La raclée verbale de Maat Seigneur Lion aux rappeurs du pouvoir | Africatime
Vendredi 24 Février 2017

La raclée verbale de Maat Seigneur Lion aux rappeurs du pouvoir

La raclée verbale de Maat Seigneur Lion aux rappeurs du pouvoir
(Gabon Review 16/08/16)

Remonté contre le positionnement politique de certains artistes, notamment en faveur d’Ali Bongo, le rappeur engagé du groupe Movaizhaleine n’a mis des gants, dans une vidéo publiée sur Youtube le 13 août, pour donner un cinglant coup de conscientisation à ses frères d’armes.

Le duo rap que compose Maat Seigneur Lion avec Lord Ekomy Ndong reste visiblement constant et ne trahit pas les convictions qu’il a longtemps véhiculées dans ses textes. Un état d’esprit qu’il croyait partager avec d’autres rappeurs. Mais, désappointé, Maat Seigneur Lion n’en peut plus de supporter l’attitude trompe-l’œil de certains rappeurs, incapables de pratiquer ce qu’ils prêchent.

«Vous êtes des grands frères. Pour beaucoup, vous êtes des modèles. Vous êtes même des idoles pour beaucoup. Le rôle de l’artiste est de sculpter les âmes et les consciences du peuple entier, d’orienter donc le peuple. Le rôle que l’artiste joue à l’échelle du peuple, les grands frères le jouent à l’échelle de la famille», a-t-il fait remarquer d’entrée de jeu.

La déception l’a emmené à désigner nommément les auteurs de ce qu’il entend dénoncer. Premier de cordée dans la mitraille verbale du rappeur aux paroles qui mettent à la gêne : Franck Ba’ponga qui, selon lui, donne un très mauvais exemple et oriente très mal les petits frères qui le suivent. S’en prenant à Ndjassi Ndjass, il est déçu de ce que du temps du groupe mythique Siya Po’ossi X dont il était sociétaire, il pourfendait, à travers un opus titré «Feu sur la concurrence», le groupe V2A4 qui avait chanté pour Omar Bongo. «Ce que Ndjassi Ndjass reprochait à Gervais Mpouho, il le fait clairement aujourd’hui», indique le duettiste de Movaizhaleine. La prise de position de Johnny B. Good est également déplorée, Maat Seigneur Lion estimant que celui-ci est également très suivi en milieu jeune. Adressant un appel au ressaisissement à ces chanteurs de rap, le sociétaire de Movaizhaleine demande à tous les autres qui les accompagnent d’arrêter ce qu’ils font. Car, a-t-il conseillé, visiblement excédé, «vous participez à donner de la force et à asseoir un pouvoir, en réalité, qui nous opprime déjà depuis 50 ans. Un pouvoir qui manque cruellement de vision politique, un pouvoir boulimique et jouisseur, un pouvoir qui emprisonne, un pouvoir qui affame, un pouvoir qui assoiffe, un pouvoir qui fait en sorte que nous ne sommes pas nous-mêmes, un pouvoir qui n’offre qu’un désert culturel, une vision politique boiteuse, disons un manque de vision politique en gros».

Le comble pour Maat Seigneur Lion est que des artistes qui broient quotidiennement du noir, font enfin l’expérience des meilleures tribunes avec d’excellents supports vidéo, grâce à leur soutien au candidat du pouvoir. «Je trouve que, là, étrangement, les moyens sont mis pour produire de belles œuvres, alors que nous-mêmes nous savons que les artistes au Gabon croupissent dans la misère. Chacun fait comme il peut pour produire une œuvre, chacun se débrouille… On ne vit pas de l’art au Gabon, parce que les moyens ne sont pas mis dans ce domaine-là, mais les moyens sont mis sur certains artistes simplement pour la gloire du pouvoir», s’est étonné le binôme de Lord Ekomy Ndong, avant de dire ouvertement et de conseiller de ne pas suivre ces artistes-là.

Auteur : Alain Telly Mouanda

Commentaires facebook