Mercredi 18 Octobre 2017

Le groupe Bolloré et les autorités gabonaises trouvent un accord sur le différend qui les opposait

Le groupe Bolloré et les autorités gabonaises trouvent un accord sur le différend qui les opposait
(Agence Ecofin 10/10/17)

En vue de mettre un terme à la bisbille qui les opposait depuis la mise en service du nouveau port commercial construit par la GSEZ, le gouvernement gabonais et la société française, Bolloré Transport & Logistics, viennent de signer un protocole d’accord, informe la presse locale.

Cet accord aurait été paraphé dans le plus grand secret, indique-t-on, par Philippe Labonne, le DGA de Bolloré Transports et Logistics et DG de Bolloré Ports, et Gagan Gupta, PDG de la filiale gabonaise de la firme Olam au Gabon, en présence du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba et de Cyrille Bolloré, patron de la filiale Bolloré Transport & Logistics. La teneur de l’accord n’est pas connue.

Pour rappel, Bolloré Africa Logistics reprochait à l’Etat gabonais d’avoir signé une autre convention avec un deuxième opérateur, Gabon Special Economic Zone (GSEZ), filiale gabonaise du groupe singapourien Olam, pour la construction et la gestion d’un nouveau port en eau profonde, à Owendo. Et cela, dans le non-respect du contrat d’exclusivité du service public dans l’étude, l’aménagement, la gestion et l’exploitation du terminal à conteneurs du port d’Owendo, signé en mai 2007, avec l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag), pour une durée de 20 ans.

Face à cette situation, en avril dernier, le groupe Bolloré avait menacé de saisir le Centre international de règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), au cas où les négociations avec l’Etat gabonais n’aboutissaient pas. Mais, contrairement à ce qui avait été rapporté par plusieurs médias, le groupe Bolloré a indiqué que «cette procédure n’a jamais été entamée et aucun dossier n’a été déposé devant ce tribunal arbitral».

Stéphane Billé

Commentaires facebook