Mardi 19 Septembre 2017

Rachat de Maurel & Prom par l’indonésien Pertamina : la mise au point du ministre du pétrole

Rachat de Maurel & Prom par l’indonésien Pertamina : la mise au point du ministre du pétrole
(Gabon Actu 16/02/17)
Le ministre du Pétrole, Pascal Houagni Ambourouet.

Le ministre du Pétrole, Pascal Houagni Ambourouet a dans un communiqué de presse qu’il a personnellement lu devant des journalistes, fait une mise au point sur le rachat de la compagnie pétrolière Maurel & Prom par le groupe indonésien Pertamina.

La mise au point est un démenti suite à un article de la revue internationale « Africa Energy intelligence » dans sa parution du 14 février à propos de ce rachat dont le dossier serait bloqué par la présidence de la République gabonaise.

« L’administration note avec étonnement le caractère dénaturé de ces informations », affirme le texte qui dénonce une « énième manœuvre (…) de déstabilisation ciblée et orchestrées par certains groupuscules au Gabon comme à l’extérieur ».

Selon le ministre, « les négociations sur le rachat de Maurel & Prom par Pertamina prétendues bloquées par la présidence gabonaise ont été menées conformément aux traités internationaux, au droit gabonais et ne sont absolument pas entravées ».

« La République gabonaise est par ailleurs heureuse d’accueillir le groupe Pertamina », exulte le ministre quelque peu désolé par les affirmations de la revue « Africa Energy intelligence ».

Africa Energy intelligence aurait accusé nommément Martin Boguikouma, le Directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, d’être à la manœuvre pour bloquer le rachat de Maurel & Prom par le groupe indonésien.

Le ministre soupçonne une volonté de « détourner l’opinion publique » et de faire croire que « le Gabon n’attire plus aucun industriel, ou se comporterait comme une République bananière ne respectant pas les accords internationaux ».

Pascal Houagni Ambourouet qui s’est dit ouvert aux médias a menacé : « je ne souhaite plus lire, que le secteur pétrolier gabonais est à la dérive de par le départ des sociétés telles que Total et Shell du Gabon pour ne citer que celles-là ».

« Je tiens à rappeler que ces mêmes groupes ont aussi cédé une partie de leurs actifs dans d’autres pays africains », a rappelé le ministre.

En conclusion, le ministre a annoncé qu’ « une procédure légale sera initiée près des juridictions idoines et une enquête diligentée par les services compétents, dans le but est de faire la lumière sur ces actions de sape orchestrées par des mains invisibles aux desseins inavoués ».

Carl Nsitou

Commentaires facebook