Jeudi 27 Juillet 2017
(Gabon Review 11/07/17)
Face à la difficile conjoncture économique du moment, le Conseil économique et social (CES) a initié récemment une opération d’identification de ses agents dans l’objectif de débusquer les «fantômes» et de réduire les charges salariales. C’est la crise. Au Conseil économique et social (CES), cette situation est en passe de freiner les différentes activités prévues pour cette année. Ces derniers mois, les principaux responsables de l’institution ont engagé des réflexions en vue de réduire les dépenses, tout en permettant à la maison-dont certains commencent à douter de la véritable importance- de remplir les missions qui lui sont assignées. La trouvaille de Georgette Koko et ses proches collaborateurs : le lancement d’une opération de recensement et d’identification des agents. Celle-ci a...
(Gabon Review 11/07/17)
Destiné aux enseignants chercheurs, le Programme pour la gestion des transformations sociales (Most), organisé par l’Unesco et le ministère des Affaires sociales, a débuté le 10 juillet à Libreville sous le thème «méthodologie d’élaboration, de pilotage et d’évaluation des politiques sociales inclusives». Du 10 au 13 juillet, le Centre national de la recherche scientifique et technologique (Cenarest), abrite un atelier sur la gestion de transformation sociale dénommé Most. Destiné aux enseignants chercheurs, experts, membres de la société civile et les représentants des organismes des Nations unies, l’atelier porte sur la méthodologie d’élaboration, de pilotage et d’évaluation des politiques sociales inclusives. Prévu s’étaler sur 3 jours, l’atelier vise selon les organisateurs, à familiariser les participants avec les concepts d’élaboration de politiques...
(Gabon Review 11/07/17)
Pour l’ancien ministre et avocat au barreau du Gabon, la tournure prise par la crise politique qui secoue le pays depuis le 31 août 2016 et la détermination de diaspora gabonaise à l’étranger, n’offrent aucune possibilité de fléchir devant le pouvoir en place. De passage à Paris, aux côtés de la résistance gabonaise qui ne cesse de l’émouvoir par sa capacité de mobilisation chaque samedi au parvis des Droits de l’Homme, au Trocadéro, Fabien Méré, a tenté le 8 juillet, de booster et de galvaniser ces acteurs du mouvement de contestation de la victoire d’Ali Bongo, qui totalisent 45e semaine de ténacité. «Vous aviez théorisé la diaspora révolutionnaire et vous l’aviez mise en pratique. C’est un fait unique dans l’histoire...
(Gabon Review 11/07/17)
Désormais, le Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) peut se prévaloir d’une existence légale. A la faveur d’un congrès extraordinaire, le 9 juillet 2017 à Libreville, le Front de l’Unité nationale et le développement unitaire (Fundu) a cédé son existence légale à ce nouveau parti ancré dans l’opposition. Le landernau politique gabonais est véritablement en ébullition depuis la dernière élection présidentielle en août 2016. De nombreux partis politiques et coalitions se sont créés et formés depuis cette période. La dernière formation à obtenir une reconnaissance légale dans cet univers est le Rassemblement Héritage & Modernité (RHM). Il bénéficie de la mue du Fundu, un ancien parti de la majorité présidentielle, devenu soutien de Jean Ping au dernier scrutin présidentiel. Constitué en...
(Afrik.com 11/07/17)
Libreville et la Havane ont renforcé leur coopération dans le domaine sanitaire par la signature le 9 juillet 2017 d’un nouvel accord et d’un avenant à l’accord établi en 2004 destinés à permettre au Gabon de bénéficier d’un appui renforcé du corps médical cubain et de l’expertise de l’industrie médico-sanitaire. Libreville et la Havane ont renforcé leur coopération dans le domaine sanitaire par la signature le 9 juillet 2017 d’un nouvel accord et d’un avenant à l’accord établi en 2004 destinés à permettre au Gabon de bénéficier d’un appui renforcé du corps médical cubain et de l’expertise de l’industrie médico-sanitaire. Les documents ont été paraphés par le ministre gabonais de la Santé publique et de la Population, Pr. Léon Nzouba...
(Gabon Actu 10/07/17)
Le président d’Ensemble pour la République (EPR), Dieudonné Minlama Mintogo a exigé de Robert Bourgi dimanche dans un entretien accordé à Gabonactu.com, le remboursement sans conditions, des deniers publics qu’il a perçu de l’ancien président Omar Bongo, en sa qualité d’intermédiaire du réseau France-Afrique, un système mafieux entretenu par la France, pays colonisateur. « Bourgi doit rembourser l’argent du Gabon », a exigé M. Minlama Mintogo. La sortie du président d’EPR est consécutive son indignation relative ...
(Gabon Actu 10/07/17)
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a poursuit samedi un séjour tranquille sur l’île de Cuba où il a s’est entretenu avec son homologue cubain Raul Castro. Les deux hommes se sont entretenus au Palais de la Révolution. L’entretien a permis de souligner l’intensité des liens de coopération et d’amitié qui unissent les deux nations, forts déjà d’une quinzaine d’accords multisectoriels forgés au fil de plus de quarante années de relations diplomatiques. Avec son homologue, comme un peu plus tôt avec le président de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire, M. Estéban Lazo Hernandez, le chef de l’Etat a souhaité marquer son intention de voir entrer le dialogue bilatéral dans une nouvelle dynamique. La signature, au cours de la...
(Afrique sur 7 10/07/17)
Ali Bongo, le président gabonais semble dans le viseur de la France. Des politiques aux juges français, le fils de feu Omar Bongo Ondimba est la cible d’attaques en tous genres. Grâce au numéro de « Complement d’enquête » diffusé sur ‘France 2’ jeudi 6 juillet, on retrouve les points de divergence qu’inspire le président gabonais à Paris. En réalité, Ali Bongo paie son virage à 90° vis-à-vis de la France. Longtemps enfant gâté de la France-Afrique, ce système qui permettait à son père d’utiliser l’argent du Gabon pour entretenir les politiciens français, Ali Bongo a décidé de fermer le robinet après avoir succédé à son père. Cette décision a été rendue officielle lors de la visite officielle au Gabon...
(L'Union 10/07/17)
Cette formation politique, jusqu’alors présidée par David Mbadinga, a annoncé qu’elle se retirait de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) constituée autour de l'opposant Jean Ping. L’UNION des patriotes gabonais loyalistes (UPGL) ne fait plus partie de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), groupement politique constitué autour de Jean Ping, principal candidat de l'opposition à la Présidentielle du 27 août 2016. Le président de ce parti politique, David Mbadinga, qui se réclame de "la vraie opposition", l’a annoncé le week-end dernier, au lors d'un point de presse tenu à la Chambre de Commerce de Libreville. Si l’orateur n'a dit rien sur les véritables raisons du divorce d'avec cette famille politique, il a néanmoins laissé entendre qu’il existerait des...
(Agence Ecofin 10/07/17)
La visite officielle du chef de l’Etat gabonais Ali Bongo Ondimba, à Cuba, a été couronnée de succès. Le forum d’affaires organisé par les deux pays à La Havane pour explorer les possibilités de coopération dans divers domaines, a donné l’occasion à plusieurs chefs d’entreprises cubains et des décideurs gabonais, d’étudier les opportunités d’affaires existantes ou à améliorer. Pour le président de la République qui a ouvert les travaux de ce forum, les partenariats mutuellement bénéfiques doivent guider la nouvelle coopération entre les deux pays. «Ce qui est important, c’est de vous dire la volonté des autorités gabonaises de non seulement renforcer nos liens avec nos partenaires cubains, mais surtout de les inviter dans un cadre gagnant-gagnant. La stabilité de...
(Gabon Review 10/07/17)
Destiné à Oret’y, le «bimensuel gabonais d’information et d’analyses», nous ayant fait l’honneur de la primeur de sa publication, cet article revient sur le documentaire de France 2, «Le Clan Bongo, une histoire française». Il est question d’un «démontage pièce par pièce d’une communication visant à défendre les intérêts de la France et non ceux du Gabon». « Complément d’enquête » c’est le nom du magazine diffusé par la chaine de Télévision France 2. Ce 6 juillet 2017 à 22H40, France 2 a braqué curieusement ses projecteurs sur le Gabon et sa cible d’enquête : le clan Bongo ! Lorsqu’on a fini de regarder l’enquête, France 2 donne le visage d’un média à la solde des lobbyings tombés en disgrâce...
(Gabon Actu 10/07/17)
Noël Borobo Epembia a décidé dimanche au terme d’un congrès extraordinaire de son parti Le Fundu de mettre fin à l’aventure solitaire peu fructueuse de cette formation politique qui a rejoint le Mouvement Héritage et modernité d’Alexandre Barro Chambrier. « Je l’ai reconnu dans mon discours bilan, Le Fundu n’avait pas véritablement décollé. J’ai fait mon autocritique en disant qu’il faut avoir le courage de dire que Le Fundu est resté en état de micro-parti », a déclaré satisfait, Noël Borobo Epembia dans une interview à la fin du congrès organisé à Noe Palace au quartier Okala dans le nord de Libreville. « Nous sommes à un moment où il faut former des grands ensembles. L’essentiel c’est qu’il y existe...
(Gabon Review 10/07/17)
Les chefs d’Etats mis en cause dans l’affaire dite des «biens mal acquis», Ali Bongo, Denis Sasssou Nguesso et Teodoro Obiang Nguema Mbassogo, pourraient bientôt poursuivre en justice l’ONG Transparency International, auteure de l’ouverture d’une enquête en France à leur encontre en 2007. L’initiative, si elle est menée jusqu’au bout, laisse penser à une vengeance de la part de Teodoro Obiang Nguema Mbassogo, dont le fils, Teodorin Obiang, a été jugé en France pendant près de trois semaines. Poursuivi par le tribunal correctionnel de Paris pour la constitution frauduleuse présumée de son patrimoine en France, le vice-président équato-guinéen risque trois ans de prison et 30 millions d’euros. Avant le verdict attendu pour le 27 octobre prochain, le paternel veut contrattaquer...
(Médiapart 10/07/17)
Donner complaisamment des micros et mettre en vedette un charognard de la pire espèce, un maître chanteur puissance dix, c’est le travail effectué par l’équipe de France 2, avec le reportage "COMPLÉMENT D'ENQUÊTE". On attend toujours la réaction de la fameuse rédaction de la chaîne, si soucieuse de la déontologie quand il s’agit de s’en prendre à l’un de leurs collègues. Ci-dessous l’analyse du journaliste et conseiller en communication stratégique, M. Michel Philippe Nze, il étaye et met en perspective ce que cache le tohu-bohu- savamment orchestré contre le Gabon et la personne à sa tête, M. Ali Bongo Ondimba A mon avis, l'affaire du "hors-série" de l'émission "Complément d'enquête" de la chaîne publique française France 2, est l'arbre qui...
(Gabon Review 10/07/17)
La récente visite du président gabonais à Cuba a lancé de nouvelles perspectives de coopération dans de nouveaux domaines. Mais elle a surtout débouché sur la signature d’un accord sur la «reconnaissance mutuelle d’études, de titres et de diplômes de l’enseignement supérieur». Plusieurs éléments positifs ont émaillé la dernière visite du chef de l’Etat gabonais à Cuba, démarrée le 6 juillet à La Havane. D’abord la consolidation des accords bilatéraux entre le Gabon et Cuba. Le 8 juillet, en effet, l’entretien entre Ali Bongo et Raúl Castro Ruz (président du conseil d’Etat, ndlr) a porté sur l’intensité des liens de coopération et d’amitié unissant les deux nations. Une relation jouissant d’une quinzaine d’accords multisectoriels, forgés au cours de quarante années...
(La Tribune 10/07/17)
Le chef d’Etat gabonais vient d’effectuer une visite d’amitié et de travail à La Havane. Officiellement, la visite est destinée à donner un nouveau souffle au partenariat entre le Gabon et Cuba dans le cadre de la stratégie de diversification des partenaires initiée par le président gabonais depuis sa réélection contestée à la tête du pays. Ali Bongo à la recherche donc de nouveaux alliés, continue à snober l’Europe et particulièrement la France où son principal opposant Jean Ping est aussi en visite. C'est en grande pompe que le président gabonais vient de conclure une visite officielle de travail et d'amitié à La Havane où Ali Bongo était arrivé jeudi dernier à la tête d'une importante délégation. Le chef d'Etat...
(Gabon Review 10/07/17)
Diffusé jeudi 6 juillet dernier, le documentaire de la chaîne publique française a rappelé au monde entier que le vrai frein au développement politique, économique et social du Gabon réside dans la recherche et la protection des intérêts de la classe politique française et finalement de la France. Jeudi 6 juillet dernier, France 2 a diffusé un documentaire consacré à Ali Bongo. Naïvement, une bonne partie de l’opinion publique nationale croyait y apprendre des choses. Elle a, finalement, eu droit à un ramassis de poncifs, truismes et lieux communs. Sur certains aspects, il a même fait dans un conformisme sidérant, voire un révisionnisme consternant, légitimant la réécriture de l’histoire. N’en déplaise aux gogos de tous bords, ce portait n’a servi...
(Gabon Review 10/07/17)
Pour avoir totalisé 10 ans, 20 ans et 30 ans d’ancienneté au sein de la Société des brasseries du Gabon (Sobraga), 47employés ont été décorés le 7 juillet à Libreville par le ministre du Travail. Une cohorte de 47 employés de la Société des brasseries du Gabon(Sobraga), a été décorée le 7 juillet par le ministère de Travail de médailles de Bronze, Argent et Or. Ces distinctions récompensent plusieurs années de bons et loyaux services passées au sein de Sobraga. Sur 47 récipiendaires, 2 employés, dont le directeur des ressources humaines, Essono Ekoua Guy Germain, ont reçu la médaille d’Or pour avoir totalisé 30 ans d’ancienneté. En reconnaissance de leurs 20 ans de services, 21 agents ont été décorés de...
(Gabon Actu 10/07/17)
Jean Ping, a une fois de plus, bénéficié d’un accueil délirant à Paris où les tenants du pouvoir à Libreville son plutôt chahutés. Comme s’il foulait les pieds d’une province gabonaise, Jean Ping a été accueilli comme « Moïse » à l’aéroport Roissy Charles de Gaule où des gabonais de la diaspora sont venus lui témoigner leur soutien en lui brandissant les couleurs nationales à son arrivée. Jean Ping a entamé une tournée européenne, américaine et africaine pour convaincre la communauté internationale de l’aider à récupérer son pouvoir que lui aurait volé l’actuel chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba au terme du scrutin présidentiel du 27 août 2016. Durant ce périple, Jean Ping se rendra en plus de Paris à...
(RFI 10/07/17)
La première voiture Made in Gabon vient de voir le jour. Adan Issindina, le concepteur, est un passionné de l’aviation, natif de la ville de Lambaréné, dans le centre du Gabon. Construit à l’aide des matériaux de récupération, le prototype actuellement en phase d’exhibition a déjà parcouru 1000 kilomètres. Il est très économe. Il consomme à peine 2,5 litres de super tous les 100 km. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20170709-premiere-voiture-made-in-gabon

Pages