élèvent également chez les diasporas africaines d'Europe pour que les dirigeants africains protègent leurs ressortissants et fassent mieux que de négocier des enveloppes d'aide au développement. « Dans la...
(Jeune Afrique 22/11/17)
Jean Ping ne désarme pas. À l'approche du sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne qui s’ouvre à Abidjan le 29 novembre, le Gabonais doit lui aussi faire escale dans la capitale ivoirienne mercredi 22 novembre. Son objectif : y convaincre « la communauté internationale » et « rétablir la vérité des résultats » de la présidentielle d’août 2016. L’ancien président de la Commission de l’Union africaine ne se rendra pas seul en terre ivoirienne. La délégation de la Coalition...
(Jeune Afrique 22/11/17)
C’est une curiosité qu’a mise en évidence le verdict rendu à l’issue du procès intenté à Teodorín, le vice-président équato-guinéen : dans l’Hexagone, la justice peut ordonner la vente de biens saisis, mais n’a rien prévu pour que l’argent ainsi récupéré soit reversé aux victimes des détournements. Dans le parking Boieldieu, au second sous-sol du centre commercial des Quatre-Temps, dans le quartier des affaires de la Défense, au nord-ouest de Paris, neuf bolides d’exception se décatissaient depuis deux ans quand de...
(La Tribune 20/11/17)
Le gouvernement gabonais au cours du dernier conseil des ministres a adopté deux projets de loi autorisant l'Etat à contracter des prêts auprès de certains partenaires financiers comme la Banque africaine de développement et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement. Ces deux accords auraient déjà reçu l'approbation des conseils d'administration de ces différentes institutions financières. Les autorités gabonaises viennent de prendre la décision de recourir à des emprunts pour financer la relance économique du pays. Au cours...
(La Tribune 20/11/17)
La douane gabonaise seulement une semaine après le lancement de l'opération« Aigle Douanes » a saisi des marchandises illicites estimées à plus de 1,31 milliard de francs CFA. Il s'agit d'une opération dont le but est d'améliorer les recettes douanières, réduire la fraude transfrontalière, sécuriser le cadre des consommateurs et imposer un comportement civique aux usagers en matière de dédouanement, a rappelé le commandant Aymar Okouma Koubangoye, porte-parole de l'opération. La douane gabonaise a redoublé d'efforts ces derniers temps contre...
(Jeune Afrique 18/11/17)
Le 28 septembre, le gouvernement gabonais adoptait en Conseil des ministres un projet de révision de la Constitution, touchant notamment le rôle du président de la République. Depuis, les critiques pleuvent, alors que l’Assemblée doit examiner le texte. Donnez votre avis sur les mesures envisagées. « Projet monarchique ». « Coup d’État constitutionnel ». Depuis le 28 septembre dernier et l’adoption par le conseil des ministres du projet de révision de la Constitution gabonaise, l’opposition n’a pas de mots assez...
(Jeune Afrique 13/11/17)
Touché de plein fouet par la chute des cours de l’or noir, le Gabon s’évertue à diversifier son économie. Si les raisons d’être optimiste sont nombreuses, le chemin pour sortir du marasme s’annonce encore long. Et si le feu d’artifice grandiose tiré le 14 octobre en l’honneur du nouveau terminal d’Owendo inaugurait, plus encore que le port lui-même, le renouveau de l’économie gabonaise ? La célébration, organisée en grande pompe sur les quais flambant neufs, a pu sembler sur le moment...
(Jeune Afrique 13/11/17)
Le bal des prétendants fait rage autour des mines de manganèse au Gabon. Cette richesse des sols attire les entreprises, qui se sont multipliées sur le terrain depuis 2010. Le Gabon abrite de vastes gisements de manganèse, dont il est le deuxième producteur africain. Jusqu’en 2010, seule la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), filiale du français Eramet, opérait dans ce secteur. Mais, bien décidé à développer la filière, le gouvernement a attiré de nouveaux acteurs dans ce secteur clé pour la diversification économique du pays. Depuis 2012, la Compagnie industrielle et commerciale des mines de Huazhou (CICMHZ) produit du minerai extrait du site de Ndjolé...
(Jeune Afrique 13/11/17)
Créée en 2011, « pour renforcer le rôle de l’État dans le domaine stratégique des hydrocarbures », la Gabon Oil Company, société nationale s’était d’abord concentrée sur l’amont pétrolier, osant même se lancer dans l’exploitation des champs de Remboué et de Mboumba. Avant de revoir sa copie en 2016. À contre-courant de son prédécesseur, Arnaud Calixte Engandji-Alandji, administrateur-directeur général de la compagnie, privilégie les actifs non opérés. Sous son impulsion, GOC partage les risques avec le canadien Touchstone Oil &...

Pages