Mardi 17 Octobre 2017
(RFI 06/10/17)
Fin d'une épisode dans le feuilleton judiciaire qui oppose le président gabonais Ali Bongo au journaliste écrivian français Pierre Péan, pour son ouvrage « Nouvelles affaires africaines, mensonges et pillages du Gabon » paru en 2014, qui vait fait scandale au Gabon à sa parution. Comme attendu, le tribunal correctionnel de Paris vient de rendre son verdict : il condamne Pierre Péan pour diffamation contre le président du Gabon. Le verdict est tombé ce jeudi après-midi. Il vient de condamner Pierre Péan pour « avoir porté atteinte à l'honneur et la considération d'Ali Bongo » pour des propos qui se trouvent dans l'ouvrage. Et plutôt surprenant, les deux parties se disent satisfaites par cette décision. Maître Delphine Meillet, qui défend...
(Jeune Afrique 06/10/17)
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi le journaliste Pierre Péan pour avoir laissé entendre que le président gabonais Ali Bongo était à l’origine des tentatives d’assassinat de Jean-Pierre Lemboumba. Les passages incriminés figurent dans le livre Nouvelles affaires africaines, publié en 2014 aux éditions Fayard, dans lequel le journaliste Pierre Péan revient longuement sur les relations entre Ali et Omar Bongo. Dans l’un des chapitres, l’auteur laisse entendre que le président gabonais aurait commandité deux tentatives d’assassinat à l’encontre de Jean-Pierre Lemboumba, qui était alors le directeur de cabinet d’Omar Bongo et aurait comploté pour empêcher le fils Bongo de succéder à son père. « Un contrat a été mis sur sa tête, écrit ainsi Pierre Péan. C’est...
(Jeune Afrique 06/10/17)
Le nouveau vice-président, Pierre-Claver Maganga Moussavou, ne conçoit pas son parcours en homme seul. Chez lui, le pouvoir est une passion qui concerne tout le clan. Pierre-Claver Maganga Moussavou est un vieux routier de la politique gabonaise. La jeune femme qui, ce jour-là, l’accueille alors qu’il est venu acquitter une facture de téléphone portable le reconnaît aussitôt. Ils échangent quelques amabilités. Elle lui confie connaître aussi son fils Biendi Maganga Moussavou, actuel ministre de la Promotion des petites et moyennes entreprises. Pierre-Claver Maganga Moussavou lâche un « il les lui faut toutes ! » lourd de sous-entendus mais empli de fierté. Un fils ministre, une mère présidente de parti Il est comme ça, Maganga Moussavou. Quand il s’agit de sa famille,...
(Agence Ecofin 06/10/17)
Pour avoir diffamé le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, le journaliste et écrivain Pierre Péann, a été condamné ce jeudi 05 octobre, par la justice française à 1000 euros d'amende, indique des sources proches de la Direction de la communication présidentielle. Il lui est reproché d’avoir laissé entendre dans un de ses livres, que le chef de l’Etat gabonais avait commandité un assassinat politique. En effet, dans ce livre intitulé "Nouvelles affaires africaines", publié en 2014, le journaliste français laissait entendre qu'Ali Bongo était à l'origine de deux tentatives d'assassinat de Jean-Pierre Lemboumba, directeur de cabinet de son père Omar Bongo quand celui-ci était président. Les juges, dans leur décision, ont relevé que ces passages relayaient des "accusations très graves...
(Agence Ecofin 06/10/17)
Il faut s’attendre à des changements dans la supervision des activités de la Banque de développement de l’Afrique centrale (Bdeac). C’est ce qui ressort du conseil d’administration de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), réuni le 26 septembre dernier, dans la capitale économique du Cameroun, Douala. Evoquant l’état de mise en œuvre de la convention de financement existant entre les deux institutions communautaires, le conseil a souligné « l’urgence qu’il y a à assujettir la Bdeac à un organe de supervision externe ». Dans la même logique, les administrateurs ont réitéré la nécessité pour la Bdeac d’être accompagnée dans ses activités par la Beac. Le Conseil a rappelé que, « le déblocage par la Beac de tranches de...
(RFI 06/10/17)
La seconde réunion semestrielle de l’année des ministres des Finances, des gouverneurs des Banques centrales et des présidents des institutions régionales de la zone franc s’est tenue ce jeudi à Paris. La situation générale de la zone est marquée par un réendettement rapide. Le débat soulevé par les Africains, qui appellent à remplacer le franc CFA par une monnaie qui n’est pas arrimée à l’euro, n’a pas été officiellement évoqué. Réduction des déficits publics, diversification des économies et augmentation des recettes, en faisant notamment rentrer le secteur informel dans le système fiscal, ce sont des pistes évoquées par les ministres des Finances de la zone franc ce jeudi à Paris pour baisser le taux d’endettement. Quant à une éventuelle réforme...
(AFP 05/10/17)
Le journaliste et écrivain Pierre Péan a été condamné jeudi par la justice française à 1.000 euros d'amende pour avoir diffamé le président gabonais Ali Bongo en laissant entendre dans un de ses livres qu'il avait commandité un assassinat politique. Dans ce livre intitulé "Nouvelles affaires africaines" et publié en 2014, le journaliste français laissait entendre qu'Ali Bongo était à l'origine de deux tentatives d'assassinat de Jean-Pierre Lemboumba, directeur de cabinet de son père Omar Bongo quand celui-ci était président. Ces passages relaient des "accusations très graves formulées de façon affirmative", sur une base factuelle "insuffisante", ont relevé les juges dans leur décision. Pierre Péan a en revanche été relaxé au titre de la bonne foi pour plusieurs autres passages...
(Le Figaro 05/10/17)
LE SCAN POLITIQUE - Polémique après polémique, la députée France insoumise de 37 ans est devenue la cible favorite d'une partie de la classe politique, qui l'accuse de complaisance avec l'islam radical. Elle ne s'attendait pas à ça. «Camaradobono», comme elle est surnommée depuis ses 20 ans, était loin d'imaginer devenir en quelques mois une cible de choix. À 37 ans, cette bibliothécaire de profession, élue députée sur l'ancienne circonscription du PS Daniel Vaillant, à cheval entre le 18 et le 19e arrondissement de Paris, est dans le viseur de bon nombre de ses collègues parlementaires, des bancs de l'extrême droite jusqu'à ceux de la majorité où siège l'ancien premier ministre Manuel Valls. Fille d'un opposant politique au président gabonais...
(Gabon Review 05/10/17)
Un peu moins de deux semaines après sa mise en garde à vue, l’ancien patron de la Société nationale des logements sociaux (SNLS) a été écroué à la prison centrale de Libreville, le 3 septembre, pour détournement de deniers publics, concussion, complicité, corruption et association de malfaiteurs. Placé en garde à vue depuis le 22 septembre, l’ex directeur général de la Société nationale des logements sociaux (SNLS) a été écroué à la prison centrale de Libreville, le 3 septembre. Une issue peu surprenante tant quelques jours plus tôt, le 28 septembre, il a été évincé de son poste lors du conseil des ministres. Détournement de deniers publics, concussion, complicité, corruption et association de malfaiteurs, sont autant de chefs d’accusation qui...
(Gabon Review 05/10/17)
Visant à la maitrise de la dépense publique, l’opération de recensement et de déclassement des véhicules administratifs mis en circulation depuis sept ans et plus a été lancée, le 3 octobre à Libreville, par le ministère du Budget. La secrétaire générale du ministère du Budget a procédé, le 3 octobre à Libreville, au lancement de l’opération de recensement et de déclassement des véhicules administratifs mis en circulation depuis sept ans et plus. «Nous voulons sortir ces véhicules du fichier national des véhicules administratifs. Nous avons la ferme intention de toiletter notre fichier», a expliqué Yolande Nyonda. Dans ce sens, les agents publics utilisateurs desdits véhicules ont été priés de se rendre à l’Ecole nationale de police (Escap), dans la commune...
(Agence Ecofin 05/10/17)
La ministre d'Etat gabonais en charge de la santé, Denise Mekam'ne, est allée s'imprégner de l'effectivité des soins offerts aux populations au cour d'une visite guidée mercredi au sein du navire hôpital chinois, l'Arche de la paix, accosté depuis dimanche dernier au port d'Owendo. Après avoir fait le tour des différents services de l'hôpital flottant, Mme Mekam'ne a dit être satisfaite et impressionnée du dispositif médical mis à la disposition des patients gabonais par l'équipage chinois, mais aussi de la qualité des soins qui leur sont offerts. "C'est un sentiment de satisfaction, d'admiration et d'encouragement qui m'habite", a-t-elle déclaré. "Nous avons vu que le navire hôpital chinois est doté d'un équipement de pointe, il prend en charge toutes les spécialités...
(Gabon Review 05/10/17)
Afin de prévenir les effets néfastes d’une cohabitation, l’exécutif a initié un projet de révision constitutionnelle. A première lecture, on peut tout autant craindre un changement de la nature du régime qu’une atteinte voilée à la forme républicaine de l’Etat. Tout le monde a encore en mémoire la comédie d’août 2016. Personne n’a oublié la tragédie du 31 du même mois. La dernière élection présidentielle a définitivement consacré le refus du pouvoir en place de se soumettre au verdict des urnes. Les subterfuges utilisés pour ne pas organiser les législatives initialement prévues pour décembre 2016 n’y changeront rien : motivés par une argumentation spécieuse, les reports successifs traduisent une volonté de se maintenir au pouvoir hors de toute considération démocratique...
(APA 05/10/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC), dans un communiqué publié jeudi, annonce une légère hausse de la croissance sous-régionale à 0,8% en 2017, après le 0,2% enregistré l’année dernière Rendant compte des dernière projections macroéconomiques, faites lors de sa session ordinaire, tenue en fin septembre dernier dans la métropole économique camerounaise, Douala, il note également une hausse des pressions inflationnistes dans la sous-région, soit 1,6% alors qu’elles se situaient à 1,1% en 2016. Le Comité ministériel de l’UMAC est par contre encouragé non seulement par la progression de la masse monétaire, mais aussi par le redressement du solde budgétaire ainsi que celui du compte extérieur courant, qui s’établit à -7,9% du produit intérieur...
(Agence Ecofin 05/10/17)
Sans apporter de plus amples précisions, le communiqué de la session extraordinaire de la Commission bancaire d’Afrique centrale signé le 3 octobre, indique que le gendarme du marché bancaire a décidé «d’ouvrir une procédure disciplinaire à l’encontre d’un établissement de crédit et ses dirigeants», à l’issue de ce conclave tenu à Douala. D’après le communiqué signé d’Abbas Mahamat Tolli (photo), gouverneur de la BEAC et président statutaire de la Cobac, cette décision intervient après que le régulateur ait examiné l’évolution de la situation de cet établissement de crédit. Cette sortie intervient au lendemain de la signature d’un autre communiqué de la même institution en juillet dernier où elle s’inquiétait du non-respect des normes prudentielles par la majorité des établissements de...
(Xinhua 05/10/17)
Le secrétaire général de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), Angel Gurria, a appelé mercredi à des solutions pour débloquer le potentiel de l'entreprenariat en Afrique, un moteur clé de l'industrialisation de l'Afrique. Tous les entrepreneurs africains n'ont pas eu l'occasion de profiter de la croissance économique bien attendue en Afrique alors que de jeunes entreprises africaines avec moins de 20 employés créent 22% de nouveaux emplois formels, a indiqué M. Gurria dans un discours prononcé au 17ème Forum économique international sur l'Afrique tenu mercredi à Paris. En Afrique, "les contraintes auxquelles sont confrontées les jeunes et les petites entreprises, comme le manque d'accès à l'infrastructure et à l'électricité, le manque de travailleurs qualifiés et les difficultés d'accès...
(Jeune Afrique 04/10/17)
Le sujet faisait débat : faut-il organiser un congrès du PDG à quelques mois seulement des législatives, qui doivent se dérouler avant avril 2018 ? Sonné par la présidentielle d’août 2016 au cours de laquelle il n’a pas brillé par son dynamisme et encore moins par les résultats que ses ténors étaient censés lui assurer dans leurs fiefs respectifs, le parti d’Ali Bongo Ondimba est au bord de la crise. Faustin Boukoubi, son secrétaire général, a jeté l’éponge, et le Mouvement gabonais pour Ali Bongo Ondimba (Mogabo), un courant qui dit rassembler les « vrais amis » du président, accapare le devant de la scène politico-médiatique...
(Gabon Actu 04/10/17)
L’entreprise Bouygues Télécom Gabon est tombée en faillite, selon la décision du directeur général de cette société française rapportée mardi par ses employés, médusés de la triste nouvelle. Tôt ce matin les employés de Bouygues Energies et Services ce sont rendus au travail, dans la zone industrielle d’Oloumi, une zone à cheval entre le 4ème et le 5ème arrondissement de Libreville. Ils ont été désagrément surpris par l’annonce par vidéo conférence depuis Paris en France de leur directeur ...
(Belga 04/10/17)
Huit militaires belges de la brigade légère qui participaient à l’opération Tropical Storm au Gabon, ont été rapatriés en C-130 à Melsbroek ce week-end, à la suite d’une bagarre dans un night-club, rapportent la Dernière Heure, Het Laatste Nieuws et De Morgen, une information confirmée par le parquet fédéral. L’incident, lors duquel des civils gabonais ont été blessés, s’est produit dans la nuit de vendredi à samedi dans un night-club de Libreville. La bagarre aurait opposé des militaires belges, du 3e bataillon des Parachutistes de Tielen, à des militaires français, selon la DH. L’ampleur des dégâts dans le night-club laisse à penser que la bagarre fût conséquente. Trois enquêtes sont ouvertes par les autorités gabonaises, françaises et belges. En Belgique,...
(Sputnik 04/10/17)
Huit militaires belges ont été rapatriés après une bagarre avec les paras français dans un night-club au Gabon, selon un journal. Des paras belges et français se sont battus dans une boîte de nuit à Libreville, la capitale du Gabon, annonce le journal Le Soir. Selon le média, suite à la bagarre — dont les raisons restent inconnus — huit militaires belges ont été rapatriés en C-130 à Melsbroek. «Si vous voulez parler du Gabon, retournez-y!» ou quand Sarkozy fait du Le Pen L'incident, lors duquel des civils gabonais ont été blessés, s'est produit dans la nuit de vendredi à samedi dans un night-club de Libreville. La bagarre aurait opposé des militaires belges du 3e bataillon de Parachutistes de Tielen,...
(Autre média 04/10/17)
Bouygues Energie et Service ferme ses portes au Gabon. Le conseil d’administration a pris sa décision hier soir. La société est une filiale du groupe français Bouygues. Plus de deux cents emplois vont être perdus. Bouygues Energie et Service fournissait des solutions clé en main d’installation de réseaux énergétiques et d’adduction en eau potable pour l’Etat, la SEEG et les privés. C’est elle qui a participé à la mise en place des lignes hautes tensions dans tout le Nord du Gabon qui relie aujourd’hui la ville Oyem. Mais le niveau d’endettement de la société a atteint un seuil qui ne lui permet plus de fonctionner. Mauvaise gestion ou crise économique? Un peu des deux. La crise économique est passé par...

Pages