| Africatime
Dimanche 23 Avril 2017
(Agence Ecofin 13/04/17)
Les producteurs d’huile de palme exerçant au Gabon ont franchi un palier quant au respect des normes environnementales. La table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO), vient d’approuver la norme RSPO pour l’huile de palme produite au Gabon. Une initiative dont se félicite le WorldWide Fund for Nature (WWF) dans un communiqué, en ce sens qu’elle permet désormais «aux producteurs gabonais de développer des plantations d'huile de palme qui ne nuisent pas à de précieuses forêts, des communautés ou des travailleurs». «L'adoption de la norme RSPO au Gabon est un grand pas vers la conservation des forêts, même si d'autres initiatives ...
(RFI 13/04/17)
Au Gabon, le dialogue politique voulu par le président Ali Bongo après la dernière crise post-électorale franchit une nouvelle étape. La phase citoyenne s'est clôturée ce mercredi 12 avril, après deux semaines de débats durant lesquels plus d'un millier d'organisations de la société civile ont proposé une série de changements pour apaiser le pays. Leurs conclusions ont été remises et seront utilisées dans la phase politique qui a commencé mercredi soir. Elle met face à face majorité et une partie de l'opposition. La coalition autour de l'ancien candidat à la présidentielle Jean Ping, elle, continue de boycotter. Pourtant, les citoyens réclament des réformes en profondeur. La soif de réformes rappelle beaucoup la dernière crise post-électorale puisqu'en effet, les aspects politiques...
(APA 13/04/17)
APA – Douala (Cameroun) - Les réserves de change au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale ont connu une réelle érosion au cours de ces dernières années, passant de 6000 milliards de FCFA en 2010, à seulement 2000 milliards de FCFA en 2017. Cette chute vertigineuse de 4000 milliards de FCFA en l’espace de sept ans s’explique principalement, selon Kadima Kalondji, représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) au Cameroun, par l’effondrement des recettes et la chute des exportations pétrolières sur le marché international dont cinq des six pays de la CEMAC en sont producteurs et exportateurs. Cette dégringolade des réserves de change est favorisée également par l’explosion des dépenses d’investissement public dans une conjoncture difficile...
(Financial Afrik 13/04/17)
Le constat est de Kadima Kalondji, représentant résident du FMI au Cameroun. Les réserves de change de la Communauté des Etats de l’Afrique Centrale (CEMAC) ont chuté de 6000 milliards de FCFA en 2010 en à peine 2000 milliards aujourd’hui. Pour cause, l’effondrement des recettes provenant de l’exportation des matières premières et l’explosion des dépenses d’investissements publics dans un contexte défavorable aux économies de rente. Signe du marasme de la sous-zone CFA, la dette communautaire a pris l’ascenseur, passant de l’équivalent de 15% du PIB en 2010 en 45% en 2016. Cette tendance va se poursuivre selon la représentante du FMI si les Etats n’adoptent pas un plan de redressement de leurs économies. Car, souligne Kadima Kalondji, les recettes pétrolières,...
(APA 13/04/17)
La Banque gabonaise et française internationale (BGFIBank) a réalisé un résultat net de 39 milliards de francs CFA en 2016, soit 31 % d’augmentation en valeur absolue, d’après les chiffres publiés au terme du conseil d’administration tenu à Libreville, au Gabon, « à l’effet d’arrêter les comptes de l’exercice écoulé », a appris jeudi APA auprès de ce groupe bancaire. [Img : 39 milliards de FCFA de résultat net pour la BGFIBank] Occasion pour les actionnaires de revenir sur une année « marquée par de belles performances malgré un environnement économique contrasté et le renforcement des exigences réglementaires », s’est réjoui le président-directeur général Henri-Claude Oyima. Pendant la période considérée, la BGFI a réalisé un total de bilan de 2935...
(APA 13/04/17)
APA-Douala (Cameroun) - Plus de 200 000 hectares de forêt sont détruits chaque année du fait de l’agriculture itinérante sur brûlis dans le Bassin du Congo, d’après des chiffrés révélés jeudi en marge de la Foire internationale de Douala pour le développement (FIDD). Un rythme de déforestation plutôt inquiétante et qui a un impact direct sur la vie des populations, et sur l’équilibre des écosystèmes d’autant que la destruction de la forêt pour des besoins industriels est encore pire. Pour des experts, il s’agit d’un cercle vicieux lorsque les petits agriculteurs, auteurs de ce genre de pratique, apparaissent comme les premières victimes des changements climatiques, eux qui sont obligés de faire une pression soutenue sur la nature pour leur subsistance...
(Jeune Afrique 13/04/17)
Mercredi soir, Monaco s’est imposé (3-2) chez le Borussia Dortmund en quart de finale aller de la Ligue des Champions. Si le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang n’a pas marqué, Kylian Mbappé, l’attaquant français d’origine camerounaise, a inscrit un doublé. Patrick Mboma, l’ancien buteur des Lions Indomptables, analyse pour Jeune Afrique la prestation des deux joueurs. Jeune Afrique : La prestation de Pierre-Emerick Aubameyang, plutôt moyenne, s’explique-t-elle en partie par le contexte qui a entouré ce match, reporté à mercredi après l’attaque aux explosifs qui a visé le bus des joueurs la veille ? Patrick Mboma : Non, je ne pense pas. Monaco a marqué trois buts, deux résultant d’erreurs défensives et un autre contre son camp inscrit par un défenseur allemand...
(AFP 12/04/17)
Le géant singapourien de l'agro-alimentaire Olam a annoncé avoir ouvert mardi au Gabon sa plus grande usine d'huile de palme en Afrique. "D'une superficie de 17 hectares, (l'usine) permettra de traiter 90 tonnes métriques de régimes de palmier par heure et de produire 138.700 tonnes métriques d'huile de palme par an", détaille un communiqué de la multinationale singapourienne. "D'ici une décennie, le palmier à huile apportera autant de revenus que le pétrole à notre pays", a déclaré mardi le président gabonais Ali Bongo Ondimba pendant l'inauguration de cette deuxième usine...
(Afrique sur 7 12/04/17)
Après sa réélection en août dernier, Ali Bongo a décidé de s’attaquer à la pauvreté et au chômage. C’est dans cette optique que le président gabonais a décidé d’octroyer une allocation financière aux chômeurs. Passée la tension postélectorale, le président Ali Bongo Ondimba a décidé de cadeauter sa population. C’est ainsi qu’il a fait adopter un nouveau code de sécurité sociale permettant de prendre en compte les chômeurs. En effet, tout Gabonais ayant perdu son emploi peut désormais prétendre à une allocation chômage jusqu’à l’obtention d’un nouvel emploi. Il pourra en outre bénéficier de la création d’un compte d’épargne chômeur et d’un fonds de solidarité et d’activation de l’emploi, en vertu des nouvelles dispositions prises par le gouvernement gabonais. Cette...
(Gabon Review 12/04/17)
Destinée à asseoir la stratégie de mise en place d’une filière agro-alimentaire gabonaise à vocation exportatrice, l’usine transformation d’huile de palme de Mouila a été inaugurée ce 11 avril. Le chef-lieu de la province de la Ngounié (Sud-est) a ajouté le dernier chainon de son industrie du palmier à huile, avec l’inauguration par le chef de l’Etat, d’une usine de transformation de l’huile de palme, ce 11 avril à Mouila. Evaluée à 22 milliards de francs CFA, cette usine découlant du partenariat entre Olam et l’Etat gabonais, permettra ainsi d’asseoir la stratégie de mise en place d’une filière agro-alimentaire gabonaise à vocation exportatrice. «Sur la longue marche vers l’émergence de notre pays, ceci est une étape cruciale : après l’étape...
(Agence Ecofin 12/04/17)
D’une capacité de production de 90 tonnes d’huile de palme à l’heure, le complexe industriel de Mboukou, situé à Mouila dans la province de la Ngounie (sud du Gabon), constitue le fleuron de l’industrie de transformation de cet opérateur sur le continent. L’usine dont la construction a commencé en décembre 2015, a nécessité la mobilisation de 39,6 millions de dollars. Elle produit annuellement 138 700 tonnes d’huile de palme. Pour cette plantation située à 19 kilomètres de la capitale provinciale du sud du Gabon, le groupe singapourien dispose d’une concession de 100 000 hectares, répartie en trois lots, dont 38 300 hectares sont déjà plantés. Dans les semaines à venir, la multinationale agro-industrielle qui emploie 5365 ouvriers dont 1672 femmes,...
(Gabon Review 12/04/17)
Le chercheur gabonais serait victime d’une cabale menée par la concurrence en raison des résultats positifs de son produit visant à restaurer l’immunité des malades du Sida. Pr Donatien Mavoungou, victime d’une cabale orchestrée par la concurrence ? Dans l’entourage du chercheur gabonais, certains se posent sérieusement la question. Un de ses proches, Michel-Paul Correa, directeur de l’Institut IDSRSI et partenaire du programme Immunorex depuis 1998, est récemment revenu sur les attaques lancées contre le produit Immunorex DM28, visant à restaurer l’immunité des malades du Sida. Dans un entretien accordé au site Sciences-net, publié le dimanche 9 avril, il a notamment regretté le retrait par les autorités congolaises du produit du marché en janvier 2016, d’autant que cette décision a...
(Agence Ecofin 12/04/17)
Pour lutter contre le chômage qui touche environ 120 000 Gabonais, soit 20% de la population active, dont un peu plus de 30% chez les jeunes, les autorités ont décidé de l’octroi d’une allocation financière aux chômeurs. Par exemple, un travailleur qui perd son emploi, pourra prétendre à la perception de cette allocation chômage, le temps de retrouver un nouvel emploi. En plus de cette possibilité qu’offre le nouveau code de sécurité sociale, le gouvernement a également adopté la création d’un compte d’épargne chômeur ainsi que d’un fonds de solidarité et d’activation de l’emploi. D’après les données publiées par la Banque mondiale, la population active du Gabon s’établissait à 645 000 individus, soit plus de 50% de la population depuis...
(Agence Ecofin 12/04/17)
En 2010, assure Kadima Kalondji, représentant résident du FMI au Cameroun, en visite à Libreville dans le cadre d’un séminaire destiné aux hommes de médias de la sous-région, les réserves de change de l’espace communautaire s’établissaient à 6000 milliards de Fcfa. Elles ont dégringolé depuis lors et se situent à 2000 milliards de Fcfa, soit une érosion de 4000 milliards de Fcfa en six ans. Ceci est la résultante de l’effondrement des recettes et de la chute des exportations pétrolières ainsi que de l’explosion des dépenses d’investissement public dans un contexte financier difficile et défavorable aux économies rentières. La dette communautaire est, quant à elle, passée de 15% du PIB en 2010, à 45% en 2016. Cette dégradation va se...
(L'Union 11/04/17)
Au cours de sa traditionnelle conférence de presse, le ministre d’Etat, porte-parole du gouvernement, n’a pas manqué de rappeler que les principaux acteurs ayant gravité autour de l'opposant au régime, Jean Ping, ont, depuis, tourné casaque. Alain-Claude Bilie-By-Nze a animé, hier, au stade d'Angondjé, dans la commune d'Akanda, sa traditionnelle conférence de presse. Occasion pour lui de revenir sur la participation de certains membres de l'opposition dite radicale au dialogue politique et les accusations portées contre la présidente de la Cour constitutionnelle, par des médias hexagonaux. Il est également revenu sur l'actualité présidentielle ...
(Agence Ecofin 11/04/17)
Le président directeur général de Yihua Enterprises Group, par ailleurs vice-président de la Chambre Internationale de Commerce de Chine (CICC), Liu Shaoxi (photo), chef de la délégation d’hommes d’affaires chinois en séjour au Gabon la semaine dernière, a visité les installations de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG). Au cours de la visite organisée par l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI), le Pdg a examiné les sites de la SNBG, apprécié l’outil de production et les actifs forestiers de cette entreprise qui continue de produire des contreplaqués d’Okoume. Aussi n’a-t-il pas écarté la perspective de devenir...
(L'Union 11/04/17)
L'acte 3 de la rencontre entre les amies du Gabon a accouché d'une belle initiative. Sous le patronage de l'édile de la ville de Libreville, Rose-Christiane Ossouka Raponda la journée dédiée aux communautés amies du Gabon s'est tenue samedi 8 avril sur l'esplanade du ministère des Affaires étrangères. Organisé depuis 2015 par l'Union des communautés amies du Gabon (Ucag), l'acte 3 de ladite journée mettait l'accent sur la participation de tous, étrangers comme nationaux, à la lutte contre l'insalubrité dans la cité. Au-delà de cet aspect, la 3e édition aura été l'occasion pour le doyen du corps diplomatique, Diadie Yacouba Dagnoko, ambassadeur du Mali au Gabon, de suggérer l'instauration d'un partenariat triangulaire entre la mairie de Libreville, l'Ucag et la...
(L'Union 11/04/17)
Celui-ci a pour mission de réduire les conflits entre les paysans et les pachydermes, grâce à la mise en place de mécanismes de dissuasion et de contentement des populations. LA ministre de l’Économie forestière, Estelle Ondo, a lancé vendredi dernier, à l’immeuble Arambo, le projet baptisé " Gestion de la faune et des conflits hommes-éléphants" (Gefache). Celui-ci aura pour rôle de prévenir les conflits récurrents entre les pachydermes et les populations, qui voient leurs cultures détruites en permanence par les premiers cités, autour de leurs zones d'habitat naturel, les confinant ainsi à la disette. Dans son laïus de circonstance, Estelle Ondo a déclaré que l’atténuation des conflits hommes-éléphants constitue une préoccupation écologique, puisqu’elle touche à l’avenir des pachydermes ; mais...
(L'Union 11/04/17)
Suspension des travaux de plus d'une heure, échanges parfois heurtés entre les coprésidents et quelques panélistes, c'est dire que les débats étaient loin d'être sereins dans ce panel. Les travaux de la phase citoyenne du dialogue politique se sont poursuivis, hier, au stade de l'Amitié d'Angondjé, dans la banlieue nord de Libreville, dans une ambiance particulièrement mouvementée. Notamment au panel 3 (la modernisation de la vie publique) où la sérénité des débats a été mise à mal par la volonté des participants de connaître le montant des perdiems qu'ils percevront au terme de la série de présentation de leurs communications, prévue aujourd’hui. Ce qui a amené les coprésidents, Wilfried-Erisco Mvou Ossialas, Jules-Esdras Mouhouloulou, à suspendre les travaux pendant plus d'une...
(Agence Ecofin 11/04/17)
BGFIBank, premier Groupe financier de la zone CEMAC, a tenu son Conseil d'Administration le 8 avril 2017 sous la présidence de Monsieur Henri-Claude OYIMA, à l'effet d'arrêter les comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2016. L'occasion de revenir sur une année 2016 marquée par de belles performances malgré un environnement économique contrasté et le renforcement des exigences réglementaires. Par ces belles performances, le Groupe BGFIBank démontre sa grande capacité de résilience. Le conseil d'administration a décidé de proposer à l aprochaine assemblée générale ordinaire prévue pour le 18 mai 2017 la distribution d'un dividende de FCFA 5500 par action en augmentation de 72% par rapport à l'année précédente. Le conseil d'administration a par ailleurs validé des nouveaux indicateurs de...

Pages