Vendredi 24 Novembre 2017

Gabon : vers la fin d’un monde de brut ?

Gabon : vers la fin d’un monde de brut ?
(Jeune Afrique 13/11/17)
Le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba, a procédé, samedi 14 octobre 2017, à l'inauguration d'un nouveau port international.

Touché de plein fouet par la chute des cours de l’or noir, le Gabon s’évertue à diversifier son économie. Si les raisons d’être optimiste sont nombreuses, le chemin pour sortir du marasme s’annonce encore long. Et si le feu d’artifice grandiose tiré le 14 octobre en l’honneur du nouveau terminal d’Owendo inaugurait, plus encore que le port lui-même, le renouveau de l’économie gabonaise ? La célébration, organisée en grande pompe sur les quais flambant neufs, a pu sembler sur le moment un brin démesurée ; mais les occasions de se réjouir se font rares ces derniers temps, dans un Gabon marqué à la fois par un contexte politique incertain – au lendemain des violences postélectorales du mois d’août 2016 – et par une situation économique considérée, au mieux, comme « délicate » par les experts du FMI, actuellement en visite à Libreville.

Depuis deux ans, les chefs d’État de la sous-région n’ont guère eu l’occasion de sabrer le champagne ni de réceptionner des infrastructures de plusieurs centaines de millions d’euros. Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, n’a donc pas boudé son plaisir au moment de couper le ruban et de dévoiler la nouvelle porte maritime du pays, construite pour 276 millions d’euros, sans que l’état n’ait eu à débourser un franc CFA.

Enfin une bonne nouvelle pour le pays qui, la veille, avait vu sa note souveraine dégradée par l’agence de notation Fitch Ratings, pendant que le Conseil des ministres serrait d’un cran supplémentaire la ceinture budgétaire, en adoptant un projet de loi de finances pour 2018 amputé de près de 6 % par rapport à celle de 2017, elle-même déjà en baisse de 5 % comparée à l’exercice précédent.
Détérioration économique

C’est qu’aujourd’hui il n’y a pas de petites économies au Gabon, ni d’ailleurs dans les autres pays de la Cemac, en grande difficulté financière et budgétaire depuis la chute des cours du pétrole en 2014. Même si elle reste moins critique que chez certains voisins, la situation économique gabonaise s’est rapidement détériorée ces dernières années.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/489381/economie/gabon-vers-la-fin-dun-mo...

Commentaires facebook