Mardi 23 Janvier 2018

Gabon : Ali Bongo impose une mue douloureuse au parti présidentiel

Gabon : Ali Bongo impose une mue douloureuse au parti présidentiel
(Jeune Afrique 12/12/17)

Le Parti démocratique gabonais, qui tenait son 11ème congrès ce dimanche, connaît une véritable petite révolution interne, avec de nombreux départs des « anciens » qui laissent leur place à une nouvelle génération de responsables.

La liste des départs est éloquente. Certains, à l’instar du président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, ont été battus lors du renouvellement des Conseils provinciaux. D’autres ont tout simplement été remplacés à l’issue du 11 ème congrès du Parti démocratique gabonais (PDG), qui s’est achevé le 10 décembre dernier. Patron des « jeunes » du PDG, le très médiatique Vivien Makaga Péa a été remplacé par Marius Assoumou, tandis que la secrétaire générale en charge de l’Union des femmes, Chrystel Limbourg Iwenga, cède elle aussi sa place à Chantal Mebaley.

L’explication de cette prise de risque est faite par Ali Bongo Ondimba lui-même : « Nous devons nous renouveler, y compris dans nos effectifs. Ouvrir les bras à la société civile, aux jeunes, aux femmes. C’est une question de représentativité. Le parti démocratique gabonais doit être à l’image de la société gabonaise. En phase et non en décalage. »
En quête de plus de démocratie interne

Après quelques mois d’intérim consécutifs à la démission de Faustin Boukoubi, on attendait la confirmation comme secrétaire général d’Eric Dodo Bounguendza, 55 ans, professeur de linguistique à l’Université Omar-Bongo. C’est fait. Son profil d’enseignant et d’auteur prolifique, qui a notamment publié un dictionnaire des « gabonismes », est un symbole du renouveau du PDG. Ali Bongo souhaite en effet diversifier les missions de la machine à gagner électorale pour en faire un laboratoire de production des idées.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/501213/politique/gabon-ali-bongo-impose-une-...

Commentaires facebook