Vendredi 24 Novembre 2017

Santé : Les propositions du cabinet MSH

Santé : Les propositions du cabinet MSH
(Gabon Review 15/03/17)

Passant en revue l’infrastructure hospitalière nationale, le cabinet Management sciences for health (MSH) a préconisé la mise en place de six impératifs stratégiques, pour donner plus d’allant au secteur de la santé.

L’infrastructure hospitalière au Gabon a fait l’objet d’une étude du cabinet Management sciences for health (MSH). Le rapport y découlant est pour le moins édifiant, bien loin de certains préjugés, du moins à certains niveaux. Reconnaissant la qualité des soins dispensée sur l’ensemble du territoire national, le rapport affirme que «le Gabon possède le plus grand nombre de lits d’hôpitaux par rapport à sa population», mais son système de santé est marqué par certaines rigidités.

«La capitale gabonaise reste la mieux servie dans le domaine. La livraison de trois Centres universitaires hospitaliers y a fortement contribué», a expliqué le rapport, dans un extrait publié sur africtelegraph.com. Par ailleurs, si les hôpitaux du pays sont nantis en équipements de pointe, le rapport déplore le manque de formation flagrant du personnel de santé. Mais également de sérieux problèmes d’approvisionnement de certains médicaments nécessaires au bon fonctionnement de l’hôpital.

Face à ces limites criardes, le rapport a ainsi préconisé la mise en place de six impératifs stratégiques. Le premier consiste à renforcer le leadership de la santé. «Cet impératif nécessite des investissements pour le développement et la gestion des ressources en personnel et infrastructures nécessaires à la gestion, la conduite et le contrôle du système de santé du Gabon, tout en tenant compte des normes internationales de performance», a détaillé le rapport.

Le deuxième impératif suggéré par le rapport consiste à améliorer les services de soins de santé. Objectif : passer du système actuel qui se concentre sur les secteurs urbains et les soins tertiaires, à un système national plus équitable et acceptable doté de réseaux de distribution intégrés et coordonnés, intégrant les soins primaires et des réseaux de référence et contre-référence.

Le troisième impératif, quant à lui, repose sur le renforcement du système d’information. Ici, il s’agit de créer un Système d’information sanitaire (SIS) intégré permettant la collecte, la saisie et l’analyse des données pour aider les gestionnaires de santé à prendre des décisions appropriées pour améliorer la santé de la population.

Le renforcement de la capacité technique et de gestion du personnel de santé, fait office de quatrième impératif stratégique. Un élément nécessitant une approche globale pour déterminer le nombre et la qualité minimum des employés du secteur de la santé, afin de garantir la bonne gestion de la population du pays.

A ces impératifs s’ajoutent l’amélioration du financement pour la santé et l’amélioration du secteur pharmaceutique. La première exigence nécessite des investissements substantiels pour renforcer les sources de l’utilisation des fonds nécessaires aux services et programmes à protéger, ainsi que promouvoir et rétablir la santé des Gabonais. La seconde quant à elle permettra de s’assurer que les Gabonais auront continuellement accès à des produits pharmaceutiques de qualité.

Autant de pistes que gagnerait à suivre le gouvernement, pour matérialiser et pérenniser les bribes de souffle sur les services de santé. Nouveau souffle traduit par le plan de réforme du secteur de santé, dont les résultats sont vivement attendus par le personnel de santé et par les populations, en général.

Commentaires facebook