Tribune Libre : des entreprises fortes pour faire gagner le Gabon ! | Africatime
Mardi 28 Mars 2017

Tribune Libre : des entreprises fortes pour faire gagner le Gabon !

Tribune Libre : des entreprises fortes pour faire gagner le Gabon !
(Gabon Review 17/02/17)
Le directeur général exécutif de CECA-GADIS et candidat à la présidence de la CPG, Jean-Bernard Boumah.

Promouvoir une économie forte adossée à un tissu entrepreneurial conquérant et compétitif, tel est le rêve de Jean-Bernard Boumah. Le Directeur général exécutif de CECA-GADIS et candidat à la présidence de la Confédération patronale gabonaise (CPG), décline à travers la tribune libre ci-après sa vision du processus économique vertueux, dans lequel l’Etat et les entrepreneurs ont chacun leur rôle à jouer.

Une économie forte suppose des entreprises fortes. La règle est universelle et le Gabon n’y échappe pas. Partout, l’entreprise est le socle de la croissance. Au Gabon comme ailleurs, tout doit donc être fait pour soutenir l’entreprise et la placer au cœur du processus de développement. Une nécessité qui suppose de créer les conditions optimales pour lui permettre d’émerger, de se développer, d’innover et de gagner en compétitivité.

Dans ce processus économiquement vertueux, l’Etat et les entrepreneurs ont chacun leur rôle à jouer. Ensemble, ils doivent favoriser l’émergence d’un Gabon prospère, à la croissance durable et vigoureuse, dont les fruits sont équitablement répartis. Un Gabon dont les secteurs économiques moteurs sont puissants et compétitifs : l’agriculture et les services. Un Gabon où les secteurs traditionnels sont confortés – je songe à l’industrie – et où les nouveaux secteurs sont fortement encouragés. A cet égard, le Gabon a vocation à être le moteur de l’Afrique centrale en matière d’économie numérique, toujours à la pointe de l’innovation.

Mais pour faire gagner la «team Gabon», ce qui est notre ambition commune, chacun doit savoir rester à son poste. Un gardien de but n’a pas vocation à jouer avant-centre, et inversement. Clairement, l’Etat doit créer un écosystème favorable à l’épanouissement des entreprises qui, elles, doivent être en capacité de créer des richesses, de la valeur ajoutée pour notre économie. Entre autres priorités, l’Etat doit mettre en œuvre la simplification administrative, appliquer le principe de stabilité fiscale, favoriser la baisse du coût du travail pour promouvoir l’emploi ou encore redonner les marges de manœuvre financières aux entreprises pour leur permettre d’investir (ce qui suppose, entre autres, le règlement définitif de la «dette intérieure» contractée par l’Etat vis-à-vis des entreprises).

Une fois cet écosystème mis en place, les entreprises seront alors en mesure de développer leur potentiel et, partant, de réaliser pleinement leurs ambitions économiques et d’assumer franchement leur rôle social, notamment en matière d’emploi des jeunes, de formation et d’employabilité. Il s’agit là d’un jeu à somme triplement positive, gagnant-gagnant, où chacun y trouve son intérêt. Davantage de création de richesses de la part des entreprises signifie ipso facto plus de ressources pour l’Etat et plus d’emplois et de formation pour les Gabonais.

Pour être efficaces et favoriser la mise en œuvre des mesures indispensables à leur émergence et à leur développement, les entreprises doivent jouer collectif. Autrement dit, s’organiser et se coaliser. Pour ce faire, la Confédération Patronale Gabonaise (CPG), dont les membres pèsent plus de 80 % du PIB du Gabon, offre un cadre idéal. Mais pour rendre ses actions plus pertinentes et efficaces, elle doit clairement afficher et assumer ses valeurs : celles de l’initiative privée, de la prise de risque entrepreneuriale, de la politique de l’offre, du libre-échange dans un monde ouvert ou encore le sage principe d’équilibre budgétaire.

Surtout, sa gouvernance doit être modernisée et ses règles de fonctionnement renouvelées. En particulier, notre Confédération doit être davantage l’incarnation des chefs d’entreprise en activité, savoir garder une saine distance vis-à-vis du monde politique, promouvoir le rôle des femmes dans l’entreprise, être le garant de l’unité patronale, accorder une égale importance au dialogue avec les partenaires sociaux qu’à celui avec l’Etat. En outre, la CPG doit être recentrée et réorganisée autour du service à ses adhérents, qu’elle doit énergiquement défendre en toute circonstance. Dans la même veine, notre organisation doit être focalisée en priorité sur les préoccupations micro-économiques des chefs d’entreprises (remboursement de la dette, poids de la fiscalité, tracasseries administratives, financement des TPE et PME, etc.), quitte à être moins présente sur les sujets macro-économiques ou sociétaux. La CPG doit enfin être décentralisée pour être présente au plus près du terrain et disposer, à cette fin, de représentations dans les provinces.

La conjoncture économique actuelle est tendue. Dans cette période critique, nos entreprises gabonaises ont plus que jamais besoin d’une CPG, active et réactive, force de proposition et de persuasion. Notre pays doit, lui, pouvoir compter sur des entreprises fortes, capables de créer les richesses indispensables à sa prospérité. Pour cela, toutes les forces vives, toutes les compétences doivent être mobilisées. En ce qui me concerne, j’ai consacré ma vie à l’entreprise. Et j’entends bien poursuivre cette tâche exigeante mais passionnante en y mettant toute mon énergie, toute mon expérience et tout mon savoir-faire. C’est pourquoi, le 24 février prochain, je serai candidat à la présidence de la CPG. Afin qu’ensemble, tous ensemble, nous fassions gagner l’entreprise et le Gabon !

Commentaires facebook