Mercredi 16 Août 2017

Immunorex DM28 : Pr Donatien Mavoungou, victime d’une cabale ?

Immunorex DM28 : Pr Donatien Mavoungou, victime d’une cabale ?
(Gabon Review 12/04/17)

Le chercheur gabonais serait victime d’une cabale menée par la concurrence en raison des résultats positifs de son produit visant à restaurer l’immunité des malades du Sida.

Pr Donatien Mavoungou, victime d’une cabale orchestrée par la concurrence ? Dans l’entourage du chercheur gabonais, certains se posent sérieusement la question. Un de ses proches, Michel-Paul Correa, directeur de l’Institut IDSRSI et partenaire du programme Immunorex depuis 1998, est récemment revenu sur les attaques lancées contre le produit Immunorex DM28, visant à restaurer l’immunité des malades du Sida. Dans un entretien accordé au site Sciences-net, publié le dimanche 9 avril, il a notamment regretté le retrait par les autorités congolaises du produit du marché en janvier 2016, d’autant que cette décision a été prise sur la base des doutes émises par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à la suite de l’enquête d’Olivier Hertel de Sciences & Avenir publié sur le site du magazine le 1er décembre 2016. Or, pour lui, il s’agissait plutôt d’une «grotesque et affligeante pseudo enquête uniquement à charge».

Et si Michel-Paul Correa a tenté de savoir «à qui profite le crime», le site Sciences-net, quant à lui, a décidé de mener la «contre-enquête» de celle du magazine Sciences et Avenir, dont le titre «SIDA : Des scientifiques renommés, impliqués dans un trafic de faux médicament entre la France et l’Afrique» lui est apparu «racoleur». Au terme de celle-ci, ses doutes quant à l’objectivité de son confrère se sont vite confirmés. Pour le site Sciences-net, l’Immunorex DM28 «a peut-être comme principal tort d’être 100% africain et de venir gêner une industrie qui génère chaque année plus de 18 milliards de chiffre d’affaires, uniquement sur le traitement du VIH. Sachant que sur les 40 millions de personnes infectées dans le monde (dont 2/3 uniquement pour l’Afrique) seulement 17 millions ont accès aux trithérapies». Dans la foulée, le directeur de l’Institut IDSRSI a annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre d’Olivier Hertel en France.

N’empêche, comme il y a plus d’un an en RDC, le produit conçu par le Pr Donatien Mavoungou n’est pas en vente au Gabon après l’annulation par la direction du Médicament du ministère gabonais de la Santé en 2011, de son Autorisation de mise sur le marché (AMM). Dénommé à l’époque IM28, le médicament du biochimiste n’avait pas convaincu le Cenarest. Mais là encore, les proches du chercheur s’accrochent à une raison plutôt curieuse : «Nul n’est prophète dans son pays.» Pour Michel-Paul Correa, «certaines personnes ayant ou ayant eu quelques responsabilités ce sont employées à combattre le Pr Mavoungou». Ce dernier fait allusion à Daniel Franck Idiata (un linguiste) et Stéphane Iloko qui ont combattu âprement IM28.

Commentaires facebook