Mardi 26 Septembre 2017

Adama Paris : "La mode africaine se porte bien, très bien même"

Adama Paris : "La mode africaine se porte bien, très bien même"
(Le Point 13/07/17)
Adama Amanda Ndiaye, créatrice d'Adama Paris depuis 2001, inaugure en 2002 sa première Dakar Fashion Week.

ENTRETIEN. À la tête de la Dakar Fashion Week et d'une chaîne de télé 100 % mode, Adama Paris s'est confiée au Point Afrique sur un secteur en transformation. Le Point Afrique : qu'est-ce qui vous a motivé il y a 15 ans à créer la Dakar Fashion Week ?

Adama Paris : Cela fait quinze ans que je suis revenue à Dakar et qu'on a créé la Dakar Fashion Week. À l'époque, il n'y avait rien de tel au Sénégal. Du coup, quand j'y suis retournée pour m'y installer en tant que jeune créatrice, ma première motivation était de disposer d'une plateforme afin de présenter mes propres collections mais aussi celles d'autres créateurs.

À l'époque, comment cette initiative a-t-elle été perçue ?

Difficilement, comme souvent au début. Heureusement, j'ai pu bénéficier d'emblée du soutien de grandes entreprises, ce qui m'a permis de me lancer. Pour beaucoup, ce projet était utopique. En Afrique, c'est souvent ce qu'on entend. La mode, c'est fun, mais ça n'est pas véritablement considéré comme un réel travail. Depuis, le regard a évolué. Et, pour cette quinzième édition, on vous réserve plein de surprises ! Les plus grands créateurs du continent seront présents. On a également invité beaucoup d'influenceurs, de blogueurs venus de l'univers digital, ainsi que des personnalités reconnues à l'international.

Entre la première et la dernière édition de la Dakar Fashion Week, qu'est-ce qui a le plus changé ?

Beaucoup de choses. D'abord, j'ai gagné en notoriété et en respect. Ensuite, l'environnement a lui aussi évolué. On a, par exemple, contribué à structurer la filière. Avant, il n'y avait pas de producteurs de défilés. Maintenant, c'est un métier reconnu sur le continent. On a également fait connaître des créateurs dont la renommée dépasse aujourd'hui le continent africain, lancé des carrières de mannequins qui défilent maintenant pour des agences à l'international. Bref, partout, le niveau de professionnalisme a augmenté.

Lire la suite sur: http://afrique.lepoint.fr/culture/adama-paris-le-tout-afrique-de-la-mode...

Commentaires facebook