Jeudi 26 Avril 2018
(Jeune Afrique 26/02/18)
Pour sortir du franc CFA, le fondateur de CGF Bourse et de CGF Gestion Gabriel Fal propose la création d'un Fonds monétaire africain, dont le rôle serait de garantir les parités des différentes monnaies membres, de mutualiser les réserves de change et de contrôler strictement l'inflation. Il me semble évident que les pourfendeurs et les défenseurs du franc CFA ne s’entendront jamais. Pourquoi ? Tout simplement parce que les premiers sont persuadés que la légitimité de leur démarche, vue comme une quête de souveraineté, ne peut qu’être victorieuse et constructive. Les pro-CFA, eux, se fondent sur les statistiques mondiales et les expériences diverses et variées vécues sur l’ensemble des continents pour dire que, dans les réformes monétaires, il y a eu...
(Agence Ecofin 24/02/18)
Le directeur général du groupe français Veolia, Antoine Frérot (photo), a annoncé le 21 février 2018, au cours d’un conseil d’administration du groupe, que l’entreprise va suspendre ses investissements étrangers sur tout le continent africain, rapporte le Financial Times. Dans son propos au journal britannique, le PDG de Veolia Environnement indique que la décision du gouvernement gabonais de mettre un terme au contrat de concession qui avait fait l’objet d’un renouvellement en juin 2017, constitue «une très mauvaise nouvelle, non seulement pour le Gabon, mais aussi pour toute l’Afrique». «Celle-ci, prévient-il, va considérablement nuire aux investissements envisagés par le groupe dans plusieurs pays africains mais également au Gabon. (…) Les investisseurs étrangers, en particulier dans notre domaine qui est une...
(La Tribune 23/02/18)
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a procédé mardi dernier à un léger remaniement de son équipe gouvernementale. Dans ce jeu de chaises musicales, on notera neuf changements de portefeuille et la création de deux nouveaux ministères. Seul départ, celui d'Yves Fernand Manfoumbi, le désormais ex-ministre de l'Agriculture. Vint-quatre heures après l'annonce des prochaines élections législatives au 28 avril 2018, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a procédé mardi dernier à un remaniement léger de son gouvernement. D'après l'annonce faite par le ministre des Affaires présidentielles, Etienne Massard Kabinda Makaga, le remaniement comprend neuf changements...
(Xinhua 23/02/18)
Le président gabonais Ali Bongo séjourne ce jeudi à Kinshasa pour une visite de travail où il s'est entretenu avec son homologue Joseph Kabila de la République démocratique du Congo (RDC). Cette visite en RDC fait partie d'une série de visites entamée par le président gabonais depuis la semaine dernière dans quelques pays de l'Afrique centrale. En RDC, Ali Bongo a été accueilli ce matin au Palais de nation à Kinshasa par son homologue congolais où ils se sont entretenus sur les réformes institutionnelles en cours au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC). Selon le communiqué final de la présidence de la RDC, les deux chefs d'Etat ont également passé en revue la situation dans...
(APA 23/02/18)
APA – Libreville (Gabon) - Le gouvernement gabonais a décidé de retirer du marché national cinq marques d’huile raffinée d’origine étrangère pour diffusion de publicité mensongère, indique un communiqué de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA), parvenu à APA vendredi. Selon le communiqué, l’AGASA, a jugé utile de retirer les huiles végétales raffinées provenant des marchés asiatiques pour la plupart mentionne sur leurs produits « huile sans cholestérol » sur les étiquettes. « L’enquête de l’AGASA après des prélèvements réalisés sur vingt échantillons d’huile végétale raffinée et commercialisé sur le territoire gabonais ont confirmé la présence du cholestérol », révèle le communiqué. Face à cette situation, l’AGASA a pris des mesures conservatoires afin de protéger les consommateurs. Il s’agit du...
(Jeune Afrique 23/02/18)
En difficulté depuis la chute des cours du brut, qui affecte la consommation des ménages, le distributeur se prépare à l’arrivée annoncée de Carrefour et d’Auchan. Affluence autour du « point chaud » situé à l’arrière de la grande surface Géant CKdo de Libreville, le samedi 3 février. À quelques minutes de la fermeture de l’unique hypermarché de la Compagnie d’exploitations commerciales africaines – Gabonaise de distribution (Ceca-Gadis), des enfants font pression sur leurs parents afin d’emporter des crêpes et des sandwiches faits maison. Depuis son ouverture le 9 novembre, le succès ne se dément pas. « Cela était devenu une nécessité au regard des exigences de notre clientèle dont les habitudes évoluent avec le temps. Et nous nous adaptons...
(Jeune Afrique 23/02/18)
Annoncée lors du discours pour la nouvelle année du président Ali Bongo Ondimba, la gratuité des accouchements dans les établissements publics de santé est entrée en vigueur le 19 février. Des questions subsistent quant aux moyens humains et matériels mis en oeuvre pour assurer l'effectivité de cette mesure très attendue. L’affaire a fait grand bruit à Libreville, mi-février. Un nouveau-né a été gardé de force pendant cinq mois dans une clinique privée, parce que sa mère ne pouvait pas régler la facture de deux millions de francs CFA (environ 3 600 euros) pour les frais d’accouchement. Le nourrisson a finalement été remis à sa mère, mais l’émotion n’en a pas moins été forte au sein de l’opinion publique gabonaise. Une...
(Jeune Afrique 22/02/18)
Accusé de corruption par le ministre de la Justice, les magistrats gabonais avaient lancé jeudi 14 décembre un appel à une grève illimitée dans les tribunaux du pays pour réclamer le départ de Francis Nkea Ndzigue. C'est désormais chose faite, suite au remaniement ministériel de mardi. Francis Nkea Ndzigue paye-t-il son bras de fer avec les magistrats gabonais ? « C’est une façon de voir les choses, même si les syndicats ne peuvent ordonner à qui que ce soit la départ d’un ministre. Mais ce changement aidera probablement à apaiser la situation avec les magistrats »
(APA 22/02/18)
APA – Libreville (Gabon) – Une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par le chef de division adjoint du département Afrique, Alex Segura Ubiergo, séjourne depuis mercredi à Libreville pour évaluer le programme conclu avec le Gabon en 2017. M. Segura Ubiergo, accompagné du représentant résident du FMI au Gabon, a rencontré le ministre gabonais du Budget, Jean Fidèle Otandault, pour faire le point de ce programme dont un premier décaissement de 642 millions de dollars est en cours d’exécution. Ce programme du FMI conclu avec le Gabon vise à accompagner le gouvernement dans son plan de relance économique (PRE) mis en place au lendemain de la réélection d’Ali Bongo Ondimba pour un nouveau mandat de 7 ans en...
(Agence Ecofin 22/02/18)
La compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a enregistré en 2017, une hausse en glissement annuel de 76,38% de son chiffre d’affaires. C’est ce que rapportent les résultats financiers publiés par sa société mère, le Groupe Eramet, qui indique que de 360 milliards de francs CFA en 2016, les revenus de la Comilog sont passés à 635 milliards de francs CFA. Dans le même temps, le résultat opérationnel courant de la compagnie est passé de 81 milliards de francs à 283 milliards de francs, soit plus du triple (+249%). Selon le communiqué transmis à Agence Ecofin, ces bons résultats ont été rendus possibles par «l’atteinte du niveau de 4 millions de tonnes en production, transport et embarquement», ainsi que le niveau...
(AFP 21/02/18)
Le Gabon a opéré un remaniement ministériel avec neuf titulaires qui changent de portefeuille et un conseiller diplomatique nommé secrétaire général de la présidence, a annoncé mardi le ministre en charge des Affaires présidentielles, Etienne Massard Kabinda Makaga. Jean-Yves Teal, diplomate de carrière et conseiller diplomatique du président Ali Bongo Ondimba, remplace Guy Rossatanga-Rignault au secrétariat de la présidence gabonaise, a précisé le ministre dans un discours retransmis par les médias publics gabonais. Neuf ministres voient leur portefeuille changer, avec deux créations de ministères: le ministère de la pêche, de la mer et de la sureté maritime, qui revient à M. Rossatanga-Rignault, et le ministère d'Etat...
(RFI 21/02/18)
Un remaniement gouvernemental intervient au Gabon à deux mois des élections législatives. Plusieurs ministres changent de poste, deux entrent au gouvernement et un autre en sort après que des images de lui lors d'une fête ont suscité un tollé sur la Toile. Le Premier ministre gabonais Emmanuel Issoze Ngondet a été sans pitié pour Yves Fernand Manfoumbi, le seul à quitter le gouvernement à l'issue du remaniement ministériel. Le week-end dernier, le désormais ex-ministre de l'Agriculture s'est rendu dans son fief électoral. Lors d'un rassemblement avec sa base, il s'est mis à danser au point de se rouler au sol. Les images ont indigné la blogosphère. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180220-gabon-remaniement-ministeriel-manfoum...
(La Tribune 21/02/18)
Les gabonais seront appelés aux urnes pour les élections législatives le 28 avril prochain, a annoncé le ministre gabonais de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze. Face à la presse, il a précisé qu'il s'agit d'une date décidée depuis plusieurs mois déjà par la Cour constitutionnelle du Gabon. On connait enfin la date, à priori définitive, de la tennue des élections pour le renouvellement de l'Assemblée nationale du Gabon. Les élections législatives dans le pays sont annoncées pour le 28 avril 2018. D'après le ministre gabonais de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze qui animait une conférence de presse ce lundi 19 février 2018, il s'agit d'une date qui a été fixée...
(Jeune Afrique 21/02/18)
Alors que la stratégie de l'opposition tarde à se dessiner, à quelques semaines des législatives prévues en avril, l'annonce de la candidature de Zacharie Myboto, de l'Union nationale, est une épine de plus dans le pied de Jean Ping. Mais l'opposant n'a pas répondu directement, préférant faire lire un communiqué. Le 10 février, Zacharie Myboto, leader de l’Union nationale, a adressé des messages subliminaux à Jean Ping pour lui annoncer que son parti et d’autres poids lourds de la Coalition participeraient aux législatives. Sans lui répondre directement, Ping a demandé, le 15 février, à ses lieutenants de lire un communiqué prônant le boycott. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/533768/politique/gabon-le-silence-de-jean-pi...
(Jeune Afrique 21/02/18)
Le Premier ministre gabonais Emmanuel Issoze-Ngondet a procédé ce mardi à un remaniement gouvernemental. Le ministre de l'Agriculture et de l'Élevage, Yves-Fernand Manfoumbi, a été limogé et est remplacé par Biendi Maganga Moussavou. Paye-t-il son apparent accès de folie à Ndendé le 18 février ? Toujours est-il que Yves-Fernand Manfoumbi, par ailleurs membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) ne fait plus partie du gouvernement. La nouvelle est tombée ce mardi 20 février, suite à un remaniement ministériel proposé par Emmanuel Issoze-Ngondet. C’est l’ancien ministre des Petites et Moyennes Entreprises, Biendi Maganga Moussavou, fils de Pierre-Claver Maganga Moussavou, qui le remplace à l’Agriculture. Les PME passent ainsi sous le contrôle de Madeleine Berre, désormais ministre de...
(Jeune Afrique 21/02/18)
Mardi 20 février, la multinationale spécialisée dans l'eau et l'énergie, dont la filiale gabonaise a été réquisitionnée par les pouvoirs publics vendredi, a publié une « mise au point », revenant sur les engagements contractuels qui la liaient à Libreville et chiffrant ses investissements sur le réseau gabonais. Le groupe français Veolia (25 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017), qui doit annoncer ses résultats monde mercredi 22 février, a publié hier, mardi, un nouveau communiqué pour une « mise au point » concernant la réquisition de sa filiale la Société d’énergie et d’eau du Gabon (détenue à 51% par l’entreprise française), intervenue le 16 février. La multinationale, qui réalise un chiffre d’affaires proche du milliard d’euros en Afrique, tient...
(Apa 21/02/18)
APA – Libreville (Gabon) - Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo, a procédé ce mardi, à un léger remaniement de son gouvernement, marqué notamment par le limogeage du ministre de l’Agriculture, Yves Fernand Manfoumbi dont des photos le montrant dansant ont inondé ces dernières 48h les réseaux sociaux. Il est aussi marqué par le changement de portefeuille pour le ministre de la Justice, Me Francis Nkéa qui atterrit au ministère de l’Habitat suite à un bras de fer qui l'a opposé aux magistrats qui ont conditionné la reprise du travail à son départ de son poste ministériel. Ce remaniement enregistre l’entrée du juriste Guy Rossatanga Rignaut qui occupe le maroquin de la Pêche, de la mer et de la...
(Agence Ecofin 21/02/18)
Par décret du Président de la République en date de ce jour et sur proposition du Premier ministre, le Gouvernement de la République est remanié ainsi qu'il suit : MINISTRE D’ÉTAT, MINISTRE DE LA PROTECTION SOCIALE ET DE LA SOLIDARITÉ NATIONALE : Monsieur Paul Biyoghe Mba MINISTRE D’ÉTAT, MINISTRE DE LA FORÊT ET DE L’ENVIRONNEMENT : Monsieur Pacôme Moubelet Boubeya MINISTRE D’ÉTAT, MINISTRE DE L’HABITAT DE L’URBANISME ET DU CADRE DE VIE : Francis Nkea Nzigue MINISTRE D’ÉTAT, MINISTRE DE LA FAMILLE ET DE LA PROTECTION DE L’ENFANCE : Monsieur Josué Mbadinga MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DE L’ÉLEVAGE, CHARGE DU PROGRAMME GRAINE : Monsieur Biendi Maganga Moussouvou MINISTRE DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS PRIVÉS DE L’ENTREPRENARIAT NATIONAL DES PETITES ET MOYENNES...
(RFI 21/02/18)
Au Gabon, le pouvoir a annoncé un peu à la surprise générale qu’il payera dans quelques jours deux tiers de sa dette intérieure qui s’élève à 400 milliards de FCFA. Quelque 177 entreprises locales vont percevoir 310 milliards de FCFA selon des modalités que tente d’expliquer le gouvernement. Les entreprises qui ne comprennent pas encore très bien ce mécanisme sont dubitatives. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180221-gabon-etat-paie-dettes-crise-economique
(RFI 21/02/18)
Quelque 224 millions de personnes ont été sous-alimentées en Afrique en 2016, quatre millions de plus qu'en 2015. L'insécurité alimentaire s'est aggravée, c'est le constat de la conférence régionale de la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation, organisée à Khartoum jusqu'à la fin de la semaine. Les conflits et les aléas climatiques sont en cause, mais également l'absence d'un soutien public suffisant aux agriculteurs africains, estime la Fondation Farm. Près d'une personne sur quatre est sous-alimentée en Afrique en 2016, la détérioration de la situation préoccupe la FAO réunie pour sa conférence régionale à Khartoum. Les guerres et le passage d'El Niño ont certes eu un impact négatif sur les productions et les circuits agricoles dans certains...

Pages