Jeudi 23 Novembre 2017

Le développement durable du palmier à huile en Afrique, au cœur des débats à Libreville

Le développement durable du palmier à huile en Afrique, au cœur des débats à Libreville
(Agence Ecofin 13/09/17)

Un atelier national sur l’initiative de développement durable du palmier à huile en Afrique, TFA 2020 se tient actuellement à Libreville, la capitale gabonaise.

Initiés par le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage chargé du programme Graine, Yves Fernand Manfoumbi et son délégué, Patricia Taye Zodi, en partenariat avec WWF Proforest et TFA, ces travaux indiquent les experts, revêtent un caractère particulier pour la filière palmier à huile.

Ils visent notamment à : soutenir l’élaboration et la mise en œuvre d’un ensemble de principes nationaux et régionaux qui régiront le développement d’un secteur palmier responsable, à sensibiliser les parties prenantes à la production responsable d’huile de palme durable, à renforcer l’engagement des parties prenantes du secteur huile de palme au Gabon et enfin à présenter le cadre national et les politiques existantes relatives à la production de l’huile de palme au Gabon pour ne citer que ceux-là.

Cette initiative trouve d’autant plus sa justification sur le fait que ces dernières années, le gouvernement gabonais s’est engagé à faire de l’agriculture, un secteur dynamique, clef pour la diversification et la transformation de son économie.

Dans le cadre de la production d’huile de palme, la filière connait un regain d’activités depuis quelques temps. Elle a été marquée par la mise en exploitation progressive des plantations d’Olam Palm Gabon à Kango (6 502 ha plantés /20.000 ha) et à Mouila

(43 000 ha plantés /100 000 ha). De même, deux usines de transformation sont opérationnelles au Gabon.

Dans ce contexte l’an dernier, la production de régimes de palme s’est établie à 29 169 tonnes contre 4 924 tonnes en 2015. Cette production, à l’usine de Kango s’est élevée à 6 972 tonnes d’huile de palme brute et 435 tonnes d’huile d’amande.

Sur le plan commercial, 7 407 tonnes (huile de palme brute et d’huile d’amande) ont été vendues principalement à l’extérieur, notamment vers le Cameroun, le Nigeria et l’Espagne. Ces ventes ont généré un chiffre d’affaires de 2,8 milliards de FCfa.

De manière globale, l’objectif majeur affiché par les autorités gabonaises est de favoriser à l’horizon 2023, l’essor des filières agricoles. Cela, dans le but de réduire substantiellement les importations alimentaires, d’établir une autosuffisance en produits vivriers, halieutiques et d’élevage, et de devenir un exportateur net de produits agro industriels, tout en respectant les principes d’agriculture durable.

Stéphane Billé

Commentaires facebook