Mardi 24 Avril 2018
(Agence Ecofin 26/03/18)
Pour permettre aux investisseurs du secteur des hydrocarbures, notamment ceux de la filière pétrole, d’opérer dans un environnement incitatif et d’avoir un effet multiplicateur sur les investissements directs étrangers dans le pays, le gouvernement gabonais engage dès ce jour, la réforme du code pétrolier. L’atelier de trois jours dénommé «Activité de place sur la refonte du code des hydrocarbures (APRCH)» qu’organise le ministère du Pétrole et des hydrocarbures, a pour objectif de poser les jalons d’un climat des affaires plus attractif dans le secteur, adapté et actualisé au contexte international et de sécuriser les investissements dans le secteur. Les experts des questions pétrolières poseront un diagnostic sans complaisance du cadre juridique actuel dont les dispositions...
(Agence Ecofin 26/03/18)
Depuis la mise sous programme, en juin 2017, de l’Etat gabonais avec le Fonds monétaire international (FMI), Libreville connaît un intense ballet diplomatique des émissaires de Bretton Woods. C’est justement dans ce cadre que le directeur du département Afrique du FMI, Abebe Aemro Sélassié (photo), effectue une visite à Libreville, à partir de ce 26 mars 2018. Car, selon des sources concordantes de la représentation locale de cette institution, au cours de cette visite, Abebe Aemro Sélassié sera reçu en audience,...
(Agence Ecofin 26/03/18)
Début janvier 2018, le poisson congelé s’est fait bien rare sur les étals des marchés camerounais. A l’origine de cette situation, avait-on alors appris dans une correspondance adressée par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, à son homologue des Finances de l’époque, Alamine Ousmane Mey, se trouvaient les difficultés d’approvisionnement du marché local. En effet, révélait le document sus-mentionné, les importateurs camerounais ne pouvaient plus «payer leurs fournisseurs, du fait des retards dans le transfert des fonds et...
(La Tribune 23/03/18)
Le gouvernement gabonais vient d’annoncer une réforme de la législation pétrolière en vigueur. Une décision qui vise à rendre le secteur pétrolier gabonais plus attractif alors que l’économie du pays se relève à peine du crack pétrolier de 2014. Le Gabon s'apprête à réviser sa législation sur les hydrocarbures pour rendre le secteur plus attractif pour les investisseurs potentiels, a annoncé le ministère du Pétrole. Le cadre légal actuel garanti à l'Etat gabonais une participation minimale de 20% dans les...
(Agence Ecofin 22/03/18)
Après une année 2017 difficile, marquée par une croissance du PIB négative (-0,1%), les économies des six pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), que sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Tchad, la RCA et la Guinée équatoriale, sortent peu à peu la tête des eaux troubles. « Nous sommes sortis de la zone de risque élevé. La situation est bien meilleure, mais les économies restent encore assez fragiles. C’est ce qui justifie d’ailleurs...
(AFP 21/03/18)
Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi à Kigali l'accord créant une zone de libre-échange continentale (Zlec), perçue comme essentielle au développement économique de l'Afrique, a annoncé l'Union africaine (UA). "L'accord établissant la Zlec a été signé par 44 pays", a déclaré le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, en conclusion d'un sommet de l'organisation dans la capitale rwandaise. Le Nigeria, l'une des premières économies du continent, est le principal pays à s'être abstenu. Le président nigérian Muhammadu Buhari avait décidé de ne pas faire le déplacement à Kigali, après avoir accepté de "donner plus de temps aux consultations" dans son pays...
(Jeune Afrique 21/03/18)
S’il profite du succès de l’aéroport d’Abidjan, le groupe français Egis vit des heures difficiles au Congo et plus encore au Gabon. Son salut pourrait venir des pays anglophones. «Nous ne nous considérons pas comme évincés. Rien n’est encore décidé ! » assure Francis Brangier. De retour de la capitale gabonaise où il a rencontré à la mi-février dans la foulée d’un conseil d’administration d’Aéroports de Libreville (ADL) des membres du gouvernement, le directeur général d’Egis Airport Operation (17 aéroports gérés dans le monde, 5 sur le continent) ne veut surtout pas s’avouer vaincu. Hors de question pour l’ancienne Sofréavia, filiale de la Caisse des dépôts (CDC), d’être emportée dans le même tourbillon...
(Xinhua 13/03/18)
Le gouvernement gabonais a annoncé lundi des "dispositions urgentes" pour le renforcement de la surveillance des produits de charcuterie et de la pêche importés. Cette mesure vise à protéger les consommateurs suite à une alerte de l'Organisation mondiale de la santé sur l'existence d'une infection alimentaire collective qui a été signalée en France, a indiqué la ministre gabonaise de la Santé, Mme Denise Mekamne, dans un communiqué. La consommation de certains jambons et huîtres réfrigérées est à l'origine de cette...
(Xinhua 13/03/18)
Le gouvernement gabonais a annoncé lundi avoir débloqué une somme d'un milliard de FCFA pour l'électrification villageoise via l'énergie solaire. Le gouvernement s'active à électrifier 300 à 500 villages d'au moins 500 âmes d'ici à 2020. Ceci, en vue d'améliorer les conditions de vie des populations gabonaises, en faisant en sorte que les richesses créées au plan national soient mieux redistribuées, annonce un communiqué du ministère de l'Energie publié lundi. Le projet permettra de fournir de l'électricité aux villages et...
(APA 13/03/18)
APA-Douala (Cameroun)- Les transactions financières via Mobile money au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en 2016 sont de l’ordre de 11 450 milliards de francs CFA. L’annonce a été faite par Boa Roger Johnson, Directeur général d’Axa Côte d’Ivoire dans le cadre des états généraux de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA) et de la Fédération des sociétés d'assurances de droit national Africaines (FANAF). Au...
(La Tribune 12/03/18)
Pour le Gabon, les experts de la Banque des États de l'Afrique centrale prévoient cette année une croissance économique oscillant entre 2,7% et 3%. Cette bonne performance par rapport à l'année dernière sera portée entre autres par la hausse du prix du baril de pétrole. Après une longue traversée du désert, l'économie gabonaise devrait renouer avec la croissance cette année. Selon Abbas Toli Mahamat, gouverneur de la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC), qui était en visite au Gabon...
(RFI 12/03/18)
Le sort du groupe français Rougier est entre les mains du tribunal de commerce de Poitiers ce lundi. Le négociant en bois tropical a déposé le bilan la semaine dernière. Endetté, Rougier n’a pas résisté aux problèmes d’engorgement du port de Douala, au Cameroun. Le sort du groupe français pose plus largement la question de l’avenir des sociétés européennes dans les forêts d’Afrique centrale. Le groupe français Rougier va-t-il pouvoir fêter un siècle de présence dans les forêts d’Afrique ?...
(La Tribune 10/03/18)
La guerre se poursuit entre l’Etat gabonais et Veolia. Après avoir vigoureusement dénoncé la réquisition de sa filiale locale et la rupture de son contrat, la multinationale française de services collectifs a déposé, jeudi 8 mars, une demande de conciliation à l’encontre du Gabon auprès du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). Dans un document auquel La Tribune Afrique a eu accès, le groupe présidé par Antoine Férot détaille 20 ans de collaboration. Ne pouvant plus faire entendre sa voix à Libreville, Veolia se tourne vers Washington. Le groupe français de service collectifs a déposé hier -jeudi 8 mars...
(Jeune Afrique 10/03/18)
Facinet Sylla, économiste et ancien directeur de la banque centrale de Guinée, plaide pour une monnaie commune dépouillée des poids symboliques que sont son nom et la présence d'officiels français au sein de ses instances de gouvernance. Tribune. Jamais le débat sur le franc CFA, cette monnaie commune à huit pays d’Afrique de l’Ouest (UEMOA) et à six pays d’Afrique centrale (Cemac), n’aura atteint un tel niveau. Ses partisans font l’éloge de la stabilité macroéconomique qu’il sous-tend, tandis que ses...
(AFP 09/03/18)
La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe Veolia, a demandé l'ouverture d'une conciliation auprès d'une instance de la banque mondiale à la suite de la rupture de son contrat de concession par l'Etat gabonais, a annoncé vendredi le groupe. "Cette demande fait suite à la réquisition des actifs et du personnel et à la résiliation brutale de la concession de service public de production, de transport et de distribution d’eau potable et d'énergie électrique par la...
(Agence Ecofin 08/03/18)
L’ambassadeur de France au Gabon, Dominique Renaud, souhaite que le gouvernement gabonais et le groupe français Veolia sortent de l’escalade verbale. C’est donc dans un souci d’apaisement que diplomate a échangé ce mercredi 07 mars avec le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet Pour les autorités françaises, seul un dialogue « constructif et apaisé » peut promouvoir des « partenariats fructueux » avec les milieux d’affaires pour accompagner le Gabon dans la mise en œuvre de son Plan de Relance Economique...
(Agence Ecofin 08/03/18)
La branche de la production des boissons gazeuses et alcoolisées au Gabon a connu une baisse d’activités à la fin de l’année 2017. Selon les données fournies par la Société des brasseries du Gabon (Sobraga) et Sovingab, la production totale de cette filière a reculé de 6,3%, pour un volume de 2,7 millions d’hectolitres, contre 2, 8 millions d’hectolitres en 2016, du fait de la faiblesse de la demande du marché domestique. Ainsi, au cours de cette période, la production...
(Jeune Afrique 07/03/18)
Après la réquisition de Veolia par l'État gabonais, et alors que la presse locale se fait l'écho des ambitions russes sur le secteur de l'eau et de l'énergie, Libreville s'efforce de rassurer ses partenaires de l'Hexagone. Le successeur de Veolia « pourrait très bien être un français », assure le ministre de tutelle. Le 26 février, Pierre Gattaz, le président du Medef (patronat français) a écrit à Emmanuel Issoze-Ngondet, le Premier ministre gabonais, pour lui faire part de son «...
(Agence Ecofin 07/03/18)
Le raffinage de pétrole brut au Gabon s’est caractérisé par une forte baisse du volume de brut traité en 2017. Cette situation, explique le Ministère de l’économie, est en partie imputable à l’arrêt de fonctionnement de la raffinerie, dans le cadre de l’entretien quinquennal de l’outil de production d’un mois, en 2017. Ainsi, le volume de brut traité a régressé de 20,7% pour s’établir à 812 611 tonnes métriques contre 1 025 010 tonnes en 2016. Par ailleurs, la société...
(Agence Ecofin 06/03/18)
Au Gabon, le pétrolier malaisien Petronas a annoncé avoir mis la main sur un important gisement d’hydrocarbures sur son puits Boudji-1, situé sur le bloc en eaux profondes F14 encore dénommé Likualé. L’annonce a été faite lundi, via un communiqué de l’entreprise. Boudji-1 qui est situé à une profondeur d’eau de 2 800 mètres a rencontré un « réservoir de 90 mètres de sables pré salifères riche en hydrocarbures », explique le document. Aucune indication précise n’a cependant été donnée...

Pages