Vendredi 20 Avril 2018
(Jeune Afrique 29/03/18)
A quelques semaines des législatives, dont la date est prévue pour le 28 avril, les candidats commencent à se déclarer. C'est le cas de Estelle Ondo, la ministre des Transports, et de l'opposant Mike Jocktane, qui ont tous deux décidé de se présenter comme « indépendants ». Estelle Ondo, la ministre des Transports, et Mike Jocktane, ex-cadre de l’Union nationale (opposition), se présenteront aux législatives en tant que candidats indépendants, à Oyem pour la première et à Port-Gentil pour le second. Tous deux étaient censés porter les couleurs du Gabon nouveau, que vient de créer Jocktane, mais ils n’ont pas encore déposé la demande de légalisation de ce parti auprès du ministère de l’Intérieur. Jocktane...
(RFI 28/03/18)
Au Gabon, la date des élections législatives, plusieurs fois reportées, n’est toujours pas connue. Le gouvernement affirme que c’est le futur Centre gabonais des élections qui fixera la date. Pour mettre en place ce centre qui organisera désormais les élections dans le pays, le ministre de l’Intérieur a demandé à l’opposition et à la majorité de désigner leurs membres. Si pour la majorité, ce n'est pas un problème, du côté de l’opposition, dont une partie a déposé sa liste lundi 26 mars, la situation est plus compliquée. Lundi, dans le ....
(RFI 27/03/18)
La classe politique gabonaise est en deuil. Jules Aristide Bourdes Ogouliguendé, ancien président de l'Assemblée nationale sous Omar Bongo dont il est devenu un des principaux opposants, est décédé d'une maladie dans une clinique à Libreville. Il a combattu Bongo père, dont il a d'abord été ministre, puis Bongo fils. La disparition de Jules Aristide Bourdes Ogouliguendé a plongé toute la nation dans la tristesse. La télévision nationale a ouvert son 20 heures par la triste nouvelle. Juriste et chef de parti, Ogouliguendé a soutenu Jean Ping lors de la présidentielle de 2016.
(APA 27/03/18)
APA-Libreville (Gabon) - Le leader du Congrès pour la démocratie et la justice (CDJ), Jules Aristide Ogouliguendé, une des figures de proue de l’opposition est décédé, dimanche à Libreville des suites d’une occlusion intestinale, a-t-on appris lundi de sources concordantes. M. Ogouliguendé aurait été opéré dans une clinique privée d’une occlusion intestinale de 11h à 19h et s’est plus jamais réveillé. Le leader du CDJ avait fait sa dernière apparition publique le samedi 17 mars dernier au côté de certains...
(RFI 26/03/18)
Le Gabon entame, ce lundi, la révision de son Code des hydrocarbures. Adopté le 28 août 2014, il y a trois ans seulement, ce Code est très contesté par les compagnies pétrolières qui le jugent trop coercitif et peu attractif pour les investisseurs. Libreville a fait venir tous les ministres de pétrole de la sous-région et des experts de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP). Le but de la manœuvre est de faire venir des nouveaux investisseurs, car le...
(Xinhua 23/03/18)
L'opposant gabonais Jean Ping a été une nouvelle fois empêché par les forces de sécurité de prendre mercredi un vol vers la France depuis l'aéroport international Léon Mba de Libreville. L'ancien président de la Commission de l'Union africaine aurait reçu l'interdiction de quitter le territoire national pour les besoins d'une enquête judiciaire dans laquelle il est considéré comme témoin. Attendu à Bruxelles et à Strasbourg pour répondre à des invitations, M. Ping devait prendre un vol régulier d'Air France à...
(Jeune Afrique 20/03/18)
Deux anciens ministres, des hauts fonctionnaires influents, l’ombre d’un ex-conseiller tout-puissant, un homme d’affaires italien… Le premier procès de l’opération Mamba, qui reprend ce mardi, pourrait marquer un tournant politique autant que juridique. Le mamba noir, redoutable prédateur arboricole, apprécie particulièrement les zones boisées, où il passe pour être l’un des plus mortels serpents de la planète. Son équivalent juridique, initié par le président Ali Bongo Ondimba (ABO), début 2017, est quant à lui plus à l’aise en milieu urbain...
(Jeune Afrique 19/03/18)
L’ouverture du premier procès issu de l’opération anti-corruption Mamba a été reportée au 20 mars. Un événement historique, au vu du pedigree des accusés, dont la plupart sont d’anciens ministres ou hauts fonctionnaires. Qui sont les inculpés de Mamba ? Revue d’effectif. L’attente est finalement plus longue que prévue. Alors que le procès de Blaise Wada, le premier accusé à comparaître devant la Cour criminelle spéciale dans le cadre de l’opération Mamba, devait s’ouvrir le 15 mars, il a été...
(RFI 17/03/18)
Dans une déclaration solennnelle, des leaders politiques gabonais d'un certain âge, réunis au sein d'un groupe appelé « Cercle des notables de la République », ont demandé ce 16 mars à Ali Bongo d'organiser une véritable réconciliation nationale pour éviter une guerre civile dans le pays. Ils ont surtout demandé avec insistance au président le report des élections législatives prévues d'ici fin avril. Pour lire sa déclaration, le « Cercle des notables de la République » a rappelé Paul Mba Abessole, ancien opposant gabonais charismatique des années 1990 qui a pris sa retraite politique l'année dernière. Parmi...
(APA 17/03/18)
APA-Libreville (Gabon)- Des anciens hommes politiques regroupés au sein du mouvement « Cercle des notables de la République » ont exigé, vendredi, le report sans condition des élections législatives prévues en avril 2018 pour, disent-ils, « éviter des contestations post-électorales sanglantes ». « Nous ne pouvons plus nous permettre de rater ce tournant, ce qui risquerait de nous entraîner dans une guerre civile. Nous suggérons donc, pour la stabilité et pour l’intérêt supérieur de notre Nation, de reporter ces sélections...
(Jeune Afrique 17/03/18)
Les principaux partis de la coalition réunie autour de Jean Ping se mettent en ordre de marche pour les législatives d’avril. En coulisse, l’opposant – qui préfère ne pas s’exprimer publiquement – leur a donné son feu vert. Les petites formations restent néanmoins favorables à un boycott, comme l’a rappelé le 28 février Noël Borobo Epembia, au nom des « coordinations provinciales ». Des « formations fantômes », selon les partisans de Zacharie Myboto, Alexandre Barro Chambrier et Guy Nzouba...
(Xinhua 15/03/18)
Le sommet des chefs d'Etats des onze pays membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) sur la sécurité et la paix initialement prévu à Libreville début mars aura finalement lieu en juin prochain à Libreville, a annoncé mercredi le secrétariat général de l'institution dont le siège est basé dans la capitale gabonaise. En prélude à ce sommet, le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba qui assure la présidence tournante de la CEEAC, a entamé une tournée...
(AFP 09/03/18)
Le Gabon a annoncé jeudi son intention de retirer ses quelques 450 soldats de la mission de l'ONU en Centrafrique, la Minusca, selon un compte-rendu du Conseil des ministres. "Le ministre (de la Défense) a sollicité l'accord du Conseil des ministres pour le retrait des forces gabonaises de la République centrafricaine eu égard au retour progressif de la paix et de la stabilité dans ce pays frère", dit le texte, indiquant que le Conseil des ministres a instruit aux ministères...
(AFP 09/03/18)
La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe Veolia, a demandé l'ouverture d'une conciliation auprès d'une instance de la banque mondiale à la suite de la rupture de son contrat de concession par l'Etat gabonais, a annoncé vendredi le groupe. "Cette demande fait suite à la réquisition des actifs et du personnel et à la résiliation brutale de la concession de service public de production, de transport et de distribution d’eau potable et d'énergie électrique par la...
(AFP 08/03/18)
Le ministre de l'Intérieur gabonais Lambert Matha s'est entretenu pour la première fois depuis la présidentielle de 2016 avec des proches du principal opposant Jean Ping, lors d'une réunion en vue des législatives prévues avant fin avril, a indiqué jeudi à l'AFP un porte-parole du ministère. M. Matha a animé mercredi une rencontre avec les partis politiques en vue de ce scrutin, a indiqué jeudi M. Jean-Eric Nziengui Mangala, porte-parole du ministère de l'Intérieur. C'est la première fois que des...
(Jeune Afrique 08/03/18)
Les avocats de Jean Ping, et en particulier Me Jean-Rémy Bantsantsa, tentent toujours d’obtenir l’annulation de l’interdiction de sortie du territoire gabonais qui vise leur client. Cette mesure avait été prise le jour de la convocation de l’opposant comme témoin dans l’enquête visant Pascal Oyougou – qui est accusé de « complot contre l’autorité de l’État ». Ping ne s’était pas présenté en personne et avait envoyé ses conseils, dont Me Jean-Rémy Bantsantsa, contester cette mesure restrictive de liberté, selon...
(La Tribune 08/03/18)
« Le Centre Gabonais des Elections (CGE) va être mis en place et vous interrogerez son président et son équipe [sur la date des législatives] ». Cette nouvelle botte en touche de Lambert-Noël Matha, le ministre de l’Intérieur devrait convaincre les sceptiques du spectre d’un nouveau report qui plane sur des législatives prévues le 28 avril prochain. Entre les annonces de boycott, la révision du fichier électoral et la désignation des membres de l’organe chargé de l’organisation, la tenue des...
(RFI 08/03/18)
Petit dégel politique au Gabon, mercredi 7 mars. Après la crise née de la contestation de la réélection d'Ali Bongo en 2016, des leaders proches de Jean Ping, chef de l'opposition gabonaise, ont participé à leur première réunion avec un membre du gouvernement d'Ali Bongo. Il s’agissait de préparer les élections législatives, dont la date doit être fixée par le Centre gabonais des élections. Une institution qui n'est pas encore mise en place. Le ministre de l'Intérieur du Gabon était...
(Xinhua 08/03/18)
L'ancien ministre gabonais de l'Education nationale, Florentin Moussavou a annoncé mercredi à Libreville la création d'un nouveau parti pour soutenir l'action politique de l'actuel chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba. Conscience et action citoyenne (CAC), c'est le nom du nouveau parti qui ambitionne d'ores et déjà de participer aux élections législatives dont la date fixée par une décision de la Cour constitutionnelle est fin avril 2018. "Le CAC est un parti ancré dans la majorité sociale et républicaine pour...
(Xinhua 07/03/18)
Le président congolais, Denis Sassou Nguesso, a dépêché mardi son ministre des Affaires étrangères à Libreville pour une mission sur les questions de sécurité et de paix en Afrique centrale, annonce un communiqué de la présidence gabonaise. Le chef de la diplomatie congolaise, Jean Claude Gakosso, a été reçu en audience au palais présidentiel de Libreville par le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba. L'entretien a été l'occasion pour l'émissaire du président Denis Sassou Nguesso de consulter le président gabonais, en sa qualité de président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) sur les questions de sécurité et de paix dans la sous-région.

Pages