Vendredi 24 Novembre 2017

Une première au Gabon : un Premier ministre justifie un limogeage

Une première au Gabon : un Premier ministre justifie un limogeage
(Gabon Review 11/09/17)
Emmanuel Issozé Ngondet, Premier ministre.

Il faut une première fois à toutes choses ! L’idée est partagée par de nombreux observateurs après la sortie, le jeudi 7 septembre dernier dans la soirée, d’Emmanuel Issozé Ngondet. «Ce n’est pas tant l’éviction de Bruno Ben Moubamba qui a surpris, c’est le fait que le Premier ministre fasse une déclaration solennelle qui a étonné», s’indigne un des leaders des partis ayant pris part au Dialogue d’Angondjé.

Attendu au journal de 20 heures au cours duquel le présentateur annonçait l’arrivée imminente du Premier ministre pour une «importante communication», c’est finalement aux environs de 22 h 30 qu’est apparu sur les écrans de Gabon Télévision le chef du gouvernement. Les Gabonais ont ainsi attendu le Premier ministre, pensant à l’annonce d’un élargissement du gouvernement à d’autres personnalités, notamment celles du «groupe à Gérard Ella Nguéma», ou de mesures au sujet de l’astreinte territoriale des membres de la Coalition pour la nouvelle République, ou encore sur la réduction du train de vie de l’Etat, et notamment des membres du gouvernement et des responsables des institutions, voire une prise de position du gouvernement gabonais sur un sujet d’intérêt régional ou international.

Il s’agissait plutôt… d’un réaménagement technique de l’équipe gouvernementale formée dix-sept jours auparavant ! C’est ce remaniement qu’Emmanuel Issozé Ngondet est venu expliciter, huit minutes durant, dans son «importante communication». «C’est une première au Gabon», estime le responsable politique cité plus haut.

Au-delà des mots, au-delà de sa volonté de faire respecter des principes, notamment celui de la solidarité gouvernementale et du refus de voir des membres du gouvernement s’épancher sur les réseaux sociaux pour exprimer des intérêts personnels ou particuliers, il n’en demeure pas moins que tout remaniement ministériel ou tout réaménagement technique du gouvernement comporte sa part de subjectivité.

Se justifier, comme l’a fait ce jeudi le Premier ministre, apparaît, aux yeux de certains observateurs comme une manière de reconnaître son absence de leadership au sein de l’équipe qu’il dirige. «Pourquoi a-t-il tenu à se justifier ? Où a-t-on vu cela ?», pouvait-on lire sur les réseaux sociaux. En tout cas, c’est la première fois depuis «Papa Léon Mébiame» qu’un chef du gouvernement venir s’exprimer dans les médias pour tancer un ministre et…le mettre à l’écart. Le Gouvernement Issozé Ngondet 2 va-t-il tenir jusqu’aux législatives d’avril 2018 ?

Commentaires facebook