Vendredi 21 Juillet 2017
(Libération 21/07/17)
Rencontre avec le leader de l’opposition du Gabon, de nouveau à Paris pour plaider sa cause un an après la réélection contestée de son rival. Jean Ping : «La chute est proche, Ali Bongo va partir, j’en fais le pari» Dans le patio déserté d’un hôtel parisien, Jean Ping affiche un calme olympien ce lundi matin. «Je vais aussi bien que possible», ironise-t-il d’emblée. Il est vrai qu’à Paris, le leader de l’opposition gabonaise est en terrain conquis : la diaspora de ce petit pays d’Afrique centrale manifeste en sa faveur tous les samedis sur l’esplanade du Trocadéro et poursuit de sa colère tout officiel qui ose s’afficher en public dans la capitale française. «Bloquée»...
(Gabon Review 21/07/17)
Nommée président de la Cour constitutionnelle en octobre 1991 par Omar Bongo, et reconduite à trois reprises (1998, 2005 et 2012), l’ancienne Miss Franceville devrait, selon diverses sources, entrer dans le prochain gouvernement. Ses proches affirment pourtant le contraire : elle veut terminer, en octobre 2019, son quatrième mandat à la tête de la haute juridiction. Toutes choses qui ramènent au souvenir du cas de Guy Bertrand Mapangou. Marie-Madeleine Mborantsuo, 62 ans, veut faire taire toutes les rumeurs concernant son avenir immédiat : pas question pour elle d’aller au gouvernement avant le terme de son mandat. Elle estimerait, selon l’un de ses proches, que sa nomination éventuelle comme membre du gouvernement serait une forme d’«impeachment». Et elle dispose d’une arme...
(Gabon Actu 20/07/17)
Loin des projecteurs de l’actualité et des activités politiques à cause du deuil de sa mère, Guy Nzouba Ndama a décidé, un temps soit peu, de briser le silence. Dans une interview vérité à Gabonactu.com, l’ancien président de l’Assemblée nationale brocarde le pouvoir qui use des subterfuges pour ne pas organiser des élections législatives auxquelles sont parti affirme avoir pris la décision de participer. L’ancien candidat à l’élection présidentielle d’août 2016 qui avait rallié Jean Ping dont il reste un...
(Gabon Review 20/07/17)
Pour une meilleure coalition autour d’Ali Bongo, seul capable de «changer le système» et de «faire bouger les lignes», le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) propose de dissoudre le Parti démocratique gabonais (PDG), qui n’aurait plus rien à offrir au pays. Neuf mois après son entrée au gouvernement, l’opposant, jadis un des plus critiques à l’endroit du président de la République, en est convaincu : seul Ali Bongo veut et est capable de «changer le...
(Jeune Afrique 20/07/17)
Marie-Madeleine Mborantsuo ne compte pas quitter son poste à la Cour constitutionnelle gabonaise avant la fin de son mandat. Elle préside l'instance depuis sa création, en 1991. Alors que la presse la verrait bien intégrer le gouvernement postdialogue, la juge Marie-Madeleine Mborantsuo n’a pas l’intention, selon ses proches, de quitter la Cour constitutionnelle avant le terme de son mandat, en octobre 2019. À partir de cette date, « MMM », qui n’aura pas encore atteint l’âge de la retraite, sera,...
(Alternative 20/07/17)
Le jeudi 13 juillet dernier, le très contesté Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a effectué à Lomé une visite éclair. Selon le communiqué de presse rendu public à l’issue de ce bref séjour, on apprend que c’est à l’invitation de son homologue togolais que le fils Bongo est arrivé à Lomé. « Ce déplacement du Président gabonais s’inscrit dans le cadre du raffermissement des relations de coopération entre le Togo et le Gabon et celle des Sous-région ouest-africaine et...
(Gabon Actu 20/07/17)
Le Secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC, majorité), Guy Christian Mavioga, par ailleurs porte-parole de la majorité présidentielle, a dans un bref entretien exclusif accordé à Gabonactu.com, qualifié de « bonne décision », le rendu de la Cour constitutionnelle qui a reporté l’organisation des élections législatives au mois d’avril 2018 au lieu du 29 juillet 2017, comme initialement prévues. « La décision de la Cour constitutionnelle est une bonne décision, nous aurons même souhaité que cela soit reporté au-delà...
(La Tribune 19/07/17)
La décision avait été prise le 11 juillet dernier. Maintenue au secret, elle ne s’est ébruitée qu’à dix jours de la date du scrutin. La cour constitutionnelle du Gabon a décidé d’un nouveau report des élections législatives initialement prévues en décembre 2016 avant d’être reportées à juillet 2017. La nouvelle date prévue est « au plus tard en avril 2018 ». Et la nuance glissée dans la décision vaut tout son pesant d’or. Pour le Palais du bord de mer, le glissement est acté. Motif sur motif, il n'a...
(Gabon Actu 19/07/17)
Les élections législatives qui auraient pu se tenir en fin décembre 2016 ont été pour une seconde fois reportées à avril 2018, selon une décision de la Cour constitutionnelle saisie par le Premier ministre Emmanuel Issozé Ngondet. La décision de la Cour porte le numéro 020/CC, du 11 juillet 2017. Elle a été prise après un plaidoyer du Premier ministre devant les juges constitutionnels. M. Issoszé Ngondet s’est récemment rendu au siège de cette institution en présence de 5 membres...
(APA 19/07/17)
Les élections législatives au Gabon, ont été de nouveau reportées ‘’au plus tard au mois d’avril 2018’’, selon une décision de la Cour constitutionnelle gabonaise, rendue publique mardi. Elles étaient initialement programmées pour se tenir avant le 31 juillet 2017. Ce nouveau report entraine de facto le prolongement du mandat des députés gabonais, élus pour une durée de cinq ans, et qui a pris fin en décembre 2016. La Cour constitutionnelle gabonaise justifie cette décision par la difficulté de «concilier le temps nécessaire dont les autorités compétentes doivent disposer pour faire aboutir ...
(Gabon Review 19/07/17)
Alors que des poursuites sont envisagées dans le cadre des «biens mal acquis» contre des légataires du président Omar Bongo, pour un patrimoine bâti en France, les opérations de succession, sans lesquelles il ne peut y avoir de procès, piétinent. Un acte volontaire, selon un avocat de Transparency international. Me William Bourdon, un avocat de Transparency international, expliquerait clairement la lenteur affichée dans le traitement de la succession d’Omar Bongo, l’ancien Chef de l’Etat gabonais, par un retard délibérément entretenu...
(Jeune Afrique 19/07/17)
Le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau a rejoint le gouvernement d’ouverture en octobre, en tant que vice-Premier ministre. Une position d’équilibriste. Arrivé troisième à la présidentielle du 27 août 2016, à laquelle il concourait sous les couleurs de l’Union du peuple gabonais (UPG), Bruno Ben Moubamba, 50 ans, est l’un des rares opposants à avoir accepté d’intégrer le gouvernement d’ouverture formé le 2 octobre par le Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngonde. Représentant de l’une des trois branches...
(RFI 19/07/17)
Au Gabon, les élections législatives, prévues ce mois de juillet 2017, viennent, une fois de plus, d'être reportées à avril 2018 par la Cour constitutionnelle, saisie par le gouvernement. Ce n'est quasiment pas une surprise. Ce scrutin aurait pu se tenir en décembre 2016, mais le gouvernement avait évoqué un manque de budget. Cette fois, il a convaincu la Cour qu'il a besoin de temps pour appliquer les reformes électorales décidées lors du dernier dialogue politique. Comment réagit la classe...
(Gabon Actu 19/07/17)
Le président de l’Union des patriotes gabonais loyalistes (UPGL, opposition), David Mbadinga a fustigé mardi dans une conférence de presse le comportement « rétrograde » des anciens barrons du régime Omar Bongo, devenus selon lui les spécialistes de la division au sein de l’opposition. « Les PDGistes devenus opposants sont venus avec cet esprit d’intolérance et d’organisation des coups bas », a dénoncé M. Mbadinga, sans cité les noms. Implicitement, il a pointé du doigt au leader de l’opposition Jean...
(Xinhua 19/07/17)
Les élections législatives gabonaises déjà repoussées à la fin juillet 2017 ont à nouveau été reportées au plus tard à avril 2018, selon une décision de la Cour constitutionnelle publiée mardi dans la capitale. La Cour constitutionnelle a pris la décision suite à une saisine du Premier ministre, Emmanuel Issozé Ngondet. M. Ngondet a saisi la Cour pour solliciter un report de ce scrutin suite à la tenue dans le pays d'un dialogue politique qui a recommandé des réformes politiques...
(AFP 18/07/17)
Les élections législatives gabonaises, qui devaient se tenir avant le 29 juillet 2017 après un premier report, ont été de nouveau repoussées, "au plus tard' à avril 2018", a décidé la Cour constitutionnelle dans une décision parvenue mardi à l'AFP. "Les élections des députés de l'Assemblée nationale doivent être organisées au plus tard au mois d'avril 2018", dit l'article 3 de cette décision de la Cour constitutionnelle prise le 11 juillet. Le document, authentifié par l'AFP auprès des autorités gabonaises, n'avait pas été rendu public immédiatement. En cause, "l'impossibilité de concilier le temps nécessaire dont les autorités compétentes doivent disposer pour faire aboutir le processus des réformes électorales...
(Gabon Actu 18/07/17)
L’opposant Jean Ping en tournée internationale en Europe, aux USA et en Éthiopie, a dans un entretien au journal français Libération du 17 juillet a, une fois de plus, prédit la fin du régime de son rival politique, Ali Bongo Ondimba. «La chute est proche. Ali va partir. J’en fais le pari. Et ce n’est pas ma bouche qui le dit, c’est l’état d’esprit dans lequel sont les Gabonais», a déclaré Jean Ping au journal français. Jean Ping s’est présenté...
(L'Union 18/07/17)
Le principal temps fort de la visite d'amitié et de travail de 24 heures que vient d'effectuer le président de la République, Ali Bongo Ondimba, dans la capitale togolaise, aura été son entretien avec son homologue, Faure Essozimna Gnassingbé. président de la République, Ali Bongo Ondimba, a effectué, de jeudi à hier, une visite de travail et d'amitié à Lomé au Togo. Il a été accueilli à sa descente d'avion par son homologue togolais Faure Essozimna Gnassingbé. A l'aéroport international...
(L'Union 18/07/17)
Trois jours après l'intégration en son sein du Front pour l'unité nationale et le développement unitaire (Fundu), le Rassemblement héritage et modernité (RHM), notamment son secrétariat exécutif, a tenu récemment une réunion à son siège sis au Centre-Ville. A l'ordre du jour : une prise de contact entre anciens et nouveaux membres, l'organisation du congrès et la mise en place d'un programme d'activités devant être appliqué, dans les tout prochains jours, sur le terrain. De fait, a indiqué le secrétaire...
(L'Union 18/07/17)
Par la voix du président du bureau du Conseil politique, ils ont réaffirmé que leur leader est le président de leur formation politique, ainsi que leur appartenance à la majorité républicaine et sociale pour l'émergence. Ce qu'il est désormais convenu d'appeler "le feuilleton sur la paternité de l'Alliance démocratique et républicaine" (Adere), opposant l'ancien vice-président de la République, M. Didjob Divungi Di Ndinge, à l'actuel ministre de l’Éducation nationale, Florentin Moussavou, n'est pas prêt de connaître son épilogue. Dernier rebondissement...

Pages