Afrique centrale : des institutions financières octroient 150 milliards de FCFA pour des projets de développement | Africatime
Samedi 21 Janvier 2017

Afrique centrale : des institutions financières octroient 150 milliards de FCFA pour des projets de développement

Afrique centrale : des institutions financières octroient 150 milliards de FCFA pour des projets de développement
(Agence d'information d'afrique centrale 09/02/16)

La Banque mondiale vient d’accorder un prêt de 42 milliards au Cameroun et 60,1 milliards au Gabon, ainsi que la BDEAC qui débloque 50 millards pour le financement des infrastructures au Tchad. Une bouffée d’oxygène pour ces pays confrontés à une morosité économique due en partie à la chute brutale du prix du pétrole.

L’objectif de ces financements, d’après les partenaires au développement, est de contribuer à la diversification des économies dans la sous-région, en favoriser le développement des secteurs hors-pétrole. Dans ce contexte, la Banque mondiale a alloué au Gabon un montant de 60,1 milliards de FCFA, pour la construction dès ce mois de février, de deux centres professionnels pour le BTP et les Technologies de l’information et de la communication (TIC). Seulement 8% de jeunes gabonais ont accès à la formation professionnelle et 35% d’entre eux sont toujours en situation de chômage, selon les chiffres officiels.

Pour la Représentante de la Banque mondiale au Gabon et en Guinée Equatoriale, Sylvie Dossou, c’est dans le but de pallier à ce contraste ne cadrant pas avec les ambitions de plein emploi prôné par les autorités gabonaises, que le financement de « 60,1 milliards de FCFA, soit 100 millions de dollars, pour la construction de deux centres de formation dans la zone économique spéciale de Nkok » a été accordé. Cette dotation, a salué le gouvernement gabonais, vient contribuer au processus de diversification de l’économie gabonaise en cours, avec un coup de pousse dans la formation et la création de nouveaux emplois.

Redonner espoir à l’extrême-nord Camerounais

L’institution financière basée à Washington a débloqué, la semaine dernière, au Cameroun un prêt de 42 milliards de francs, rapporte la presse locale. Le prêt est destiné au financement de la troisième phase du Programme national de développement participatif (PNDP) visant l’amélioration de la gouvernance communale. « Cette troisième phase permettra de lancer les activités dans les municipalités n’ayant pas encore bénéficié des interventions du PNDP, en vue de renforcer la gestion des finances publiques locales et le processus du développement des communes », selon un communiqué de l’institution mondiale.

Pour l’Etat camerounais bénéficiaire du fonds, le pactole contribuera à la réalisation des infrastructures socioéconomiques durables et de qualité afin d’améliorer le bien-être des populations. Quelque 2500 micro-projets seront réalisés notamment dans la région de l’Extrême-nord, cette partie du pays qui fait les frais des attaques de la secte terroriste nigériane Boko Haram, et où des infrastructures de base à l’instar de l’eau, de l’électricité, des hôpitaux et des écoles font défaut.

Désenclaver le Tchad

Le Tchad qui avait lancé un cri d’alarme à l’endroit des institutions financières, a été secouru par la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC). A l’issue d’un accord signé depuis le 5 février, deux prêts d’un montant cumulé de 50 milliards FCFA destinés à financer des projets d'infrastructures au Tchad, ont été accordés par la banque africaine.

Le premier prêt, dont le montant s’élève à 25 milliards FCFA, servira à financer l’aménagement et le bitumage d’un tronçon d’une longueur de 109 km reliant la ville de Kélo à celle de Pala, afin de permettre l'écoulement des productions agro-sylvo-pastorales des riches zones desservies par l'axe vers les grands centres de consommation. Le deuxième prêt vise à mettre aux normes de l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) les plateformes aéroportuaires d'Amdjarasss, de Faya Largeau et de Moundou, c'est-à-dire à les doter d'infrastructures et d'équipements modernes d'aide à la navigation, de sûreté, de sécurité et d'accueil des passagers conformément aux standards internationaux, leur permettant d'assurer des vols nationaux et internationaux.

Fiacre Kombo

Commentaires facebook