Mardi 20 Février 2018
(AFP 20/02/18)
"Ça va encore nous amener des coupures", s'inquiète Marie, une femme au foyer de la capitale gabonaise Libreville, après la rupture du contrat de la filiale locale de Veolia au Gabon, qui gérait la distribution d'eau et d'électricité. Depuis vendredi, les polémiques ne désenflent pas à Libreville, chaque partie accusant l'autre d'être responsable de la situation. Le 16 février, des forces de l'ordre ont "réquisitionné" les locaux de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG, filiale de Veolia détenue à 51% par l'entreprise française), mettant de facto un terme au management de Veolia.
(Xinhua 20/02/18)
Les élections législatives auront lieu le 28 avril prochain au Gabon, a annoncé lundi lors d'une conférence de presse à Libreville le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze. Le porte-parole a rappelé que cette date avait été fixée depuis plusieurs mois par la Cour constitutionnelle saisie par le Premier ministre sur la nécessité de ne pas tenir ce scrutin en juillet 2017. "Le gouvernement a déjà appliqué certains préalables à la tenue de ce scrutin", a-t-il ajouté. Il s'agit entre ...
(RFI 20/02/18)
Au Gabon, les évènements se sont accéléré ce 19 février pour matérialiser la séparation avec le groupe français Veolia et l'Etat gabonais. Après la rupture soudaine du contrat de distribution de l'eau et l'électricité dans le pays par le groupe français, une passation de pouvoir a eu lieu alors que le personnel inquiet a multiplié les initiatives. La journée a été riche en événements ce 19 février, trois jours après la saisie de la filiale de Veolia à Libreville. Le...
(Le Monde 20/02/18)
En Chine, rien ne remplace le guanxi (le réseau) : des liens interpersonnels qui régissent aussi bien les rapports amicaux que les relations dans les affaires et la politique. La confiance vient du guanxi et, pour cela, il faut se rencontrer. Ainsi fonctionne, aussi, la diplomatie chinoise. Avec 79 visites dans 43 pays d’Afrique en dix ans, le pays est particulièrement actif sur le continent. « La Chine attache beaucoup d’importance aux relations personnelles et à ces rencontres en face...
(La Tribune 19/02/18)
Coup de théâtre ce vendredi 16 février, l’Etat gabonais a rompu la concession d’eau et d’électricité qui le liait au groupe français Veolia, procédant immédiatement à la réquisition de sa filiale locale (Société d’Energie et d’Eau du Gabon – SEEG). En cause, « la dégradation de la qualité du service rendu aux usagers, les efforts financiers consentis par l’Etat non suivi des effets escomptés et les plaintes récurrentes des populations », selon le communiqué du ministère de l‘Eau et de...
(RFI 19/02/18)
Le groupe Veolia proteste contre « une action brutale menée en dehors de toute règle de droit ». Dans un communiqué, le géant français de l'eau répondait ce week-end aux autorités gabonaises qui ont rompu son contrat de gestion de l'eau et de l'électricité, le 16 février. Dans la foulée, la Société de l’eau et de l’énergie du Gabon (SEEG), filiale du groupe français, a été réquisitionnée et un nouveau comité directoire nommé. Le Gabon reproche à Veolia une dégradation de la qualité des services. Le groupe français lui, y voit plutôt une sanction politique. Moins d'un an après avoir prolongé de cinq ans la concession de Veolia...
(APA 19/02/18)
APA Libreville (Gabon) - Le Groupe Veolia a protesté ‘’vigoureusement’’ contre la ‘’grave’’ violation des règles de droit commise ce samedi par des hommes armés, qui ont réquisitionné les locaux de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), à Libreville. Veolia qui se dit ‘’victime d'une expropriation brutale de la part de l'Etat gabonais’’, dans un communiqué parvenu à APA , compte examiner ‘’les conséquences juridiques de cette situation et attend du Gabon qu'il se conforme aux règles de...
(La Tribune 19/02/18)
Le chef d'Etat gabonais Ali Bongo Ondimba a mis en service ce vendredi 16 février un poste de transformation électrique d'une capacité de 20/30KV à Kango, à près de 80 kilomètres de la capitale Libreville. Ce dispositif devrait permettre de fournir de l'électricité à 28 villages situés dans la province de l'Estuaire et de Bifoun. Les autorités gabonaises veulent augmenter le taux d'électrification rural actuellement de 30% dans le pays. Ce vendredi 16 février, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba...
(APA 19/02/18)
APA – Libreville (Gabon) – Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a procédé vendredi, à Kango à quelque 100 km de Libreville sur la route nationale n°1 (tronçon Kango-Bifoun), a l’inauguration du programme d’électrification des villages, fruit d’un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et le groupe Gabon Spécial Economic Zone, une société du groupe singapourien Olam, leader de l’agro-industrie au Gabon. Ce sont au total 28 villages soit près de 8 000 habitants qui vont bénéficier à terme de l’électricité...
(APA 19/02/18)
APA – Brazzaville (Congo) - La République du Congo et le Gabon ont réaffirmé samedi à Brazzaville, leur volonté d’impulser le processus d’intégration régionale en vue du développement de l’Afrique centrale toute entière Au terme d’une visite de travail de quelques heures à Brazzaville, le chef de l’Etat gabonais et son homologue Denis Sassou NGuesso, après examen de la situation de la sous région d’Afrique centrale ,se sont réjouis de la décision d’ouvrir intégralement leurs frontières aux ressortissants de la...
(Xinhua 19/02/18)
Le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a félicité dans une correspondance publiée samedi, l'arrivée au pouvoir du nouveau président sud-africain, Cyril Ramaphosa, porté à la tête de l'Afrique du Sud par le Parlement qui n'a même pas eu besoin d'un vote formel, du fait qu'il était l'unique candidat. Dans une correspondance de la direction de la communication présidentielle, le chef de l'Etat gabonais, a salué le transfert pacifique du pouvoir en Afrique du Sud qui a placé officiellement,...
(Xinhua 19/02/18)
Le chef de l'Etat gabonais, président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), Ali Bongo Ondimba, a annoncé samedi à Brazzaville la tenue prochaine à Libreville, au Gabon, d'un sommet du Conseil de paix et de sécurité de l'Afrique centrale (COPAX). Le président gabonais a fait cette annonce devant la presse à l'aéroport international Maya-Maya de Brazzaville où il a été accueilli en matinée, par son homologue congolais, Denis Sassou NGuesso. "Il est normal qu'entre...
(RFI 19/02/18)
Au Gabon, après la décision d'interrompre le contrat de concession du groupe français Veolia, les choses s'accélèrent. Un nouveau directoire provisoire de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), ex-filiale de Veolia, a été nommé. Il est entièrement composé des Gabonais. Ces derniers dirigeront la société durant douze mois, en attendant un nouveau repreneur. Qu’en pensent les Gabonais ? Ibrahim Sendjet Mboulou est le président de l'organisation « Gabonais des consommateurs ». C'est son mouvement qui a lancé la...
(AFP 17/02/18)
L'Etat gabonais a rompu vendredi son contrat avec la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale au Gabon de l'entreprise française Veolia, pour "dégradation de la qualité du service rendu aux usagers". "L'Etat gabonais a mis fin à la convention de concession qui le liait à la SEEG-Veolia", seule entreprise au Gabon à distribuer l'eau et l'électricité et qui avait vu son bail reconduit pour cinq ans en mars 2017, indique un communiqué du ministère gabonais des Eaux et Forêts publié vendredi. "Aujourd'hui victime d'une expropriation brutale de la part de l'Etat gabonais, Veolia examine les conséquences juridiques de cette situation et attend du Gabon...
(RFI 17/02/18)
L'Etat gabonais a mis fin à la concession qui le liait au groupe français Veolia, dont la filiale gabonaise, la SEEG, assurait la distribution de l'eau et l'électricité. A l'origine de cette rupture de contrat, une incapacité pour la société française de fournir correctement l'eau et l'électricité aux populations. L'Etat affirme aussi que les négociations pour un nouvel accord ont échoué. La décision du gouvernement gabonais est tombée comme un coup de tonnerre. Quasiment personne ne s'attendait à une telle...
(Jeune Afrique 17/02/18)
Le tribunal de grande instance de Paris a estimé, dans une décision rendue ce vendredi, que la star de la musique gabonaise Patience Dabany, par ailleurs mère du président Ali Bongo Ondimba, « a été délibérément trompée sur l’objet de l’entretien » accordé au réalisateur Joël Soler. L'interview de l’ex-Première dame gabonaise ne sera pas diffusée. Le tribunal a ordonné à Day for Night, la société productrice de la série Despot Housewives, consacrée aux épouses d’anciens « despotes » diffusée...
(Jeune Afrique 16/02/18)
Neuf partis politiques de la Coalition pour la nouvelle République de Jean Ping ont publié un communiqué jeudi pour annoncer qu'ils ne participeront pas aux élections législatives prévues en avril. Une prise de position qui vient ajouter à la confusion qui règne au sein de l'opposition à deux mois du scrutin. Participer aux législatives pour tenter de démontrer que l’opposition est majoritaire ou boycotter le scrutin pour ne pas légitimer le pouvoir d’Ali Bongo ? À quelques semaines de l’élection...
(RFI 16/02/18)
Neuf partis politiques, sur les vingt qui forment la Coalition pour la nouvelle République dirigée par Jean Ping dans le but de récupérer sa victoire que lui aurait volée l'actuel chef de l'Etat, ont annoncé jeudi 15 février qu'ils n'iront pas aux élections législatives prévues en avril prochain. Quelle est la position de Jean Ping lui-même alors que d'autres partis de la coalition souhaitent se jeter dans la bataille ? La déclaration a été lue dans la résidence de Jean Ping, qui était absent. Aller aux urnes, c'est reconnaitre Ali Bongo comme chef de l'Etat, explique la déclaration lue par l'ex-ministre Vincent Moulengui Boukosso.
(APA 16/02/18)
APA – Libreville (Gabon) - Le ministre gabonais en charge de la Culture et des arts, Alain Claude Bilié-By- Nze a procédé jeudi, à Libreville, à la remise des premiers chèques des droits d’auteurs aux musiciens, écrivains et autres artistes du spectacle, en présence des bénéficiaires et des responsables du Bureau gabonais des droits d’auteurs et des droits voisins (BUGADA). « Aujourd’hui c’est un grand jour pour nous, après 48 ans du retrait de la SACEM, les artistes enfin peuvent...
(APA 16/02/18)
APA – Libreville (Gabon) – L’ancien arbitre international, Jérôme Effong Nzolo a annoncé qu’il était candidat au poste de président de la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) dont l’élection est prévue le 31 mars prochain. Jérôme Effong Nzolo qui donnait jeudi à Brazzaville, s’est défini comme un sportif dans l’âme, le corps et l’esprit, précisant que sa candidature est une manifestation d’amour pour son pays. Sa candidature a-t-il renchéri, vise à sauver le football au Gabon. « De nos jours,...

Pages