Jeudi 26 Avril 2018
(AFP 02/03/18)
"Monsieur, on va vous passer les menottes!", lance un garde-côte santoméen à un pêcheur sur son navire, dans les eaux du Golfe de Guinée, entre l'archipel de Sao Tomé et le Gabon. Mais le pêcheur n'en est en réalité pas un: c' est un un marin qui participe à "African Nemo", exercice de la Marine française dans le Golfe de Guinée avec des marines africaines pour combattre la criminalité en mer. Cela va de la pêche illicite à la piraterie en passant par les prises d'otages, dans une des zones maritimes les plus dangereuses du monde. Fin février, le patrouilleur français de haute mer Lavallée a ainsi multiplié les exercices avec les marines nationales d'Afrique centrale pendant cinq jours. Non...
(Agence Ecofin 02/03/18)
BGFIBank Gabon vient de confirmer sa notoriété en terme de qualité de services par l’obtention du certificat PCI DSS (Payment Card Industry Data Security Standard), accordé par accordée par la société Visa International. Elle devient ainsi la première banque de la zone CEMAC à obtenir cette distinction. A travers le retour aux fondamentaux qui lui permet, dans sa nouvelle stratégie de renforcer son image de marque, BGFIBank Gabon, s’est assignée des objectifs lui permettant de remettre le client au cœur de ses activités, d’où son slogan : « REINVENTER LA BANQUE - REIBAN», qui traduit ainsi l’engagement pris à un très haut niveau du management de la banque pour renforcer la sécurité du Système d’Informations conformément aux normes internationales. L’obtention...
(APA 02/03/18)
APA-Libreville (Gabon) - Le Sommet des chefs d’Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sur la sécurité et la paix dans la sous-région, initialement prévu les 5 et 6 mars à Libreville, a été reporté à une date ultérieure, a appris APA auprès de l’institution régionale. Ce report est annoncé alors que se tient depuis mercredi, la 19-ème session ordinaire de la commission de défense et de sécurité(CDS) du COPAX dans la capitale gabonaise. Les chefs d’Etat-major généraux, les commandants en chef de gendarmerie et de police, les hauts responsables des ministères des Affaires étrangères et des relations extérieures et les hauts responsables de la CEEAC ont planché sur le rapport de leurs travaux démarrés...
(Agence Ecofin 02/03/18)
Au terme de l’année 2017, la production nationale de pétrole brut au Gabon s’est élevée à 10,503 millions de tonnes, contre 11,485 en 2016, soit une contraction de 8,5%. Selon la direction générale de l’Economie, cette contreperformance est imputable notamment au déclin naturel des champs matures, aux difficultés techniques rencontrées par certains opérateurs, à la grève du personnel ainsi qu’aux exigences de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), pour réduire l’offre mondiale de pétrole. A cela, s’ajoute la stratégie du laisser-faire adoptée par les opérateurs comme Shell et Total, dans l’attente de la finalisation des cessions d’actifs au profit d’ASSALA et Pérenco, qui n’ont eu lieu qu’en septembre 2017, indique la Direction générale des hydrocarbures (DGH). Parallèlement, le repli...
(APA 01/03/18)
APA – Libreville (Gabon) - Le gouvernement gabonais mobilisera 200 milliards de FCFA pour réaliser les travaux de réfection de son chemin de fer, long de plus de 650 km et actuellement en très mauvais état, a-t-on appris mercredi auprès de la Société d’exploitation du transgabonais (SETRAG), filiale d’ERAMET, le géant français de la métallurgie. Les travaux devraient démarrer en mars prochain et boostera la production minière du pays, principalement le manganèse exploité dans la province du Haut-Ogooué à plus de 650 km au sud-est de Libreville, la capitale. La compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG), qui exploite le manganèse dans la cite minière de Moanda depuis 1962 veut augmenter sa capacité de production.
(Jeune Afrique 01/03/18)
Le gouvernement gabonais compte mobiliser plus de 200 milliards de francs CFA pour réhabiliter ses chemins de fer. Un accord signé vendredi dernier entre l'Exécutif et la Société d'exploitation du Transgabonais pour la mobilisation de fonds devrait accélérer le bouclage de la phase financement avant d'entamer les travaux de réhabilitation qui devraient s'étaler jusqu'à 2021. Le gouvernement gabonais a annoncé ce 27 février avoir ratifié, vendredi dernier, un protocole d'accord avec la Société d'exploitation du Transgabonais (SETRAG) dans le but de réhabiliter les chemins de fer, du Gabon. La signature de l'accord a été formalisée à la suite d'une séance de travail qui a rassemblé le ministre d'Etat en charge des Infrastructures et des travaux publics, Jean-Pierre Oyiba, la ministre...
(AFP 28/02/18)
Le gouvernement gabonais a accusé mardi l'entreprise française Veolia de pollution sur son sol, dernière étape dans les accusations mutuelles des deux parties depuis la résiliation par l'Etat le 16 février du contrat de Veolia, qui distribuait l'eau et l'électricité au Gabon. "Sur la quasi-totalité des sites exploités par la SEEG (Société d'énergie et d'eau du Gabon, filiale de Veolia détenue à 51% par l'entreprise française), il existe d'importants dégâts environnementaux", a déclaré mardi à la presse Alain-Claude Bilie By Nze, ministre de la Communication. "Les huiles et carburants sont déversés à même le sol, sans protection, sans aucune précaution...
(Jeune Afrique 28/02/18)
Le groupe français Veolia a vigoureusement rejeté les accusations du gouvernement gabonais sur la pollution qui aurait été constatée sur des sites de sa filiale locale. Selon Veolia, l'eau distribuée par la SEEG est conforme aux normes sanitaires internationales notamment celles de l’OMS comme peuvent le prouver les différents audits diligentés régulièrement par les services gabonais. Le bras de fer entre le gouvernement gabonais et le groupe français Veolia se poursuit à travers des joutes épistolaires sur fond d'accusations et de contre-accusations. En effet, suite aux accusations avancées hier par le ministre et porte-parole du gouvernement Alain-Claude Bilie By Nze sur des soupçons de pollution constatée sur des sites de la SEEG, le groupe français a aussitôt et vivement récusé...
(Jeune Afrique 28/02/18)
Tandis que que deux de ses proches ont saisi le Conseil d’État français à la mi-février, Jean Ping a sollicité la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples afin que soit engagée au Gabon une transition dirigée par la présidente du Sénat. Jean Jacques Bourdette et Alain Ogouliguende, deux leaders associatifs gabonais proches de Jean Ping, ont saisi le Conseil d’État français le 17 février. Un recours rendu possible par l’absence de réponse d’Emmanuel Macron à un courrier du 25 octobre 2017 dans lequel ils lui demandaient de ne pas reconnaître la victoire d’Ali Bongo Ondimba à la présidentielle de 2016. Les deux requérants, qui estiment que l’institution française ne contredira pas l’Élysée, souhaitent épuiser toutes les voies...
(Agence Ecofin 28/02/18)
Le ministre des Mines, Christian Magnagna, a reçu en audience, la semaine dernière, Koffie Ben Nassar, économiste principal au Département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), en séjour à Libreville, dans le cadre de l’évaluation des réformes et mesures initiées par le gouvernement. L’objet de leurs échanges a essentiellement porté sur quatre principaux points. A savoir: le rappel des objectifs de la mission du FMI au Gabon et, surtout, un échange de points de vue sur l’évolution du secteur minier gabonais et sur ses enjeux dans le cadre de la stratégie de diversification économique, les besoins exprimés par le département des mines, l’appui des Institutions de Bretton Woods pour soutenir le développement des grands projets miniers (ressources, infrastructures), en vue...
(Xinhua 28/02/18)
Les magistrats gabonais ont repris le travail ce mardi sur toute l'étendue du territoire national après deux mois de paralysie, a-t-on appris de source syndicale. Le travail a repris suite à un appel du Syndicat national des magistrats gabonais (SYNAMAG) à l'origine de la grève. Le SYNAMAG avait déclenché le 8 décembre dernier une grève générale illimitée pour exiger le départ de leur ministre de la Justice, Francis Nkea Dzigue. Dans une sortie médiatique, le ministre avait traité les magistrats de "corrompus". Ce qui avait profondément irrité les hommes en toge. Ces derniers ont obtenu gain de cause. Après deux mois de bras de fer, le ministre a été muté suite à un remaniement du gouvernement le 20 février dernier.
(AFP 27/02/18)
Le gouvernement gabonais a accusé mardi l'entreprise française Veolia de pollution sur son sol, tandis que les deux parties s'écharpent quotidiennement depuis la résiliation par l'Etat le 16 février du contrat de Veolia, qui distribuait l'eau et le courant au Gabon. "Sur la quasi-totalité des sites exploités par la SEEG (Société d'énergie et d'eau du Gabon, filiale de Veolia détenue à 51% par l'entreprise française), il existe d'importants dégâts environnementaux", a déclaré mardi à la presse Alain-Claude Bilie By Nze, ministre de la Communication. "Les huiles et carburants sont déversés à même le sol, sans protection, sans aucune précaution, en violation flagrante du code de l'environnement", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse, soulignant que "des enquêtes seront menées". "Est-il...
(Jeune Afrique 27/02/18)
Le gouvernement a annoncé un redécoupage électoral pour les sénatoriales, avec une réduction du nombre de sièges, dont le calcul est désormais basé sur le nombre de départements que compte chaque province. Pour l'opposition, cette réforme constitue une diversion à l'approche des législatives. Le gouvernement gabonais a décidé de réduire le nombre de sénateurs de moitié, de 102 à 52 sièges. La réforme, annoncée lors d’un conseil des ministres du vendredi 23 février, a pour objectif affiché d’alléger le dispositif au Parlement et de réduire le train de vie de l’État. Dans les faits, ce changement se traduit par une répartition du nombre de sénateurs par province, avec pour unité de base les départements, l’ancien modèle comprenant également communes et...
(Xinhua 27/02/18)
Le ministre d'Etat gabonais en charge des Travaux publics, Jean Pierre Oyiba, a conclu vendredi dernier à Libreville un accord avec la Société d'exploitation du Transgabonais (SETRAG) dans le but de mobiliser une enveloppe de 200 milliards de FCFA pour réhabiliter le chemin de fer national. Le protocole d'accord a été signé entre M. Oyiba, la ministre des Transports Estelle Ondo et le directeur général de la SETRAG, Patrick Claes. L'accord rentre dans le cadre d'un avenant à la convention de concession déjà signée, et qui prévoit un programme d'investissement pour améliorer le niveau de services de la voie ferrée. L'Etat gabonais s'est engagé à supporter 61 milliards de FCFA. Le reste du financement sera apporté par la SETRAG. L'engagement...
(Agence Ecofin 27/02/18)
L’école primaire Saint Michel de NKEMBO accueille désormais les élèves et les membres de l’équipe pédagogique dans des conditions de scolarisation agréables et sécurisées. La remise officielle du chantier aux responsables de l’établissement s’est déroulée le vendredi 16 février 2018 dans une ambiance festive, en présence du corps enseignant, des élèves de l’école primaire catholique Saint Michel de Nkembo, ainsi que de plusieurs collaborateurs des filiales du Groupe BGFIBank installées au Gabon. S’inscrivant dans le cadre de l’engagement citoyen du Groupe à l’endroit des communautés d’accueil, la 3ème édition du BGFIDay a été marquée, au Gabon, par des actions sociales en faveur de l’école primaire catholique Saint Michel de Nkembo. Répondant à l’élan de solidarité initié chaque année par la...
(La Tribune 26/02/18)
Le Gabon va bénéficier d'un financement de 454 millions de francs CFA de la Banque africaine de développement. Les fonds seront destinés à financer les études de faisabilité sur la fibre optique d'Afrique centrale et la mise en place d'un centre national de données au Gabon. La Banque africaine de développement (BAD) mobilise une fois de plus ses moyens financiers pour le Gabon. Les deux parties sont signé cette semaine un accord de financement de 454 millions de francs CFA portant sur l'exécution de la phase 2 du projet Central African Backbone (CAB-Gabon). Selon un communiqué officiel, ce financement devrait permettre au Gabon de prendre en charge les études préalables à son interconnexion avec le Cameroun et la Guinée équatoriale,...
(APA 26/02/18)
APA – Libreville (Gabon) - Les présidents gabonais, Ali Bongo Ondimba et équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ont condamné samedi, à Malabo, toute tentative de déstabilisation dans la sous-région, allusion à la tentative de coup d’Etat contre le régime de Malabo en décembre dernier. En janvier dernier, le pouvoir équato-guinéen a porté l’affaire sur la publique indiquant que les mercenaires étaient constitués des ressortissant tchadiens, centrafricains, camerounais et soudanais. Le président gabonais a par ailleurs invité son homologue équato-guinéen...
(RFI 26/02/18)
Au Gabon, après avoir décidé en janvier dernier d'augmenter le nombre de députés de 120 à 143, le gouvernement a décidé vendredi 23 février, en conseil des ministres, de réduire de moitié le nombre de sénateurs. De 102, ils ne seront plus que 52. Considérée comme une réponse à la réduction du train de vie de l'Etat, cette décision suscite la polémique car certaines provinces auront plus de sénateurs que d'autres. A première vue, la réforme est choquante au niveau de la répartition des sénateurs par province. La province du Haut-Ogooué dont est originaire le président Ali Bongo compte 11 sénateurs. L'Estuaire, la province la plus peuplée du Gabon et qui abrite la capitale ne compte elle que 8 sénateurs...
(AFP 26/02/18)
APA – Libreville (Gabon) – Le nombre des sénateurs au Gabon passe de 102 à 52, soit une diminution de 50 sièges conformément du dialogue politique tenue de mars à mai 2017, annonce le communiqué du conseil des ministres. « Le présent projet d’ordonnance, qui abroge la loi n° 21/96 du 15 Avril 1996 portant fixation et répartition des sièges de sénateurs, définit le nouveau découpage des circonscriptions électorales relatif aux sièges des sénateurs », explique le communiqué rendu public samedi. Selon la même source, ces modifications font du département administratif la base du siège de sénateur. Créé en 1996, le Sénat a été présidé successivement par Georges Rawiri (1997-2006), René Radembino Coniquet (2006-2009) et Rose Francine Rogombe (2009-2015) tous...
(Xinhua 26/02/18)
Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) a mis un terme dimanche à sa mission d'évaluation et de performances économiques du Gabon entamée depuis le 19 février dernier. Son objectif était de s'assurer que le gouvernement gabonais avait rempli sa part de contrat. Elle se résume à deux préoccupations, à savoir la maîtrise des dépenses publiques et les augmentations des recettes propres. Sur la base de son constat, le FMI décidera de l'octroi ou non d'une deuxième tranche de son appui budgétaire. Le 21 décembre dernier, il avait déjà décaissé 101 millions de dollars (60 milliards de francs CFA). L'attendue par les pouvoirs publics devrait être de même ampleur, voire un peu plus. Le plus important pour l'Etat gabonais est...

Pages