Lundi 11 Décembre 2017

Journée nationale du drapeau : Le pays de Wongo en quête de la concorde et la fraternité

Journée nationale du drapeau : Le pays de Wongo en quête de la concorde et la fraternité
(Gabon Review 10/08/17)
Phase de levée des drapeaux en ouverture de la cérémonie, le 9 août 2017 à Libreville.

Initiée en novembre 2009, la Journée nationale du drapeau a été célébrée le 9 août à Libreville. A cette occasion, plusieurs propositions ont été formulées au chef de l’Etat pour l’érection d’un «Gabon uni dans la concorde et la fraternité».

Comme chaque année depuis 2010, le Gabon a célébré le 9 août à Libreville, la Journée nationale du drapeau. Une manifestation dont l’objectif est de magnifier l’un des symboles les plus représentatifs de la Nation gabonaise : le drapeau, emblème national dont les couleurs connues de tous marquent la souveraineté internationale du Gabon.

Pour la huitième édition de cette célébration, le thème retenu est «Identités, valeurs et construction de la Nation». Un thème reflétant les chemins tracés par le chef de l’Etat dès son accession à la magistrature suprême en 2009. «Ces chemins passent également par la construction d’une identité qui nous soit propre, à travers des valeurs partagées telles que le respect, l’hospitalité, l’humilité, la solidarité, le sens élevé de l’interdit et l’abnégation au travail», a déclaré le ministre de la Communication.

C’est une «urgence» indiquée par le président de la République, a spécifié Alain-Claude Bilie-By-Nze. Fort de cette urgence et de sa nécessaire mise en œuvre, plusieurs propositions ont ainsi été formulées par le membre du gouvernement. La première repose sur la reconstruction des mémoires. «Nous devrons, sous votre impulsion et sous la conduite du Premier ministre, identifier sur le territoire national et en dehors, des lieux marquants de notre histoire et de notre passé. Dans ce sens, cette Place de l’Indépendance devra être réaménagée comme vous l’avez souhaité. Elle ne devra accueillir à l’avenir que des manifestations républicaines», a proposé le ministre de la Communication.

En deuxième lieu, Alain-Claude Bilie-By-Nze a proposé que la journée du 9 août soit désormais chômée, payée et récupérable. Objectif : «permettre au plus grand nombre de participer à la célébration du drapeau, notre emblème national», a-t-il justifié. En troisième lieu, le ministre de la Communication a proposé, après consultation, de soumettre à l’approbation du chef de l’Etat, l’institution d’une journée consacrée à la célébration des rites ancestraux. «Le Conseil national des rites et traditions, que vous avez décidé de constituer, trouvera là matière à réfléchir», a déclaré Alain-Claude Bilie-By-Nze.

La dernière proposition, enfin, tourne autour de la préservation des langues locales. «La langue étant le véhicule de nos identités, nous devrons avec l’implication des universitaires et chercheurs investir massivement dans l’étude et l’enseignement de nos langues en vue de leur préservation», a suggéré le membre du gouvernement.

Autant de propositions dont la validation et la mise en pratique permettraient aux Gabonais de s’approprier leurs identités, pour la construction de la Nation unie. «Par l’appropriation de nos identités, et des valeurs qu’elles portent, nous pourrons tous ensemble lever la tête vers le ciel et regarder flotter avec fierté l’emblème national, les trois couleurs vert, jaune et bleu dans un Gabon uni dans la concorde et la fraternité», a conclu Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Initiée en novembre 2009, la célébration de la Journée du drapeau a été fixée de manière formelle par le décret n° 0860/PR/MCJSC du 2 décembre 2009. Contrairement aux éditions précédentes, l’édition 2009 a été moins protocolaire. Celle-ci a notamment passé outre l’allégeance des membres du gouvernement au drapeau.

Commentaires facebook