Vendredi 20 Avril 2018
(Agence Ecofin 16/02/18)
Au 31 décembre 2017, la filiale gabonaise de Total a vu son chiffre d’affaires (CA) croître de 17% par rapport à 2016, passant de 784 millions de dollars à 914 millions de dollars. Une amélioration du CA qui est due à la remontée en 2017, des prix du pétrole. Ceux-ci avaient, en effet, subi de plein fouet la surabondance de l’offre sur les marchés mondiaux en 2016, tombant au plus fort de la crise, sous la barre des 30 dollars, leur plus bas niveau en 13 ans. Par conséquent, Total avait vu son CA reculer de 11% par rapport à 2015. Comme l’explique Boursier, en 2017, le prix de vente moyen des bruts commercialisés par Total Gabon (Lumière de Mandji...
(Xinhua 15/02/18)
Les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) tiendront du 5 au 6 mars prochain un sommet sur la sécurité dans la région. Le sommet se déroulera dans le cadre du Conseil de Paix et de Sécurité (COPAX), l'institution régionale chargée des questions de paix et de sécurité. En prélude à ce sommet, la Commission de défense et de sécurité (CDS) se réunira également dans la capitale gabonaise du 28 février au 1er mars 2018. Le Gabon assure la présidence tournante de la CEEAC, le président du pays Ali Bongo Ondimba effectue actuellement une tournée dans certains pays membres probablement pour mobiliser ses paires sur les rencontres de Libreville. La CEEAC compte 11 Etats membres...
(La Tribune 15/02/18)
Les arriérés de cotisation des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale ont grimpé en flèche ces dernières années, pour atteindre 35 milliards de francs CFA. La Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) fait face depuis quelques années à des arriérés non apurés de ses pays membres. A en croire le conseiller des réformes institutionnelles de l'organisation, Mangaral Banté, qui s'exprimait ce 13 février dans la capitale tchadienne Ndjamena, à l'ouverture d'un atelier régional sur le rapport provisoire de l'étude d'évaluation du mécanisme de financement autonome de la CEEAC, l'instance sous-régionale cumule actuellement des arriérés qui s'élèvent à 35 milliards de francs CFA. «L'institution fait face à un problème de sous-financement chronique qui s'aggrave...
(Jeune Afrique 14/02/18)
Soboleco, la filiale locale du groupe français, a doublé sa capacité de production d’eau en bouteille. Un dynamisme de rigueur pour pouvoir résister à la concurrence d’un nouvel acteur très ambitieux. À l’origine, la Société des boissons de Léconi (Soboleco) prévoyait de doubler ses capacités à l’horizon 2018. Mais l’appétence des Gabonais pour les eaux en bouteille, alors que la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG-Veolia) peine à répondre à la demande en eau courante, l’a forcée à anticiper. En avril 2017, sa marque phare, l’eau minérale Andza, a même été momentanément en situation de pénurie. Le 4 mai, la division de la Société des brasseries du Gabon (Sobraga) a donc inauguré sa troisième ligne d’embouteillage à Léconi, dans...
(Xinhua 14/02/18)
Une délégation constituée de praticiens chinois et gabonais est à Okondja, dans la province du Haute Ogooué, dans le sud-est du Cabon, dans le cadre d'une caravane médicale visant à apporter des soins de qualité aux populations locales, a-t-on appris de bonne source. Les médecins chinois et gabonais ont procédé à des consultations et à la distribution gratuite de produits médicaux aux personnes dans le besoin. Les populations de cette localité ont ainsi convergé vers le dispensaire où elles ont bénéficié de l'expertise de Julien Zhu, chef de mission et de la dizaine des médecins qui l'accompagnaient. Cette caravane médicale, menée par des spécialistes de l'hôpital sino-gabonais de Franceville, s'inscrit dans le cadre de la coopération entre la Chine et...
(APA 14/02/18)
APA – Douala (Cameroun) - La capitale gabonaise Libreville abritera courant février 2018, un sommet du Conseil de paix et de sécurité de l'Afrique centrale (COPAX) a -t-on appris mardi de source interne à cette organisation régionale. Si pour l’instant la date de ce sommet n’a pas encore été rendue publique, « le principe de son organisation à Libreville pendant ce mois de février est un acquis », a indiqué une source proche du secrétariat de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC). L’urgence de tenir un sommet de la COPAX se justifie au regard des «problèmes multiformes, notamment d’ordre politico-sécuritaire, que connait la sous-région», a-t-on expliqué. En effet, l’Afrique centrale est une zone en ébullition où la quasi-totalité...
(APA 14/02/18)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le président de la Commission des marchés financiers (CMF) du Cameroun, Jean Claude Ngbwa, a estimé que la mise en œuvre du «processus nouveau» de fusion de la Bourse des valeurs mobilières de Douala (DSX), installée dans la métropole économique, Douala et la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BMVAC), sise à Libreville (Gabon), «nécessite des clarifications». S’exprimant récemment devant son personnel, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux de nouvel an, il a rappelé que les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) avaient, en fin octobre 2017 à N’Djamena (Tchad), décidé de fixer le siège du régulateur régional à Libreville et celui de la Bourse régionale...
(Agence Ecofin 14/02/18)
Pour la troisième année consécutive, le Groupe BGFIBank a organisé le 9 décembre dernier dans l'ensemble de ses pays d'implantation, sa journée solidaire annuelle où 930 collaborateurs se sont engagés, soit le double de l'année précédente! Les résultats chiffrés donnent une idée de l’ampleur de cette action. UNE MOBILISATION QUI PREND DE L'AMPLEUR Depuis son instauration en 2015, le BGFIDay est devenu l'un des symboles phares d’un groupe engagé, un véritable rendez-vous annuel qui permet aux collaborateurs du Groupe BGFIBank de s’engager pour des causes d’intérêt général et d’agir pour le bien-être de la société et des communautés fragilisées. Le BGFIDay concerne toutes les filiales du groupe dans l'ensemble de ses pays d'implantation, avec une participation en 2017 qui s'est...
(Xinhua 14/02/18)
Les arriérés de cotisations des pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) s'élèvent à 35 milliards de francs CFA, a déclaré mardi dans la capitale tchadienne, Mangaral Banté, conseiller des réformes institutionnelles de l'organisation. "L'institution fait face à un problème de sous-financements chronique qui s'aggrave au fil des temps. Le taux de recouvrement des contributions des Etats membres est en baisse régulière. Il est passé de 73% en 2013 à 11% en 2017", a fait remarquer M. Banté qui s'exprimait à l'ouverture d'un atelier régional sur le rapport provisoire de l'étude d'évaluation du mécanisme de financement autonome de la CEEAC en cours depuis mardi à N'djamena. "En même temps, le stock des arriérés des contributions...
(Jeune Afrique 13/02/18)
Un paiement de 310 milliards de francs CFA est attendu dans les prochaines semaines dans le cadre du règlement de la dette intérieure. Un plan de remboursement qui devrait dans un premier temps concerner 177 PME gabonaises. L’État gabonais a annoncé ce vendredi 9 février la signature d’une « convention de règlement définitif de sa dette intérieure avec un ensemble de créanciers constitués sous la forme d’un Groupement d’intérêt économique (GIE), et dont le chef de file est le groupe BGFI Bank ». Le montant que l’État gabonais entend rembourser s’élève à 310 milliards de francs CFA. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Brice Laccruche, le directeur de cabinet du président gabonais, a précisé que ce montant représentait...
(La Tribune 13/02/18)
104 entreprises au Gabon sont les cibles d'une enquête visant à découvrir à quoi de bon pour la nation leurs ont servi les exonérations d'impôts et autres avantages dont elles jouissent de la part de la Direction générale des impôts. D'après un communiqué du ministère gabonais de l'économie, depuis le début du week-end dernier, elles ont été convoquées et ont jusuqu'au 16 février pour prouver leurs réalisations. Le Gabon a ouvert une enquête sur les retombées positives des exonérations fiscales et autres avantages qu'il a accordé à certaines entreprises sur son territoire. D'après un communiqué du ministère gabonais de l'économie, cette procédure concerne 104 entreprises qui ont été convoquées depuis ce vendredi 09 février 2018 à la Direction générale des...
(Xinhua 13/02/18)
Le chef de l'Etat gabonais Ali Bongo Ondimba, entame mardi par le Rwanda une mini-tournée dans la région Afrique centrale qui le conduira également en Angola, au Congo-Brazzaville et en République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris d'un communiqué de la présidence de la République gabonaise qui n'a pas précisé la durée de ce déplacement. Au cours de ce périple africain, M. Bongo, également président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), s'entretiendra en tête-à-tête avec ses homologues rwandais...
(RFI 13/02/18)
C'est une affaire qui fait le buzz au Gabon. L’affaire d'une clinique qui a refusé de rendre son nouveau-né à une mère. Elle n'était pas en mesure de payer les frais d'hospitalisation de son enfant. Le médecin a été placé en garde à vue avant d'être remis en liberté provisoire dimanche. C’est l’histoire d’un bébé prématuré, gardé en couveuse et dont le séjour à la clinique a duré 5 longs mois. Sa mère, qui ne pouvait pas régler la totalité des frais, n’a pas été autorisée à récupérer son enfant, elle avait simplement le droit de venir le voir et le nourrir. La somme en question : 2,2 millions de francs CFA. Cette situation a provoqué un élan de solidarité,...
(APA 13/02/18)
APA – Libreville (Gabon) - L’ancien candidat à l’élection présidentielle d’août 2016 au Gabon, Jean Ping a entrepris lundi, une série de rencontres avec les leaders de l’opposition et de la société civile pour discuter de la situation socio-politique qui prévaut dans le pays, a-t-on appris auprès de l’état-major de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA). Ce lundi, le Dr Jean Ping qui se déclare toujours le président élu a rencontré les leaders politiques de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) dont il est le chef de file. En toile de mire de cette entrevue, les élections législatives prévues en avril prochain. L’ancien chef de la diplomatie sous Omar Bongo conteste avec véhémence, la victoire d’Ali...
(Agence Ecofin 13/02/18)
Le ministre gabonais des Eaux et Forêts, Pacôme Moubelet Boubeya a annoncé ce 12 février 2018, au sein de la Zone économique spéciale de Nkok, la tenue du « Gabon Wood Show », du 20 au 22 juin 2018 à Libreville. Cet événement organisé conjointement par GSEZ, le ministère des Eaux et Forêts et Strategic Marketing & Exhibitions ; un spécialiste de l’organisation d’événements d’envergure basé à Dubaï, devrait avoir d’énormes retombées pour la filière bois gabonaise, indique-t-on. Selon Pacôme Moubelet Moubeya, « Ce sera sans doute le plus grand événement du secteur bois de cette année. Car. Il permettra non seulement de rassembler différents opérateurs de la chaîne de valeur du bois et donc, à la fois, les fabricants...
(Jeune Afrique 12/02/18)
L’opposition se prépare aux législatives d’avril et entend imposer une cohabitation à Ali Bongo Ondimba. Mais alors que Jean Ping refuse toujours de prendre part à la campagne, elle avance en ordre dispersé… Il était temps de changer de sujet ! Annoncé pour le 28 avril, le premier tour des élections législatives signe la fin de l’interminable séquence commencée en août 2016 et prolongée par la contestation des résultats. Les Gabonais ne sont pas mécontents de sentir monter la fièvre électorale saisonnière, même si l’addiction de ce pays pour la dispute politique va probablement encore faire des ravages. Pour les opposants, l’enjeu est de contrôler l’Assemblée afin de démontrer que, en dépit des résultats de la présidentielle, ils sont bel et...
(Jeune Afrique 12/02/18)
Les élections législatives se préparent à Libreville. Une ultime chance pour Ali Bongo Ondimba de retrouver une légitimité abîmée suite à la crise postélectorale. L’image du Gabon auprès de ses partenaires occidentaux a souffert des dérapages verbaux et des violences physiques lors de la crise postélectorale de 2016. Bien organisé et quel que soit son résultat, le prochain scrutin devrait permettre à Libreville de normaliser ses rapports avec Bruxelles et surtout avec Paris. Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, n’a toujours pas été reçu en tête à tête à l’Élysée, dans le cadre d’une rencontre bilatérale. Mieux, une Assemblée nationale où le parti au pouvoir serait majoritaire renforcerait sa crédibilité de président-VRP de « l’émergence », qu’il entend endosser...
(Jeune Afrique 12/02/18)
La présidente de la Cour constitutionnel du Gabon a été entendue en décembre par la police française qui enquête sur son patrimoine en France. Ses proches dénoncent une investigation perturbée par les allégations mensongères de « corbeaux ». En décembre 2017, Marie-Madeleine Mborantsuo (« 3M »), la présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon, a été interrogée par les policiers français de l’Office central de répression de la grande criminalité financière qui, depuis 2014, enquêtent sur son patrimoine immobilier et financier en France. À l’origine des ennuis de « 3M », une dénonciation de Tracfin (cellule française de lutte contre le blanchiment de capitaux), mais aussi, selon ses proches, les agissements de « corbeaux » de son propre pays, où...
(RFI 12/02/18)
Au Gabon, les lignes continuent de bouger concernant la participation ou pas de l'opposition radicale aux élections législatives d'avril prochain. Le 10 janvier dernier, c'est l'ancien président de l'Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama qui a annoncé que son parti ira à ces élections. Le week-end écoulé, Zacharie Myboto, un des poids lourds de la coalition qui soutient Jean Ping, a ouvert une brèche laissant croire que son parti ainsi que d'autres réfléchissent sérieusement sur leur participation ou pas à...
(Jeune Afrique 12/02/18)
Après avoir mis ses talents au service d’Ali Bongo Ondimba, ce vieux briscard de la Françafrique a pris fait et cause pour Jean Ping. Son ultime combat ? Il ne s’attable jamais en terrasse. Jean-Pierre Lemboumba Lepandou préfère l’intérieur et, surtout, la pénombre de cette brasserie chic de la place Tattegrain, à Paris, où il a son rond de serviette. Généralement, cet homme râblé déjeune seul, sur une table d’angle d’où il peut observer les va-et-vient des autres clients. Parfois, quelqu’un le reconnaît. Il répond alors poliment aux amabilités sans jamais regarder ses interlocuteurs dans les yeux. Ce misanthrope qui aime les bonnes tables maintient toujours de la distance. Ce refus de profiter du soleil, du reste hypothétique sous le ciel...

Pages