Mardi 23 Janvier 2018

Mathias OTounga Ossibadjouo: le Superviseur du Palais.

Mathias OTounga Ossibadjouo: le Superviseur du Palais.
(Nouvelles du Gabon 17/09/13)
Mathias Otounga, Directeur Adjoint de Cabinet du Président de la République.

Malgré les vacances institutionnelles l’homme n’a pas ménagé son temps.Et pour cause, Mathias OTOUNGA OSSIBADJOUO, Directeur Adjoint de Cabinet du Président de la République sait l’importance qu’accorde le Premier des gabonais, Ali Bongo Ondimba quant à l’opération d’enrôlement biométrique qui tire à sa fin.Pendant de jours et des nuits, Mathias OTOUNGA OSSIBADJOUO n’a pas été du tout repos.D’Okondja à Moanda,en passant par Franceville, le Membre du Bureau Politique Permanent aura été de toutes les discussions politiques.Souvent entre deux véhicules, le Membre du Bureau Politique Permanent à veiller à ce que cette opération politico-administrative se déroule normalement. A Okondja où il est natif, OTOUNGA OSSIBADJOUO a, grâce à son association génération Ali Bongo Ondimba convié les populations à se faire enrôler.Pour lui, au delà de la politique, c’est d’abord une opération administrative. Les citoyens, tous les citoyens doivent se faire enrôler. Et cela sans discrimination.

Résistances vaincues

En pareille situation, nombreux sont les compatriotes qui font dans la diversion. En voulant faire croire aux populations que l’enrôlement biométrique était une opération politicienne. Le Membre du Bureau Politique Permanent a tenu à préciser les tenants et les aboutissants de l’opération. Dans tout le Haut-Ogooué et même dans d’autre provinces, car disposant des relais. Il veillait jour et nuit, pour suivre son déroulement normal. Il parait évident, que les fiches conséquentes ont dues être adressées à qui de droit. Le gouvernement et le palais présidentiel qui tiennent à la réussite de l’enrôlement biométrique sur l’ensemble du territoire gabonais ne pouvait rester insensible aux difficultés relevées sur le terrain par les Agents enrôleurs. D’où la prise des mesures palliatives par les plus hautes autorités. La présidence de la république, la cour constitutionnelle, le Ministère de l’intérieur ont tenu à lever tout équivoque susceptible d’entacher le bon déroulement de la dite opération. Comme quoi, il était temps qu’il y ait un Directeur de Cabinet globe trotter pour y veiller.

Commentaires facebook