Lundi 22 Janvier 2018
(Sud Quotidien 05/12/13)
Dakar abrite depuis hier, mercredi 4 décembre, un atelier régional de formation sur «le Réseau d'échange et information sur la plateforme des produits chimiques». Organisée par le Centre régional des conventions de Bâle et de Stockholm pour l'Afrique francophone (Crcbs-Af), cette rencontre entre dans le cadre de la mise en œuvre des conventions de Bâle et de Stockholm. Ouverte hier, mercredi 4 décembre, la rencontre réunissant près d’une trentaine de participants autour du thème : «Réseau d’échanges et information sur la plateforme des produits chimiques», et qui se termine aujourd'hui jeudi, entre dans le cadre de la mise en application des conventions de Bâle et de Stockholm au sein des pays d’Afrique francophones. Il s’agit de la deuxième du genre...
(AFP 04/12/13)
KHARTOUM, 4 décembre 2013 (AFP) - Le Soudan et l'Ethiopie ont inauguré mercredi un réseau électrique transfrontalier, un projet qui renforce les liens entre les deux pays sur fond de tension avec l'Egypte au sujet d'un barrage éthiopien sur le Nil Bleu, selon un analyste. Le président soudanais Omar el-Béchir et le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn ont assisté à la cérémonie à Gedaref, dans l'est du Soudan, a rapporté l'agence officielle Suna. Le réseau de 321 kilomètres, qui relie l'Etat éthiopien d'Amhara à la centrale électrique de Gedaref, a coûté 35 millions de dollars. Il a une capacité de 300 mégawatts mais le Soudan n'achètera initialement que 100 MW, a précisé Suna. Le réseau apportera de l'électricité à l'Est...
(Xinhua 04/12/13)
Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn est arrivé mardi à Khartoum pour une visite de deux jours afin de rencontrer le président soudanais Omar el-Bé chir, ont rapporté les médias locaux. D'après les médias soudanais, MM. Desalegn et Béchir signeront des accords conjoints et des protocoles d'accord approuvés lors des réunions précédentes du comité ministériel conjoint entre les deux pays. Les accords entre Khartoum et Addis-Abeba comprennent un accord cadre sur le commerce, l'économie et la coopération technique, un autre sur les affaires juridiques, un accord dans le domaine des services aéronautiques, un accord de coopération sur le gouvernement centralisé et décentralisé, ainsi que des accords sur les services de transport des passagers, la sécurité et les chemins de fer...
(AFP 04/12/13)
PARIS, 4 décembre 2013 (AFP) - L'ancien ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, a présenté mercredi quinze propositions pour mettre un terme au recul de la France sur les marchés en pleine croissance de l'Afrique, avec en premier lieu une révision des procédures de visas. "Le diagnostic est évidemment sévère: la France perd des parts de marché dans toutes les zones où elle était fortement implantée pour des raisons historiques et elle n'en gagne presque pas ailleurs", a résumé M. Védrine auprès de l'AFP. "Entre 2000 et 2011, la part de marché de la France au sud du Sahara a décliné de 10,1% à 4,7%", constate-t-il dans un rapport qu'il présente à l'occasion d'un forum franco-africain organisé par le...
(Xinhua 04/12/13)
BALI (Indonésie), (Xinhua) -- La Suède a annoncé mardi le lancement d'un nouveau centre de formation assurant la promotion de la facilitation du commerce en Tanzanie, lors d'une conférence de presse accordée dans le cadre de la 9e conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) qui se tient à Bali, en Indonésie. Selon l'annonce, le gouvernement suédois offrira une subvention initiale de 1,6 million de dollars américains au centre pour l'année 2014-2015. Le centre offrira de la formation à des participants africains, en se concentrant plus particulièrement sur les pays les moins avancés (PMA). Il soutiendra les pays participants dans la mise en oeuvre d'un futur Accord sur la facilitation du commerce de l'OMC, qui a pour but de...
(RFI 04/12/13)
560 chefs d'entreprise français et africains se retrouvent au Forum économique franco-africain organisé ce mercredi 4 décembre au ministère des Finances à Paris en lever de rideau du sommet de l'Elysée pour « la paix et la sécurité en Afrique » qui aura lieu vendredi 6 et samedi 7 décembre. Une vingtaine de ministres et quatre chefs d'Etat seront également présents. Le Tanzanien Jakaya Kikwete, l'Ivoirien Alassane Ouattara et le Sénégalais Macky Sall doivent clôturer ce Forum pour un nouveau modèle de partenariat économique entre l’Afrique et la France aux côtés de François Hollande. Il s'agit de donner un nouvel élan aux relations d'affaires entre la France et le continent africain. « Quatre chefs d'Etat à Bercy, c'est du jamais...
(Agence Ecofin 03/12/13)
Mohammed Al Amoudi (67 ans), fondateur du conglomérat Midroc, a indiqué hier en marge du Sommet africain sur les marchés à forte croissance, sa volonté de construire deux nouvelles cimenteries afin d’augmenter la capacité de production de sa filiale Derba Midroc Cement Plc, qui compte déjà la plus grande cimenterie d’Ethiopie d’une valeur de 351 millions $. Au cours des 5 prochaines années, Midroc prévoit d’investir 3,4 milliards $ dans divers secteurs en Ethiopie pour créer 370 000 emplois et accompagner la croissance de ce pays de 92 millions d’habitants. Les investissements les plus récents du conglomérat concernent le secteur agricole avec un projet d’extension de 160 000 hectares et un projet d’usine de production de médicament en association avec...
(AFP 02/12/13)
Rares points d'accroche pour l'oeil dans un vaste paysage jaune, les 84 éoliennes d'Ashegoda jaillissent du sol. Le Tigré, région agricole du nord de l'Ethiopie, abrite un gigantesque champ ultra-moderne construit par une entreprise française. Ashegoda, construit par l'entreprise Vergnet pour 230 millions d'euros à quelque 780 km d'Addis Abeba, est le plus vaste champ éolien d'Afrique. Avec une capacité de 120 megawatts (MW), il n'est qu'un des nombreux projets éoliens du pays: une firme chinoise construit un champ d'une capacité deux fois supérieure dans le sud-est du pays. Mais il est l'un des projets énergétiques phares d'un gouvernement qui ambitionne de faire entrer le pays et ses 91 millions d'habitants dans le club des nations à revenu intermédiaire d'ici...
(AFP 02/12/13)
ASHEGODA, 2 décembre 2013 (AFP) - Rares points d'accroche pour l'oeil dans un vaste paysage jaune, les 84 éoliennes d'Ashegoda jaillissent du sol. Le Tigré, région agricole du nord de l'Ethiopie, abrite un gigantesque champ ultra-moderne construit par une entreprise française. Ashegoda, construit par l'entreprise Vernet pour 230 millions d'euros à quelque 780 km d'Addis Abeba, est le plus vaste champ éolien d'Afrique. Avec une capacité de 120 megawatts (MW), il n'est qu'un des nombreux projets éoliens du pays: une firme chinoise construit un champ d'une capacité deux fois supérieure dans le sud-est du pays. Mais il est l'un des projets énergétiques phares d'un gouvernement qui ambitionne de faire entrer le pays et ses 91 millions d'habitants dans le club...
(Reporters 02/12/13)
L’Ethiopie a mis sur pied le projet ambitieux de construire une usine hydroélectrique située dans la région de Benishangul Gumuz, frontalière du Soudan. Le barrage, dont la construction a été confiée à l’italien Salini Costruttori, aura coûté à lui seul un montant proche de 4,7 milliards de dollars. Le gouvernement estime ses capacités à 6 000 mégawatts, soit l’équivalent de 6 tranches nucléaires, suffisamment pour satisfaire la demande nationale en électricité et partager avec les pays voisins. Le projet porte le nom de Barrage de la grande renaissance de l’Ethiopie. Il s’agit de la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique, qui sera construite sur les eaux du Nil, dont environ 86% prennent leur source en Ethiopie. Cependant, avant la réalisation du...
(AFP 02/12/13)
PARIS, 2 décembre 2013 (AFP) - "Faire grand, faire neuf, faire positif": le ministère français de l'Economie prend des accents de publicitaire pour annoncer une conférence économique franco-africaine censée "refonder" la relation avec un continent de plus en plus courtisé. "Faire grand" en invitant quelque 560 représentants d'entreprises françaises et africaines, et des dizaines de ministres; "faire neuf" plutôt que de se reposer côté français sur des acquis contestés par la Chine et autres pays émergents; "faire positif" pour souligner que "l'Afrique peut contribuer à la croissance de la France", et pas seulement l'inverse: voilà comment l'un des organisateurs décrit la "Conférence économique" convoquée mercredi à Paris. Elle est mise sur pied conjointement par le ministère de l'Economie et la...
(Agence Ecofin 02/12/13)
Le sommet « Pour la paix et la sécurité en Afrique » débutera vendredi prochain à Paris. Il réunira environ 40 chefs d’Etats africains ainsi que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, les dirigeants européens Herman Van Rompuy et José Manuel Barrosso, ainsi que la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma. Parmi les absents de ce Sommet, hormis Madagascar, Guinée-Bissau, Centrafrique et Égypte, pays suspendus de l’Union africaine, on compte le président sud-africain Jacob Zuma et le Rwandais Paul Kagamé qui ne semblent pas adhérer à l’initiative française ; l’Algérien Abdelaziz Bouteflika qui fournira sans peine un certificat médical ; Omar el-Béchir et Robert Mugabe qui éviteront de se rapprocher de la CPI. Les échanges porteront...
(Agence Ecofin 02/12/13)
Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, abrite dès ce 2 novembre 2013 la 17ème rencontre annuelle de l’African Stock Exchange Association (Association des marchés financiers d’Afrique). Celle-ci est placée sous le signe des contributions effectives des marchés financiers du continent aux réalisations dont a besoin l’Afrique pour se développer. « Selon des experts de l’économie mondiale, l’Afrique est le continent du futur avec de fortes perspectives de croissance. Ses marchés financiers ont un important rôle à jouer à travers l’accroissement de leurs contributions au financement de son économie », a déclaré Edoh Kossi Amenouve le directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Afrique de l’Ouest qui accueille l’évènement. Pour Sunil Benimadhu, directeur général de Stock Exchange...
(Acturoutes 02/12/13)
Les compagnies africaines veulent une plus grande part des bénéfices du trafic voyageurs. Rien de mieux pour les compagnies aériennes africaines que l’union en blocs pour faire face à la domination de leurs concurrentes européennes. A la 53e Assemblée générale de l'Association des compagnies aériennes africaines (Afraa), les 25 et 26 novembre au Kenya, les transporteurs aériens africains ont défini deux axes de cette union. Il s’agit d’une part de la constitution de grands groupes à la place de compagnies de petites tailles nombreuses mais peu viables et instables. "Il y a trop de groupes aériens dans cette région (Afrique de l’ouest). La plupart d'entre eux naissent et meurent en l'espace de quatre ans », a déploré Abderrahmane Berthé patron...
(AFP 01/12/13)
PARIS, 1 décembre 2013 (AFP) - Dans ses relations fortes avec l'Afrique, la France voudrait désormais voir les Africains gérer eux-mêmes leur destin et n'apparaître qu'"en appui" de l'Union africaine. Mais lors des crises, l'ex-puissance coloniale demeure encore et toujours en première ligne. Paris, qui accueille en fin de semaine un sommet franco-africain, met l'accent sur le développement, indissociable de la sécurité. "Les Allemands, les Scandinaves disent +plus d'argent pour le développement, pas pour la guerre+. Nous, nous disons +pas de développement sans sécurité+", souligne un diplomate français sous anonymat. Il faut "une vision large de la sécurité qui ne se limite pas à l'intervention armée, qui ne doit être pour nous que l'ultime recours", insiste le chef de la...
(AFP 01/12/13)
PARIS, 1 décembre 2013 (AFP) - Une quarantaine de dirigeants africains ont rendez-vous les 6 et 7 décembre à Paris à l'invitation du président François Hollande, désireux de voir l'Afrique assumer sa propre sécurité même si la France s'apprête de nouveau à intervenir militairement sur le continent, en Centrafrique. Ce "Sommet de l'Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique" vise à traduire dans les faits la doctrine du chef de l'Etat français, affirmée à Dakar en octobre 2012, et sans cesse réaffirmée depuis: "Le futur de l'Afrique se bâtira par le renforcement de la capacité des Africains à gérer eux-mêmes les crises africaines." Même si "la France sera toujours" aux côtés des Africains, comme le promet aussi François...
(Xinhua 30/11/13)
PARIS, (Xinhua) -- Le sommet de l'Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique doit réunir à Paris les 6 et 7 décembre prochain, à l'invitation du président français François Hollande, de nombreux dirigeants d'Etats africains. Selon des observateurs politiques, ce sommet entre dans le cadre des efforts déployés par la France pour préserver son influence traditionnelle sur le continent africain, où elle a été accusée, par le passé, d'être "Gendarme d'Afrique" pour avoir lancé des opérations d'intervention controversées, notamment en Libye et en Côte d'ivoire. Au total, les représentants de 42 pays africains, sur les 54 Etats que compte le continent, doivent être rassemblés au palais de l'Elysée afin de se pencher sur les questions des conflits et...
(Agence Ecofin 29/11/13)
Le 27 novembre 2013, le plan de déploiement de la 4G par Huawei en Ethiopie a été finalisé. La société chinoise, qui a été choisie par Ethio Telecom pour ce travail, compte dépenser 1,6 milliard de dollars. Le contrat entre les deux entreprises a été signé en juillet dernier. C’est la première phase du chantier de la 4G dans le pays, la seconde phase a été confiée à ZTE. Pour Abdurahim Ahmed (photo), le responsable de la communication chez Ethio Telecom, Huawei va déployer d’abord la 4G à Addis Ababa, en plus d’autres services mobiles comme la 2G, 3G, IP. Avec ces nouvelles prestations dans le secteur télécom, il est attendu « plus de 400 000 abonnés » sur le...
(Xinhua 28/11/13)
ADDIS ABEBA, (Xinhua) -- La présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, a souligné l'impératif de porter attention à l'ensemble de la chaîne de production et d'approvisionnement pour assurer la sécurité alimentaire sur le continent africain. La présidente a tenu ces propos à l'occasion d'une réunion de haut-niveau de deux jours intitulée Canaliser l'innovation en faveur des systèmes agricoles et alimentaires en Afrique, qui s' est achevée mardi au siège de l'UA à Addis Abeba en Éthiopie. Autour du thème "Relever les défis et concevoir le 21ème siècle ", cette réunion a discuté des modèles de succès récemment observés en matière de développement agricole en Afrique, et étudié les opportunités et défis sur la voie à venir...
(Le Potentiel Online 28/11/13)
Selon Mo Ibrahim et plusieurs autres participants de haut rang au Forum Ibrahim 2013, qui s'est tenu le 10 novembre 2013 à Addis-Abeba (Ethiopie), les gouvernements africains doivent « s'approprier pleinement les institutions du continent pour renforcer l'intégration et l'unité ». En clôture de cet événement, Mo Ibrahim a invité les leaders africains à soutenir davantage l'Union Africaine, y compris d'un point de vue financier, afin que le véritable potentiel de l'Afrique puisse se réaliser. Organisé à Addis-Abeba (Ethiopie) à l'instigation de la Fondation Mo Ibrahim, ce Forum a réuni plus de 200 participants dans le but d’aborder ensemble les principaux défis et opportunités auxquels le continent africain devra faire face au cours des cinquante prochaines années. Le Forum Ibrahim...

Pages