Jeudi 18 Janvier 2018

Gabon

(Gabon Review 17/03/17)
Dans un récent entretien à JMTV+, le nouveau membre de la Convention de la diaspora gabonaise (CDG), s’est prononcé sur la crise politique actuelle au Gabon. Pour Dieudonné Tahiro Aperano, toutes initiatives d’Ali Bongo pour rétablir la confiance et ramener la sérénité, sont vouées à l’échec. Dissident du Parti démocratique gabonais (PDG) dont il était le fédéral en France, Dieudonné Tahiro Aperano a rallié les rangs de la Convention de la diaspora gabonaise (CDG). Dans une récente interview à JMTV+ (blog TV, ndlr), il est notamment revenu sur sa position vis-à-vis d’Ali Bongo et du pouvoir en place. «Ali Bongo ne peut plus rétablir la confiance, il ne peut plus réunir les conditions pour diriger le Gabon en toute quiétude,...
(Gabon Review 17/03/17)
Pour sortir de la crise qui secoue actuellement le secteur de l’Education, une réunion interministérielle s’est tenue, mercredi 15 mars à Libreville. Celle-ci montre que les autorités n’ont pas réellement pris la mesure de la situation. Si les revendications des enseignants n’ont pas trouvé de réponses satisfaisantes au 20 mars prochain, les syndicats du secteur de l’Education considèreront l’année scolaire 2016-2017 comme une «année blanche». Face à cette menace, le comité interministériel s’est réuni, mercredi 15 mars, à la Primature. L’objectif de cette énième réunion : trouver des solutions devant permettre de sortir de la crise. Pourtant, des doutes quant à l’intérêt réel de cette séance de travail subsistent. Jusqu’à l’ouverture des travaux du comité, le gouvernement n’était pas informé...
(Gabon Review 17/03/17)
Réaménagé à cet effet, le centre médical de l’Université Omar Bongo (UOB) offrira désormais des soins gratuits aux étudiants de l’université et grandes écoles du pays. Bonne nouvelle pour les étudiants des universités et grandes écoles du pays, avec l’annonce de la gratuité des soins médicaux à l’Université Omar Bongo (UOB). En effet, la petite infirmerie de l’UOB a été transformée à véritable centre médical. La nouvelle structure médicale est dotée de plusieurs spécialités : ophtalmologie, gynécologie, dermatologie, médecine générale, etc. «C’est le Centre national des œuvres universitaires (Cnou) qui prend à son compte les frais du ticket modérateur. Ce qui veut dire que si la consultation s’élève à 2000 francs, l’étudiant ne donnera rien. C’est plutôt le Cnou qui...
(RFI 16/03/17)
C'est un nouvel acteur politique dont on parle beaucoup au Gabon, «Les Démocrates». Le mouvement s'appelait encore l'Alliance pour le Nouveau Gabon jusqu'à samedi lorsque l'ancien président de l'Assemblée Guy Nzouba Ndama en a pris la présidence et l'a rebaptisé. A ses côté, Léon Paul Ngoulakia, ancien candidat à la présidentielle et cousin d'Ali Bongo mais également d'anciennes personnalités de la majorité passées à l'opposition. Dès le départ, Guy Nzouba Ndama a affiché la couleur et rappelé qu'un parti avait pour objectif la conquête du pouvoir, tout en affirmant qu'il restait membre de la coalition autour de Jean Ping. « On ne créé pas un parti pour faire de la figuration ! » Guy Nzouba Ndama ne cache pas les...
(Infos Gabon 16/03/17)
Les opérateurs économiques ne cessent de dénoncer les prix prohibitifs pour importer les marchandises. PROJEC serait à l’origine de cette manœuvre. Ce sont des cris d’orfraie que poussent de plus en plus les opérateurs économiques du secteur de l’import-export au Gabon. Des voix ne cessent de s’élever pour dénoncer ce qui parait alors comme une sorte d’arnaque sur les prix pratiqués dans l’importation des marchandises. De l’avis de ces derniers, les coûts ne cessent de grimper sur le prix de revient des marchandises et rendant de fait la Redevance utilitaire du service informatique douanier (RUSID) plus chère que partout ailleurs. A titre d’exemple, il faut débourser 200 000 à 300 000 francs CFA au minimum par container, soit 0,53% de...
(Agence Ecofin 16/03/17)
La Compagnie minière de l’Ogooué, filiale du groupe français Eramet, vient de publier une mise au point sur son chiffre d’affaires en 2016. Un chiffre qui va en contradiction avec celui annoncé dans la presse, il y a quelques temps. Et selon cette mise au point, le chiffre d'affaires qui sera présenté à l’assemblée générale des actionnaires de la société, en juin 2017, pour approbation des comptes, s’élève à 360 milliards de FCFA et non 944 milliards comme cela a été répercuté dans les médias. « Le chiffre de 2016 repris par la presse est celui de la branche « Manganèse » du Groupe Eramet qui, outre Comilog, intègre les entités norvégiennes et américaines du Groupe Eramet productrices d’alliages à...
(Gabon Review 16/03/17)
La fin du congrès ordinaire des 7 Merveilles du peuple gabonais (7MP) s’est achevée sur fond de confusion, avec l’annonce de la participation de certains élus du parti au futur dialogue politique. Une annonce qui ne cadre pas avec la position officielle dudit parti. Parmi les conclusions officielles du premier congrès des 7MP, tenu à Libreville du 10 au 12 mars, on note la reconduction de Joël Ngoueneni Ndzengouma à la tête du parti, la réaffirmation du soutien de cette formation politique à Jean Ping, qu’elle considère comme «le véritable président élu par les Gabonais», et le refus de prendre part au dialogue politique national devant s’ouvrir le 28 mars prochain. Pourtant, au terme de trois jours de travaux, c’est...
(Infos Gabon 16/03/17)
L’appel des milliers d’enfants gabonais privés d’éducation depuis plusieurs mois a été relayé dimanche par la ligue des jeunes du parti au pouvoir lors de son 49e anniversaire. Vivien Amos Péa Makaga n’est pas passé par quatre chemins pour lancer l’appel pressant des milliers de jeunes Gabonais dont il était porteur. Le punch dans la voix et l’accent grave, le secrétaire général adjoint chargé de l’Union des jeunes de cette formation politique a dressé un état des lieux qui n’honore pas du tout le Gabon éducatif et qui fait de la jeunesse la principale victime du malaise en cours. «Depuis plusieurs mois, l’école de la République gabonaise est devenue l’école de la grève et de l’échec, mettant en danger l’avenir...
(Gabon Review 16/03/17)
Le président de la Cour constitutionnelle du Gabon a récemment été porté à la tête du bureau de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle (WCCJ). Accusée par certains d’être à l’origine de tous les maux du Gabon, depuis sa nomination à la tête de la Cour constitutionnelle en 1993, Marie Madeleine Mborantsuo serait adulée hors du Gabon. Le président de la Cour constitutionnelle a récemment été porté à la tête du bureau de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle (WCCJ). Une nouvelle distinction qui vient après sa médaille octroyée, le 28 octobre 2016, reçue des mains de Jean-Claude Marin, procureur général près la Cour de cassation de Paris (France). Si la médaille de la Cour de cassation de...
(Gabon Review 16/03/17)
Entrepreneurs locaux, en herbe et chevronnés, ont été invités à s’inscrire massivement à ce concours, dont les modalités ont été présentées ce 15 mars à Libreville. Destiné à soutenir les entrepreneurs africains, ou originaires d’Afrique, et les inciter à repousser leurs limites, l’«African Entrepreneurship Award» a été présenté ce 15 mars à Libreville. Illustrant la volonté portée par la Banque marocaine du commerce extérieure (BMCE Bank) d’encourager l’entrepreneuriat en Afrique, en récompensant les talents et les technologies au-delà des frontières, le prix a été lancé en novembre 2014. Les ambassadeurs du projet ont ainsi décliné toutes les modalités y afférentes. Objectif : susciter le plus grand nombre de participations d’entrepreneurs gabonais, en herbe ou confirmés. «N’importe quel entrepreneur de n’importe...
(Gabon Review 16/03/17)
Développé par le Groupe Vivendi Africa (GVA), le déploiement de la fibre optique est actuellement au point mort. La faute à la volte-face de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), ne souhaitant plus que la filiale de Bolloré utilise ses installations. Filiale de Bolloré, le Groupe Vivendi Africa (GVA) a annoncé, en janvier dernier, avoir décroché une licence télécoms auprès de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Licence qui permettrait à la filiale du géant français de déployer la fibre optique au Gabon, en utilisant les pylônes de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). A ce qui semble, malheureusement, la SEEG ne serait plus favorable à l’utilisation de ses équipements par son...
(RFI 16/03/17)
Au Gabon, il y a presque 4 mois que le secteur de l'éducation est sérieusement perturbé par une grève des enseignants qui réclament des primes et des nouvelles salles de classe. Les élèves aussi sont entrés dans la danse pour réclamer leur bourse. Les négociations avec le gouvernement semblent être bloquées. Ainsi, plusieurs initiatives de sortie de crise fleurissent, dont celle d'un petit parti de la majorité présidentielle, le Bloc démocratique et populaire (BDP). Paskhal Nkoulou, président du BDP, a clairement indiqué qu'il n'a pas été mandaté par Ali Bongo. Son parti a engagé cette mission de bons offices parce que « la majorité présidentielle, dit-il, est aussi une force de propositions ». Durant près de deux semaines, le BDP...
(Gabon Review 16/03/17)
En dépit des contestations de leurs différents avocats, les deux anciens ministres soupçonnés de détournement de l’argent public seront jugé en qualité de simples citoyens, selon la Cour constitutionnelle qui ne prévoie pas de Haute cour de justice pour eux. Etienne Dieudonné Ngoubou et Magloire Ngambia, deux anciens ministres accusés d’avoir distrait les deniers publics et placés en détention préventive à la prison centrale de Libreville depuis plus de deux mois, ne bénéficieront pas d’un jugement particulier. Aucune juridiction d’exception, en l’occurrence la Haute cour de justice, ne sera mise en place pour traiter de leur cas, a rapporté, mercredi 15 mars, L’Union. Selon le quotidien, cette décision fait suite à la saisine de la Cour constitutionnelle par le Premier...
(Gabon Review 16/03/17)
Echaudés par une série de promesses non tenues, touchés dans leur amour propre par un usage excessif de la méthode forte, les enseignants oscillent entre défiance et confrontation. Leur intransigeance est, en réalité, née du non-respect de la parole donnée et d’un autoritarisme hors de saison. Et s’il faut tout détruire pour mieux reconstruire ? Les années se suivent et se ressemblent dans le monde de l’éducation : les enseignants battent le pavé, les élèves déambulent dans les rues, le personnel administratif feint de s’affairer et le gouvernement brandit la menace. En 2015, il fallut rafistoler pour éviter l’année blanche (lire «Face au spectre de l’année blanche : Annulation des vacances de Pâques» ). Le bras de fer permanent de...
(Libération 16/03/17)
Questions à... Samperode Mba Allogo, créateur des «Notes d’histoire du Gabon» sur Facebook. A la suite du succès de cette histoire 2.0, il a fondé le blog "Mémoire Sauve Gabon" qui revisite l'histoire oubliée du Gabon. Qui est Nyonda Makita ? Nyonda Makita, de son vrai nom Mavurulu incarne, comme en son temps d’autres leaders, l’insoumission, la dignité et le droit des populations autochtones à disposer d’elles-mêmes. Des sources indiquent qu’il est né vers 1870 au sein du clan Bagambu dans la région de la Nyanga. Nyonda Makita est décrit comme un garçon turbulent, récalcitrant et conquérant. Il est tout autant présenté comme un jeune homme qui tient à son honneur et à sa liberté. Il aurait été hautement initié...
(Gabonews 16/03/17)
L’association ‘’Lozo Avenir’’ poursuit ses activités dans les zones rurales de la province de l’Ogooué-Lolo. L’éducation, la formation et l’assistance de toutes les personnes vulnérables sont les principales motivations qui animent les jeunes de cette association, constituée, pour la plupart, des anciens élèves de Lastoursville et de ses environs. Depuis plus de cinq ans déjà,l’association ‘’Lozo Avenir’’ est soucieuse du bien-être intellectuel des écoliers des zones rurales. Elle vise et se bat pour leur plein épanouissement,leur responsabilisation et surtout,les enseigne les valeurs sociétales et comment s’y intégrer .Leurs actions sont plus orientées vers les écoliers des villages. « Les enfants des villages ont besoin d’être assistés en matière d’éducation. », nous confie Nancy BOUNANG BOUAMI, le premier responsable de ce...
(Agence Ecofin 16/03/17)
Selon un communiqué de l’agence de notation Fitch publié par Reuters le 15 mars, les programmes économiques proposés actuellement par le Fonds monétaire international (FMI) pourraient atténuer le manque à gagner provoquée par la baisse des recettes pétrolières subies par certains pays de la Cemac. Fitch cite nommément le Cameroun (B/Stable), la République du Congo (CCC) et le Gabon (B +/Négative). L’étendue des retombées des programmes FMI, selon l’agence de notation, dépendrait de la capacité de mise en œuvre des autorités desdits pays. Bien plus, le financement qu'apporterait le Fonds monétaire réduirait les risques d'écarts de financement externe et aiderait à reconstituer des réserves de devise étrangère. Mieux, l'aide technique du Fonds pourrait renforcer la capacité institutionnelle de ces Etats...
(Gabon Actu 15/03/17)
L’ancien tout puissant président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama est apparu la main dans la main dimanche dernier avec Jean Ping lors de la clôture du congrès qui a vu l’Alliance pour un nouveau Gabon (ANG) changer de nom pour devenir « Les Démocrates ». Au-delà de cette belle image qui rappelle les moments fastes de la dernière compagne électorale pour la présidentielle du 27 août 2016, le désormais président du parti Les Démocrates a lâché dans son discours inaugural, de son mandat de 5 ans, une série de phrases très significatives mais qui sont passées sous silence. Relisons ce discours au ralenti. « Chers démocrates, aujourd’hui rangé dans l’opposition pour l’alternance, regroupé au sein de la coalition pour...
(Gabon Review 15/03/17)
Parti en VRP en France il y a quelques semaines, pour vendre le dialogue politique national d’Ali Bongo, le vice-Premier ministre n’a pas réussi à se convaincre lui-même de l’intérêt de ces assises, qu’il pourrait boycotter. Drôle de stratégie adoptée ces derniers temps par le gouvernement pour vendre à la communauté internationale son dialogue politique national, supposé permettre au Gabon d’«intensifier sa démocratie», après une réélection particulièrement contestée d’Ali Bongo en août 2016. Mais surtout, drôle ...
(Gabon Actu 15/03/17)
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a reçu mardi au palais présidentiel six nouveaux ambassadeurs accrédités au Gabon dont un seul, celui du Brésil, résidera à Libreville. Les six ambassadeurs sont originaires du Brésil, de Cuba, de l’Iran, de la Namibie, de la Belgique et de la Corée du sud. Ci-dessous leurs noms, pays et ville de résidence : – S.E.M. Appio Claudio Acquarine, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République fédérative du Brésil près la République gabonaise avec résidence à Libreville ; – S.E.M. Manuel Maria Serrano Acosta, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Cuba près la République gabonaise avec résidence à Brazzaville (République du Congo) ; – S.E.M Mansour Sakib Mehr, ambassadeur extraordinaire et...

Pages

(Gabon Actu 26/12/15)
La présidente de l’ONG Malachie, Pépecy Ogouliguendé, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Agence nationale d’investigation financière (ANIF) et la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) a sensibilisé mardi et mercredi à Libreville les femmes gabonaises venant de tous les secteurs d’activités sur le phénomène de la corruption qui fait perdre à l’Etat chaque année plusieurs milliards de francs, selon le système des Nations Unies. L’atelier avait pour thème : « la responsabilisation de la femme dans lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux ». Il a consisté à sensibiliser les femmes sur l’arsenal juridique existant d’une part, et d’autre part, de permettre à ces dernières de s’intéresser à cette...
(Gabon Review 26/12/15)
Afin de faciliter les démarches des usagers pour la déclaration de leurs enfants, la municipalité de Libreville déploiera, début 2016, un service d’état-civil au sein du Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL). Au regard du délai de 72 heures, jugé très court par de nombreux parents devant déclarer les nouveau-nés, la marie de Libreville et le Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL) entendent faciliter l’inscription sur les registres d’état-civil. «Nous avons remarqué que beaucoup de nos concitoyens éprouvent des difficultés par rapport à l’établissement d’acte de naissance parce que le délai de trois jours semble court. Donc il nous fallait réfléchir sur le cas de ces populations éloignées des centres urbains pour voir si ce délai ne peut pas être...
(Xinhua 23/12/15)
Le Syndicat national de la Poste (SYNAPOSTE) a annoncé mardi que les guichets de Poste Bank, la banque postale dont l'Etat est le principal actionnaire, ne seront pas ouverts ce mercredi, jour du paiement des salaires des fonctionnaires, si la direction de la Poste ne verse pas à son personnel le salaire du mois de décembre ainsi que le 13ème mois. Le SYNAPOSTE affirme avoir déposé le 14 décembre dernier, sur la table du Président directeur général de la Poste, un préavis de grève qui courrait jusqu' au 22 décembre. "Le préavis a pris fin. Ce mercredi nous déclenchons la grève", a déclaré Jean Clair Mboutsou Ditengou
(Gabon Review 23/12/15)
Le Réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique centrale (Roscevac) estime que la matérialisation des conclusions de la 21e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations-unies sur les changements climatiques (Cop 21) passe nécessairement par la convocation immédiate d’un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Ayant suivi la 21e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations-unies sur les changements climatiques (Cop 21), tenue du 30 novembre au 12 décembre derniers à Paris en France, le Réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique centrale (Roscevac) revient sur l’«accord historique dit de Paris». «Cet accord marque de façon solennelle...
(Gabon Review 23/12/15)
Du 22 au 23 décembre courant, des femmes issues de toutes les classes sociales réfléchissent, dans le cadre d’un atelier de sensibilisation, à leur responsabilité dans la lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux en milieu professionnel. À l’initiative de l’ONG Malachie, un atelier de sensibilisation sur la corruption et le blanchiment des capitaux en milieu professionnel s’est ouvert le 22 décembre courant sur le thème «la responsabilité de la femme dans la lutte contre la corruption». Organisée en partenariat avec l’Agence nationale d’investigation financière (Anif), le Programme des Nations-unies pour le développement (Pnud) et la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI), cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Document de...
(Gabon Review 23/12/15)
Le mythique proviseur «père la rigueur» dans les 70’s-80’s, député d’Akiéni et président du groupe parlementaire PDG à l’Assemblée nationale est décédé dans la nuit du 21 au 22 décembre 2015 à Akiéni, sa ville natale, au moment où Faustin Boukoubi, Secrétaire général du PDG, entamait sa tournée dans cette localité. Il avait 71 ans et siégeait à l’Assemblée nationale depuis 25 ans. La tournée du Secrétaire général du PDG dans le Haut-Ogooué est endeuillée par la perte d’un éminent membre de ce parti. Membre du Bureau politique depuis plusieurs années et député PDG d’Akiéni depuis 1990, Luc Marat Abyla est mort vraisemblablement d’un arrêt cardiaque, selon une source proche de la famille. L’ancien proviseur du Lycée national Léon-Mba et...
(Xinhua 23/12/15)
L'appel aux travailleurs gabonais de porter lundi une tenue noire pour protester contre les violences policières et l'injustice sociale, lancé par un parti d'opposition, a été un succès, selon les organisateurs, alors que le porte-parole du gouvernement a parlé de flop. "A en croire ce que nous avons nous-mêmes vu lors du rassemblement de ce matin, cet appel a été très suivi", a assuré le président de l'Alliance pour un nouveau Gabon (ANG), Séraphin Davin Akouré, lors d'une conférence de presse lundi à la mi-journée. "Beaucoup de Gabonais ont adhéré à l'initiative. Nous voulons les féliciter", a ajouté le Dr Akouré, initiateur de cette manifestation pacifique en promettant de rééditer cette initiative dans les prochains jours. "Notre objectif n'était pas...
(Gabon Review 22/12/15)
Disant avoir constaté la non reprise du travail au sein de l’administration, en dépit du règlement d’un ensemble de revendications ayant conduit à la grève, le ministre de la Fonction publique a décidé de mettre les agents sur bons de caisse à compter du mois de décembre courant. Le bras de fer engagé, il y a plus de trois mois, entre les responsables de l’administration et le Syndicat des agents de la fonction publique (Synafopra) n’a pas fini de causer des désagréments. Si cette longue grève a sérieusement ralenti le traitement des dossiers et contraint les usagers à attendre le règlement de leur situation administrative, pour l’administration cette situation n’a que trop duré. Affirmant avoir tout fait pour calmer les...
(RFI 22/12/15)
Lors des fêtes de fin d’année, beaucoup de familles ont pris l’habitude au Gabon de décorer leur maison avec des sapins de Noël. Certains en font importer, d’autres se contentent de sapins en plastique fabriqués en Chine. Mais cette année, la crise économique se fait sentir et de nombreuses familles ont dû renoncer à acheter un sapin. A quelques jours de Noël, les commerçants du carrefour Rio de Libreville ont décoré leurs étals. Guirlandes, bonnets de père Noël et autres petits jouets, tout est fait pour attirer la clientèle. Mais cette année, rien n’y fait. « Il n’y a pas de client, je vous jure, il n’y en a pas », peste l’une des commerçantes. « C'est moche, vraiment. Il...
(Gabon Review 22/12/15)
Engagée dans un certain nombre d’actions visant la manifestation de la vérité autour de la disparition du jeune homme, la société civile dit avoir été flouée par les pouvoirs publics. Elle entend cependant se constituer partie civile. A l’issue de la campagne «Justice pour Mboulou Beka», menée du 20 novembre au 20 décembre derniers, la société civile a dressé un bilan de son action. C’était à la faveur d’une conférence de presse, le 20 décembre à Libreville. A en croire le porte-parole de la coalition de la société civile, une seule demande a été satisfaite à ce jour par les pouvoirs publics : celle liée à l’identification du corps et à la sortie de la dépouille des pompes funèbres, malgré...
(Gabon Review 22/12/15)
Pour son cinquième arbre de noël, la présidence de la République a honoré les meilleurs élèves de Libreville, âgés de 7 à 11 ans. A la présidence de la République, la tradition a une nouvelle fois été respectée. Le 20 décembre dernier, plusieurs centaines de personnes étaient réunies autour du président de la République dans le cadre de la célébration de la fête de Noël. Si en 2010 et 2011, Ali Bongo avait déjà souhaité célébrer la réussite en recevant les meilleurs élèves des établissements publics de Libreville, pour l’édition 2015, il a une nouvelle fois tenu à les honorer. L’événement a notamment permis de féliciter ces jeunes élèves âgés de 7 à 11 ans. N’empêche, la prise en compte...
(Gabon Review 21/12/15)
Les Gabonais ayant suivi le président de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG) devraient être vêtus de noir ce lundi 21 décembre. Interview express sur cette opération. Gabonreview : Vous avez annoncé, le 3 décembre dernier, le lancement, par l’ANG, le parti que vous dirigez, de la première Journée nationale de protestation contre la dictature, les violences policières et militaires, ainsi que les injustices dans toutes ses formes. Ce lancement a lieu lundi 21 décembre prochain. Comment cela va-t-il se passer? Séraphin Akuré-Davin : En effet, nous allons manifester ce lundi 21 décembre pour dire non à la violence sur toutes ses formes. Que ce soit les violences policières ou les brutalités militaires et la confiscation des libertés individuelles et...
(Gabon Review 21/12/15)
Le Conseil des ministres, réuni le 17 décembre dernier, a confirmé ou désigné les dirigeants de cette Agence dont la mission est d’exécuter les politiques publiques en matière de grands travaux d’infrastructures. Elle est dorénavant placée sous la tutelle du ministère des Infrastructures, des Travaux Publics et de l’Aménagement du Territoire. Depuis la fusion de l’ancienne Agence nationale des grands travaux (ANGT) et du Fonds routier, le 29 janvier 2015 à l’issue du conseil des ministres réuni ce jour-là, l’on attendait la nomination des responsables de cette nouvelle structure. Il a fallu attendre le 17 décembre 2015, soit près d’une année plus tard, pour en connaître les dirigeants. «Il était temps», a souligné un technicien employé jusque-là au Fonds routier...
(Gabon Review 21/12/15)
L’Université Omar-Bongo (UOB) a de nouveau fait parler d’elle la semaine écoulé. Que s’est-il donc passé ? Pourquoi cette tension brusque ? Le président de la mutuelle livre sa version des faits. Il n’a jamais été question d’un million de francs CFA pour la soutenance en master. Gabonreview : Durant deux jours successifs, l’Université Omar-Bongo a connu une nouvelle fois des troubles. Quelles en étaient les raisons ? Ange Gaël Makaya Makaya : Il convient, dans un premier temps, de rappeler que depuis plus de trois mois, l’Université Omar Bongo n’a pas connu cette malheureuse situation. Mais le mardi 15 décembre dernier, lors de la rentrée solennelle de la mutuelle actuelle, qui s’est faite dans le cadre d’une assemblée générale...
(Gabon Actu 21/12/15)
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a assisté dimanche à la base aérienne de Libreville à la célébration de la 14ème édition des Journées de la Défense nationale marquées cette année par plusieurs manœuvres militaires dont une démonstration de voltige aérienne. Le numéro un gabonais est initiateur de cette rencontre à l’époque où il était ministre de la Défense. Son objectif était de concilier l’armée avec la nation grâce à une opération porte ouverte au grand public. Placées sous le thème « Action des forces de défense et de sécurité dans la surveillance du territoire », les Journées destinées 2016 avaient pour but de valoriser l’engagement républicain de l’armée gabonaise. Elles ont permis au Chef de l’Etat d’apprécier...
(Infos Gabon 21/12/15)
Le conseil d’administration de la Société Gabonaise d’Entreposage des Produits Pétroliers (SGEPP) s’est tenu, le 15 décembre 2015, au siège de l’entreprise dans la Commune d’Owendo. A l’issue des assises, plusieurs décisions ont été prises, notamment la sécurisation des installations. La réunion du conseil d’administration de la SGEPP, présidée vendredi dernier par le Président François Banga Eboumi, à laquelle ont pris part les administrateurs de droit et les délégués, est parvenue à des résultats probants pour la société. Alfred Nguia Banda, en sa qualité de Directeur Général de la SGEPP, a révélé que les instructions ont été données par les administrateurs pour la mise en œuvre effective de certains projets. « La première mesure concerne la sécurisation de nos installations...
(Gabon Review 21/12/15)
Simplice Rey Mbina, ancien député du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), cité dans une affaire de crime dit rituel dans la province de la Nyanga, s’est livré à la justice le vendredi 18 décembre 2015, sans doute pour se protéger de la vindicte populaire. Décidément, la province de la Nyanga est en passe de s’ériger en plaque tournante des affaires de crimes dits rituels au Gabon. Après l’affaire de l’ex-sénateur du Parti gabonais du centre indépendant (PGCI), cité dans une affaire de crimes en série dans cette même localité du sud du pays, voici qu’un autre crime du même acabit est porté au grand jour. Cette fois, c’est l’ancien député du PDG du 3e siège du département de Mougoutsi,...
(Gabon Review 19/12/15)
Privés d’eau et d’électricité pendant plusieurs années, ces quartiers des 1er et 5è arrondissements de Libreville jouissent désormais de ces précieuses ressources. En visite à Bel-Air et Diba-Diba, dans le 1er arrondissement de Libreville, Guy Bertrand Mapangou, le ministre de l’Energie est allé constater le retour de l’alimentation en eau et en électricité, après plus de dix ans de perturbations. Ce sont au total plus de 1 600 foyers, soit près de 10 000 personnes, qui auront désormais accès à l’eau potable de façon permanente. Un dénouement rendu possible par les travaux d’extension en eau et en électricité réalisés par la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), à hauteur d’un milliard de francs. Cette extension s’étale sur un linéaire...
(Gabon Review 19/12/15)
«Mettre en place un système de protection sociale efficace». Ainsi s’intitule la troisième et dernière partie des Cahiers économiques du Gabon, publiés par la Banque mondiale. D’entrée, l’institution financière internationale justifie sa démarche par la nécessité de protéger les moyens de subsistance des ménages à faibles revenus, car «une importante proportion des ménages gabonais est confronté aux faibles revenus, au chômage, à la maladie et peine à protéger leurs familles contre les chocs». La Banque mondiale estime que les politiques de protection sociale et de promotion de l’emploi ont vocation à protéger contre les chocs conjoncturels. «Cela est particulièrement important pour un pays tributaire de ses ressources naturelles», note-t-elle. «Ces politiques et programmes permettent de créer des opportunités essentielles à...
(Gabon Review 19/12/15)
Une grande figure de la vie et de l’histoire du pays est partie ! Le Premier ministre du Gabon des années d’avant la Conférence nationale s’est éteint la nuit d’hier à l’âge de 81 ans. Depuis quelques mois, sa santé était des plus fragiles. Déjà, en 2013, à Paris, on avait craint le pire… C’est ce matin du 18 décembre 2015 que la communauté nationale a appris le décès, survenu la nuit dernière, de l’ancien Premier ministre. Des membres de sa famille ont, en effet, annoncé la disparition de cette figure emblématique de la vie publique du Gabon tôt ce matin. Premier Gabonais à occuper le poste de directeur général de la Sûreté nationale – poste sur lequel il avait...

Pages

(Financial Afrik 24/06/15)
Les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) se serrent les coudes pour créer une raffinerie communautaire de taille importante dans les années à venir pour matérialiser leur politique commune de raffinage et de distribution des produits pétroliers. La raffinerie est inscrite dans l’opérationnalisation du Programme économique régional (PER) et la Vision CEMAC 2025 qui vise à faire de cette région «un espace économique intégré et émergent» au cours des 15 prochaines années. «La question de la mutualisation des moyens de production ou des moyens de raffinage dans le domaine pétrolier est une simple question économique», a expliqué Jean Eudes Teya, commissaire au département de l’étude, de la recherche et du développement social, chargé des...
(Xinhua 24/06/15)
BRUXELLES, (Xinhua) -- La Commission européenne a annoncé mardi un soutien de l'ordre de 350 millions d'euros en faveur de l'Afrique centrale pour la période 2014-2020. Le Commissaire européen à la coopération internationale et au développement, Neven Mimica, a signé le programme indicatif régional (PIR) pour l'Afrique centrale dans le cadre du 11ème Fonds européen de développement (FED), en présence de ministres et de représentants de la région de l'Afrique centrale, du secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) Ahmad Allam-Mi, et du président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) Pierre Moussa. Le programme couvrira trois domaines prioritaires : l'intégration et la coopération politiques dans le domaine de...
(APA 24/06/15)
APA-Yaoundé (Cameroun) - L’Union européenne (UE) a décidé de l’octroi d’une enveloppe de 350 millions d’euros destinée au programme indicatif régional (PIR) de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), a appris APA mercredi auprès du bureau de cette institution dans la capitale camerounaise, Yaoundé. Rentrant dans le cadre du 11ème Fonds européen de développement (FED), cette enveloppe couvrira les domaines de l'intégration et la coopération politiques sur le chapitre de la paix et de la sécurité, l'intégration économique et le commerce, le développement durable des ressources naturelles et de la biodiversité ainsi que l'assistance à la coopération technique et aux ordonnateurs régionaux. Pour l'UE, l'intégration régionale est un moyen d'atteindre les objectifs stratégiques liés...
(RFI 23/06/15)
Le 12 juin dernier, le Gabon a lancé sa première usine de transformation locale de minerai de manganèse. Le complexe met fin à 50 ans d’exportation brut de minerai de manganèse. Objectif pour le Gabon : diversifier son économie, profiter davantage de ses ressources naturelles et créer des emplois. Reportage Afrique Economie depuis Moanda, d’Yves Laurent Goma.
(Agence Ecofin 23/06/15)
(Agence Ecofin) - Les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) se serrent les coudes pour créer une raffinerie communautaire de taille importante dans les années à venir pour matérialiser leur politique commune de raffinage et de distribution des produits pétroliers, rapporte Xinhua. La raffinerie est inscrite dans l'opérationnalisation du Programme économique régional (PER) et la Vision CEMAC 2025 qui fera de cette région « un espace économique intégré et émergent » au cours des 15 prochaines années, apprend-on. « La question de la mutualisation des moyens de production ou des moyens de raffinage dans le domaine pétrolier est une simple question économique », a expliqué Jean Eudes Teya, commissaire au département de l'étude, de...
(AFP 22/06/15)
Bitam (Gabon) (AFP) - "On ne doit pas vendre ce bois. Il garde la forêt. Les esprits de la forêt poursuivront ceux qui le vendent!", met en garde Daniel Messa-Abaga. Assis sur le porche de sa maison de Bendoussang, dans le nord du Gabon, le vieil homme se désole. Le Kevazingo est précieux et fait l'objet d'un vaste trafic. Le vieux villageois, né en 1930, ne comprend pas pourquoi les siens vendent ce bois aux scieries et collecteurs. "La génération qui viendra après nous aura du mal à comprendre que ce bois est important parce qu'il aura...
(Agence Ecofin 22/06/15)
Inquiets de la réduction de leurs recettes du segment voix par l’entrée des acteurs de l’économie numérique dans ce domaine avec la voix sur IP, les opérateurs mobiles de certains pays africains ont déjà bloqué ou ont été accusés de bloquer les appels VoIP sur Viber, Skype ou WhatsApp. Ceci avant de revenir à la raison. C’est par exemple le cas au Sénégal où le 03 mars 2015, suite à une plainte des consommateurs, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a sommé la Société nationale des télécommunications du Sénégal Sonatel de lui fournir dans les 48h suivant sa saisine, une explication sur les causes du blocage d’accès au service de Voix sur IP VIber. Au-delà des raisons...
(Gabon Review 22/06/15)
Fruit d’un accord entre Junior Achievement et l’Office nationale de l’emploi, ce programme est censé améliorer les compétences des 16-35 ans en vue de leur intégration professionnelle. Avec en ligne de mire la lutte contre le chômage, Junior Achievement (JA) Gabon en partenariat avec l’Office nationale de l’emploi (ONE), organise de juin 2015 à janvier 2016, JA Career Success, un programme consacré à l’insertion professionnelle des jeunes sans qualification ou en cours de formation professionnelle. L’accord y relatif a été signé le 19 juin courant à Libreville, entre les responsables des deux organismes. Financé par Bechtel et destiné aux Gabonais de 16 à 35 ans, sans qualification, titulaires d’un diplôme technique ou en cours de formation professionnelle, le programme propose...
(Xinhua 22/06/15)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Un financement de 5 millions d'euros (3,25 milliards de francs CFA) octroyé par l'Allemagne permet de promouvoir la gouvernance dans les matières premières, en particulier dans le secteur extractif au sein de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Sensible à la protection et la conservation de l'environnement, l'Allemagne fait partie de 73 gouvernements et organisations membres du Partenariat pour les forêts de Bassin du Congo (PFBC), deuxième poumon écologique mondial après l'Amazonie avec environ 180 millions d'hectares de superficie dont 20% affectés à l' exploitation forestière. Le Projet de gouvernance dans les matières premières en Afrique centrale (REMAP), initié par une phase pilote en 2008, a entamé en avril dans un nouveau cycle d'activités...
(Xinhua 22/06/15)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Une politique minière harmonisée et un code minier communautaire sont nécessaires pour permettre le développement d'une industrie propre à ce domaine qui fait encore défaut au sein de la Communauté économique et monétaire de l' Afrique centrale (CEMAC), préconise un plan d'action de cette organisation présenté lors d'une conférence clôturée vendredi à Yaoundé. Pétrole, fer, bauxite, manganèse, uranium, diamants, or,.. : sans exception et à des degrés divers, les six pays de la CEMAC ( Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine et Tchad) ont la réputation de former une région dotée d'immenses ressources du sous-sol, qui attirent des investisseurs de tous bords en quête d'opportunités d'affaires. Avec l'Afrique de l'Ouest, la découverte de nouveaux champs pétroliers...
(237online 19/06/15)
L’organisation des nations unies pour le développement industriel(Onudi) et la Commission de la Cemac lance deux programmes d’assistance technique. Yaoundé a accueilli le mercredi 10 juin dernier la cérémonie officielle de lancement de deux programmes pilotes qui devraient contribuer à une mise à niveau des industries et à l’amélioration des infrastructures industriels. Ces deux programmes couvrent sept pays à savoir le Cameroun, la Rdc, la république centrafricaine, le Congo, le Gabon, le Tchad et Sao Tome et principe. Le premier programme qui est « le programme régional de mise à niveau (Prmn)» financé à hauteur de 11,6 millions d’euro soit environ 7,3 milliards fcfa vise à «renforcer et harmoniser les cadres de réglementation des pays de l’Afrique centrale afin d’améliorer...
(Agence Ecofin 19/06/15)
Le café africain aura créé la sensation lors de la première édition du concours des cafés torréfiés dans les pays d’origine qui s’est tenu à Paris sous l’égide de l'Agence pour la valorisation des produits agricoles (AVPA). La compétition qui opposait des cafés originaires d’Afrique, d’Asie et d’Amerique latine a vu le continent africain rafler cinq prix grâce à des fèves camerounaises, gabonaises et togolaises. Une performance qui peut étonner surtout quand on sait que la filière n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut dans les parties occidentales et centrales du continent. Si, ni la Côte d’Ivoire ni les grands producteurs de l’est-africain n’étaient présents à Paris pour représenter l’Afrique, la performance des pays participants a encore une fois...
(Infos Gabon 18/06/15)
En dépit du contexte difficile de la chute des prix du baril du pétrole pour les pays pétroliers dont le Gabon, ses très hautes autorités ont commis le ministre Régis Immongault Tatangani à une mission de levée de fonds sur les marchés internationaux. Le tout soldé le 10 juin 2015 par la mobilisation d’une cagnotte de 265 milliards de FCFA, soit 500 millions de dollars. Ainsi après son autorisation par le parlement via le vote de la loi de finance rectificative, les autorités économiques et financières du pays ont effectué un road show, à savoir, un périple qui les a conduit à New York, Boston et Londres pour entretenir les investisseurs potentiels sur les attraits politiques économiques et sociaux du...
(RFI 18/06/15)
Le Gabon industrialise la filière du manganèse au pire moment : le secteur souffre d'une surproduction mondiale. Le Gabon vient d'inaugurer sa première usine de transformation du manganèse : le complexe métallurgique de Moanda, financé par le groupe minier français Eramet, à travers sa filiale Comilog. Le Gabon s'enorgueillit d'aller enfin plus loin que l'extraction simple du minerai, ce qu'il s'était contenté de faire depuis plus d'un demi-siècle. Il espère apporter un peu de valeur ajoutée à son produit d'exportation. C'est cette même raison qui avait déjà motivé sa décision d'interdire les exportations de bois brut, en 2010. Sauf que le complexe métallurgique de Moanda sort de terre à contretemps. Décidé en 2007, l'investissement risque de ne plus être rentable...
(Gabon Review 18/06/15)
Invité d’une émission spéciale de Gabon Télévision dimanche dernier, le ministre des Mines, de l’Industrie et du Tourisme estime que l’industrialisation du Gabon est en train de prendre corps. De nombreux projets industriels s’ancrent dans le réel, et la mise en service du Complexe métallurgique de Moanda (Comilog-CMM), vendredi dernier, par le chef de l’Etat, en présence du partenaire de l’Etat gabonais dans ce projet, Eramet, fait dire au ministre des Mines, de l’Industrie et du Tourisme que la Stratégie nationale d’industrialisation, bras séculier du Gabon Industriel, commence à produire des fruits. Le Complexe métallurgique de Moanda qui va créer quelques centaines d’emploi va se charger de la transformation du manganèse en sillico-manganèse destiné notamment à la fabrication des batteries...
(Infos Plus Gabon 18/06/15)
Dans sa livraison couvrant la période allant du 14 au 20 juin, l’hebdomadaire Jeune Afrique a publié un article intitulé « Les barils de la discorde » dans lequel il annonce que la Direction générale des Hydrocarbures (DGH) va entreprendre, pour le compte de l’Etat gabonais, une enquête pour « faire la lumière sur la réalité de la production pétrolière du pays ». « Les prochaines semaines promettent des sueurs froides aux dirigeants des compagnies pétrolières présentes au Gabon », écrit le journal qui rappelle que « Le Français Total et le Chinois Addax Petroleum Oil & Gas ont déjà fait l’objet de redressements. Plusieurs centaines de millions de dollars, rapporte-t-on. Sur la liste des vérifications figureraient Shell, Maurel &...
(Agence d'information d'afrique centrale 18/06/15)
Une conférence internationale sur les industries extractives réunit depuis le 16 juin à Yaoundé, quelque 250 délégués et experts de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cémac). Le mot d’ordre de cette rencontre sous-régionale : « mieux gérer pour l’accession à l’émergence ». L'Afrique centrale est une région éminemment riche en ressources minières, qui constituent d’ailleurs le poumon économique de la sous-région Cémac. Le secteur extractif notamment le pétrole, les mines solides et gaz, représentant près de 40% des exportations de la sous-région, apparaît comme la première source de revenus des pays et en même temps le levier de croissance pour l’Afrique centrale. Initiées par l’Académie des industries de la Cémac, l’objectif de ces assises, vise à mobiliser...
(Gabon Actu 17/06/15)
Le directeur général de Gabon Télécom, Abderrahim Koumaa a rendu hommage au premier instrument de communication de l’humanité qui est le « Tam-Tam » par un diner de Gala organisé en marge du Colloque Mondial des régulateurs (GSR 2015) tenu à Libreville du 9 au 11 juin 2015à Libreville. « Pendant longtemps le tam-tam a servi de moyen de communication, perceptible sur de longues distances. Il était utilisé pour des cérémonies où il a souvent joué le rôle du téléphone ou de télégraphe, pour transmettre des nouvelles ou des idées, sans qu’aucune fracture numérique n’eut été à déplorer», a indiqué M. Koumaa à ses convives admirant les rythmes et autres merveilleuses danses folkloriques qu’offraient les groupes socioculturels à l’occasion. Pour...
(Jeune Afrique 17/06/15)
Le président gabonais Ali Bongo Odimba a inauguré le 12 juin la première usine de transformation du minerai de manganèse du pays. Le complexe industriel, situé à Moanda, a nécessité près de 150 milliards de F CFA (228,67 millions d'euros) d'investissements. Le Gabon, deuxième producteur africain de manganèse (derrière l’Afrique du Sud), dispose désormais de sa première usine de transformation de ce minerai, « après 52 ans d’exploitation brute », rappelle un communiqué de la présidence. Le Centre métallurgique de Moanda (CMM), dont la construction a été achevée en décembre 2014, a été inauguré officiellement le vendredi 12 juin par le président Ali Bongo Odimba. Situé à 650 km au sud-est de Libreville, la capitale du pays, le CMM compte...
(Xinhua 17/06/15)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Plus de 250 experts et responsables institutionnels prennent part depuis mardi à Yaoundé au Cameroun à une conférence internationale sur les industries extractives organisée à l'initiative de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), en partenariat avec la coopération allemande. L'enjeu de ces assises est de permettre une meilleure valorisation des ressources du sous-sol des six pays membres ( Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine et Tchad) de la CEMAC, de l'avis du président de la Commission de cette organisation régionale, Pierre Moussa. "Le but de cette réunion, a-t-il déclaré à Xinhua, c'est de sensibiliser les cadres de la sous-région, les populations de la sous-région sur le fait qu'on dispose d'une...

Pages

(Jeune Afrique 10/09/14)
Après une première moitié de septennat centrée sur la croissance et les grands projets, Ali Bongo Ondimba lance un important programme social. Un plan qui mobilise plus de 380 millions d'euros supplémentaires d'ici à 2016, année de la prochaine présidentielle... Depuis le début de l'année, on ne parle plus que de lui au Gabon : le Pacte social. Après cinq années focalisées sur la croissance et la diversification de l'économie, il doit incarner un changement de cap. Santé, famille, emploi, pouvoir d'achat : telles sont les nouvelles priorités affichées par le président Ali Bongo Ondimba et son gouvernement. En toile de fond, un rapport accablant, commandé par le chef de l'État lui-même et remis en décembre par le cabinet de...
(Jeune Afrique 09/09/14)
Déjà bien dotée en services de pointe, la capitale gabonaise ouvre de nouvelles unités de soins et concentre les compétences. L'offre de santé s'améliore de façon remarquable à Libreville. Restauré en 2012, l'hôpital général de la ville compte désormais deux services d'urgences (adultes et pédiatrie), cinq nouveaux blocs opératoires, mais aussi des salles de réveil, de stérilisation et de soins intensifs. Le gouvernement poursuit la mise en oeuvre du schéma directeur hospitalier de la capitale, dont une grande partie porte sur le réaménagement complet du Centre hospitalier de Libreville (CHL) en Centre hospitalier universitaire (CHU). Le site principal, en centre-ville, est désormais spécialisé en chirurgie, tandis que d'autres pôles spécialisés du CHU ont été constitués en périphérie. Un grand service...
(Le Point 09/09/14)
La Déclaration de Berne réclame une autorité de surveillance du marché des matières premières, comme pour celle des marchés financiers. La Déclaration de Berne est une ONG suisse. Et elle est taraudée par plusieurs interrogations dont celle-ci : comment expliquer que 300 millions de personnes vivent dans la misère dans des pays riches en matières premières, alors que le minuscule canton de Zoug, en Suisse alémanique, croule sous les milliards de francs suisses* (1 Franc suisse = 0.8291) ? Faut-il le préciser ? En dehors de son lac et de la curiosité architecturale de son centre-ville, Zoug ne dispose d'aucune ressource naturelle. La réponse ? Ben, grâce à d'invraisemblables manipulations comptables tolérées par la communauté internationale. L'utilisation de tours de...
(Jeune Afrique 09/09/14)
Standard & Poor's a confirmé la note souveraine du Gabon à BB-/B. L'agence de notation prévoit des perspectives stables pour l'économie gabonaise, caractérisée par une forte dépendance aux revenus pétroliers et un climat des affaires à améliorer. L'agence de notation Standard & Poor's maintient sa note de crédit attribuée au Gabon à BB-/B pour les émissions de long et de court terme, en devises étrangères et en monnaie locale. L'évaluation est assortie d'une perspective stable. Dépendance Selon S&P, cette notation, actualisée et confirmée, se justifie notamment en raison de la forte dépendance du Gabon au secteur pétrolier qui concentre 50 % du PIB. La dotation en ressources pétrolières du pays, cinquième plus grand producteur Afrique sub-saharienne avec deux milliards de...
(L'Equipe 08/09/14)
Premier match de qualifications pour la CAN 2015 et première victoire pour le Gabon, qui a battu l'Angola (1-0) samedi. Les joueurs de Jorge Costa se sont imposés grâce à un but inscrit juste avant la mi-temps par Samson Mbingui (45e).
(BBC 08/09/14)
Ali Bongo Ondimba soutient que "personne ne sera épargné" par l’opération "Mains propres" lancée en janvier dernier par le gouvernement gabonais. "Le temps de l'impunité est révolu. Les enquêtes sont en cours, et elles aboutiront. Ceux qui pourront rembourser l'État le feront. Ceux qui ne s'exécuteront pas subiront des sanctions. Cette dynamique ne s'arrêtera pas de sitôt", a prévenu Ali Bongo dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique reprise par l’AFP. "Personne ne sera épargné. Pour preuve : les premières interpellations ont touché des gens assimilés à mon camp", rappelle le président élu en 2009 à la suite du décès de son père Omar Bongo...
(Le Point 06/09/14)
C'est le 15 novembre 1896 que Charles N'Tchoréré naît au Gabon, à l'époque une colonie française de l'Afrique-Équatoriale française (AEF). Son parcours de vie s'achèvera au champ d'honneur le 7 juin 1940 à Airaines du fait d'un acte anti-militaire d'un soldat de la division de panzers de Rommel qui ne supportait pas de voir ce capitaine noir de l'armée française revendiquer un traitement d'officier alors que sa compagnie se rendait faute de munitions. D'ailleurs, tuer Charles N'Tchoréré n'aura pas suffi. Un char allemand lui roulera dessus pour le broyer. Qu'importe, son honneur était sauf et c'est bien là l'essentiel. En ces temps de commémoration des victoires contre toutes les barbaries, il convient de réveiller la mémoire d'un homme qui a...
(Jeune Afrique 05/09/14)
Manganèse à Moanda, uranium à Mounana, sucrerie à Ouellé, café à Kayié... L'économie de la province repose sur les produits de sa terre. Aujourd'hui, ils gagnent en valeur ajoutée et lui profitent plus. L'économie du Haut-Ogooué doit beaucoup à ses abondantes ressources minières. Deuxième producteur de manganèse à haute teneur, la Comilog (Compagnie minière de l'Ogooué), filiale du groupe français Eramet, représente 15 % du marché mondial. Générant plus de 3 000 emplois directs et indirects, elle est aussi le deuxième employeur du pays et un véritable pilier pour la ville de Moanda (42 000 habitants). Son poids est renforcé par la Société d'exploitation du Transgabonais (Setrag, sa filiale à 84 %), qui gère depuis 2005 les 670 km de...
(RFI 05/09/14)
Après les terrains de football, l’ancien international camerounais, Patrick Mboma se lance dans un nouveau défi : la défense des éléphants de forêt dans la région Afrique centrale. Il a entamé, ce jeudi au Gabon, une tournée qui se poursuivra au Congo-Brazzaville et en République démocratique du Congo, où ces pachydermes sont menacés de disparition. « Chez moi au Cameroun dans le parc de Boubandjida, il y a un peu moins de deux ans, quatre cents éléphants tués en un mois ». C’est l’ancienne vedette des Lions indomptables qui parle ainsi. A cause de cette macabre comptabilité, Patrick Mboma n’a pas hésité lorsqu’il a été consulté pour devenir l'ambassadeur de bonne volonté pour lutter contre le massacre des éléphants en...
(La Voix de l'Amérique 03/09/14)
Le Secrétaire général du ministère des Mines, Jeannot Kalima, est soupçonné d’avoir détourné de l'argent quand il était directeur de cabinet du ministre des Travaux publics de l'époque, Idriss Ngari. Selon l’Afp citant le procureur de la République, Sidonie Flore Ouwé, c’est le premier fonctionnaire placé sous mandat de dépôt dans le cadre de l’opération gouvernementale «Mains Propres» de lutte contre la corruption. L’argent en question était réservé à l’organisation de fêtes nationales au plan régional, qui devaient déboucher sur des projets d’infrastructures dans les régions concernées. Ces festivités étaient une initiative lancée dans les années 2000 par le défunt président Omar Bongo. Elles ont été supprimées en 2009 par Ali Bongo lorsqu'il a succédé à son père. ​L’ex-Premier ministre...
(RFI 02/09/14)
Cela n’était pas arrivé depuis 1996 au Gabon : la démission d'un ministre en fonction. Léon Nzouba, ministre de l’Éducation nationale très critiqué pour sa gestion de la crise née du baccalauréat de 2014, a jeté l'éponge dimanche. Les malheurs du ministre ont débuté au lendemain de la proclamation du baccalauréat. Parmi les ajournés, figuraient 900 élèves qui avaient obtenu l’année dernière le Bac 1 – la partie du baccalauréat passée lors de la classe de première. Selon ces élèves, leurs notes du Bac 1 ont été oubliées. Grève de la faim Dans un premier temps, le ministre rejette la réclamation. Les élèves en colère entament alors une grève de la faim ; le ministre décide de rendre visite aux...
(RFI 01/09/14)
Une récente enquête du Trésor public a révélé le détournement de 400 milliards de francs CFA, prévus pour développer l’arrière-pays dans le cadre d’une initiative dite de « fêtes tournantes ». Il s’agissait alors d’investir chaque année 50 milliards de francs CFA dans une province qui devait accueillir la fête nationale. Plusieurs patrons de l’administration ont été convoqués, d’autres sont déjà écroués, mais l’ancien Premier ministre, Jean Eyéghe Ndong, est la première haute personnalité du régime d’Omar Bongo à être sommée de justifier sa gestion de l’époque. Il a animé vendredi 29 août dernier une conférence de presse, en présence de ses militants pour s’expliquer. Devant ses militants...
(Jeune Afrique 01/09/14)
À Port-Gentil, les hydrocarbures abondent, mais pas les compétences locales. Une carence que devrait combler l'Institut du pétrole et du gaz, qui accueille sa première promotion d'étudiants en master. Au Gabon, si les ressources pétrolières ne manquent pas, trouver les compétences locales dans la filière est souvent un casse-tête. Quatrième producteur de pétrole au sud du Sahara, le pays ne disposait jusqu'à il y a trois ans d'aucun cursus de formation dans le domaine des hydrocarbures. Une carence qui a poussé les autorités à se saisir de la question et à créer, en mars 2010, l'Institut du pétrole et du gaz (IPG) de Port-Gentil. Sa mission : délivrer aux Gabonais un enseignement supérieur technique de qualité dans tous les métiers...
(Jeune Afrique 30/08/14)
Le groupe singapourien Olam, spécialisé dans le négoce et le courtage de denrées alimentaires, est devenu un acteur incontournable au Gabon. Et représente le tropisme asiatique des nouvelles élites gabonaises. La présence du groupe singapourien est tout un symbole au Gabon. Elle représente le tropisme asiatique des nouvelles élites gabonaises. Olam a démarré ses activités dans le pays en 1999 et n'a cessé de les développer. En janvier dernier, le groupe a annoncé qu'il allait céder une partie de ses actifs forestiers dans le pays à un consortium chinois (une transaction d'un montant de 18 millions de dollars, soit 13,4 millions d'euros, qui devrait être finalisée au quatrième trimestre de cette année), afin de se concentrer sur les quatre projets...
(Jeune Afrique 30/08/14)
Le groupe bancaire français a réorganisé son état-major sur le continent. Philippe Tartelin, directeur Afrique pour la partie banque de détail, dirigera une équipe d'une quarantaine de personnes basée à Paris et chargée des activités des dix filiales du Maghreb et de l'Afrique subsaharienne. Plusieurs années déjà que les rumeurs vont bon train quant à l'éventuel retrait d'Afrique de BNP Paribas. Il est vrai que, depuis une décennie, le premier groupe bancaire français - tout en donnant de multiples assurances du contraire - n'a pas manqué par ses actions d'alimenter et de renforcer ces suspicions.
(Jeune Afrique 29/08/14)
À l'approche de la présidentielle de 2016, entre démissions fracassantes et ralliements enthousiastes, le parti au pouvoir et l'opposition rassemblent leurs camps. Un article publié dans J.A. nº 2796-2797. Deux ans avant la fin du septennat d'Ali Bongo Ondimba, les prémices de la campagne pour l'élection présidentielle de 2016 se font déjà ressentir. Fin juillet s'est créé autour de Jean Ping, ex-président de la Commission de l'Union africaine, un Front de l'opposition pour l'alternance. Les opposants répondaient ainsi à la démonstration de force, fin mai, de la coalition formée autour du chef de l'État, rebaptisée Majorité républicaine et...
(Jeune Afrique 29/08/14)
Dans le cadre de la diversification de l'économie, le gouvernement a décidé en 2012 de reprendre en main le secteur de la pêche hauturière. Objectif ? Développer une véritable filière de transformation, dont le pôle principal sera basé à Port-Gentil. Décryptage. Plus question que les 14 000 tonnes de thon pêchées chaque année dans les 213 000 km² de la Zone économique exclusive (ZEE) du Gabon échappent au pays et soient transformées ailleurs. Dans le cadre de la diversification de l'économie, le gouvernement a décidé en 2012 de reprendre en main le secteur de la pêche hauturière. Objectif ? Développer une véritable filière de transformation, dont le pôle principal sera basé à Port-Gentil. Via le Fonds gabonais d'investissements stratégiques (FGIS),...
(RFI 29/08/14)
Après le succès du téléphone portable au Gabon où il y a environ 3 millions de téléphones actifs pour une population de 1,5 million d’habitants, désormais c'est l'internet mobile qui est en plein boom. 90% de Gabonais ont accès à internet grâce à leur téléphone portable, selon une récente étude. Un succès qui bouleverse les habitudes. Gérante d’un cybercafé au centre-ville, Maïmouna est déprimée. Elle a perdu l’essentiel de sa clientèle : « Depuis qu’il y a internet mobile, il n’y a quasiment plus de clients. C’est pratiquement vide, c’est vraiment vide ». Comme Maïmouna, plusieurs gérants de cybercafé sont sur le chemin de la faillite. Internet mobile a détourné les clients, notamment les jeunes. « Ca m’aide beaucoup pour...
(France 24 23/08/14)
Vous connaissez peut-être pas le pangolin, seul mammifère à écailles au monde. Du Gabon, où sa viande est réputée savoureuse, au Vietnam, où ses écailles sont utilisées pour la médecine traditionnelle, nos Observateurs ont mené l’enquête sur son braconnage et tirent la sonnette d’alarme. Le dernier rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature a classé le pangolin, un mammifère insectivore qui ressemble au tatou, comme espèce en danger d'extinction. Pire, il est devenu le mammifère le plus braconné avec plus d’un million d’animaux capturés en 10 ans, selon la société de zoologie de Londres. Photo prise sur un marché au Gabon lors d'une mission d'investigation, entre avril et juillet 2014, pour l'Union internationale pour la conservation de...
(RFI 23/08/14)
L'ONU et Médecins Sans Frontières se préparent au risque d'une nouvelle flambée de l'épidémie d'Ebola au Liberia, où le virus s'est désormais propagé à l'ensemble du territoire. Deux nouveaux cas ont également été confirmés au Nigeria. Au total le pays compte 14 cas confirmés et cinq décès. L'épidémie a fait 1427 morts sur 2615 cas recensés en Afrique de l'Ouest selon un nouveau bilan de l'Organisation mondiale de la santé. « Le rythme et l'ampleur de l'accélération d'Ebola sont sans précédent », a déclaré vendredi le directeur adjoint de l'OMS pour la sécurité sanitaire Keiji Fukuda, à Monrovia (Liberia). Aux côtés, du Dr Nabarro, coordinateur de l'ONU pour l'épidémie d'Ebola, le spécialiste a expliqué être venu voir l'épidémie d'Ebola au...

Pages