Vendredi 19 Janvier 2018

Le Congrès gabonais s’apprête à adopter la réforme constitutionnelle

Le Congrès gabonais s’apprête à adopter la réforme constitutionnelle
(RFI 11/01/18)

Fruit d’un compromis entre députés et sénateurs, la version définitive de la révision constitutionnelle devait être votée, mercredi 10 janvier, par le Congrès gabonais. Contestée par l’opposition, qui dénonce une « monarchisation du pouvoir », cette révision modifie une quarantaine d’articles. Le vote du jour ne devrait être qu’une formalité pour le président Ali Bongo Ondimba, dont le Parti démocratique gabonais est largement majoritaire au sein des deux Chambres.
Sa réélection, en 2016, a été entachée de fraudes et les violences post-électorales meurtrières sont toujours présentes dans l’esprit des Gabonais. Au-delà de l’aspect formel de cette réforme constitutionnelle se pose la question de sa portée réelle alors que domine la défiance vis-à-vis d’institutions contrôlées, depuis cinquante ans, par la famille Bongo, père et fils. Voici les principaux points de cette révision constitutionnelle.

Scrutin à deux tours pour la présidentielle
« Le président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour de scrutin, il est procédé, le quatorzième jour suivant l’annonce des résultats, à un second tour. » La proposition de loi présentée devant le Congrès modifie en ces termes l’article 9. Le scrutin uninominal à deux tours pour la présidentielle devrait donc faire son grand retour dans la Constitution après avoir été abandonné lors de la révision constitutionnelle de 2003.

Souhaité par beaucoup d’opposants, l’abandon du scrutin unique est un moyen d’apaiser les contestations post-électorales. L’instauration d’un second tour empêcherait un président d’être élu avec un faible suffrage et lui conférerait ainsi une plus forte légitimité démocratique. C’est également offrir une plus grande ouverture à l’alternance politique dans ce pays, à condition de respecter l’ensemble des règles électorales préalablement établies.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/01/10/le-congres-gabonais-s-a...

Commentaires facebook