| Africatime
Dimanche 23 Avril 2017
(RFI 18/04/17)
Après deux semaines d'une phase citoyenne où les Gabonais ont pu venir exprimer leurs préoccupations et propositions pour réconcilier le pays, le dialogue marque une courte pause. Les partis politiques se consultent pour préparer le lancement des débats qui débuteront mardi prochain. En attendant, le bureau politique du dialogue a fait part de certaines inquiétudes vis-à-vis de la sécurité et de leur bon déroulement. Dans un communiqué, ses 16 membres interpellent le gouvernement pour qu’il prenne des mesures afin de garantir la tranquillité des travaux. L'organe demande aux autorités d'interdire les manifestations qui pourraient troubler l'ordre public, et ce alors que ce samedi 15 avril la coalition d'opposition autour de Jean Ping organise un meeting à Libreville. Baptisé « méga-meeting...
(Gabon Actu 18/04/17)
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Jean Pierre Rougou, 3ème vice-président de l’Union nationale (UN, opposition), n’a pas seulement dit oui au dialogue national d’Ali Bongo. Il a donné de grands coups de marteau sur son parti et cogné très fort contre la résistance décrétée par Jean Ping. « Après avoir consulté mes compatriotes, de nombreux compatriotes, après avoir consulté des amis de l’extérieur, j’ai pris la décision, en toute âme et conscience de participer au dialogue proposé par la partie en face », a-t-il annoncé dans un message vidéo posté sur sa page Facebook. Jean Pierre Rougou s’est ensuite lancé dans une explication de sa décision. Ce qui éclabousse naturellement son parti et la résistance. « Je pense que nous ne...
(Agence Gabonaise de Presse 18/04/17)
Depuis le 12 avril dernier, les membres de la Majorité et ceux de l’Opposition peaufinent les sujets qui feront l’objet des discussions, en plus des propositions formulées par la société civile lors de la phase citoyenne. Selon des informations recueillies sur place, les rencontres des deux camps qui se tiennent séparément, ont pour objectif d’harmoniser leurs contributions tout en tenant compte des propositions formulées par la société civile, lors de la phase citoyenne. Toutes ces contributions, qui feront l’objet des discussions entre les deux parties, seront par la suite déclinées le 18 avril prochain, à l’occasion d’une grande séance plénière. Outre la déclinaison des sujets à débattre, cette plénière aura pour ordre du jour, l’intégration de tous les participants des...
(RFI 18/04/17)
Après cinq jours de pause, les partis politiques gabonais se retrouvent à partir de ce mardi pour négocier des réformes destinées à réconcilier le pays après la dernière crise postélectorale. Quelque 200 participants appartenant à la majorité et une partie de l’opposition sont répartis au sein de quatre commissions paritaires. Les débats doivent durer jusqu’au 10 mai et porteront notamment sur de profondes réformes politiques et institutionnelles. Le bimensuel gabonais La Nation dans sa dernière livraison veut « croire que la phase politique de ce dialogue national sera aussi une réussite comme celle (dite citoyenne) qui vient de s’achever. […] Cependant, tempère le journal, les doutes ne manquent pas quant à la volonté réelle du PDG, le Parti démocratique gabonais,...
(Agence Ecofin 18/04/17)
(Agence Ecofin) - Selon un rapport des commissaires aux comptes Mazars Cameroun et Kpmg Afrique centrale, rendu public le 16 avril, le solde global du compte d’opérations de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a regressé de 3288,31 milliards en 2015 à 1155,95 milliards de FCFA en 2016. Comprendre le vocable « compte d’opérations » c'est se referer à celui ouvert par la Beac au service de contrôle du ministère des Finances de la France. La Beac, d’après ses conventions, doit impérativement y déposer 50% de ses avoirs extérieurs. Toutefois, la convention du 3 octobre 2014 stipule que cette quotité peut être abaissée en deçà de 50% mais, sans être inférieure à 40%. De façon détaillée, indiquent les...
(Agence Gabonaise de Presse 18/04/17)
En sa qualité de président exercice de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a reçu vendredi en audience, le Vice-premier ministre des Affaires étrangères de la République Démocratique du Congo (RDC), Léonard She Okitundu, venu solliciter les bons offices de l’organisation sous régionale pour une sortie de crise politique qui prévaut dans ce pays. Envoyé spécial du chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabangué, Léonard She Okitundu est venu faire le point à Ali Bongo Ondimba, par ailleurs président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), sur la situation politique dans son pays. En d’autres termes, la RDC, secouée par une crise politique qui...
(AFP 15/04/17)
Longs discours aux allures de monologues, boycotts et polémiques: au Gabon, après 15 jours de tables rondes ouvertes à la société civile, le "dialogue" voulu par le président Ali Bongo Ondimba pour ressouder un pays divisé par sa réélection contestée entre dans sa phase politique. Prenant le relais d’innombrables associations et autorités religieuses qui viennent de remettre leurs propositions, 188 représentants politiques participeront du 18 avril au 10 mai à ce dialogue "national inclusif et sans tabou". Ce forum est cependant toujours rejeté par le rival d'Ali Bongo, Jean Ping, qui se proclame le "président élu" au scrutin du 27 août 2016 et appelle ses partisans à un meeting samedi à Libreville pour demander "la fin du pouvoir illégitime". M...
(RFI 15/04/17)
Après deux semaines d'une phase citoyenne où les Gabonais ont pu venir exprimer leurs préoccupations et propositions pour réconcilier le pays, le dialogue marque une courte pause. Les partis politiques se consultent pour préparer le lancement des débats qui débuteront mardi prochain. En attendant, le bureau politique du dialogue a fait part de certaines inquiétudes vis-à-vis de la sécurité et de leur bon déroulement. Dans un communiqué, ses 16 membres interpellent le gouvernement pour qu’il prenne des mesures afin de garantir la tranquillité des travaux. L'organe demande aux autorités d'interdire les manifestations qui pourraient troubler l'ordre public, et ce alors que ce samedi 15 avril la coalition d'opposition autour de Jean Ping organise un meeting à Libreville.
(AFP 15/04/17)
La lutte contre le blanchiment d'argent et le terrorisme ralentissent l'interchangeabilité des billets entre les deux grandes zones utilisant le franc CFA, ont expliqué les gouverneurs des deux banques centrales concernées vendredi à Abidjan. Lié à l'euro par un système de parité fixe, le franc CFA est la monnaie de 14 pays francophones d'Afrique de l'Ouest et centrale, totalisant 155 millions d'habitants: huit appartenant à l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et six à la Communauté économique d'Afrique centrale (Cémac). UEMOA et Cémac sont dotées chacune d'une banque centrale...
(AFP 14/04/17)
Alain Djally, l'assistant personnel de Jean Ping, rival malheureux du président gabonais Ali Bongo Ondimba lors de la présidentielle dont il conteste toujours le résultat, a été arrêté jeudi par les services de renseignement gabonais, selon son avocat. Ancien militaire, M. Djally est un proche du premier cercle et un fidèle de M. Ping, dont il est décrit comme "l'aide de camp" dans les différentes fonctions que celui-ci a occupées: ministre des Affaires étrangères à Libreville (dans les années 2000), président de l'Assemblée générale des Nations unies à New-York en 2004-2005 et président de la commission de l’Union africaine à Addis Abeba entre 2008 et 2012. "Des hommes en armes, dans un véhicule 4x4, ont encerclé la voiture de M...
(RFI 14/04/17)
Au Gabon, l'aide de camp de l’opposant Jean Ping, Alain Ndali et son épouse ont été interpellés jeudi 13 avril à Libreville par des gendarmes. Le couple se rendait au travail quand des gendarmes armés qui étaient dans deux véhicules ont procédé à leur arrestation. Dans une première conférence de presse, l'avocat de Jean Ping a dénoncé une procédure cavalière. Avant de se présenter devant la presse, jeudi, Maître Jean Remy Bantsatsa a pris le soin de se rendre à la Direction générale des recherches, le service de renseignement de la gendarmerie nationale. L'avocat ...
(Infos Gabon 14/04/17)
L’ancien opposant demande aux Gabonais de tourner la page de la crise post-électorale et de soutenir le chef de l’Etat. Le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle invite les Gabonais à soutenir le président de la République dans son action. Le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) semble avoir (définitivement) rangé sa langue vipérine et ses propos orageux d’antan pour s’aligner derrière le chef de l’Etat. Le pourfendeur d’hier est aujourd’hui le fervent défenseur d’Ali Bongo Ondimba. Bruno Ben Moubamba qui a pris part mardi à l’inauguration de l’usine de transformation de l’huile de palme de Mouila aux côtés du président de la République a fait une sortie pour le présenter comme un visionnaire. «J’ai...
(Gabon Review 14/04/17)
La phase citoyenne du dialogue national a officiellement pris fin le 12 avril 2017, avec la remise du rapport général de cette étape, contenant l’ensemble des propositions émises par les représentants de la société civile. Une fin d’étape qui a ouvert la phase dite politique, réservée aux acteurs des partis de la majorité et de l’opposition. A l’issue des deux semaines d’échange autour des thématiques sur la «Réforme des institutions et consolidation de l’Etat de droit démocratique», «Réformes électorales», «modernisation de la vie publique» et la «consolidation de la paix et de la cohésion nationale», les présidents des quatre panels mis en place, ont officiellement remis le 12 avril le rapport général de la phase citoyenne. Ceux-ci ont exprimé, au...
(Agence Ecofin 14/04/17)
C’est à Bali, en Indonésie, où se tient le 3ème forum annuel des fonds souverains des Etats membres de la Banque islamique de développement (BID), que le Gabon a obtenu l’organisation de la 4ème édition de cet événement, à Libreville l’an prochain, au terme d’un « lobbying fort ». Ce sera la deuxième fois qu’un pays du continent abrite cette importante rencontre qui réunit l’ensemble des membres de l’institution financière islamique. En effet, après l’Arabie Saoudite qui a organisé le forum inaugural en 2015, et le Maroc en 2016, il va revenir au Gabon de réunir les experts de la finance islamique sur son sol, ainsi que les patrons des fonds d’investissements du monde entier, afin de faire le point...
(Infos Gabon 14/04/17)
Le candidat à la dernière élection présidentielle fait des propositions portant sur les alternances pacifiques au pouvoir, l’équilibre institutionnel, les enjeux de développement de l’heure et le renforcement des capacités des animateurs de la démocratie. Il a exposé ce jeudi 13 avril 2017 à la plénière organisée au stade d’Angondjé. Dans sa contribution au dialogue politique en cours, Dieudonné Minlama Mintogo a tenu à faire le chemin parcouru par le Gabon depuis la Conférence nationale en 1990 à nos jours. L’orateur a ainsi salué l’avènement du multipartisme qui est venu sonner le glas au monopartisme et célébré l’adoption d’une nouvelle Constitution. Mais, plus d’un quart de siècle plus tard, la démocratie tarde à s’enraciner. «En 1990, nous avons adopté la...
(Gabon Review 14/04/17)
C’est en une phrase le résumé de l’intervention du président de la Cour constitutionnelle à l’occasion de l’ouverture de la seconde phase du dialogue politique national, au cours de laquelle elle s’est refusée de porter toutes les critiques émises à son encontre depuis des années. Depuis plusieurs années, la Cour constitutionnelle «fait l’objet des critiques les plus acerbes, des a priori et des fantasmes les plus incroyables, des clichés, des condamnations hâtives et péremptoires», a regretté Marie-Madeleine Mbrantsuo, mercredi 12 avril, lors de l’ouverture de la seconde phase du dialogue politique national à Angondjé. Elle a saisi l’occasion pour «fixer une fois pour toutes les esprits de (ses) compatriotes, en général, et ceux des acteurs politiques, en particulier, sur la...
(Gabon Review 14/04/17)
Effarés par les nombreuses incongruités entourant la construction du siège actuel de la Cour constitutionnelle, entre 2006 et 2014, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, Marc Ona Essangui et Paul Nicolas Nguema, ont déposé une plainte contre le président de cette juridiction, le 12 avril dernier. La période postélectorale n’est visiblement pas de tout repos pour la présidente de la Cour constitutionnelle. Déjà visée par une enquête préliminaire du parquet financier français, Marie Madeleine Mborantsuo est également au cœur d’une plainte déposée auprès de la Haute Cour de justice, le 12 avril dernier, par le président de l’Union du peuple gabonais (UPG). «En compagnie de deux acteurs majeurs de la société civile, Marc Ona Essangui et Paul Nicolas Nguema, nous avons...
(Gabon Review 14/04/17)
Cet établissement scolaire vient de recevoir une dotation de 200 tables-bancs et connaîtra bientôt d’importants travaux de réhabilitation. La ministre déléguée à l’Education nationale, Lucie Akalane a présidé mercredi la cérémonie de remise de tables-bancs au lycée de Sibang. Cette dotation constituée de 200 tables-bancs, fruit d’un partenariat entre le gouvernement et la multinationale de l’agro-industrie Olam Gabon, rentre dans le cadre d’un programme de remise de tables-bancs initié depuis quelques semaines. «Je voudrais ce matin, devant vous tous ici réunis, vous traduire l’émotion et le plaisir qui sont les miens, au moment où nous venons célébrer la réception de la table banc n° 10.000, fruit d’un partenariat entre l’Etat gabonais où j’ai l’insigne honneur de représenter ici, et le...
(RFI 13/04/17)
Le Gabon vient de se doter de l'une des plus grandes usines de transformation d'huile de palme d'Afrique. D'une capacité de 138 700 tonnes d'huile qui a couté 39,6 millions de dollars (22 milliards de FCFA) a été officiellement mise en service à Mouila au sud du Gabon par le président gabonais Ali Bongo. Ali Bongo était radieux en coupant le ruban symbolique de la nouvelle usine. Selon lui, grâce au palmier à huile, l'agriculture gabonaise longtemps délaissée prend un nouveau départ. Baignant dans un boom pétrolier entrant les années 70 et 80, le Gabon s'est lancé dans l'importation massive des produits vivriers. Les pétrodollars ne coulent plus assez. Et l'agriculture a été choisie comme l'un des secteurs clefs pour...
(Agence Ecofin 13/04/17)
Pascal Houangni Ambouroue, le ministre du Pétrole et des hydrocarbures, a reçu le 11 avril 2017, à Libreville une délégation de l'entreprise américaine Weatherford pour une séance de travail. Au sortir de ce conclave à huis clos, le ministre du Pétrole a déclaré : « Les responsables de cette entreprise m'ont présenté leur projet d'autonomisation et d'optimisation de la production pétrolière du Gabon. L'échange a été très intéressant, d'autant plus qu'il est utile, nécessaire et indispensable aujourd'hui, de penser et voir plus grand pour l’avenir de notre pays ». Pascal Houangni Ambouroue n’en a pas dit plus. Mais l’on se sait que Weatherford implantée à Port-Gentil n’avait plus qu’une présence symbolique à cause de la crise qui secoue le secteur...

Pages