| Africatime
Mercredi 29 Mars 2017
(Le Monde 12/10/16)
Pour clore une tournée africaine placée sous le signe de la sécurité et de la crise migratoire, Angela Merkel aurait pu s’attarder sur la politique d’accueil des réfugiés de l’Ethiopie, qui en concentre quelque 780 000 sur son territoire. Ou sur la promesse des autorités d’en employer environ 30 000 grâce au développement de parcs industriels. Mais, lors de sa visite à Addis-Abeba, mardi 11 octobre, après un passage au Mali et au Niger, la chancelière allemande en a profité pour s’exprimer sur la nécessité d’ouvrir l’espace politique de ce géant de 94 millions d’habitants en proie à un mouvement de contestation sans précédent...
(RFI 12/10/16)
Angela Merkel a achevé, ce mardi 11 octobre 2016, une tournée africaine de trois jours par une étape en Ethiopie. La chancelière allemande est venue parler sécurité en Afrique, mais aussi des moyens de freiner le flux de migrants vers l’Europe. L’Allemagne a accueilli l'an dernier un million de réfugiés, des Syriens, des Afghans, mais aussi des Africains. Une visite de la chancelière dans un contexte tendu. L'état d'urgence a été décrété pour six mois en Ethiopie le pays est secoué depuis un an par une vague de contestation sans précédent depuis la chute du régime de Mengistu. En Ethiopie, Angela Merkel a inauguré un bâtiment au siège de l’Union africaine (UA) et rencontré le Premier ministre. La chancelière allemande...
(France TV Info 12/10/16)
Le 13 octobre 2016, la Cour fédérale éthiopienne doit juger 23 réfugiés sud-soudanais accusés du meurtre de 10 Ethiopiens, le 21 avril 2016 à Gambella (sud), lors de heurts intercommunautaires. Ce procès se déroule sur fond de rivalités ethniques et de guerre civile au Soudan du Sud. L’Ethiopie a déjà accueilli des centaines de milliers de réfugiés sud-soudanais qui ont fui ce conflit. Des incidents avaient éclaté dans le camp de réfugiés de Jewi, le 21 avril, après un accident de voiture qui avait coûté la vie à deux enfants sud-soudanais de l'ethnie Nuer. Ceux-ci avaient été renversés par le chauffeur éthiopien d'une ONG internationale. En représailles, des réfugiés nuers s'en étaient pris à des Ethiopiens qui travaillaient dans et...
(AFP 11/10/16)
Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a affirmé mardi vouloir "réformer le système électoral" pour que l'opposition soit mieux représentée, en réponse au mouvement de contestation antigouvernementale qui secoue actuellement son pays. "Nous voulons réformer le système électoral pour que les voix de ceux qui ne sont pas représentés puissent aussi être entendues au Parlement", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse commune à Addis Abeba avec la chancelière allemande Angela Merkel. "Notre processus de démocratisation est encore balbutiant. Nous voulons aller plus...
(AFP 11/10/16)
Des centaines de soldats éthiopiens opérant dans le cadre de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) se sont retirés mardi d'une ville du centre du pays, qui a été immédiatement reprise par les militants islamistes shebab, a-t-on appris de source sécuritaire. Les troupes éthiopiennes ont quitté la ville d'El-Ali, dans la région d'Hiran, après que leur base eut été attaquée à coups de mortiers par les shebab dans la nuit, a annoncé à l'AFP un responsable sécuritaire régional, Abdirisak Moalim Ahmed. Le départ des Ethiopiens a permis aux shebab de reprendre le contrôle d'El-Ali, selon la même source. "Les troupes éthiopiennes...
(RFI 11/10/16)
L'Ethiopie a accusé des « ennemis extérieurs », d'être à l'origine des violences qui agitent le pays et ont conduit dimanche 9 octobre le gouvernement à déclarer l'état d'urgence pour six mois. Addis-Abeba vise en particulier l'Egypte. Des accusations extrêmement graves. Les relations étaient déjà tendues entre l’Ethiopie et l’Egypte en raison du barrage de la Renaissance, le grand barrage éthiopien sur le Nil. Aujourd'hui, Addis-Abeba accuse l’Egypte d’être directement impliquée dans les violences en région oromo, et de soutenir...
(AFP 10/10/16)
L'Ethiopie a accusé lundi des "ennemis extérieurs", tels que l'Egypte, d'être à l'origine des violences sans précédent depuis un quart de siècle qui agitent le pays et ont conduit le gouvernement à déclarer l'état d'urgence pour six mois. Les troubles, qui se sont intensifiés la semaine dernière en région oromo (centre et ouest), sont fomentés par des "ennemis extérieurs" cherchant à "déstabiliser" l'Ethiopie, a déclaré le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement éthiopien, Getachew Reda, lors d'une conférence de presse à Addis Abeba.
(RFI 10/10/16)
Le gouvernement éthiopien a décrété ce dimanche 9 octobre l'état d'urgence pour une période de six mois, après plusieurs mois de violents troubles dans le pays. La mesure, qui s'applique à l'ensemble du territoire, est sans précédent en Ethiopie depuis 25 ans. « L’Etat d’urgence est nécessaire parce que la stabilité de notre pays est compromise », a déclaré le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn dans une allocution retransmise par la télévision nationale EBC. Cette déclaration d'état d'urgence intervient après une semaine de violences...
(Agence Afrique 10/10/16)
Les capitales de l’Ethiopie et de Djibouti sont désormais liées par une ligne ferroviaire, longue de 752,7 km et construite par deux géants chinois, notamment le China Railway Group et la China Civil Engineering Construction Corporation. Cette première ligne de chemin de fer électrique internationale d’Afrique a été inaugurée ce mercredi 5 octobre, par une grande cérémonie dans la capitale éthiopienne, en présence du premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, du président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh et d’un représentant du chef de l’Etat chinois. Hailemariam Desalegn a déclaré que ce projet renforcera les relations économiques et commerciales entre l’Éthiopie et Djibouti. De même qu’il a remercié le gouvernement chinois pour la coopération et le soutien accordés pour assurer le succès de...
(AFP 09/10/16)
Le gouvernement éthiopien a déclaré l'état d'urgence dimanche, après plusieurs mois de violents troubles dans le pays, ont annoncé les autorités. "L'état d'urgence a été déclaré après un débat approfondi en conseil des ministres sur les morts et les dommages aux biens survenus dans le pays", a déclaré le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn. Cette déclaration marque un durcissement du gouvernement face aux mouvements de contestation qui traversent l'Ethiopie depuis la fin de l'année dernière, réprimés par l'Etat au prix de centaines de morts selon des organisations de défense des droits de l'Homme.
(BBC 08/10/16)
Selon le correspondant BBC, le gouvernement éthiopien a indiqué qu'au moins dix entreprises, y compris des entreprises étrangères, avaient été brûlées et pillées dans la région d'Oromia. Cette région connaît des troubles et des manifestations importantes depuis près d'un an.
(AFP 07/10/16)
Les violences se sont poursuivies jeudi et vendredi dans la région oromo, dans le centre et l'ouest de l'Ethiopie, où des complexes touristiques et des usines ont été incendiés au cours de nouveaux incidents dirigés contre le gouvernement et les intérêts étrangers. "Le Lodge est complétement détruit, incendié à 100%", a déclaré à l'AFP une employée de l'hôtel Bishangari Lodge, situé sur les rives du lac Langano, au sud d’Addis Abeba, une des principales destinations touristiques de la région oromo et lieu de villégiature des habitants de la capitale. Au moins...
(AFP 07/10/16)
La chancelière allemande Angela Merkel entame dimanche une tournée de trois jours au Mali, au Niger et en Éthiopie afin notamment d'intensifier la collaboration avec ces pays pour endiguer le flux des migrants tentant de gagner l'Europe depuis l'Afrique. La dirigeante se rendra d'abord au Mali et au Niger, deux pays de transit importants pour les candidats à l'asile, puis ira en Éthiopie, où elle se rendra notamment au siège de l'Union africaine, à Addis-Abeba. Ses entretiens avec les présidents malien Ibrahim Boubacar Keita et nigérien Issoufou Mahamadou, ainsi qu'avec le chef du gouvernement éthiopien Hailemariam Dessalegn, auront pour thème principal le "travail...
(AFP 07/10/16)
Le Haut-commissariat de l'ONU pour les droits de l'Homme a lancé vendredi un appel pour une "enquête indépendante" sur les violences survenues le week-end dernier lors d'un festival religieux au sud-est d'Addis Abeba ayant fait au moins 52 morts. "Il faut véritablement une enquête indépendante" sur ce qui s'est passé dimanche dernier et identifier les responsables de ces incidents qui se sont "soldés dans la violence", a déclaré un porte-parole du Haut-commissariat lors d'un point presse à Genève.
(Le Figaro 07/10/16)
S'estimant marginalisés, les groupes Oromo et Amhara s'opposent au gouvernement. L'Éthiopie s'inquiète et redoute de connaître un avenir compliqué. Le grand pays d'Afrique de l'Est traverse une crise qu'il avait jusqu'alors refusé de voir et qui désormais s'impose. Ainsi, dimanche, à Bishoftu, le festival traditionnel des Oromos a viré à l'émeute puis au drame. Les participants se sont mués en protestataires, croisant les bras au-dessus de la tête, signe habituel de défi pacifique contre les autorités. Les policiers ont alors répliqué à coup de gaz lacrymogène. Dans la panique, au moins 55 personnes sont mortes en chutant dans un large fossé.
(Afriquinfos 07/10/16)
Londres (Afriquinfos) – Dans son rapport d’évaluation globale de la crise mondiale des réfugiés publié mardi, Amnesty International révèle que le Kenya, le Tchad, l’Éthiopie, l’Ouganda et la RD Congo figurent parmi les dix premiers pays qui accueillent la majorité des réfugiés dans le monde, fustigeant ainsi le manque de soutien des pays riches en direction des réfugiés. Intitulé « Combattre la crise mondiale des réfugiés: assumer et partager les responsabilités», le rapport rédigé par Amnesty International, annonce également que la Jordanie, le Liban, la Turquie, le Pakistan et l’Iran qui ne représentent que moins de 2,5 % du PIB mondial, accueillent 56 % des réfugiés dans le monde. Le dit document informe en outre sur la situation précaire à...
(RFI 06/10/16)
Après quatre ans de travaux, l'Ethiopie inaugure ce mercredi 5 octobre une nouvelle ligne ferroviaire entre Addis-Abeba et Djibouti, financée et construite par la Chine. Objectif : désenclaver l'économie éthiopienne et doper les échanges entre les deux pays. Ce nouveau train va permettre de relier Addis-Abeba au port de Djibouti en 10 heures à peine. Un gain de temps considérable comparé aux deux ou trois jours nécessaires aujourd'hui par la route surchargée sur laquelle circulent déjà plus de 1500 camions par jour.
(Xinhua 06/10/16)
Le chef de l'Etat togolais, Faure Gnassingbé a entamé mardi une visite d'Etat de trois jours en Ethiopie, et trois accords de coopération bilatérale ont été signés à cette occasion, rapporte la télévision togolaise. Les accords signés portent sur le développement des relations touristiques entre les deux pays et l'intensification des relations dans le secteur de la culture. Une commission mixte entre les deux pays a été créée à travers la validation d'un mémorandum d'entente. Cette commission mixte est placée sous la supervision des ministres des affaires étrangères respectifs pour examiner les questions bilatérales, échanger sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun, et identifier les moyens par lesquels la relation bilatérale peut être davantage renforcée. Les documents ont été...
(AFP 05/10/16)
Une ressortissante américaine a été tuée mardi à Addis Abeba, victime d'un jet de pierre, lors d'une journée marquée par de multiples incidents dirigés contre le gouvernement et au cours desquels plusieurs entreprises étrangères ont été ciblées en région oromo (centre et ouest), a-t-on appris mercredi de source diplomatique. Cette citoyenne américaine, dont l'identité n’a pas été précisée, voyageait à bord d'un minibus local dans un quartier périphérique de la capitale éthiopienne, quand le véhicule a été visé par des jets de pierre.
(AFP 05/10/16)
Après quatre ans de travaux, l'Ethiopie inaugure mercredi une ligne ferroviaire entre Addis Abeba et Djibouti, financée et construite par la Chine, avec pour ambition de désenclaver l'économie éthiopienne et doper les échanges avec le voisin djiboutien. Cette ligne de 750 km, qui ne sera pleinement opérationnelle que dans un mois, doit permettre de relier la capitale éthiopienne au port de Djibouti, qui donne sur la mer Rouge, en une dizaine d’heures à peine, contre un trajet de plusieurs jours par la route. Cette nouvelle...

Pages