Vendredi 23 Juin 2017

Gabon

(AFP 20/12/16)
L'exécutif gabonais a dénoncé mardi "l'inclinaison à la haine et la violence" et les "propos irresponsables" de l'opposant Jean Ping, qui a estimé que "tout peut être envisagé" pour continuer de contester la réélection du président Ali Bongo Ondimba. "Ici et devant vous, je confirme que nous sommes parvenus au terme de notre démarche de légalité républicaine. Désormais, tout peut être envisagé. Plus que jamais, aucune option ne doit être écartée. Toutes les hypothèses sont sur la table", a déclaré M. Ping lundi devant ses partisans, selon la version du discours envoyé à l'AFP. Ces propos ont bien été prononcés, a confirmé à l'AFP un porte-parole de M. Ping. "Le gouvernement ne saurait accepter les propos irresponsables tenus par des...
(Agence Gabonaise de Presse 20/12/16)
Le candidat malheureux de la dernière élection présidentielle du 27 août dernier, l’opposant Jean Ping a appelé, à l’ouverture des travaux de son dialogue lundi, les participants à réfléchir sur les voies et moyens devant permettre de porter ses idées au pouvoir. Tout en rappelant que son dialogue est ouvert à tous, il a invité les participants à la réflexion. « Il vise simplement à réfléchir aux fondements d’une société dynamique et solidaire, une société d’ouverture et de rassemblement. Nous devons porter nos idées au pouvoir. Elles doivent être mises en œuvre le plus vite. C’est essentiel et vital pour l’avenir de notre pays (…) Nous devons donc imaginer des solutions innovantes pour que plus jamais cela ne se reproduise...
(Afrique 7 20/12/16)
Jean Ping a encore au travers de la gorge les violences qui ont émaillé les lendemains de la présidentielle gabonaise. En attendant de digérer sa défaite, le candidat malheureux a organisé une messe en la mémoire des victimes, ce dimanche. Jean Ping rend hommage à ses martyrs Après ses déclarations tonitruantes et ses multiples pérégrinations, Jean Ping a bien voulu avoir une idée pieuse pour ses martyrs. Ainsi, l’opposant a donné rendez-vous à ses partisans, hier, pour prier pour la mémoire des victimes de la crise postélectorale. À cette messe, des membres de la coalition d’opposants sont venus, tout de blanc vêtus et plus silencieux qu’à l’accoutumée. Alexandre Barro Chambrier, l’un des leurs a, cependant, rompu le silence : «...
(RFI 20/12/16)
La crise postélectorale est toujours dans l'esprit des Gabonais depuis les violences qui ont éclaté après l'annonce des résultats, et de la victoire du président sortant Ali Bongo face à Jean Ping, le 31 août dernier. Ce dimanche, l'opposant a organisé une messe en mémoire des victimes de ces violences. Tout de blanc vêtus, ils sont venus prier en hommage à leurs victimes dont le nombre exact n'est toujours pas connu. Pas un seul leader politique n'a pris la parole. Jean Ping et tous les leaders qui...
(Agence Gabonaise de Presse 20/12/16)
Le nouveau secrétaire communal du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) de la commune de Libreville remplace à ce poste l’ancien député démissionnaire du premier siège du troisième arrondissement, Vincent de Paul de Gondjout, passé dans l’opposition notamment dans le mouvement « Héritage et Modernité ». Cette décision du président du PDG, Ali Bongo Ondimba, a été rendue public vendredi à Libreville par le membre du comité Paul Biyoghé Mba, à l’issue du séminaire des responsables et cadres politiques de la province de l’Estuaire. Se prêtant aux questions de notre rédaction sitôt après l’officialisation de sa nomination, Denis Marie Félix Adandé a livré ses impressions. « C’est un sentiment de joie et de légitime fierté. C’est une décision que tout...
(Agence Ecofin 20/12/16)
Dans une déclaration faite le 19 décembre à Libreville, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, a pris à témoin la communauté nationale et internationale sur les « dérives » que peuvent provoquer les déclarations publiques de l'opposant Jean Ping. Et pour cause, raconte le ministre de l’Intérieur, à l’ouverture du dialogue national pour l’alternance (DNPA) organisé par Jean Ping à Libreville le 19 décembre, l’opposant a déclaré : « Ici et devant vous, je confirme que nous sommes parvenus au terme de notre démarche de légalité républicaine. Désormais, tout peut être envisagé. Je dis simplement que la configuration générale laisse la porte ouverte à tous les scénarii. Je dis que plus rien ne nous est interdit ». « Le...
(Agence Gabonaise de Presse 20/12/16)
Privés de leur salaire du mois de novembre 2016, les fonctionnaires du Centre gabonais de promotion touristique (GABONTOUR) ne sont rentrés en possession de leur dû jusqu’à ce jour au regard de la confusion totale qui règne entre GABONTOUR et l’Agence gabonaise de tourisme (AGATOUR) alors que les ministères du Budget et de la Fonction publique veulent débusquer les fonctionnaires fantômes. Selon les informations recueillies sur place, les agents ont été privés de salaires à cause de l’opération de mise sur bon de caisse des agents engagés par le ministère de la Fonction publique pour débusquer les fonctionnaires fantômes qui perçoivent gracieusement l’argent de l’État chaque fin de mois. Ne voyant aucun mouvement dans leurs comptes, les agents de GABONTOUR...
(RFI 20/12/16)
Au Gabon, l'opposant Jean Ping a lancé hier lundi 19 juin, un « dialogue national pour l'alternance ». Mais quelle est la stratégie de celui qui, depuis la présidentielle du 27 août dernier, se proclame le « président élu » ? Voici l'analyse de l'essayiste camerounais André Julien Mbem, qui, juste avant l'élection, a publié chez L'Harmattan Jean Ping, le diplomate et l'homme d'Etat. En ligne de Douala, il répond aux questions de Christophe Boisbouvier. « Je ne pense pas à un partage du pouvoir entre Ali Bongo et Jean Ping, je pense à une réconciliation entre les Gabonais. C’est de la réconciliation que pourra naître le partage du pouvoir. »
(Agence Ecofin 20/12/16)
Ces créances se répartissent entre l’Etat qui, au titre de ses consommations d’eau et d’électricité pour les années 2014, 2015 et 2016 et de remboursement de TVA doit une enveloppe de 65 milliards de FCFA, et les particuliers qui s’élève à 60 milliards de FCFA. Cette situation qui a été décrite à la presse locale par le directeur général de la filiale gabonaise du groupe français Veolia Antoine Boo, pourrait entraîner une suspension de tous les investissements de la société au Gabon et une réduction de la fourniture d’eau et d’électricité dans les administrations publiques. « Si cette situation d’impayés perdure, on ne pourra plus assurer la fourniture d’eau et d’électricité 24h/24. On fera donc des délestages et les populations...
(Agence Gabonaise de Presse 20/12/16)
Réunis le 16 décembre dernier à Libreville au cours d’une rencontre provinciale de restitution des décisions prises lors du séminaire national du 3 décembre dernier, les responsables et cadres politiques du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) de la province de l’Estuaire ont formulé des résolutions allant dans le sens de consolider le règne du parti au pouvoir dans la province. Abordant le point de la discipline au sein du parti au pouvoir, notamment les cas d’indisciplines observés lors des dernières élections présidentielles où plusieurs militants, ont été mis à l’indexe pour duplicité et complicité avec l’adversaire, les responsables et cadres politiques de la province de l’Estuaire ont recommandé l’application de la procédure qui va de l’interpellation à la sanction...
(AFP 20/12/16)
La ministre gabonaise des Sports Nicole Asselé a assuré que les quatre stades de la Coupe d'Afrique des Nations de football (CAN-2017) étaient "prêts", lundi, à moins d'un mois du coup d'envoi le 14 janvier à Libreville. "Les élections c'est du passé", a ajouté Mme Asselé interrogée par l'AFP sur le climat politique tendu dans le pays-hôte de la CAN-2017 où l'opposant Jean Ping conteste la réélection du président Ali Bongo Ondimba. "Les quatre stades sont prêts, Libreville, Franceville, Oyem et Port-Gentil", a déclaré Mme Asselé, qui avait récemment exprimé des "inquiétudes" sur la nouvelle enceinte d'Oyem (nord). "Ce n'étaient pas des inquiétudes sur le stade, mais quant à la livraison des espaces extérieurs. La société m'a assuré qu'à la...
(AFP 19/12/16)
L'opposant Jean Ping, qui conteste la réélection du président Bongo au Gabon, a lancé lundi cinq jours de mobilisation pour "l'alternance" en revenant sur le dossier qu'il a déposé jeudi devant la Cour pénale internationale (CPI). M. Ping, qui se proclame le "président élu", accuse les autorités gabonaises de "crimes contre l'humanité" dans les violences post-électorales fin août-début septembre, avait affirmé jeudi l'équipe de son avocat français Emmanuel Altit dans un communiqué. "Les premiers éléments d’enquête déjà déposés engagent véritablement aussi les commandants des unités de la Garde républicaine, de la gendarmerie et de la police, y compris les éléments composant les milices recrutées pour la basse besogne", a détaillé M. Ping en ouvrant son "Dialogue nationale pour l'alternance" avec...
(RFI 19/12/16)
La 32e session de l'assemblée parlementaire paritaire entre les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), et l'Union européenne s'ouvre ce lundi à Nairobi. C'est l'un des plus importants cadres de coopération entre l'Union européenne et l'Afrique. Pendant trois jours, 78 parlementaires des pays de l'ACP assisteront à des séances plénières avec 78 de leurs homologues européens. Au programme, commerce international, développement durable, immigration mais surtout questions politiques. La crise post-électorale au Gabon sera notamment à l'ordre ...
(Gabon Actu 19/12/16)
Le président de la République, Ali Bongo Ondimba et son épouse Sylvia Bongo Ondimba, ont célébré ce samedi Noël avant l’heure en remettant des cadeaux à plus de 1 000 enfants venus de vingt-huit paroisses et organismes caritatifs de la commune de Libreville. Accompagné du ministre l’Intérieur, de la Sécurité publique et de l’Hygiène publique, chargé de la Décentralisation et du développement social, Lambert Matha, ainsi que des épouses des membres du gouvernement, le couple présidentiel a, dans une atmosphère familiale, offert des présents à ces enfants, à l’exemple de Aïto, 8 ans « heureuse d’avoir reçu son cadeau des mains du président de la République. » Agés de 5 à 12 ans, les 1 000 petits paroissiens ont, par...
(Gabon Actu 19/12/16)
Plus de 6 000 personnes se sont déjà inscrits jusqu’à ce samedi pour participer au Dialogue national pour l’alternance convoqué par Jean Ping afin d’imaginer la meilleure stratégie de résistance contre le pouvoir qui a « volé » la victoire électorale de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA), annoncent les organisateurs. Le dialogue s’ouvre officiellement lundi matin à Noé Palace au nord de Libreville. Ce dimanche en début d’après midi, les initiateurs organisent une cérémonie d’hommage aux victimes des violences qui ont éclaté après l’annonce de la victoire d’Ali Bongo le 31 août dernier. Le dialogue qui est supervisé par Jean Ping lui-même, prendra fin le 23 décembre prochain. Celui qu’on appelle « Président élu » organisera...
(Agence Ecofin 19/12/16)
La décision prise par les pays membres de l’Odes pays exportateurs de pétrole (OPEP), le 30 novembre dernier 2016 à Vienne, a été révélée par le ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, Etienne Dieudonné Ngoubou, ce 16 décembre 2016. Selon le ministre, cette mesure entrera en vigueur à partir du 1er janvier prochain. Et dans le cadre de son application une note d’information a été officiellement transmise à toutes les entreprises du secteur ainsi que les clients du Gabon à l’étranger sur la réduction de la production pétrolière du Gabon, a précisé le ministre. « Les quotas qui découlent de cette initiative ont été communiqués hier à chaque entreprise produisant du pétrole au Gabon. Ces entreprises ont accepté de réduire...
(Gabon Review 19/12/16)
La cérémonie d’hommage aux victimes des violences post-électorales animée par des pasteurs, évêques et imams en présence des membres de la « galaxie Ping », ainsi que Jean Ping lui-même a pris fin dans la salle de fête de Noë Palace à Angondjè au nord de Libreville par des émouvantes prières, a constaté un reporter de Gabonactu.com. Les participants, tous de blanc vêtus se sont laissés aller dans les prières et les chants de chorale savamment orchestrés pour la circonstance. La messe dite de prière et de recueillement a été organisée par Jean Ping qui a toujours refusé de reconnaitre la victoire d’Ali Bongo Ondimba à l’issue du scrutin présidentiel du 27 août dernier. Des violences avaient éclaté dans le...
(RFI 19/12/16)
Au Gabon, la rumeur circulait depuis plusieurs semaines. Elle a même fait la une de certains tabloïdes de la capitale. Total et Shell vont quitter le Gabon. Le pays ne serait plus rentable à cause de la production devenue trop faible. Le gouvernement a démenti vendredi ces rumeurs. Total et Shell n'ont pas officiellement démenti ces rumeurs qui font trembler les Gabonais. L'économie du pays est en effet trop dépendante de l'or noir. Vendredi, le ministre du Pétrole, Etienne Dieudonné Ngoubou, a rompu le silence pour expliquer les transactions à l'origine de ces rumeurs. « Il n'y a pas de départ de la République gabonaise de Total. Il n'y a pas de départ de la République gabonaise de Shell. Il...
(Gabon Actu 19/12/16)
La cérémonie d’hommage aux victimes des violences postélectorales qui ont éclatées au Gabon suite à l’annonce de la victoire du président sortant, Ali Bongo Ondimba le 31 août dernier a débuté dimanche dans la salle des fêtes Noë Palace à Angondjè au nord de Libreville en présence de Jean Ping, principal organisateur. Plusieurs leaders de l’opposition, tous vêtus de blanc sont présents à la cérémonie qui a drainé un public peu nombreux. Des pasteurs œcuméniques président la messe dite de prière et de recueillement pour les martyrs de la démocratie. La messe précède le dialogue national pour l’alternance voulu par Jean Ping pour peaufiner ses stratégies de résistance jusqu’à la « restitution de sa victoire volée », selon lui par...
(Agence Ecofin 19/12/16)
Ce 19 décembre 2016 s’achève à Libreville l’Assemblée générale constitutive de la Confédération des artisans et des petites entreprises d’Afrique centrale (Capeac) qui a commencé ses assises depuis le 17 décembre. A l’initiative du ministère gabonais de la Promotion des petites et moyennes entreprises, en partenariat avec le Secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac), le but de cette assemblée constitutive, est de mettre en place les instances définitives de la Capeac en vue d’une meilleure structuration de l’économie de l’artisanat et des petites entreprises d’Afrique centrale. Le comité d’organisation explique que, la mise sur pied d'une telle confédération est nécessaire parce les deux secteurs dont il est question se heurtent à plusieurs contraintes: notamment...

Pages

(Gabon Actu 09/11/15)
Le ministre gabonais de l’Intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya a annoncé dimanche dans une émission à Radio Gabon que les policiers qui ont exposé et filmé les commerçantes nues dans la cour du commissariat central de Libreville ont été sanctionnés. « Ils ont été sanctionnés à titre conservatoire en attendant les conclusions de l’enquête ouverte à cet effet », a déclaré le ministre. Pacôme Moubélet Boubeya n’a cependant pas indiqué la nature des sanctions (prison interne, suppression de salaire, blâme ou mise à pied…) ni le nombre de policiers sanctionnés. Le ministre a pour la première fois exprimé son indignation suite à ce film réalisé et diffusé sur les réseaux sociaux par des policiers. Le médiateur de la République, Laure Olga...
(Gabon Actu 09/11/15)
L’unique distributeur de la presse au Gabon, Sograpresse, a décidé de suspendre la distribution de l’hebdomadaire La Loupe, accusé par le gouvernement de trouble à l’ordre public et d’incitation à la haine, a appris Gabonactu.com de bonne source. Le distributeur a annoncé à la direction du journal La Loupe cette décision parce qu’elle dit ne pas être solidaire des propos et idées véhiculés par ce journal. Dans un communiqué, le gouvernement gabonais a rappelé que l’article 204 de l’ordonnance N° 18/PR/2015 dispose que « l’éditeur de presse, l’imprimeur, l’hébergeur ou le diffuseur sont solidairement responsables des délits commis en matière de presse écrites, numérique ou audiovisuelle ». Par mesure de prudence, Sogapresse a donc décidé de ne pas prendre de...
(Gabon Review 09/11/15)
Agissement des agents des forces de polices, décentralisation, loi sur les rassemblements publics et organisation des élections politiques, le 8 novembre dernier, sur la matinale de Radio Gabon, le ministre de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène publiques, a dit prendre toute la mesure des critiques exprimées contre son département, non sans défendre les actions menées par celui-ci depuis 2009. L’actualité du moment est principalement axée sur la protestation des commerçants de Mont-Bouët contre la saisie brutale de leurs marchandises par des agents des forces de police. Protestation qui a conduit à l’immolation et au décès d’un jeune Gabonais. La réaction du ministère sur cette situation… Il faut dire que ces deux questions sont effectivement d’une...
(AFP 07/11/15)
Un jeune commerçant gabonais qui avait tenté dimanche de s'immoler par le feu à la préfecture de police de Libreville après s'être fait confisquer sa marchandise, est décédé vendredi de ses blessures, rapporte samedi le quotidien national l'Union. Le jeune homme, grièvement brûlé, avait été hospitalisé en soins intensifs à l'Hôpital militaire de la capitale gabonaise. Il s'agit du premier cas connu d'immolation par le feu au Gabon. Bérenger Obame Ntoutoume, 28 ans, s'était rendu dimanche à la préfecture de police "afin de prostester contre la saisie de ses ballots" de fripes par des policiers dans le quartier commerçant de l'ancienne gare routière, rappelle le quotidien: "face au refus de ces policiers de lui restituer sa marchandise", il avait tenté...
(Gabon Review 07/11/15)
Le jeune vendeur de l’ancienne Gare routière, 28 ans au moment des faits, a succombé à ses brûlures, dans la nuit du 5 au 6 novembre courant, quatre jours après s’être transformé en torche humaine pour protester contre le racket et les violences policières. Après plus de 72 heures passées entre la vie et la mort, l’étudiant de 3è année de sociologie à l’Université Omar Bongo et commerçant à ses heures perdues à l’ancienne Gare routière de Libreville, est finalement décédé dans la nuit du 5 au 6 novembre courant, des suites d’un court coma. «L’enfant est mort. Ils l’ont considéré, je dirai, comme un méchoui. J’ai demandé à l’hôpital militaire de prendre cet enfant et de le remettre au...
(Gabon Actu 06/11/15)
Un contingent des policiers prend position au marché Mont-Bouet qui se vide assez rapidement suite à l’annonce du décès du jeune commerçant Berger Obame Ntoutoume (BON) qui s’était immolé par le feu le weekend écoulé pour protester contre la saisie de sa marchandise par la police. Le décès n’a pas encore été confirmé de façon officielle, mais plusieurs sources annoncent que celui qui s’appelait affectueusement BON (23 ans) aurait succombé des suite de ses blessures à l’hôpital militaire de Libreville où il était admis en soins intensif au service des grand brulés. Les commerçants seraient à la débandade, craignant des possibles manifestations de colère des parents et autres proches du supposé décédé. La police a pris position pour parer à...
(Gabon Review 06/11/15)
Finalement, à la fin de l’année en cours, une centaine de logements sociaux pourraient être livrés du côté d’Agondjé. La question du logement apparaît véritablement comme l’équation la plus difficile à résoudre pour le gouvernement. Si le projet des 5000 logements par an est désormais reconnu comme un échec cuisant, les différents ministres chargés de l’habitat, qui se sont succédé depuis six ans n’en ont pas moins tenté de rassurer les populations de ce que les choses peuvent être rattrapées, et que les habitations promises arriveront avant la fin du mandat en cours. Sauf que, dans les faits, l’attente de ces habitations se fait de plus en plus longue. Pourtant, à en croire le ministre de l’Urbanisme et du Logement,...
(Gabon Actu 06/11/15)
Le gouvernement gabonais, garant de la paix sociale et de l’unité nationale a saisi le procureur de la République contre l’hebdomadaire la Loupe pour trouble à l’ordre public, incitation à la haine, annonce mercredi un communiqué signé de son porte-parole, Alain Claude Bilié By Nzé. « L’éditeur de presse, l’imprimeur, l’hébergeur ou le diffuseur sont solidairement responsables des délits commis en matière de presse écrites, numérique ou audiovisuelle », rappelle M. Bilie By Nze. « Sont poursuivis comme auteurs des délits commis en matière de communication écrite, numérique ou audiovisuelle à savoir le directeur de publication, le rédacteur en chef ou l’auteur de l’article », poursuit le communiqué. « Au regard de tout ce qui précédé, il apparait que les...
(Gabon Review 06/11/15)
Entre promesses de changement et menaces, le 5 novembre courant, le ministre la Communication a tenté d’apparaître comme le «Mister Clean», l’homme au détergent, du secteur, sur la matinale de Radio Gabon. Vous êtes en charge d’un secteur que d’aucuns disent vacillant. Quelle est votre vision ? Je n’inventerai pas une vision. Il y en a déjà une : celle du chef de l’Etat, sous la conduite du chef du gouvernement. La communication est un axe fondamental pour la vie en société, le développement économique et social de notre pays. Même si au sein de l’opinion, il peut apparaître que le ministère de la Communication soit un département à problèmes, comme on dit, c’est un ministère que moi je vois...
(RFI 06/11/15)
Au Gabon, c'est le choc après la tentative de suicide d'un jeune commerçant qui s'est immolé dans l'enceinte du commissariat central de Libreville. Il protestait contre la saisie de sa marchandise par la police. Le jeune homme est brûlé au 2ème degré. Son pronostic vital n'est pas engagé mais les Gabonais sont inquiets. Nous sommes sur le site de l'ancienne gare routière, l'une des plus grandes places marchandes de Libreville. C'est ici que Béranger Obame Ntoutoume, 28 ans, exerçait son petit commerce. A l'endroit où il vendait ses marchandises, ses camarades attristés ont placardé quelques photos prise...
(Gabon Review 06/11/15)
Le ministre de la Communication a, une nouvelle fois, rejeté les accusations selon lesquelles il aurait déshabillé le recteur Daniel Ona Ondo, aujourd’hui Premier ministre. «Alain-Claude Billie-By-Nzé, déshabilleur de recteur». Depuis plus de vingt ans, cette accusation est portée contre l’actuel ministre de la Communication, au point que l’opinion la tient pour une vérité incontestable. Alors qu’il s’était épanché sur cette rumeur à travers un ouvrage intitulé «Ma part de vérité», l’ancien porte-parole de la présidence de la République n’a pas fini de s’expliquer. L’occasion lui a, une nouvelle fois, été donnée lors de son passage à la matinale de Radio Gabon, le 5 novembre courant. «Beaucoup étaient avec moi à l’université, et savent que je n’en ai pas été...
(Gabon Actu 06/11/15)
Le directeur général de Gabon Télécom, Abderrahim Koumaa a procédé vendredi à Libreville à la remise du « Prix d’excellence » à cinq (5) élèves des employés de son entreprise ayant satisfait brillamment aux examens concours de l’année scolaire écoulée. La 1ere lauréate, Magalie Bourdettes qui a obtenu une moyenne de 13/20 au baccalauréat ES (économie sociale) avec la mention assez bien, a reçu des mains du patron de la boite un ordinateur Hp, nouvelle version. Auréolée de cette performance, la bénéficiaire du prix d’excellence âgée de 16 ans s’est envolée pour la France il y a peu afin de réaliser son rêve. Elle a été admise à l’école nationale d’architecture de Saint-Etienne pour devenir architecte. « Ce nouveau cadre...
(Star Africa 06/11/15)
La Super Coupe du Gabon qui devait opposer le CF Mounana, vainqueur de la coupe nationale, face à l’AS Mangasport, champion en titre, ne se jouera pas le 17 novembre. La Fédération Gabonaise de Football a décidé de reporter la rencontre pour le 21 de ce même mois, et se jouera dans la ville de Lambréné. Les raisons du report n’ont pas été communiquées.
(Ogooue Infos 05/11/15)
Le Président gabonais Ali Bongo Ondimba a procédé le 3 novembre 2015, à Ndendé au lancement officiel du programme GRAINE (Gabonaise des Réalisations Agricoles et des Initiatives des Nationaux Engagés) dans la province de la Ngounié (Sud). Accompagné d’une délégation composée des membres du gouvernement et des personnalités de la classe politique, le Chef de l’Etat a remis en mains propres les premiers agréments et titres fonciers aux différentes coopératives bénéficiaires du programme dans ce département de la Dola. Au total ce sont 43 associations, soit 1 066 compatriotes dont 429 hommes et 637 femmes qui font dorénavant partie de ce programme agricole d’envergure dont l’objectif à long terme est d’assurer la sécurité alimentaire du pays. Par ailleurs les 5...
(Gabon Review 05/11/15)
Sur la matinale de Radio Gabon, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, jette un regard panoramique sur un secteur secoué par de nombreuses grèves, dont les répercussions se ressentent dans le niveau des étudiants et les retards la conduite des programmes. Comme les années précédentes, l’année académique 2014-2015 a connu des perturbations. Quelles sont les dispositions prises par le ministère dont vous avez la charge ? Je vous parlerai, par exemple, d’un évènement important dans la vie de l’enseignement supérieur et de l’éducation au Gabon : les états généraux de 2010. A la suite de ceux-ci, il a été pris une loi d’orientation sur l’éducation et la formation au Gabon, notamment la loi 21/2011, qui a...
(BBC 05/11/15)
Un jeune commerçant gabonais a tenté de se suicider dans les locaux de la préfecture de police de Libreville. Il a voulu s'immoler par le feu pour réclamer à la police la restitution de sa marchandise, des ballots de linge, saisis pour la énième fois de façon arbitraire selon des témoins. La police a déclaré de son côté que la victime exerçait son activité dans une zone interdite aux commerces. Le jeune homme de 28 ans est brûlé au troisième degré. Il a été placé en soins intensifs à l’hôpital militaire. Charles Stéphane Mavoungou
(Agence Gabonaise de Presse 05/11/15)
Le gouverneur de la province de la Nyanga, Sany Megwazeb, a lancé lundi à Tchibanga (sud), l’opération de révision de la liste électorale, dans la perspective des élections législatives et présidentielle prévues en 2016. M. Megwazeb a été le premier citoyen à être enrôlé, en levée de rideaux de cette opération de révision de la liste électorale biométrique. Le gouverneur de la province de la Nyanga se fait enrôlé conformément aux dispositions de la loi. Nouvellement affecté dans la province il change donc le lieu de résidence. La révision de la liste électorale concerne les gabonais ayant 18 ans et ceux désirant changer le lieu de résidence. A la faveur d’une adresse à l’attention des préfets des départements et les...
(Infos Gabon 05/11/15)
Le Président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba a eu un échange, le 2 novembre 2015, avec les jeunes scolarisés de la province de la Ngounié, rassemblés au collège Saint Gabriel. Devant les differentes doléances qui lui ont été présentées, il a tenu à rassurer que des solutions pérennes y seront rapidement trouvées. Le gymnase du collège Saint Gabriel de Mouila a constitué le cadre névralgique de la rencontre que le Président Ali Bongo Ondimba a initié avec les jeunes élèves de la province de la Ngounié venus de Val Marie, Saint Gabriel, CES, Lycée Jean Jacques Boucavel, Lycée de l’alliance chretienne, etc. S’adressant aux apprenants, le Chef de l’Etat a souhaité qu’ils fassent plus d’efforts pour obtenir de...
(Gabon Review 05/11/15)
Dénonçant les conditions d’arrestation, de détention et le caractère expéditif du procès des vendeuses de l’ancienne Gare routière, la présidente du Front des indignés revient sur les 21 jours d’humiliation subis par ces dames. Evoquant également le cas du jeune commerçant qui s’est immolé par le feu, elle invite l’Etat à prendre ses responsabilités et tient, dès à présent, la police pour responsable de ce qui pourrait advenir. A la fin des fins, elle invite la population à marcher du rond-point de la Démocratie à l’Assemblée nationale, afin de crier sa colère à la face de la Représentation nationale. Gabonreview : Pourquoi, les commerçantes de l’ancienne Gare routière ont elles manifesté ? Aminata Ondo Mendogo : Le problème des commerçantes...
(AFP 04/11/15)
Un jeune commerçant gabonais a tenté de s'immoler par le feu à la préfecture de police de Libreville après s'être fait confisquer sa marchandise, rapporte mercredi le quotidien national l'Union. Le jeune homme, gravement brûlé, se trouve actuellement en soins intensifs à l'Hôpital militaire de Libreville. Bérenger Obame Ntoutoume, 28 ans, "qui vit essentiellement de la vente des ballots de linge à l'ancienne gare routière, a tenté de s'immoler" dimanche dans l'enceinte de la préfecture de police. Selon des proches cités par le journal, il subissait régulièrement des "tracasseries" de la part des policiers de la zone et s'était fait confisquer sa marchandise. Un officier de police judiciaire, également cité par le quotidien, a pour sa part affirmé que cette...

Pages

(APA 02/04/15)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La position de change de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) dans la Salle des marchés s’est située à 4360 FCFA au 31 décembre 2014, contre 3606 milliards FCFA un an plus tôt, selon un rapport rendu public jeudi par les cabinets Mazars et KPMG. Selon ces commissaires aux comptes, cette embellie est à attribuer à la hausse en valeur nominale (1179 milliards d'euros) du portefeuille d'investissement de l'institut d'émission. Par définition, la position de change concerne les avoirs en devises placés auprès des contreparties, mais aussi en comptes espèces et titres auprès des correspondants, ainsi que la valorisation du stock d'or. Concernant le stock d'or, justement, les cabinets Mazars et KPMG indiquent qu'il est...
(Gabon Eco 01/04/15)
Le budget de la ville de Libreville vient d’être arrêté par les autorités de cette municipalité à 27 milliards de francs. Il est en hausse de 7 milliards de francs CFA par rapport à l’exercice 2014. En fin de semaine dernière, les autorités de la municipalité de Libreville ont dévoilé leur budget pour l’exercice 2015 qui a été évalué à 27 milliards de francs CFA. Une assiette en hausse de 7 milliards de francs lorsqu’on fait la comparaison avec celui de l’exercice 2014 (20 milliards de francs CFA). Un surplus dû aux efforts de la mairie de Libreville à asseoir une gestion rigoureuse et porteuse qui a entraîné l’amélioration de ses performances notamment, celles liées aux recouvrements des recettes propres...
(Gabon Review 01/04/15)
Près de sept ans après son lancement, le Projet de développement agricole et rural (PDAR) était au centre d’un atelier, le 31 mars à Libreville. Il en ressort que les cultures de tubercules de manioc, de bananes, d’arachides et de patates douces ont rapporté à la province septentrionale près de 538 millions de francs en 2014, contre 96,7 millions en 2010. L’atelier de restitution des activités du Projet de développement agricole et rural (PDAR) s’est tenu le dernier 31 mars à Libreville. Un événement qui intervient près de sept ans après la signature, en octobre 2008, par le Gabon et le Fonds international de développement agricole (Fida), de la convention relative à ce projet dont l’objectif est d’améliorer les conditions...
(Agence Gabonaise de Presse 01/04/15)
Le projet de développement agricole et rural (PDAR) a eu un impact positif dans l’activité agricole dans la province du Woleu-Ntem (Nord), se traduisant notamment par une augmentation de la production, selon les résultats d’une enquête publiés mardi à Libreville, au cours d’un atelier de restitution. Au regard des résultats de l’enquête réalisée au lendemain de la mise en œuvre du projet de développement agricole et rural (PDAR), 17 villages sur 30 ont pu bénéficier de l’appui technique et financier de ce programme. Treize de ces villages ont eu un bénéfice direct, et quatre autres de façon indirecte. L’impact de ce projet s’est précisément traduit par une augmentation du nombre de plantations, qui sont passées de 2802 en 2010 à...
(BFM TV 01/04/15)
Total Gabon (Paris:EC): Date Nombre total d’actions composant le capital Nombre total de droits de vote en assemblée générale 28 février 2015 4 500 000 8 250 853 Le nombre total des droits de vote attachés à ces 4 500 000 actions s’élève à 8 250 853 droits de vote, s’il est tenu compte (sur la base des informations dont dispose Total Gabon) de 3 750 853 actions nominatives inscrites au nom d’un même actionnaire depuis deux ans ou plus, auxquelles est attribué, en vertu de l’article 32 des statuts de Total Gabon, un droit de vote double. Société anonyme de droit gabonais avec Conseil d’administration au capital de 76 500 000 dollars US Siège social : Boulevard Hourcq -...
(Xinhua 01/04/15)
Le Gabon a lancé mardi la première phase d’une série d’émissions des obligations du Trésor pour lever 30 milliards de FCFA sur le marché de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) durant l’année 2015. L’argent collecté servira à construire des routes et une usine de traitement d’eau pour renforcer la capacité de production d’eau dans la capitale gabonaise, qui connaît des pénuries chroniques dans certains quartiers, selon un communiqué du ministère du Budget. La première phase des émissions s’achève le 7 avril prochain. Trois à quatre autres phases se succéderont jusqu’en décembre 2015, selon le communiqué signé du ministre du Budget, Christian Magnagna. Six banques camerounaises sont mobilisées pour recevoir les souscripteurs contre trois au Gabon, deux...
(Le Monde 31/03/15)
Locations de jet Gulfstream ou Falcon, privatisation d’Airbus A 319 ou de Boeing 757, réservation de tickets commerciaux sur les grandes lignes... La société suisse Travcon AG, dans le canton de Saint-Gall, dispose de la panoplie complète de l’avionneur d’affaires. Travcon pensait avoir tiré le gros lot en ayant pour cliente, entre 2008 et 2010, l’une des familles les plus dépensières d’Afrique : les Bongo. Mais elle a découvert à ses dépens, comme d’autres sociétés d’ailleurs, que ces grands dépensiers peuvent aussi être de très mauvais payeurs. Des voyages personnels facturés à la présidence Selon des documents consultés par Le Monde Afrique, 86 millions de dollars ont été facturés par la société suisse à la famille Bongo, qui préside au...
(Gabon Actu 31/03/15)
Le Gabon empruntera quelques 30 milliards de FCFA en 2015 sur le marché de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) pour construire des routes et surtout une usine d’eau à Ntoum. La première phase de cet emprunt par émission des titres du Trésor a été lancée ce mardi par le ministère du Budget, selon un communiqué officiel. Les souscripteurs sont des institutionnels, des entreprises privées et même des particuliers établis dans les six pays membres de la CEMAC (le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad). Le communiqué ne précise pas le taux d’intérêt ni la durée du remboursement. Trois à quatre autres phases se succéderont jusqu’en décembre 2015, selon le...
(Agence Ecofin 31/03/15)
Le 26 mars 2015, l'Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences (ANINF), a inauguré le Centre d’information de l’administration gabonaise (CIAG). L’équipement a été conçu pour améliorer le rendu du service public par les différentes administrations gouvernementales. Il cadre avec le pilier 3: Gabon des Services, destiné à l'information et la numérisation des services et procédures administratives du Plan Stratégique Gabon Émergent (PSGE). Le CIAG devra susciter l’apparition de nouveaux services, renforcer la rapidité de traitement des dossiers et améliorer la collaboration entre administrations. En gros, améliorer le service public. Il devrait également à long terme réduire les déplacements des usagers qui souhaitent obtenir des informations auprès des administrations. Ouvert 5 jours sur 7, du lundi au vendredi, de...
(Gabon Review 31/03/15)
Les autorités gabonaises s’extasient devant l’identifiant unique et le porte-à-porte instaurés par le «pays des mille collines». L’admiration des autorités gabonaises pour le Rwanda n’est plus à démontrer. Le processus de développement spectaculaire amorcé, vingt ans après le génocide de 1994, présente le «pays des mille collines» comme le nouveau miracle africain. Le petit pays d’Afrique de l’Est séduit et inspire les autorités gabonaises. Après le secteur agricole rwandais, par sa capacité à contribuer pour 46% au PIB, fournir 87% des emplois tout en représentant 80% des exportations, c’est maintenant le système fiscal de ce pays qui suscite l’admiration des fiscalistes et entrepreneurs nationaux. Réunis lors des premières assises nationales de la fiscalité, les participants ont invité les autorités à...
(RFI 31/03/15)
Au Gabon, comment limiter l'importation massive des produits alimentaires ? Les autorités se penchent sérieusement sur la question. Avec le pétrole qui rapporte moins de devises aujourd’hui et la perspective de l'épuisement des réserves, le gouvernement a décidé de relancer son agriculture. Un vaste programme agricole dénommé Graine sera déployé dans tout le pays. Le projet a été lancé récemment par le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, à Makokou, dans le nord-est du pays.
(Gabon Review 31/03/15)
Un décret présidentiel vient de concéder à la société basée en Australie trois nouvelles licences d’exploration de minerais. Ces acquisitions portent à 6 000 km2 la couverture de l’entreprise. Trois nouvelles licences de prospection d’un certain nombre de produits, notamment le fer, l’or, le niobium et l’étain, dans les régions de Tchibanga, Waka et Makokou viennent d’être délivrées. «Nous sommes ravis d’avoir obtenu ces licences dans la République du Gabon, par décret présidentiel. Cela démontre la relation forte que Waratah a avec le gouvernement», a déclaré Ben Kirkpatrick, président exécutif de Waratah Resources Ltd, relayé par Proactiveinvestors, le 30 mars 2015. De 1606 km2, la licence Tchibanga est située dans le sud du pays à environ 50 kilomètres de l’infrastructure...
(Gabon Actu 30/03/15)
Les participants aux Assises nationales de la fiscalité organisées à Libreville du 26 au 27, ont recommandé de baisser le taux de l’impôt sur les sociétés à 25% au lieu de 30% actuellement afin d’attirer les investisseurs. Les participants préconisent aussi « la mise en place d’un régime fiscal spécifique pour les jeunes entrepreneurs qui ont opté pour le système d’incubateur ». Ils ont de même suggéré « la réaffirmation de la neutralité de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée, ndlr) et la rationalisation des exonérations fiscales ». Les assises nationales de la fiscalité ont enfin proposé d’améliorer le système de gestion de l’impôt par l’administration fiscale, en s’inspirant de l’expérience rwandaise. Des experts de ce pays ont fait...
(Gabon Review 30/03/15)
La rencontre visant à réfléchir à la reconfiguration du régime des impôts a pris fin le 27 mars dernier, avec une série de prescriptions devant favoriser l’accroissement des recettes, la compétitivité des entreprises et le civisme fiscal. Le ministre du Budget et des Comptes publics a clôturé les premières rencontres sur la fiscalité. Au sein des différents ateliers mis sur pied pour la circonstance, plusieurs recommandations, devant permettre de doter le pays d’un cadre fiscal moderne et attractif, ont été édictées. «Vos recommandations vont être traduites dans un plan d’action permettant de distinguer les actions à court, moyen et long termes. Ce plan d’action sera soumis par le ministère de l’Economie dans les plus brefs délais au gouvernement», a assuré...
(Gabon Eco 30/03/15)
Bien plus qu’un simple moteur d’incitation à l’implantation et au développement des entreprises, la fiscalité est au service du développement global des économies à travers la planète. Au Gabon, grâce aux réformes induites par les Assises Nationales de la Fiscalité sur le système fiscal national, les autorités misent sur ce thème pour insuffler des changements et financer le développement de l’économie locale frappée par la conjoncture pétrolière. Durant des années, comme l’a mentionné le ministre de l’Economie Régis Immongault à l’ouverture des travaux de ces assises, la fiscalité gabonaise a été l’objet d’un grand « désordre » dont les conséquences ont été préjudiciables au financement du développement du pays. La pression fiscale était élevée et il était nécessaire à ce...
(Gabon Review 30/03/15)
Plus d’un mois après la grève des agents de Gabon Telecom fédérés au sein du Syndicat national des télécommunications (Synatel), ceux-ci n’entendent nullement lâcher prise quant à leurs revendications. Déclenchée depuis plus d’un mois, la grève menée à Gabon Telecom par le Syndicat national des télécommunications (Synatel) semble encore loin d’une issue favorable. Dans une lettre adressée aux médias, le 29 mars 2015, le syndicat affirme que la direction générale de l’entreprise se refuse à prendre en compte les revendications contenues dans le cahier des charges déposé le 17 février dernier. À savoir, le paiement d’une prime relative à la mutualisation, l’harmonisation de la grille salariale et la cession de 5% du capital de l’Entreprise au personnel. Pour le secrétaire...
(Agence Ecofin 30/03/15)
(Agence Ecofin) - La zone CMAC (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale) devrait réaliser une croissance économique de 4,2% en 2015 contre 4,4% en 2014, a annoncé la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) au terme de la réunion de son comité de politique monétaire tenue la semaine passée. L’inflation devrait atteindre 2,8% alors que le déficit budgétaire s’établirait à -6,3% du PIB, a-t-on ajouté de même source. Le déficit du compte extérieur courant devrait plonger à -20% du PIB, contre -9,5% en 2014 et -6,8% en 2013. Selon Lucas Abaga Nchama, le gouverneur de la banque commune au Cameroun, au Congo, à la Guinée Equatoriale, à la République Centrafricaine, au Gabon et au Tchad, la région fera face...
(Nouvelles du Gabon 28/03/15)
La rencontre de Libreville, poursuit plusieurs objectifs dont celui de la modernisation du cadre fiscale dans notre pays, afin de lutter contre la fraude fiscale. Afin de donner un cachet spécial à cette réunion, Ali Bongo Ondimba à présider la cérémonie d’ouverture en présence, du premier ministre et de plusieurs membres de son gouvernement, dans son allocution de circonstance, le Chef de l’Etat, à exhorter les participants à « promouvoir le civisme fiscal pour mieux lutter contre la fraude, l’optimisation, l’évasion fiscal et assurer une meilleure solidarité nationale face à l’impôt ». Malgré les efforts consentie par les autorités, « force est de constater que notre système fiscale ne semble pas répondre à tous les défis actuelles », c’est pour...
(Gabon Review 28/03/15)
Le mécanisme de collecte des impôts et taxes est malade. Il présente des lacunes que le ministre de l’Economie s’est fait fort d’identifier. Ce n’est plus un simple constat des opérateurs économiques et de certains usagers. Le ministre de l’Economie, vient de l’admettre. Dans un diagnostic sans complaisance, Régis Immongault a relevé les sept plaies du régime fiscal national. «Selon de nombreuses analyses, le dispositif fiscal actuel est jugé complexe et présente des pratiques peu orthodoxes. Oui, il faut malheureusement le dire, le comportement des agents de l’Etat n’est pas toujours exemplaire dans la réalisation de leur mission. Pis, cette situation ne concerne pas seulement les agents de l’Etat, certains opérateurs économiques développent aussi des pratiques peu recommandables», a-t-il lâché...
(Le Monde 27/03/15)
Certains Gabonais familiers de la France le surnomment ironiquement « la dune du Pilat ». Impossible, en effet, de ne pas voir ces tonnes de sable entassées en bordure de la corniche de Libreville et dépassant largement une barrière de tôles. Pour le moment, c’est la seule concrétisation du – mal nommé – « Champ triomphal ». Ce projet pharaonique, lancé fin 2013, est devenu un chantier fantôme, comme tant d’autres dans le pays. Il est l’un des symboles du ralentissement de l’économie locale, engagé bien avant la chute des cours du pétrole, la principale ressource du Gabon, quatrième producteur d’or noir en Afrique subsaharienne. Sur un panneau géant planté en bordure du chantier, un photomontage représente le Champ triomphal...

Pages

(Jeune Afrique 17/03/14)
Aujourd'hui s'ouvre 2e édition du Africa CEO Forum, organisé par le Groupe Jeune Afrique et la Banque africaine de développement. Cet événement rassemble cette année 600 chefs d'entreprises et décideurs venus échanger sur la thématique de la compétitivité en Afrique. Coupures d'électricité, coût exorbitant des transports, faible intégration régionale... Autant de freins que le continent doit desserrer pour parvenir à une croissance durable. "Compétitif, adjectif : se dit d'un territoire susceptible, grâce à ses qualités, à ses caractéristiques, de supporter la concurrence...
(Jeune Afrique 14/03/14)
La Banque africaine de développement annonce que le Fonds africain des énergies renouvelables a levé 100 millions de dollars pour l'année 2013. Le Fonds africain des énergies renouvelables (AREF) a levé 100 millions de dollars en 2013. Fruit d’un partenariat entre la Société africaine des biocarburants et des énergies renouvelables (Saber) et la Banque africaine de développement (BAD), ce fonds est géré par Berkeley Energy, une société spécialisée dans le soutien aux projets d'énergie durable dans les pays émergents. Projets "verts" Installé à Nairobi, AREF prévoit de prendre des participations majoritaires dans 12 projets "verts", privilégiant, selon le communiqué publié par la BAD, "les programmes énergétiques indépendants des petites et moyennes entreprises produisant entre 5 et 50 mégawatts et utilisant...
(France TV Info 13/03/14)
A 45 ans, le Français Rémy Caussé est venu au Gabon pour se faire initier à un rite ancestral en l'Afrique centrale, le Bwiti, pour "y voir plus clair" dans sa vie. Et comme de nombreux occidentaux avant lui, c'est chez "Tatayo", un maître initiateur d'un genre un peu particulier et sujet à controverses, que s'est rendu ce directeur d'une troupe de théâtre de rue, venu de Bordeaux (sud-ouest de la France). "Tatayo" de son nom d'initié, est un personnage incontournable de Libreville. Franco-Gabonais d'origine gasconne, il est arrivé à Libreville il y a plus de 40 ans, avant d'entrer dans le bwiti et devenir à son tour "Nganga" -maître initiateur- en 2005. Chez lui, dans une concession en bord...
(Jeune Afrique 13/03/14)
La présence chinoise en Afrique explose, ce n'est un secret pour personne. Dans un récent rapport sur la diaspora chinoise, le Conseil au commerce extérieur de la France détaille notamment leur présence sur le continent. Investissements, taille des diasporas, tout est là. L'organisation des Conseillers au commerce extérieur de la France (CCEF) vient de publier un rapport sur la présence et l'influence chinoise hors du territoire de la grande Chine (qui inclut Hong Kong et Macao). "L'idée de lancer une vaste étude sur la Chine est venue au cours d'une réunion des CCEF organisée à Alger, explique Christian Granier, rédacteur de l'étude intitulée "La Chine hors les murs", publiée fin février. Les conseillers d'Algérie faisaient état d'une concurrence intense, d'une...
(RFI 12/03/14)
Au Gabon, ça chauffe au campus de l’université Omar Bongo à Libreville. Les étudiants sont montés au créneau pour réclamer le paiement de leurs bourses qu’ils n’ont pas perçues depuis la rentrée. Ils sont donc descendus dans la rue lundi et mardi.
(RFI 12/03/14)
Une équipe de recherche franco-ivoirienne vient de publier une série de cartes de la pollution atmosphérique en Afrique, pays par pays, et dresse d’inquiétantes projections d’accroissement de cette pollution pour 2030. En cause : des mesures insuffisantes et une sous-estimation de l’ampleur du problème. La pollution atmosphérique est aussi présente en Afrique qu’ailleurs dans le monde. Les inventaires d’émissions des polluants dans l’air ont, jusqu’à présent, été très précis en ce qui concerne l’Europe, l’Asie ou l’Amérique du Nord. Mais c’était loin d’être le cas pour l’Afrique...
(Jeune Afrique 10/03/14)
Le Gabon et le Maroc ont conclu deux accords de partenariat pour la production d’engrais phosphatés. Ce projet prévoit la construction de deux complexes industriels dans les deux pays pour un investissement de l'ordre de 2,3 milliards de dollars. Le Maroc et le Gabon ont conclu un partenariat industriel visant à intégrer les ressources naturelles du Maroc (phosphate) et celles du Gabon (gaz), pour la production d’engrais phosphatés. L'accord signé durant la visite de trois jours qu'a effectuée le roi Mohammed VI au Gabon, du 6 au 8 mars, prévoit la construction de deux complexes industriels dans les deux pays. Transformation Le Gabon verra ainsi la construction d'une unité de production d'ammoniac à partir de gaz naturel ainsi que d'une...
(RFI 10/03/14)
Au Gabon, les douaniers sont en grève depuis le 18 février 2014. Ils réclament un statut particulier et le rétablissement de leurs primes suspendues récemment. Depuis une semaine, ils paralysent sérieusement l'activité dans les ports et aéroports. Richard a une petite table sur un trottoir au marché Mont Mbouet, le plus grand marché de Libreville. Sa table où il vend habituellement un peu de tout n’est plus bien achalandée. En cause, la grève des douaniers : « Il y a des bateaux au port qui n’arrivent pas à décharger à cause de la grève de la douane. Les produits deviennent un peu plus rares sur le marché ». Plus loin Martin, un vendeur de fruits importés. Son petit commerce est...
(Jeune Afrique 08/03/14)
Standard & Poor's maintient à BB-/B les notations attribuées au Gabon, respectivement sur le court et le long terme, avec des perspectives stables. Dans sa note d'analyse, l'agence de notation établit néanmoins un bilan mitigé de l'économie gabonaise. Dans un communiqué publié le vendredi 7 mars, Standard & Poor's (S&P) a annoncé le maintien de la note du Gabon à BB-/B pour ses émissions de long terme et de court terme en monnaie locale et en devises étrangères, avec des perspectives stables. Standard & Poor's relève plusieurs facteurs positifs expliquant que la note attribuée au Gabon soit meilleure que celles reçues par d'autres pays de la région (tels que le Cameroun et la RD Congo) : "le maintien d'une croissance...
(Atlas Info.fr 07/03/14)
Le Maroc et le Gabon ont conclu jeudi, à l'occasion de la visite du roi Mohammed VI à Libreville, un accord prévoyant un investissement de 2,3 milliards de dollars pour la construction d'usines d'engrais dans les deux pays. Le roi Mohammed VI, qui effectue depuis le 18 février une tournée en Afrique subsaharienne l'ayant déjà conduit au Mali, en Côte d'Ivoire et en Guinée, est arrivé mercredi soir au Gabon, l'un des partenaires stratégiques du royaume, pour une visite de "fraternité et de travail" de trois jours. Le souverain, accompagné d'une importante délégation de ministres et d'hommes d'affaires marocains, s'est entretenu en tête-à-tête avec le président gabonais Ali Bongo Ondimba. Un accord portant sur la production d'engrais agricoles, dont l'investissement...
(France 24 07/03/14)
Le roi du Maroc est arrivé mercredi soir au Gabon, ultime étape d’une tournée de près d'un mois en Afrique subsaharienne durant laquelle il a joué les VRP de luxe. Tout en essayant d'assoir sa popularité auprès des Subsahariens. Des drapeaux marocains, des portraits géants du roi Mohammed VI, une foule enthousiaste… À chaque étape de sa tournée en Afrique subsaharienne entamée à la mi-février, les mêmes scènes se sont répétées. Comme au Mali, en Côte d’Ivoire et, deux jours plus tôt, en Guinée, c’est sous les vivats de la population que le souverain marocain a été accueilli, mercredi 5 mars, à Libreville, au Gabon. Une ferveur qui témoigne de l’influence croissante du royaume chérifien dans la région. Lors de...
(Jeune Afrique 07/03/14)
100 millions de dollars. C'est la somme que comptent débloquer en faveur de la Centrafrique les pays de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac). Les pays de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac) vont prochainement débloquer 100 millions de dollars en faveur de la Centrafrique. Une moitié de cette aide ira directement à l'État, l'autre au commandement de la Misca (la force africaine). Dans l'avion qui le menait d'Abuja à Bangui, le 28 février, le président François Hollande, qui a abordé la question avec Ali Bongo Ondimba (Gabon) et Idriss Déby Itno (Tchad) en marge des cérémonies commémoratives du centième anniversaire de l'unification du Nigeria, a dit espérer que cette aide se concrétisera "dans...
(RFI 06/03/14)
Après le Mali, la Côte d’Ivoire et la Guinée, le roi du Maroc se rend au Gabon, dernière destination de son périple africain. Comme lors de chaque étape de son voyage, le Maroc et le Gabon comptent signer dès ce jeudi plusieurs accords pour renforcer une coopération économique déjà très ancienne. Très jeune, Mohamed VI était déjà un habitué du palais du bord de mer à Libreville. Son père Hassan II entretenait des relations privilégiées avec Omar Bongo Ondimba, père d’Ali Bongo. Grâce à cette coopération, le Maroc a toujours été la deuxième destination des étudiants gabonais, après la France. Des gardes corps marocains veillaient même sur Omar Bongo. La mosquée Hassan II de Libreville est un don du Maroc...
(Le Parisien 06/03/14)
Le service culturel municipal et le service jeunesse de Gentilly s’associent pour vous donner un rendez-vous musical exceptionnel. GAEL FAYE Auteur-compositeur-interprète, Gaël Faye est né en 1982 au Burundi d’une mère rwandaise et d’un père français. À treize ans, il quitte malgré lui son pays natal en proie à la guerre pour rejoindre la France. Dès lors, il n’a de cesse d’exorciser par les mots tous les sentiments d’une vie déracinée. Son univers teinté d’influences plurielles (rap, soul, jazz) forgent son style. Il écume plus d’une centaine de Scènes Nationales et touche un public grandissant en faisant les 1ères parties d’Oxmo Puccino, Ben l’Oncle Soul, Hocus Pocus, etc. Sur scène Gaël FAYE revient sur son parcours de vie, et raconte...
(Le Monde 01/03/14)
Depuis 2011, l’armée française s’est engagée en Libye et en Côte d’Ivoire, puis au Mali et, en décembre 2013, en République centrafricaine. Le Monde a demandé son analyse des récentes interventions françaises sur le continent à l’historien sénégalais Ibrahima Thioub, spécialiste des systèmes de domination en Afrique, professeur d’histoire à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, au Sénégal, et chercheur associé à l’Institut d’études avancées de Nantes. La France est engagée en Centrafrique. Il y a un an, elle intervenait au Mali, une autre de ses ex-colonies. Ces interventions relèvent-elles d’un néocolonialisme ?
(Jeune Afrique 01/03/14)
Jeune Afrique vous propose de découvrir les salaires officiels et les différents avantages octroyés aux chefs d'État et de gouvernement africains. Qui est le mieux payé ? Le plus avantagé ? Le mieux loti ? Réponses avec notre carte interactive. S'attaquer aux salaires et avantages officiels octroyés aux chefs d'État et de gouvernement africains n'est pas chose aisée. La tâche s'avère même particulièrement délicate dans certains pays. Parmi les plus opaques, sur lesquels nous n'avons réussi à glaner aucune information : le Soudan, la Gambie, l'Érythrée, par exemple. Certains pays de la bande sahélienne (Mauritanie, Niger, Tchad…) s'illustrent également par leur opacité. La palme de la transparence revient en revanche aux États d'Afrique de l'Est, centrale et australe, et tout...
(Jeune Afrique 28/02/14)
Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, ne succédera pas à Abdou Diouf au secrétariat général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Bertrand Delanoë, qui ne sollicitera pas lors des prochaines élections municipales (23-30 mars) le renouvellement de son mandat de maire de Paris, a également décliné la proposition qui lui a été faite de briguer la succession d'Abdou Diouf au secrétariat général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les partisans de sa candidature, qui mettent en avant son expérience à la tête de l'Association internationale des maires francophones (AIMF), ne désespèrent pas de le convaincre de reconsidérer sa position. Ce serait selon eux le plus sûr moyen d'échapper à l'impasse qui se profile quant au choix du successeur...
(Le Figaro 27/02/14)
Pour Dorothée Delaunay, d'Amnesty International France, la législation sur le continent élargit de plus en plus le champ des infractions liées à l'homosexualité. Après la promulgation la veille d'une loi durcissant la répression de l'homosexualité dans le pays, un journal ougandais a publié mardi une liste de 200 personnes qu'il dit être homosexuelles. Une chasse aux sorcières qui atterre les défenseurs des droits LGBT, mais qui n'est pas une exception. Le mois dernier déjà, le Nigeria avait promulgué une loi prévoyant 10 ans d'emprisonnement contre les personnes de même sexe affichant publiquement leur relation. Selon un rapport d'Amnesty International publié en juin 2013, l'homosexualité reste passible des tribunaux dans près de trois quarts des 54 pays africains. Une criminalisation qui...
(Autre média 25/02/14)
Médiamétrie et la société Omedia-Gabon lancent la mesure de l’audience de la Télévision et de la Radio au Gabon pour une durée de 3 ans. La proposition conjointe des deux instituts a été retenue à l’issue d’un appel d’offres du Ministère gabonais de l’Economie Numérique, de la Communication et de la Poste. La mesure d’audience est réalisée sur les 4 agglomérations gabonaises : Libreville, Franceville, Port-Gentil et Oyem, qui représentent plus des trois quart de la population gabonaise. La première année, les enquêtes seront réalisées en face à face en deux vagues de 1 500 interviews chacune. Les deuxième et troisième années, Médiamétrie et Omedia-Gabon produiront 4 vagues par an de 1 500 interviews par téléphone chacune. L’étude d’audience va...
(Jeune Afrique 25/02/14)
Retour aux sources pour le chanteur de Rn'B Akon : l’Américano-Sénégalais vient d’écumer son continent d’origine pour une tournée des palais présidentiels. Objectif ? Apporter ses lumières sur le programme "Akon lighting Africa". C’est que, sur le continent, l’accès à l'énergie est un sujet… électrique. La plupart des musiciens alternent tournées acoustiques et électriques. La dernière virée d’Akon est clairement de la seconde catégorie, bien qu’il ne s’agisse pas d’un tour de chant. Dans neuf pays africains, Alioune Badara Thiam – le nom de baptême du chanteur – a présenté un ambitieux projet d’électrification en milieu rural. C’est que l’accès à l’énergie électrique fait grincer des dents sur un continent pourtant écrasé par un soleil dont on dit qu’il sera...

Pages