Jeudi 18 Janvier 2018

Gabon

(Jeune Afrique 19/01/16)
Sur le plateau télé de l'émission « On n’est pas couché », le Premier ministre français Manuel Valls a affirmé samedi dernier que Ali Bongo Ondimba n’avait pas été élu « comme on l’entend ». Matignon a tout de suite tenté de circonscrire le début d'incident diplomatique entre Paris et Libreville, non sans succès. De fait, les propos de Manuel Valls ont immédiatement provoqué des remous diplomatiques. Preuve en est, Libreville a rappelé pour consultation son ambassadeur en France, Germain Ngoyo Moussavou, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet-Boubeya. Une clarification de Matignon attendue pour « calmer le jeu » Ce dernier, invité dimanche soir sur le plateau de Gabon Télévision, a également demandé des « éclaircissements » à...
(Infos Gabon 19/01/16)
L’ancien ministre d’Etat en charge de l’habitat, Jacques Adiahénot « Adia », est sorti, le 15 janvier 2016, du silence qu’il observe depuis la désignation de l’ancien président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Jean Ping, comme candidat du Front Uni des partis de l’opposition pour l’alternance (FOPA), à la future élection présidentielle 2016. Le choix de Jean Ping comme candidat du FOPA à l’élection présidentielle 2016, continue d’être vivement critiqué et dénoncé par une frange de leaders de l’opposition. En effet, après le président en exercice du Front, Pr Pierre André Kombila, qui annulait déjà le chronogramme arrêté par le secrétariat exécutif, qu’il y a d’autres leaders du front en l’occurrence, Zacharie Myboto (ZAC power), Casimir Oye Mba...
(Gabon Review 19/01/16)
Le ministre de la Communication a annoncé, le 18 janvier courant, l’organisation, du 8 au 20 février prochain, d’une Quinzaine du film amateur (Quifilma). A l’occasion d’une rencontre tenue le 18 janvier courant au siège de l’Institut gabonais de l’image et du son (Igis) avec les cinéastes, producteurs et tous les praticiens des métiers de la cinématographie, le ministre de la Communication a annoncé l’organisation prochaine de la Quinzaine du film amateur (Quifilma). Bien qu’il existe déjà d’autres espaces d’expression à l’instar des Escales documentaires de Libreville, du Festival du film environnemental de Masuku, la demande demeure forte. «Le public gabonais est demandeur et veut se reconnaître dans nos productions», a déclaré Alain-Claude Bilie-By-Nzé accompagné pour la circonstance du directeur...
(Financial Afrik 19/01/16)
Le lancement officiel de la carte bancaire commune aura lieu le 29 janvier 2016 à Yaoundé au Cameroun, a révélé le Camerounais Valentin Mbozo’o, DG du Gimac (groupe interbancaire et monétaire de l’Afrique centrale), dans un entretien accordé au Quotidien de l’Economie. Cette carte permettra aux six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), de faire des opérations de retrait d’argent et des paiements sur les terminaux électroniques dans les six pays de la CEMAC. C’«est une réalité depuis le premier trimestre 2015 et deux cent cinquante mille (250 000) cartes ont été commandées à fin décembre 2015 par les banques déjà certifiées», a déclaré le DG de la GIMAC. A en croire M. Mbozo’o,...
(Infos Gabon 19/01/16)
Conformément au contrat social passé entre Olam Rubber Gabon et les villages impactés par le projet d’extension des champs d’hévéaculture, de nombreuses infrastructures à caractère social ont été réalisées depuis 2012, à la grande satisfaction des populations autochtones, ont constaté les journalistes invités dans le cadre d’un voyage de presse débuté le 11 janvier 2016 pour visiter les différents sites d’Olam au Gabon. Les vingt quatre (24) villages du département du Ntem (Bitam) retenus dans le cadre de la construction d’infrastructures sociales de base et la gestion de l’impact environnemental par la société Olam Rubber, engagée dans l’exploitation agro-industrielle tant à Oyem, Bitam, Mitzic que Minvoul, connaissent un essor économique exceptionnel. A ce jour, plus de 628 lampadaires à énergie...
(Dakaractu 19/01/16)
Dans un entretien avec un journal gabonais, l'homme d'affaires Seydou Kane est revenu sur l'histoire de ses trois passeports diplomatiques gabonais, malien et sénégalais. Pour expliquer cela, Seydou Kane dira : " Je voudrais d’abord lever l’équivoque sur mon passeport gabonais, pour dire que je suis devenu gabonais à ma demande, parce que j’aime profondément ce pays et je ne vis donc pas ma citoyenneté gabonaise à moitié ni par opportunisme. Je connais beaucoup de personnes qui font des affaires dans des pays sans y résider, moi, ça fait plus de trente ans que je vis dans ce pays, en dehors des voyages d’affaires, je demeure au Gabon en permanence et c’est justement parce que j’ai une fréquence de déplacements...
(Infos Gabon 19/01/16)
Le coureur italien Andrea Palini de l’équipe des Emirats Arabes Unis de Skydive Dubaï a remporté ce lundi 18 janvier 2016, à Lambaréné, la première étape de la 11ème édition, de la course cycliste internationale, la Tropicale Amissa Bongo, en 3 heures 28 minutes 18 secondes, après 146 km de course depuis Kango. L’Italien Andrea Palini a devancé au sprint, le Biélorusse Yauheni Hutarovich de l’équipe française Fortuneo Vital Concept de 6 secondes et de 10 secondes, le Français Adrien Petit de Direct Energie (ex Europcar). La lutte a été âpre et intense entre les trois sprinteurs déchaînés, tous déjà vainqueur d’étape, au sprint, de la Tropicale Amissa Bongo. Mais c’est le plus rapide et le plus puissant qui a...
(Gabon Review 19/01/16)
L’Italien Andrea Palini a remporté la première étape de la Tropicale Amissa Bongo 2016, courue entre Kango et Lambaréné, le 18 janvier dernier. Comme en 2015, l’Italien Andrea Palini a remporté l’étape de Lambaréné. Cette année, cette arrivée ouvrait la 11e édition de la Tropicale Amissa Bongo depuis le départ de Kango mais ça n’a pas empêché l’Italien de l’équipe des Emirats Skydive Dubai de prendre les devants en gagnant un beau succès face à trois anciens vainqueurs d’une étape comme lui de la Tropicale, Yauheni Hutarovich (2e), Adrien Petit (2e) et Yohann Gène (4e). L’Italien a su profiter du travail de son équipe Skydive Dubai dans la dernière partie de l’étape pour revenir sur les différentes échappées où les...
(AFP 18/01/16)
Des déclarations télévisées samedi du Premier ministre français Manuel Valls ayant laissé entendre que le président gabonais Ali Bongo n'avait pas été légitimement élu ont suscité l'ire de Libreville, et l'ambassadeur du Gabon devait être reçu lundi à Matignon, a-t-on appris de source diplomatique. "Pour dissiper tout malentendu, ce matin notre ambassadeur à Libreville a été reçu par la secrétaire générale du ministère gabonais des Affaires étrangères, et l'ambassadeur du Gabon à Paris est reçu aujourd'hui même à Matignon", a indiqué le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal. Le quotidien national gabonais l'Union a pour sa part affirmé que...
(AFP 18/01/16)
Les opérations de révision des listes électorales au Gabon débutent ce lundi en vue des élections présidentielle et législatives prévues au second semestre 2016, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Pacôme Moubelet-Boubeya. "Le département ministériel dont j'ai la charge procède du 18 janvier au 2 mars 2016 à la révision de la liste électorale, aussi bien sur le territoire national qu'à l'étranger", a indiqué le ministre dans une déclaration publiée par le quotidien national l'Union. Le président Ali Bongo Ondimba, élu en 2009 après le décès de son père Omar Bongo Ondimba, doit être candidat à un nouveau septennat. Face à lui, l'opposition, morcelée, tente de s'unifier autour d'une candidature unique mais des divisions se font jour à quelques mois...
(Afrik.com 18/01/16)
Les députés du Parti démocratique gabonais (PDG, parti au pouvoir), regroupés au sein du mouvement Héritage et Modernité, ont dénoncé, samedi, avec la dernière énergie, au cours d’une conférence de presse à la Chambre de commerce de Libreville, la détention arbitraire de leur camarade Serge Maurice Mabiala emprisonné depuis 4 mois pour une présumée affaire de détournement de deniers publics et de faux et usage de faux. A Libreville, Quatre mois après son incarcération, Serge Maurice Mabiala continue d’engranger des soutiens. Après les leaders de la société civile, le collectif des amis et les membres de la famille, le tour est revenu, samedi 16 janvier 2016, aux députés du Parti démocratique gabonais, membres du courant frondeur Héritage et Modernité, de...
(RFI 18/01/16)
Les propos du Premier ministre français, invité de l'émission de télévision « On n'est pas couché » sur France 2 samedi soir suscite la polémique au Gabon. Manuel Valls, interrogé par l'humoriste français, Jérémy Ferrari, qui critique la présence d'Ali Bongo au cortège de chefs d'Etat lors de la marche suite aux attentats de Charlie Hebdo le 11 janvier 2015, avait laissé entendre que le président gabonais n'était pas élu. La réponse du Premier ministre français sur le plateau de l'émission de France 2 est assez courte, mais elle n'est pas passée inaperçue à Libreville où le pouvoir et l'opposition scrutent les réactions de la France sur les affaires intérieures du Gabon. L’humoriste Jérémy Ferrari : « Comment vous expliquez...
(Gabon Actu 18/01/16)
Frédéric Massavala Maboumba, ancien ministre et ancien directeur de cabinet adjoint d’Omar Bongo Ondimba, a annoncé dimanche à Libreville sa démission du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) et annoncé qu’il sera probablement candidat à l’élection présidentielle d’août prochain. « J’ai démissionné du PDG », a déclaré Frédéric Massavala Maboumba devant un public soigneusement invité par lui. « Je n’appellerai jamais à voter ni pour Ali Bongo Ondimba, ni pour son beau frère », a-t-il ajouté. Ali Bongo Ondimba est l’actuel chef de l’Etat gabonais, possible candidat à sa propre succession en août prochain. Son beau frère est Jean Ping, ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) et ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon. Devenu l’opposant le...
(Jeune Afrique 18/01/16)
Samedi, dans une émission de télévision, le Premier ministre français a en effet estimé que le chef de l’État gabonais n’avait pas été élu « comme on l’entend ». Des propos qui secouent d’ores et déjà la classe politique gabonaise. Samedi 16 janvier, Manuel Valls, Premier ministre français, a évoqué, dans l’émission « On n’est pas couché », le président gabonais Ali Bongo Ondimba. Répondant à la question de l’humoriste Jérémy Ferrari au sujet de la marche du 11 janvier 2015 en mémoire des victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo, « Comment vous expliquez qu’Ali Bongo se retrouve en tête d’une marche pour la liberté d’expression ? », Manuel Valls a créé la surprise, en proposant une explication peu diplomatique...
(Gabon Review 18/01/16)
Jugeant «injuste» la détention préventive de l’ancien ministre de la Fonction publique, un groupe de parlementaires du Parti démocratique gabonais (PDG) a demandé l’intervention du président de la République. «Il est excessivement grave de maintenir un citoyen en détention alors que les preuves de sa culpabilité ne sont nullement établies», ont récemment lancé des députés membres du groupe «Héritage et modernité», appelant les pouvoirs publics à s’intéresser de façon impartiale au cas Serge Maurice Mabiala. L’ancien ministre de la Fonction publique est en détention préventive depuis près de quatre mois pour présomption de détournement de deniers publics et de faux en écritures publiques. Sauf que pour les députés, qui n’ont pas cessé d’exprimer de sérieux doutes sur le caractère purement...
(Mediapart 18/01/16)
Le débat orienté sur la déchéance de nationalité des Français bi-nationaux - au-delà des oppositions au projet de révision constitutionnelle - révèle surtout la dérive autoritaire d'un Premier ministre qui, fort de ses certitudes identitaires et réactionnaires, ne tolère plus le moindre débat d'idées sur des thèmes sensibles, ni la moindre contradiction. À la fin de l'émission "On n'est pas couché" sur France 2 l'humoriste Jérémy Ferrari a interpellé le premier ministre français sur la présence à Paris du président du Gabon Ali Bongo lors de la marche du 11 janvier pour la liberté d'expression. «Vous êtes en guerre. Le gouvernement est en guerre, pas nous (...) Moi je ne suis pas en guerre contre les musulmans». «Ce soir, vous...
(Gabon Eco 18/01/16)
195,5 milliards de francs CFA, c’est la somme que le Gabon va emprunter cette année, c’est du moins ce qui ressort du calendrier d’emprunt publié par la Banque des Etats d’Afrique Centrale (BEAC). Au Gabon, les projets de développements ne sont pas nombreux, mais tout de même d’une importance majeure. C’est le cas à titre d’exemple du projet routier d’élargissement de l’axe PK5-PK12, pour ne citer que celui-là. Soulignons que quelques projets sont en phase de réalisation, tandis que d’autres piétinent, faute de financement. Où trouver l’argent ? Un dilemme pour les autorités gabonaises ! Pour résoudre cet écueil, ces dernières comptent recourir aux marchés financiers nationaux et internationaux, à travers des mécanismes d’emprunt. Le calendrier d’emprunt de l’Etat Gabonais...
(Gabon Review 18/01/16)
L’ancien président de la commission de l’Union africaine s’est frayé un chemin par sa prodigalité, son réseau relationnel supposé, une présomption de compétence et surtout, sa pugnacité. Mais, il pourrait très bientôt mesurer les dégâts des conditions de sa désignation comme candidat unique par une partie du Front de l’opposition pour l’alternance. Réussite et déconvenue ont généralement les mêmes ingrédients. Malin comme un singe, Omar Bongo Ondimba sombra progressivement dans la malice. Au fil du temps, le président de la République fit place au président du PDG, le chef de l’Etat abdiqua devant le chef de clan et l’homme d’Etat se mua en homme politique. Tribun hors pairs, homme de réseaux, Paul Mba Abessole se laissa endormir par sa propre...
(BBC 18/01/16)
Le Gabon a rappelé son ambassadeur en France après des propos du Premier ministre Manuel Valls qui remet en cause la victoire d'Aly Bongo en 2009. Lors d'une émission sur la chaine publique française, le premier ministre français Manuel Valls a déclaré que le président Ali Bongo n'avait pas été "élu" en 2009. Le Gabon a aussitôt réagit en rappelant son ambassadeur en France pour consultation. Le ministre gabonais de l'Intérieur, Pacome Moubelet Boubeya s'est dit "grandement surpris et étonné par la nature des propos du premier ministre français".
(Gabon Actu 18/01/16)
La rédaction de Gabonactu.com diffuse l’intégralité du discours du ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya à l’occasion du coup d’envoi des opérations de révision de la liste électorale du 18 janvier au 2 mars 2016. Mesdames et Messieurs, Chers compatriotes, Conformément aux dispositions de l’article 37 de la loi n°7/96 du 12 mars 1996 portant dispositions communes à toutes les élections politiques modifiée, le département ministériel dont j’ai la charge procède du 18 janvier au 2 mars 2016, à la révision de la liste électorale, aussi bien sur le territoire national qu’à l’étranger. En année électorale, comme c’est le cas, il sera procédé à deux révisions de la liste. En effet, comme vous le savez tous, au titre de cette...

Pages

(Gabon Review 26/08/13)
Pour leur marquer leur implication dans l’activité de leur formation politique, l’Union des jeunes du Parti démocratique gabonais (UJPDG) a organisé, du 23 au 25 août 2013 à Koula-Moutou dans l’Ogooué-Lolo, ses premières universités d’été. Un cadre permettant à ces jeunes de réfléchir sur les problématiques de la jeunesse gabonaise, sur la base de thématiques visant à mieux les positionner au centre de l’action de leur parti. Alors que se tient parallèlement, en France, l’université d’été du Parti socialiste (PS) français, le Parti démocratique gabonais (PDG) a organisé, lui aussi, son université d’été. Des assises qui ne sont pas rappeler l’équipée la Rochelle d’août 2012, lorsque de la formation politique du président Bongo s’était invitée à l’université d’été du PS,...
(RFI 24/08/13)
L’opposant Jean Eyéghé Ndong, ancien Premier ministre d'Omar Bongo, relance sa carrière politique. Il a annoncé vendredi 23 août qu’il sera candidat en novembre prochain à la mairie de Libreville et compte sur le soutien des Gabonais de tous bords politiques. Une déclaration surprenante pour celui qui se présentait encore comme un opposant radical au président Ali Bongo Ondimba. « À l’occasion des prochaines élections locales, je serai candidat au poste de maire de Libreville ». Cette petite phrase du dernier Premier ministre de Bongo ne susciterait pas de curiosité si Jean Eyéghé Ndong n’avait pas ajouté ceci : « Ma démarche n’a rien d’un acte de franc- tireur. Mais elle est plutôt le fruit d’une réflexion longuement menée avec...
(Gabon Review 24/08/13)
Le dernier ancien Premier ministre de feu le président Omar Bongo Ondimba, Jean Eyéghé Ndong, qui a pris ses distances dès le décès du chef de l’Etat avec sa formation politique de l’époque, le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), avant d’intégrer l’Union nationale (parti de l’opposition dissout) et de soutenir André Mba Obame lors de la présidentielle de 2009, a annoncé ce vendredi 23 août 2013, à Libreville qu’il briguait la mairie de Libreville, la principale ville du pays. Jean Eyéghé Ndong qui se réclame toujours de l’Union nationale (UN), qu’il dit ne pas toujours comprendre pourquoi elle a été «arbitrairement dissoute par le ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou», a battu le rappel de la presse, le 23 août,...
(Gabon Review 24/08/13)
A l’exemple de Michelle Obama qui s’investi aux Etats-Unis, en faveur de l’introduction de la formation culinaire dans les établissements d’enseignement de son pays, et face à la recrudescence, au Gabon, du taux d’individus atteints de maladies dues à la malnutrition, de nombreux Gabonais en appellent désormais à l’implication de Sylvia Bongo, en sa qualité de Première Dame. La femme de cœur qui, à travers sa fondation œuvre sans relâche pour le bien des Gabonais en difficulté, fait aujourd’hui l’objet d’invite de la part de Bruno Ben Moubamba de l’UPG. Excédé par le nombre de plaintes émis par des Gabonais victimes de maladies occasionnées par la malbouffe, et au regard de l’implication peu probante du ministère de la Santé qui...
(Gabon Libre 23/08/13)
Des étudiants furieux de ne pas bénéficier dune bourse d’études malgré le succès réalisé en 2012 ont barricadé jeudi l’unique entrée de l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) bloquant à l’intérieur le personnel et les usagers durant environ trois bonnes heures, a constaté un reporter de Gabonactu.com. Venus en masse, les étudiants ont rabattu le portail en fer, placé un bac à ordure et quelques planches à l’entrée du bâtiment. Ils ont ensuite monté la garde veillant qu’aucun usage entre ou sorte de l’édifice. Pacifiques, ils ont cependant lancé des quolibets contre le personnel et les usagers. Ces étudiants accusent l’ANBG de les avoir refusé la bourse malgré le succès réalisé l’année dernière. Quelques 500 étudiants seraient concernés par...
(Gabon Review 23/08/13)
Le Gouverneur de la province du Woleu-Ntem, Jean Gustave Meviane m’Obiang, a procédé, le 12 août 2013, à l’inauguration d’un pont de 120m sur la rivière Nyé, œuvre de la multinationale Olam qui investit, dans département du Ntem, sur un projet de 28 000 hectares d’hévéaculture, fortement controversé au moment de son lancement.Voulant marquer son encrage dans le sillon des entreprises citoyennes, Olam Rubber, filiale spécialisée d’Olam Gabon avait annoncé une série d’actions au bénéfice des populations des villages impactés par son projet d’hévéaculture : mise en place et la réhabilitation des infrastructures sociales de base, embauche prioritaire à compétence égale, appui à la mise en place des activités génératrices des revenus des populations locales et réhabilitation des routes. C’est...
(Gabon Eco 23/08/13)
Soucieuse de la bonne organisation du forum national des télécommunications prévu pour les 4, 5 et 6 octobre prochains, l'Agence de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) a rencontré mercredi 21 août à Libreville, les acteurs du secteur des télécommunications afin de préparer au mieux cette rencontre. L'Agence de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) en partenariat avec l'Assemblée des Régulateurs d'Afrique Centrale (ARTAC), dans la perspective de la tenue à Libreville du Forum national des télécommunications, s'est entretenue mercredi 21 août 2013 avec des représentants d’associations de consommateurs, les opérateurs de téléphonie mobile, les fournisseurs de services à valeur ajoutée, les distributeurs officiels de cartes de recharges, les vendeurs de terminaux ainsi que tous les...
(Gabon Review 23/08/13)
Comme pour mettre la pression à ses abonnés qui traînent encore le pas, l’opérateur de téléphonie mobile Airtel Gabon vient d’annoncer la suspension, à compter du 27 août prochain, des numéros de ces clients qui ne seront pas faits identifiés dans ses agences.Dans un communiqué publié ce 22 août, l’opérateur en téléphonie mobile Airtel rappelle que «conformément aux recommandations de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), une campagne d’identification est actuellement menée. Ainsi tous les clients non identifiés à ce jour sont priés de se rendre dans une agence Airtel muni de leur copie de pièce d’identité». Pour rappel, poursuit le texte, les Gabonais devront se munir soit du passeport, du permis de conduire, de la...
(Gabon Eco 23/08/13)
Alors que leurs collègues percevaient en mai dernier, leur Prime d’Incitation à la Fonction Enseignante (PIFE), quelques 800 enseignants auraient été oubliés par leur ministère de tutelle dans l’octroi de cette prime pour le compte de l’année académique 2012-2013. C’est donc pour se rappeler au bon souvenir du ministre de l’Education Nationale, Séraphin Moundounga et réclamer le paiement de leur dû, que les « oubliés de la PIFE » ont décidé d’observer u sit-in devant leur ministère de tutelle. Plusieurs dizaines d’enseignants ont observé, mercredi 21 août, un sit-in devant le ministère de l’Education Nationale. Motif de cette mobilisation : la réclamation du paiement de leur Prime d’Incitation à la Fonction Enseignante (PIFE). En effet, comme chaque année, nombreux sont...
(Gabon Review 23/08/13)
Détenu à la prison centrale de Libreville pour attentat à la pudeur, le franco-gabonais Eric Woronko, Responsable de Gestim, attend depuis trop longtemps d’être jugé : 20 mois. Une durée de la détention préventive que son avocat critique aujourd’hui. Y aurait-il un acharnement de la part de la justice gabonaise ? Une année et huit mois. Telle est la durée de la détention préventive dont continue de faire l’objet le ressortissant franco-gabonais Eric Woronko. Trop long, juge son avocat dont la demande de liberté provisoire, introduite auprès des autorités judiciaires de Libreville, a été jugée irrecevable par la Cour. L’affaire, aussi banale qu’incompréhensible, débute en 2011 alors qu’une femme dénonce le prévenu pour «attentat à la pudeur», un délit mineur...
(Gabon Review 23/08/13)
Alors que la plupart des Gabonais pressentaient un boycott des prochaines élections locales par l’Union des forces pour l’alternance (UFA), cette coalition se réclamant de l’Opposition, déclare aller, sereine, aux urnes, invitant de ce fait leurs militants à faire de même «pour le bien du pays». Pierre Claver Maganga Moussavou, membre de l’UFA, décline ici ses raisons et donne sa vision du monde politique national à l’heure des préparatifs. Gabonreview : Vous serez certainement candidat aux prochaines élections locales, quelles raisons vous poussent à vous présenter ? Maganga Moussavou : Tout d’abord, ce n’est pas Maganga Moussavou. Nous espérons que l’UFA aura des listes communes. Ce qui serait une première au Gabon parce que nous voulons magnifier l’union et l’unité...
(Xinhua 23/08/13)
TOKYO,Le ministère japonais de la Défense songe à envoyer des responsables résidents chargés de recueillir des informations militaires en Afrique, afin de renforcer sa capacité de collecte de renseignements dans ces pays, a rapporté l'agence de presse japonaise Kyodo.Des responsables seront envoyés dans sept pays africains, à savoir l'Algérie, Djibouti, le Maroc, le Nigeria, l'Ethiopie, le Kenya et l'Afrique du Sud, ainsi qu'en Amérique du Sud au Brésil, à partir de l'exercice fiscal 2014 pour obtenir des informations sur le terrorisme et d'autres questions de sécurité, rapporte Kyodo,citant des sources gouvernementales.Le ministère de la Défense inclura les coûts dans son projet de budget pour l'exercice 2014, indique le reportage, ajoutant que le ministère prévoit également d'augmenter sa présence de personnel...
(Le Faso 22/08/13)
C’est connu, la grande majorité des Chefs d’Etats africains a du mal à quitter le pouvoir au terme de leurs mandats légaux. Ce ne sont pourtant pas les initiatives et les mécanismes qui font défaut, dans le sens de les inciter à favoriser l’alternance dans leurs pays respectifs ; rien n’y fait pourtant, les candidats ne se bousculent pas franchement pour passer la main.La culture de l’alternance a encore du mal à passer au sommet des Etats africains. En effet, ils sont toujours aussi nombreux, ces Présidents qui veulent continuer les prolongations, même après les arrêts de jeu. Il est vrai qu‘ils sont le plus souvent aidés voire encouragés dans leur élan par les arbitres (les juges constitutionnels) qui eux...
(Gabon Review 22/08/13)
Le directeur du bureau régional des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Benoit Kalasa, est actuellement au Gabon dans le cadre d’une visite de quatre jours qui a démarré le 20 août. Le séjour du fonctionnaire onusien s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et la Communauté des Etats de l’Afrique centrale(CEEAC).Selon un communiqué du bureau régional des Nations unies, Benoit Kalasa s’entretiendra également avec les autorités gabonaises sur les questions relatives à l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement en rapport avec les OMD 4 et 5 ayant trait respectivement à la réduction de la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle...
(Gabon Eco 22/08/13)
Absents de la commission de supervision de l'opération d'enrôlement lancée le mardi 30 juillet dernier, des représentants des partis politiques de la majorité et de l'opposition ont officiellement intégré le Comité de pilotage du processus, le 20 août au cours d'une réunion dirigée par le ministre de l'Intérieur et encadrée par la présence d'un huissier de justice. Guy Nzambi (membre du groupe démocrates unis réunissant le PSG et le Cercle Omega), Mayombo Mendjangoye (UFA), Dr Akure Davain (ACR), Pierre-Marie Moukaga (UFC), Joël Ngouéneny (CPDRO), Mouanga Mbandinga (MESP), Guy Christian Mavioga, Dabadi Mayila (PDG), M.Endamane (RPG), Carlos Okinda (PGCI) et Paul Ngouahinga (Adere), membres des partis d'opposition et de la majorité républicaine ont échangé mardi 20 août avec le Ministre de...
(Gabon Review 22/08/13)
Partis en tournée à travers les plus gros réservoirs électoraux du Gabon, des membres de l’Union des forces de l’alternance (UFA) ont commis un rapport dont l’économie a été livrée, le 21 août 2013, par Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, président en exercice de ce regroupement de partis politiques. Enumérant les incongruités et manquements notés et estimant que «Le règne de l’accaparement par la force, la concussion, la coercition, et la corruption de tous les rouages du pouvoir par un seul parti et ses clans est intolérable et inacceptable», l’UFA pose des conditions, demande des garanties et n’en appelle pas moins les populations à se faire enrôler. L’intégralité de cette communication. «Le mercredi 7aout 2013, tous les leaders de l’UFA ont...
(Gabon Review 22/08/13)
Cinq années ! Tel a duré la longue la traversée du désert de cinq auxiliaires de commandement, dans le département du Cap, durant laquelle ils n’ont pas perçu leur salaire. Regroupés au sein d’un collectif, ils menacent de porter plainte à l’Etat pour espérer entrer en possession de leurs émoluments. C’est à la faveur d’une réunion organisée le 20 août, dans la commune du Cap Estérias, que le collectif des chefs de villages et de regroupements de villages a fait part de ses intentions. «Nous allons porter plainte contre l’Etat pour non-paiement de nos émoluments depuis 5 ans malgré notre assiduité au travail», a déclaré Rufin Monoko, chef de regroupement des villages Malibé et porte-parole du collectif des auxiliaires, relayé...
(Gabon Review 22/08/13)
La classe politique gabonaise, de tous bords, a souhaité l’introduction de la biométrie dans le système électoral dans l’objectif d’obtenir plus de la transparence lors des scrutins. Or depuis le début de l’enrôlement en vue de la constitution du fichier électoral biométrique, certains états-majors de partis s’attèlent à transférer les populations vers des régions où ils tiennent résolument à remporter les élections. Depuis le 30 juillet 2013, les opérations d’enrôlement sur les toutes premières listes électorales biométriques de l’histoire du Gabon battent leur plein sur l’ensemble du territoire national. Pendant ce temps, certains leaders politiques estiment que tout n’a pas été mis en œuvre pour une réelle réussite de cette opération et appellent à sa suspension. D’autres par contre sont...
(Gabon Review 22/08/13)
Les problématiques relatives à la construction et à la consolidation de la paix sont au centre de la 36e réunion des experts du Comité consultatif permanent des Nations-Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) ouverte le 20 août 2013 à Kigali, la capitale du Rwanda. Dans son allocution, l’Ambassadeur Valens Munyabagisha, Secrétaire permanent du ministère de la Sécurité intérieure du Rwanda, a insisté sur la nécessité de mettre en place un espace où «les gens circulent sans la moindre menace, où les groupes armés ont cédé la place aux forces de défense», rapporte le service de l’Information publique de l’Unoca. «Nous sommes conscients que sans la paix et la sécurité […], toute tentative de développement sera vaine»,...
(AFP 22/08/13)
YAOUNDE, 22 août 2013 (AFP) - "Le médicament de la rue tue. La rue tue le médicament", avertit une banderole devant une pharmacie de Yaoundé. Au Cameroun, comme en Côte d'Ivoire, au Kenya, ou encore à Kinshasa, le trafic de faux médicaments est un fléau qui enrichit des contrefacteurs au cynisme sans limite. Faux anti-paludéens, faux antalgiques,... mais aussi fausses perfusions de sérum de réhydratation, faux antibiotiques, ou faux antidiabétiques: aucun domaine du secteur pharmaceutique n'est épargné par les trafiquants, selon des informations recueillies par les bureaux de l'AFP en Afrique. "Là, vous avez le +diclofen fort+ (anti-inflammatoire), c'est le best-seller du marché. Ici, c'est du viagra dont raffolent les Camerounais", vante au marché central de Yaoundé, Blaise Djomo, un...

Pages