Mercredi 13 Décembre 2017

Gabon: la majorité vent debout contre les parlementaires européens

Gabon: la majorité vent debout contre les parlementaires européens
(RFI 09/02/17)
Luc Oyoubi, vice-président du groupe Parti démocratique gabonais (PDG).

Au Gabon, la résolution adoptée le 2 février par le Parlement européen - résolution qui remettait en question les résultats de la présidentielle d’août 2016 et la légitimité du vainqueur, Ali Bongo - continue à faire couler l'encre et la salive. Le gouvernement gabonais l'a rejetée. Et depuis, la majorité multiplie les réactions hostiles envers l'Union européenne.

Le pouvoir a organisé une riposte foudroyante et massive. D'abord, le gouvernement a rejeté la résolution. Puis c'est dans les rangs de la majorité qu'une grosse vague de patriotisme s'est soulevée.

Le Sénat est sorti de sa réserve pour dénoncer des manœuvres intempestives et soutenues de déstabilisation d'un pays souverain.

Le groupe parlementaire du parti au pouvoir a estimé que les élus européens ont été victime d'une mauvaise lecture de la loi électorale gabonaise. « Nous condamnons cette approche partisane qui concourt à déstabiliser les institutions de la République gabonaise. Pour nous, parlementaires gabonais, l’élection du président de la République est acquise », a déclaré Luc Oyoubi, vice-président du groupe Parti démocratique gabonais (PDG).

Même condamnation de Victor Missanda, qui dirige une branche de l'Alliance démocratique et républicaine (Adere), un parti de la majorité : « L’Adere s’insurge et condamne avec la plus forte énergie l’immixtion du Parlement européen qui veut non seulement se substituer au peuple gabonais en devenant juge du contentieux électoral en lieu et place des institutions gabonaises. »

Commentaires facebook