Dimanche 22 Octobre 2017

Gabon: un journal d'opposition interdit de parution, deux médias pris pour cible

Gabon: un journal d'opposition interdit de parution, deux médias pris pour cible
(AFP 17/06/17)

Un journal d'opposition gabonais, Les Echos du Nord, a été jeudi interdit de parution pour deux mois pour "injures publiques", tandis que deux médias ont été pris pour cible vendredi à Libreville par des hommes non-identifiés.

"Nous avons appris l'interdiction de parution par voie de presse. Nous ne la comprenons pas, n'avons été ni notifiés ni informés des articles incriminés", a réagi vendredi Raissa Oyeasseko, la directrice de publication par intérim des Echos du Nord, dont le directeur de publication Desiré Enema a quitté le pays.

Le porte-parole du Conseil National de la Communication (CNC), Godel Inanga Yendeyika, a fait savoir jeudi soir à la télévision nationale l'interdiction de parution du journal en raison d'"injures publiques contre (le président) Ali Bongo et (le Premier ministre Emmanuel) Issoze-Ngondet"

Par ailleurs, des hommes non-identifiés équipés d'armes blanches et cagoulés se sont introduits vendredi matin dans les locaux de deux médias gabonais pour diffuser un message sonore se réclamant d'un ancien candidat à la présidentielle, a appris l'AFP de sources concordantes.

"Un commando de quatre personnes cagoulées [...] ont diffusé un message" sur l'antenne de TV+, a affirmé Franck Joël Nkoulou, rédacteur en chef de TV+.

"C'était un message révolutionnaire sonore se réclamant de Roland Désiré Aba'a Minko", ancien candidat à l'élection présidentielle, selon la rédaction.

Selon plusieurs sources concordantes, les locaux de la radio Africa n°1 ont aussi été pris pour cible par des hommes cagoulés et non identifiés, qui ont diffusé un message semblable.

L'ancien candidat à l'élection présidentielle, Jean Ping, auquel s'était rallié Laurent Désiré Aba'a Minko en août 2016, a réagi dans un communiqué, dénonçant "la confusion de la situation ainsi créée qui pourrait justifier l'escalade de la dérive autoritaire".

Commentaires facebook