Vendredi 26 Mai 2017
(RFI 26/05/17)
Au Gabon, le dialogue politique s'est clôturé ce jeudi 25 mai. Une initiative voulue par le président Bongo après la crise postélectorale d'août à septembre 2016 et sa réélection contestée. Le rapport final, lui, sera présenté demain. Ce dialogue politique, c'est un processus entamé fin mars durant lequel les citoyens ont exprimé leurs souhaits pour éviter une nouvelle crise. Depuis plus d'un mois, une phase politique avait à son tour été lancée, avec un dialogue entre la majorité et une partie de l'opposition pour entériner une série de réformes. Ces ...
(Libération 26/05/17)
A l’issue du Colloque international sur la traite négrière qui s’est tenu à Libreville du 17 au 19 mai, le Président a proposé d'offrir la nationalité gabonaise à toutes les personnes dont les ancêtres ont été déportés. Un projet complexe à mettre en place et aux airs d'écran de fumée. «Nous demandons le droit de retour, nous demandons le droit de choisir notre nationalité, de ne pas nous voir imposer une nationalité», a revendiqué la Française Marie-Evelyne Petrus-Barry, représentante du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Gabon, dans son allocution au Colloque international sur la traite négrière. Un vœu que souhaite exaucer, à la surprise générale, le président gabonais Ali Bongo. Sa proposition s’adresse aux afro-descendants, ces...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Le dialogue politique national s’achève au Gabon. Les commissions ont rendu leurs conclusions et majorité et opposition se sont mises d’accord sur un certain nombre de propositions qui concernent l’élection présidentielle, le Parlement ou encore la Cour constitutionnelle. Donnez votre avis sur les mesures-phares préconisées. Les espoirs des observateurs du dialogue national vont-ils être déçus ou satisfaits ? Après plusieurs mois de concertation avec la société civile puis les partis politiques, les différentes commissions chargées de moderniser la vie politique...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Où étaient l’État, ses lois et procédures, ses mécanismes de contrôle budgétaire ? L’affaire Santullo apparaît symptomatique de l’ampleur des dysfonctionnements dus à la corruption endémique qui sévit dans la haute fonction publique gabonaise. Selon des sources convergentes au sommet de l’appareil d’État – où l’on n’évoque le dossier qu’off the record –, elle a été rendue possible par le non-respect des procédures de passation de marchés et par l’affaiblissement des contrôles. Dans un schéma classique, un marché public de construction...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Le dialogue politique au Gabon devrait permettre à Ali Bongo Ondimba de se représenter en 2023. Une décision qui divise l'opposition. L’opposition qui participe au dialogue national a tranché : contrairement à ce qu’elle avait d’abord envisagé, elle ne réclamera ni une limitation du nombre des mandats présidentiels ni l’interdiction du cumul des mandats, de député et de maire notamment. La ligne de René Ndemezo’o Obiang, le leader de Démocratie nouvelle (DN), l’a donc emporté sur celle défendue par Pierre-Claver Maganga...
(Dw-World 24/05/17)
À trois jours de la fin du dialogue, les participants, la majorité présidentielle et une frange de l'opposition se réjouissent des progrès réalisés. Ils concernent les réformes institutionnelles et électorales. La commission électorale au Gabon, la CENAP, a fait l'objet de beaucoup de critiques lors de la présidentielle du mois d'août dont Ali Bongo est déclaré vainqueur. C'est pourquoi les participants notamment ceux issus de la frange de l'opposition qui participe à ce dialogue, ont beaucoup misé sur des réformes de cet organe de gestion des élections ainsi que de la Cour constitutionnelle. Les élections ont été suivies d'affrontements...
(Le Monde 22/05/17)
Ce sont plus de 8 millions de dollars qui auraient transité par les comptes de Joseph Szlavik, pour payer le train de vie de la présidence gabonaise aux Etats-Unis. Par François Pilet Le président du Gabon Ali Bongo Ondimba (au centre) ici en 2011 avec l’ambassadrice de Chine à Libreville et le président de la fédération de football Placide Dieudonné Engadjas durant l’inauguration du stade de l’Amitié. Les autorités américaines ont séquestré un demi-million de dollars sur les comptes du...
(RFI 19/05/17)
Au Gabon, les magistrats ont relancé, mercredi, une grève suspendue en février dernier. Ils réclament de meilleures conditions de travail et des arriérés de primes. Jeudi 18 mai, ils ont pris des mégaphones pour demander la libération du bâtiment que le gouvernement leur aurait octroyé pour loger les magistrats sans bureau. Problème, le bâtiment est déjà occupé par un autre ministère. « Libérez ! Libérez ! Libérez le bâtiment ! » Ce ne sont pas des badauds mais des magistrats gabonais qui scandent ces morts. Vêtus de leur...
(RFI 18/05/17)
Au Gabon s’est ouvert, mercredi 17 mai à Libreville, un colloque international sur la traite négrière. Le colloque s’inscrit dans le cadre de la décennie internationale des personnes d’ascendance africaine décretée par une résolution de l’ONU de 2014. Depuis le vote de cette résolution, le Gabon est le premier pays d’Afrique noire à organiser une telle rencontre qui met face à face des Africains et des descendants d’esclaves à la recherche de leurs origines. C'est par un folklore envoûtant que...
(BBC 18/05/17)
Le syndicat national des magistrats gabonais a annoncé la reprise du mouvement de grève générale, suspendu depuis un trimestre. Un service minimum a été instauré dans les tribunaux au Gabon en raison de la grève des magistrats. Ils réclament de meilleures conditions de travail et dénoncent la vétusté des édifices qui abritent les services provinciaux. Selon ce syndicat, il n'y aura pas d'audiences tant que le gouvernement ne donne pas satisfaction aux revendications des grévistes
(RFI 17/05/17)
Au Gabon, on compte de plus en plus de gays. Le code pénal gabonais n'est pas répressif contre l'homosexualité mais les Gabonais dans leur majorité ne tolèrent pas cette sexualité de plus en plus visible dans le pays. La preuve, l'annonce du premier mariage coutumier gay avait suscité une vive polémique en 2013. C'est dans un journal des faits divers que les Gabonais avaient appris la tenue fin décembre 2013 du premier mariage coutumier gay dans leur pays. La république était en émoi. Le ministre de la Famille et des Affaires sociales de l'époque, la juriste très respectée, Honorine Nze Biteghe, s'était fondue dans une déclaration pour défendre...
(Financial Afrik 17/05/17)
En 45 ans, la BGFI Bank a franchi de nombreuses barrières comme l’a rappelé le président directeur général, Henri Claude Oyima, dans son discours d’ouverture aux BGFI CEO Meetings qui se tiennent du 15 au 19 mai 2017. Extraits substantiels. “…Voila 45 ans déjà que BGFIBank accompagne ses clients dans leurs projets personnels et professionnels, en leur offrant des produits et des services innovants et fiables, sur mesure, parfaitement adaptés à leurs besoins. Ce souci constant de satisfaire nos clients...
(Le Point 16/05/17)
Jean Ping continue de s'opposer à Ali Bongo Ondimba à Libreville, mais il garde un œil attentif sur ce qui se passe à Paris avec l'investiture d'un nouveau président de la République. Il refuse toujours de reconnaître la réélection de M. Bongo au scrutin présidentiel du 27 août et avait félicité dès dimanche dernier Emmanuel Macron pour son élection, se présentant comme à son habitude comme « le président élu » du Gabon. Ce 14 mai, il a profité de...
(Jeune Afrique 16/05/17)
Après de longs mois au cours desquels le président gabonais, Ali Bongo Ondimba est, à l’exception d’une visite d’État en Chine en décembre 2016, resté dans son pays pour gérer la situation politique et le dialogue national avec une partie de l’opposition et de la société civile, son agenda international évolue. Ali Bongo Ondimba a en effet été invité par le roi Salman d’Arabie saoudite à participer au sommet des chefs d’État arabes et islamiques, les 20 et 21 mai...
(RFI 15/05/17)
Au Gabon, quelques dizaines de partisans de l'opposant de Jean Ping ont manifesté pacifiquement devant l'ambassade de France à Libreville pour demander à Emmanuel Macron, le nouveau président français, de rétablir la vérité sortie des urnes. En termes clairs, ces opposants souhaitent que Macron reconnaisse la victoire de Jean Ping lors de l'élection présidentielle d'août 2016 que lui aurait volé Ali Bongo. La réaction du pouvoir ne s'est pas fait attendre. Ces femmes initiées ont sorti leurs costumes traditionnels de couleur blanche pour un rituel consacré à adoucir le cœur d'Emmanuel Macron
(Le Point 11/05/17)
« Il était question de faire échouer Le Pen », a lancé, sourire aux lèvres, un employé de l'Institut français du Gabon, sous le couvert de l'anonymat. L'étudiante franco-gabonaise Dupont Biyoumba soutient également que la victoire d'Emmanuel Macron « est un vote contre l'idéologie nationaliste de Le Pen, dans une Europe en proie à de nombreuses difficultés ». « Je suis très heureuse. Le Pen est une petite Trump et sa politique migratoire...
(Xinhua 11/05/17)
La clôture du dialogue national ouvert le 28 mars dernier pour réconcilier les Gabonais et refonder les institutions du pays mises à mal après la crise postelectorale issue du scrutin présidentiel d'août 2016, prend finalement fin le 25 mai au lieu du 10 mai comme initialement prévu, a annoncé mercredi le comité d'organisation. Ce report permettra aux participants de disposer de plus de temps pour poser sur la table les différents sujets qui bloquent les débats au sein de certaines...
(Jeune Afrique 11/05/17)
Le Paris-SG a fait du recrutement du Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang une de ses priorités pour la saison prochaine. Le club français est prêt à débourser 70 millions d’euros pour racheter ses trois dernières années de contrat avec le Borussia Dortmund. Pour Gernot Rohr, l’ancien coach des Panthères, et Didier Ovono, son partenaire en sélection, PEA ferait un excellent choix en signant au PSG. Pierre-Emerick Aubameyang, lors de son départ de Saint-Étienne pour le Borussia Dortmund en juin 2013, n’avait pas...
(Jeune Afrique 10/05/17)
Mike Jocktane, le vice-président de l’Union nationale, a démissionné le jeudi 4 mai de ses fonctions au sein du principal parti d’opposition gabonais. La décision n’a surpris personne, tant le fossé s’était creusé entre la formation et son ex-numéro deux, qui se revendique de l’héritage de feu André Mba Obame. En conflit avec son président, Zacharie Myboto, Jocktane avait décidé de participer au dialogue national contre l’avis de ce dernier – et la position officielle du parti. Depuis, il préparait...
(RFI 09/05/17)
L'opposant gabonais Jean Ping est persuadé que le nouveau président français va « secouer le cocotier ». Emmanuel Macron « ne pourra pas, ne devrait pas et je crois qu'il ne fera pas de la continuité », dit-il, avant de déclarer que le Gabon a toujours été le « prototype de la Françafrique de papa ». L'opposant considère avoir gagné la présidentielle du 27 août 2017, et a écrit dès dimanche soir à M. Macron pour le féliciter, en qualité...

Pages