Vendredi 15 Décembre 2017

La société danoise Bluetown veut développer l’installation de bornes wi-fi satellitaires au Gabon

La société danoise Bluetown veut développer l’installation de bornes wi-fi satellitaires au Gabon
(Agence Ecofin 09/10/17)

C’est à l’occasion de la tenue, cette année, dans la ville de Busan en Corée du Sud, du Forum international des télécommunications, axé sur la croissance de l'économie numérique et la promotion des PME technologiques, que l’entreprise danoise Bluetown a manifesté son intérêt pour des investissements futurs au Gabon auprès des autorités présentes à cet évènement.

L’entreprise danoise, spécialisée dans le développement de connexions wi-fi via des bornes satellitaires, particulièrement intéressée par l’engagement du gouvernement en faveur du développement des TIC, a été séduite par les présentations faites par Carlos Boungou, ambassadeur du Gabon en Corée du Sud.

C’est fort de cette réalité que Bluetown a décidé de mettre son expertise et son expérience au service du pays, en l’aidant à développer une connexion wi-fi par le déploiement de bornes d’accès connectées par voie satellitaire sur l’ensemble du territoire national.

L’opérateur danois déjà présent en Afrique, en Tanzanie et au Ghana, développe et propose des solutions internet adaptées aux régions les plus enclavées du monde. Celles-ci fonctionnent à partir de l’énergie solaire ou encore des batteries rechargeables. Les stations de l’entreprise fournissent une connexion internet haut débit à des coûts démocratisés et offrent un accès rapide et facile pour le e-learning, l’e-santé et l’e-gouvernance.

Au Gabon, sur une population de 1,8 million d’habitants, 1,638 million sont abonnés à internet à travers leurs téléphones portables, bien que le nombre d’abonnés à l’ADSL ne connaisse pas la même fulgurance.

Toutefois, selon un rapport de la Commission des Nations unies sur les télécommunications, rendu public le 14 septembre dernier, 48% de la population mondiale a accès à Internet. Dans le même temps, 3,9 milliards de personnes en sont encore privées et la fracture numérique entre pays développés et pays en développement se creuse davantage.

SeM

Commentaires facebook