| Africatime
Mercredi 28 Septembre 2016
(AFP 27/09/16)
De nombreux Gabonais opposés à l'élection d'Ali Bongo Ondimba investi mardi pour un nouveau mandat ont caricaturé sa prestation de serment sur les réseaux sociaux, a constaté l'AFP. Avec hashtag #InvestitureGabon, des internautes ont ainsi multiplié leurs propres annonces parodiques de prise de fonction sur le réseau social Twitter. "Je me proclame aussi président de la République du Gabon et je prête serment", ironise un jeune Gabonais sous le pseudo BongolsKilling. "Notre jeune démocratie vient de prouver une fois de plus que j'ai le droit exceptionnel de me torcher avec la Constitution", ajoute-t-il. "C'est remplie d'émotion que je prends fonction aujourd'hui. Merci à tous mes électeurs", déclare à son tour une autre twitteuse, Valérie Aleks,...
(AFP 27/09/16)
Le président gabonais Ali Bongo Ondimaba a prêté serment mardi pour un deuxième septennat, quatre jours après la validation de sa réélection par la Cour constitutionnelle qui a rejeté la requête de son rival Jean Ping. "Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du peuple gabonais, en vue d'assurer son bien-être et de le préserver de tout dommage, de respecter et de défendre la Constitution et l'Etat de droit", a récité le chef de l'Etat, 57 ans, main gauche sur la Constitution et main droite levé vers le drapeau vert-jaune-bleu du Gabon. Pour saluer son investiture, des coups de canon ont alors été entendus près du palais présidentiel siège de la cérémonie. M. Bongo a prêté serment devant...
(AFP 27/09/16)
L'entourage d'Ali Bongo Ondimba a évoqué un gouvernement d'ouverture et émis une nouvelle critique envers la France mardi, avant l'investiture du président du Gabon pour un second septennat après sa réélection toujours contestée par l'opposition. "On veut aller vite. Il faut mettre en place un nouveau gouvernement", a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze, à des journalistes tandis que les invités arrivaient pour la prestation de serment au palais présidentiel du bord de mer. L'homme fort de la communication présidentielle a évoqué la mise en place d'"un gouvernement d'ouverture en fin de semaine ou au début de la semaine suivante".
(RFI 27/09/16)
C’est donc reparti pour sept ans, au Gabon, avec l’investiture d’Ali Bongo, ce mardi 27 septembre 2016. Une cérémonie qui est intervenue après la confirmation des résultats de la présidentielle par la Cour constitutionnelle, et qui s’est tenue au Palais du bord de mer de Libreville. Ali Bongo a prêté serment en tenue d’apparat, et il a pris place sous les applaudissements dans le fauteuil de président de la République, chef de l’Etat. Puis vingt-et-un coups de canon ont retenti...
(Le Monde 27/09/16)
Etait-ce pour chasser les mauvais esprits ? Une entêtante odeur d’encens flottait, mardi 27 septembre, à l’intérieur du salon d’honneur du Palais du bord de mer à Libreville, le siège de la présidence. Ali Bongo Ondimba, 57 ans, a été officiellement réinvesti pour un second septennat à la tête du Gabon. Moins de quatre jours après que la Cour constitutionnelle eut, au cœur de la nuit, validé sa réélection, la prestation de serment a été organisée en toute hâte. La...
(BBC 27/09/16)
Le président gabonais a été investi mardi pour un deuxième mandat de sept ans, toujours contesté par l'opposition. L'investiture du président gabonais, Ali Bongo, a eu lieu mardi sous haute sécurité au palais présidentiel du bord de mer, à Libreville. Au total, quatre chefs d'État ont assisté à l'événement dont les présidents du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, du Togo, Faure Gnassingbé, du Niger, Mouhamadou Issoufou, et leur homologue de Sao Tomé et Principe étaient présents. De leur côté, le Premier...
(RFI 27/09/16)
La France constate que « l'examen des recours n'a pas permis de lever tous les doutes », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, suite à la réélection du président sortant Ali Bongo. C’est dans la nuit du 24 septembre que la Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats définitifs. « Nous déplorons que le quai d'Orsay se soit déporté à Bruxelles », a répondu Libreville. 2016 n'est pas 2009. En 2009, en effet, Paris s'était...
(Le Monde 27/09/16)
Libreville ne s’est pas enflammée. La validation de la réélection d’Ali Bongo Ondimba par la Cour constitutionnelle, dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 septembre, n’a donné lieu à aucune célébration de joie ou mouvement de colère. La rue appartient aux militaires et aux policiers, et la capitale gabonaise semble étourdie par la peur de connaître de nouvelles violences. Dans le quartier de Rio, Christian prévient : « C’est un calme trompeur. Le président a donné comme mot d’ordre de rester calme, alors rien ne se passe. Mais regardez tout de même, si Ali Bongo avait vraiment gagné avec plus de 50 % des voix, il devrait...
(Africa24 27/09/16)
 
00:00
Ali BONGO ONDIMBA a prêté serment ce mardi 27 septembre au palais présidentiel de libreville quatre jours après la validation de sa réélection par la Cour constitutionnelle. Lors de cette investiture, le chef de l'état gabonais a rappelé ses priorités pour les sept prochaines années.
(RFI 27/09/16)
Trois jours seulement après la validation de sa réélection par la Cour constitutionnelle, le président gabonais Ali Bongo Ondimba sera investi pour un second septennat ce mardi 27 septembre. La cérémonie de prestation de serment aura lieu au palais présidentiel du bord de mer. La Cour constitutionnelle a tranché, la cérémonie d’investiture peut avoir lieu. Le président Ali Bongo Ondimba va prêter serment devant la Cour ce mardi, en présence des deux chambres du Parlement. Six cents invités sont attendus. Selon le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Billie Bi Nzé, le Tchadien Idriss Déby, président en exercice de l’Union africaine, sera représenté par son Premier ministre...
(Ouest-France 27/09/16)
L'entourage d'Ali Bongo Ondimba a lancé une nouvelle critique envers la France, mardi, avant l'investiture du président du Gabon pour son second septennat après sa réélection, toujours contestée par l'opposition. Il évoque aussi la mise en place d'un gouvernement d'ouverture. « On veut aller vite. Il faut mettre en place un nouveau gouvernement », a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement au Gabon, Alain-Claude Bilie-By-Nze, à des journalistes tandis que les invités arrivaient pour la prestation de serment...
(El Watan 27/09/16)
Le président Ali Bongo Ondimba sera investi pour un second septennat aujourd’hui, quatre jours après la validation de sa réélection par la Cour constitutionnelle, selon l’AFP citant la présidence du Gabon. La Cour a validé l’élection de Ali Bongo en rejetant la requête de son rival Jean Ping, qui a dénoncé un «déni de droit» et continue de se proclamer le «Président élu». Jean Ping a lancé samedi un appel à la communauté internationale, sans préciser ce qu’il en attend,...
(Mediapart 27/09/16)
J’indiquerai dans les prochaines heures, sur la chaîne publique d’information GABON 24, que je suis d’accord avec la proposition de DIALOGUE NATIONAL à condition de s’entendre au préalable sur la nature de ce dialogue. Nous avons besoin, avant tout, d'une commission efficace pour éviter un monologue du pouvoir et installer un vrai DIALOGUE, une plus grande TOLERANCE et donc un début de PAIX acceptable par tous au cours du futur débat national, s'il a lieu. Il ne s’agit pas de...
(Alerte Info 27/09/16)
Le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a annoncé lundi l’envoi à Libreville d’une "délégation de haut niveau" à l’investiture mardi du président réélu du Gabon, Ali Bongo “pour apporter un message d’apaisement’’ de la Côte d’Ivoire. "L’actualité ne me permet pas moi-même d’effectuer le déplacement mais nous enverrons une délégation de haut niveau pour participer à l’investiture du président Ali Bongo (et) apporter un message d’apaisement au Gabon qui est un pays proche de la Côte d’Ivoire ’’, a...
(AFP 27/09/16)
Le Gabon, pays hôte, la Côte d'Ivoire, le Ghana et l'Algérie ont été désignés têtes de série pour le tirage au sort de la CAN-2017 qui aura lieu le 19 octobre à Libreville, a indiqué mardi la Confédération africaine de football (CAF). La CAN-2017 est programmée du 14 janvier au 5 février au Gabon, pays divisé et touché par des violences post-électorales. Les quatre chapeaux pour le tirage : Pot 1: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana, Algérie Pot 2: Tunisie, Mali,...
(APA 27/09/16)
Le président gabonais, nouvellement réélu, Ali Bongo Ondimba, a assuré que son pays était prêt à abriter, comme prévu, la 31ème phase finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) de football du 14 janvier au 5 février 2017. «A l’heure où nous parlons, aucune raison ne s’oppose à ce que la CAN 2017 se tienne chez nous. Les stades seront prêts et nous aurons de beaux matches», a confié M. Ondimba dans une interview accordée aux chaines publiques Gabon...
(AFP 26/09/16)
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba sera investi pour un deuxième septennat mardi, quatre jours après la validation de sa réélection par la Cour constitutionnelle, froidement accueillie par la communauté internationale, a annoncé la présidence lundi à l'AFP. L'investiture aura lieu au palais présidentiel du bord de mer, a précisé la présidence, sans donner aucune indication sur l'heure et la liste des invités. "On ne prête pas serment à la hussarde en cachette", a ironisé Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, le porte-parole...
(AFP 26/09/16)
Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a assuré que son pays était prêt à accueillir comme prévu la Coupe d'Afrique des Nations de football du 14 janvier au 5 février 2017, dans des propos rapportés lundi par le quotidien l'Union. "A l'heure où nous parlons, il n'y a pas de raisons pour que cette coupe ne se tienne pas chez nous. Les stades seront prêts et nous aurons de beaux matches", a déclaré M. Bongo lors d'un entretien samedi soir à la chaîne publique Gabon Télévision, reproduit in extenso...
(AFP 26/09/16)
La mission d'observation électorale (MOE) de l'Union européenne au Gabon a "regretté" dimanche que la Cour constitutionnelle "n'ait pas été en mesure de rectifier de manière satisfaisante les anomalie observées lors du recensement des votes" du scrutin présidentiel du 27 août. La mission "note des faiblesses techniques importantes" dans le traitement du contentieux électoral et regrette "que la Cour soit contrainte de statuer sur des procès-verbaux fournis par la Commision électorale", dans un communiqué publié deux jours après la validation...
(Le Monde 26/09/16)
C’est au cœur de la nuit, samedi 24 septembre, peu avant une heure du matin, que le verdict est tombé. Dans une capitale déserte, étroitement quadrillée par les militaires et les policiers, la Cour constitutionnelle a validé la réélection d’Ali Bongo Ondimba. Sans la moindre surprise, la plus haute juridiction du Gabon n’a pas inversé les résultats provisoires proclamés fin août par la Commission électorale. Ceux-ci donnaient une très courte avance de moins de 6 000 voix au président sortant...

Pages