Dimanche 25 Février 2018
(La Tribune 23/02/18)
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a procédé mardi dernier à un léger remaniement de son équipe gouvernementale. Dans ce jeu de chaises musicales, on notera neuf changements de portefeuille et la création de deux nouveaux ministères. Seul départ, celui d'Yves Fernand Manfoumbi, le désormais ex-ministre de l'Agriculture. Vint-quatre heures après l'annonce des prochaines élections législatives au 28 avril 2018, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a procédé mardi dernier à un remaniement léger de son gouvernement. D'après l'annonce faite par le ministre des Affaires présidentielles, Etienne Massard Kabinda Makaga, le remaniement comprend neuf changements...
(Xinhua 23/02/18)
Le président gabonais Ali Bongo séjourne ce jeudi à Kinshasa pour une visite de travail où il s'est entretenu avec son homologue Joseph Kabila de la République démocratique du Congo (RDC). Cette visite en RDC fait partie d'une série de visites entamée par le président gabonais depuis la semaine dernière dans quelques pays de l'Afrique centrale. En RDC, Ali Bongo a été accueilli ce matin au Palais de nation à Kinshasa par son homologue congolais où ils se sont entretenus sur les réformes institutionnelles en cours au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC). Selon le communiqué final de la présidence de la RDC, les deux chefs d'Etat ont également passé en revue la situation dans...
(Jeune Afrique 22/02/18)
Accusé de corruption par le ministre de la Justice, les magistrats gabonais avaient lancé jeudi 14 décembre un appel à une grève illimitée dans les tribunaux du pays pour réclamer le départ de Francis Nkea Ndzigue. C'est désormais chose faite, suite au remaniement ministériel de mardi. Francis Nkea Ndzigue paye-t-il son bras de fer avec les magistrats gabonais ? « C’est une façon de voir les choses, même si les syndicats ne peuvent ordonner à qui que ce soit la départ d’un ministre. Mais ce changement aidera probablement à apaiser la situation avec les magistrats »
(AFP 21/02/18)
Le Gabon a opéré un remaniement ministériel avec neuf titulaires qui changent de portefeuille et un conseiller diplomatique nommé secrétaire général de la présidence, a annoncé mardi le ministre en charge des Affaires présidentielles, Etienne Massard Kabinda Makaga. Jean-Yves Teal, diplomate de carrière et conseiller diplomatique du président Ali Bongo Ondimba, remplace Guy Rossatanga-Rignault au secrétariat de la présidence gabonaise, a précisé le ministre dans un discours retransmis par les médias publics gabonais. Neuf ministres voient leur portefeuille changer, avec deux créations de ministères: le ministère de la pêche, de la mer et de la sureté maritime, qui revient à M. Rossatanga-Rignault, et le ministère d'Etat...
(RFI 21/02/18)
Un remaniement gouvernemental intervient au Gabon à deux mois des élections législatives. Plusieurs ministres changent de poste, deux entrent au gouvernement et un autre en sort après que des images de lui lors d'une fête ont suscité un tollé sur la Toile. Le Premier ministre gabonais Emmanuel Issoze Ngondet a été sans pitié pour Yves Fernand Manfoumbi, le seul à quitter le gouvernement à l'issue du remaniement ministériel. Le week-end dernier, le désormais ex-ministre de l'Agriculture s'est rendu dans son...
(La Tribune 21/02/18)
Les gabonais seront appelés aux urnes pour les élections législatives le 28 avril prochain, a annoncé le ministre gabonais de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze. Face à la presse, il a précisé qu'il s'agit d'une date décidée depuis plusieurs mois déjà par la Cour constitutionnelle du Gabon. On connait enfin la date, à priori définitive, de la tennue des élections pour le renouvellement de l'Assemblée nationale du Gabon. Les élections législatives dans le pays sont...
(Jeune Afrique 21/02/18)
Alors que la stratégie de l'opposition tarde à se dessiner, à quelques semaines des législatives prévues en avril, l'annonce de la candidature de Zacharie Myboto, de l'Union nationale, est une épine de plus dans le pied de Jean Ping. Mais l'opposant n'a pas répondu directement, préférant faire lire un communiqué. Le 10 février, Zacharie Myboto, leader de l’Union nationale, a adressé des messages subliminaux à Jean Ping pour lui annoncer que son parti et d’autres poids lourds de la Coalition...
(Jeune Afrique 21/02/18)
Le Premier ministre gabonais Emmanuel Issoze-Ngondet a procédé ce mardi à un remaniement gouvernemental. Le ministre de l'Agriculture et de l'Élevage, Yves-Fernand Manfoumbi, a été limogé et est remplacé par Biendi Maganga Moussavou. Paye-t-il son apparent accès de folie à Ndendé le 18 février ? Toujours est-il que Yves-Fernand Manfoumbi, par ailleurs membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) ne fait plus partie du gouvernement. La nouvelle est tombée ce mardi 20 février, suite à un...
(Apa 21/02/18)
APA – Libreville (Gabon) - Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo, a procédé ce mardi, à un léger remaniement de son gouvernement, marqué notamment par le limogeage du ministre de l’Agriculture, Yves Fernand Manfoumbi dont des photos le montrant dansant ont inondé ces dernières 48h les réseaux sociaux. Il est aussi marqué par le changement de portefeuille pour le ministre de la Justice, Me Francis Nkéa qui atterrit au ministère de l’Habitat suite à un bras de fer qui...
(Le Monde 20/02/18)
En Chine, rien ne remplace le guanxi (le réseau) : des liens interpersonnels qui régissent aussi bien les rapports amicaux que les relations dans les affaires et la politique. La confiance vient du guanxi et, pour cela, il faut se rencontrer. Ainsi fonctionne, aussi, la diplomatie chinoise. Avec 79 visites dans 43 pays d’Afrique en dix ans, le pays est particulièrement actif sur le continent. « La Chine attache beaucoup d’importance aux relations personnelles et à ces rencontres en face...
(APA 19/02/18)
APA – Libreville (Gabon) – Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a procédé vendredi, à Kango à quelque 100 km de Libreville sur la route nationale n°1 (tronçon Kango-Bifoun), a l’inauguration du programme d’électrification des villages, fruit d’un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et le groupe Gabon Spécial Economic Zone, une société du groupe singapourien Olam, leader de l’agro-industrie au Gabon. Ce sont au total 28 villages soit près de 8 000 habitants qui vont bénéficier à terme de l’électricité...
(APA 19/02/18)
APA – Brazzaville (Congo) - La République du Congo et le Gabon ont réaffirmé samedi à Brazzaville, leur volonté d’impulser le processus d’intégration régionale en vue du développement de l’Afrique centrale toute entière Au terme d’une visite de travail de quelques heures à Brazzaville, le chef de l’Etat gabonais et son homologue Denis Sassou NGuesso, après examen de la situation de la sous région d’Afrique centrale ,se sont réjouis de la décision d’ouvrir intégralement leurs frontières aux ressortissants de la...
(Xinhua 19/02/18)
Le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a félicité dans une correspondance publiée samedi, l'arrivée au pouvoir du nouveau président sud-africain, Cyril Ramaphosa, porté à la tête de l'Afrique du Sud par le Parlement qui n'a même pas eu besoin d'un vote formel, du fait qu'il était l'unique candidat. Dans une correspondance de la direction de la communication présidentielle, le chef de l'Etat gabonais, a salué le transfert pacifique du pouvoir en Afrique du Sud qui a placé officiellement,...
(Xinhua 19/02/18)
Le chef de l'Etat gabonais, président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), Ali Bongo Ondimba, a annoncé samedi à Brazzaville la tenue prochaine à Libreville, au Gabon, d'un sommet du Conseil de paix et de sécurité de l'Afrique centrale (COPAX). Le président gabonais a fait cette annonce devant la presse à l'aéroport international Maya-Maya de Brazzaville où il a été accueilli en matinée, par son homologue congolais, Denis Sassou NGuesso. "Il est normal qu'entre...
(Jeune Afrique 16/02/18)
Neuf partis politiques de la Coalition pour la nouvelle République de Jean Ping ont publié un communiqué jeudi pour annoncer qu'ils ne participeront pas aux élections législatives prévues en avril. Une prise de position qui vient ajouter à la confusion qui règne au sein de l'opposition à deux mois du scrutin. Participer aux législatives pour tenter de démontrer que l’opposition est majoritaire ou boycotter le scrutin pour ne pas légitimer le pouvoir d’Ali Bongo ? À quelques semaines de l’élection...
(RFI 16/02/18)
Neuf partis politiques, sur les vingt qui forment la Coalition pour la nouvelle République dirigée par Jean Ping dans le but de récupérer sa victoire que lui aurait volée l'actuel chef de l'Etat, ont annoncé jeudi 15 février qu'ils n'iront pas aux élections législatives prévues en avril prochain. Quelle est la position de Jean Ping lui-même alors que d'autres partis de la coalition souhaitent se jeter dans la bataille ? La déclaration a été lue dans la résidence de Jean Ping, qui était absent. Aller aux urnes, c'est reconnaitre Ali Bongo comme chef de l'Etat, explique la déclaration lue par l'ex-ministre Vincent Moulengui Boukosso.
(Xinhua 15/02/18)
Les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) tiendront du 5 au 6 mars prochain un sommet sur la sécurité dans la région. Le sommet se déroulera dans le cadre du Conseil de Paix et de Sécurité (COPAX), l'institution régionale chargée des questions de paix et de sécurité. En prélude à ce sommet, la Commission de défense et de sécurité (CDS) se réunira également dans la capitale gabonaise du 28 février au 1er mars 2018...
(La Tribune 15/02/18)
Les arriérés de cotisation des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale ont grimpé en flèche ces dernières années, pour atteindre 35 milliards de francs CFA. La Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) fait face depuis quelques années à des arriérés non apurés de ses pays membres. A en croire le conseiller des réformes institutionnelles de l'organisation, Mangaral Banté, qui s'exprimait ce 13 février dans la capitale tchadienne Ndjamena, à l'ouverture d'un atelier régional...
(APA 14/02/18)
APA – Douala (Cameroun) - La capitale gabonaise Libreville abritera courant février 2018, un sommet du Conseil de paix et de sécurité de l'Afrique centrale (COPAX) a -t-on appris mardi de source interne à cette organisation régionale. Si pour l’instant la date de ce sommet n’a pas encore été rendue publique, « le principe de son organisation à Libreville pendant ce mois de février est un acquis », a indiqué une source proche du secrétariat de la Communauté économique des...
(Xinhua 13/02/18)
Le chef de l'Etat gabonais Ali Bongo Ondimba, entame mardi par le Rwanda une mini-tournée dans la région Afrique centrale qui le conduira également en Angola, au Congo-Brazzaville et en République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris d'un communiqué de la présidence de la République gabonaise qui n'a pas précisé la durée de ce déplacement. Au cours de ce périple africain, M. Bongo, également président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), s'entretiendra en tête-à-tête avec ses homologues rwandais...

Pages