Mardi 19 Septembre 2017
(APA 04/04/17)
Le président soudanais Omar al-Béchir est arrivé mardi à Addis-Abeba pour une visite de travail dont la durée n’a pas été précisée. Le président qui a été accueilli par le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn à l’aéroport international d’Addis-Abeba, s’est ensuite rendu au bureau du Premier ministre pour des pourparlers bilatéraux. Les deux dirigeants devraient discuter d’une série de questions bilatérales d’intérêt commun, en mettant l’accent sur l’évaluation de la mise en œuvre des accords et du mémorandum d’entente précédemment signés. Les deux personnalités examineront les défis et les obstacles qui empêchent la mise en œuvre rapide des accords signés et se concerteront sur les moyens d’accélérer l’exécution des projets conjoints dans des délais clairement définis. La signature d’une série...
(APA 03/04/17)
Le dirigeant soudanais, Omar Hassan al-Béchir devrait effectuer mardi une visite en Ethiopie voisine pour discuter avec le Premier ministre Hailemariam Desalegn de questions bilatérales, portant notamment sur l’amélioration de la coopération économique. Le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Tewolde Mulgeta, a confié aux journalistes soudanais que Bashir tiendrait des réunions principalement axées sur l’évaluation de la mise en œuvre d’accords antérieurs sur le commerce et les investissements. Au cours de la réunion de haut niveau, al-Béchir et le Premier ministre éthiopien...
(APA 31/03/17)
L’Éthiopie envisage de rapatrier ses citoyens séjournant illégalement en Arabie Saoudite dans un délai de trois mois, a annoncé jeudi un haut responsable. L’annonce fait suite à l’avertissement du gouvernement saoudien qu’il allait expulser les immigrants sans papiers du royaume dans un délai de 90 jours. “En utilisant l’amnistie accordée à tous les immigrants illégaux par le gouvernement saoudien, le ministère éthiopien des Affaires étrangères se prépare au rapatriement de ses citoyens”, a déclaré le ministre de l’Information, M. Negeri Lencho, aux journalistes à Addis-Abeba. En 2013, l’Ethiopie a rapatrié plus de 100.000 citoyens, suite à une violente...
(APA 31/03/17)
Le Parlement éthiopien a prolongé ce jeudi, pour quatre mois supplémentaires, l’état d’urgence décrété le 8 octobre 2016 pour endiguer la vague de protestations qui secoue le pays depuis l’année dernière. Le parlement a unanimement voté la prolongation de l’état d’urgence après avoir examiné les rapports présentés par la Commission d’enquête sur l’état d’urgence, portant sur la mise en œuvre des mesures de sécurité pour empêcher les manifestations. Le ministre éthiopien de la défense, Siraj Fegessa, a déclaré que cette prolongation était nécessaire parce que les soi-disant « ennemis de l’Éthiopie » continuent de vouloir perturber la paix et la sécurité du pays. Selon Siraj, une étude menée à travers l’Ethiopie pour sonder l’opinion de la population sur l’état d’urgence...
(AFP 30/03/17)
Le Parlement éthiopien a approuvé jeudi la prolongation pour quatre mois de l'état d'urgence décrété en octobre pour mettre un terme à plusieurs mois de violentes manifestations antigouvernementales. "La chambre a voté à l'unanimité l'extension de l'état d'urgence", a rapporté la radio gouvernementale Fana. Le ministre de la Défense Siraj Fegessa a justifié cette décision par la nécessité de s'assurer que "la paix et la sécurité relatives", qui prévalent actuellement, s'installent durablement. Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn avait déclaré l'état d'urgence le 9 octobre pour six mois, après...
(RFI 30/03/17)
Le Parlement éthiopien a prolongé l'état d'urgence de quatre mois, ce jeudi 30 mars. Il avait été instauré pour six mois en octobre, après un an de violentes manifestations en pays oromo et amharas, où la population protestait contre leur marginalisation dans la société éthiopienne. Les dispositions les plus strictes ont été levées, mais le contrôle exercé par le gouvernement reste quand même très étroit. Au début de la semaine, la commission d'enquête chargée d'évaluer la mise en oeuvre de l'état d'urgence a comparu devant les députés éthiopiens. Ses chiffres ont donné un contour concret à la situation : 26 000 personnes ont été arrêtées, près de 5 000 ont été envoyées devant un tribunal avec des chefs d'accusation graves,...
(APA 30/03/17)
Quelque 5 000 personnes suspectées d’être impliquées dans les troubles qui ont secoué les principales villes éthiopiennes l'année dernière, seront jugées, a annoncé la commission d'enquête mise en place pour élucider cette affaire. La Commission a annoncé mardi que 26.130 personnes avaient été détenues dans les États d'Oromia, d'Amhara et de SNNP, ainsi que la capitale, Addis-Abeba, dans le cadre de l'Etat d'urgence décrété il y a six mois et qui doit expirer le 5 avril prochain. 20.659 des détenus ont été relâchés après avoir subi « une formation civique » tandis que 475 d’entre eux ont été libérés en raison de leur âge ou de leur état de santé. « Les 4.996 personnes restantes devront par contre faire face...
(APA 29/03/17)
De nouvelles limitations de vitesse pour les conducteurs vont entrer en vigueur en juillet, à Addis-Abeba, capitale éthiopienne a annoncé mardi, le Bureau de coordination des programmes de transport de la ville. Un communiqué du Bureau a indiqué que la révision était nécessaire parce que la conduite au-delà de la limitation de vitesse a toujours été la cause principale des accidents de la route notés dans la capitale. La limitation de vitesse actuellement en vigueur pour les voitures et les motocyclettes est de 50-80 km/h dans une partie de la ville et 100 km/h dans d’autres.
(APA 29/03/17)
Les hauts commandements militaires du Soudan et de l'Ethiopie ont conclu une alliance en vue de sécuriser conjointement leur frontière commune et combattre le trafic d'êtres humains, a appris APA de source autorisée. Le chef de l'état-major de l'armée soudanaise, le général Imad Adawi, a déclaré mercredi qu'il avait rencontré son homologue éthiopien avec qui il a échangé sur l'importance de la compréhension au niveau stratégique et de la coordination pour prendre en charge les défis sécuritaires des deux pays. Le général Adawi a annoncé que les deux pays ont convenu que leurs deux forces vont patrouiller conjointement le long de leur frontière commune, longue de 725 km, afin des prévenir toute activité illégale notamment le trafic d'êtres humains qui...
(L'Express de Madagascar 29/03/17)
Jour J. Le vol inaugural de la compagnie Ethiopian Airlines reliant Antananarivo et Addis Abeba est attendu ce jour. Le Boeing 737-800 de cette compagnie foulera pour la première fois le tarmac d’Ivato à 14h20. C’est un évènement majeur pour cette compagnie du gouvernement éthiopien, l’une des compagnies avec une croissance rapide en Afrique. Pour cette nouvelle destination, elle proposera trois vols par semaine entre sa base à Addis Abeba–Bole et l’aéroport d’Antananarivo–Ivato. La capitale malgache s’ajoute donc aux 95 villes déjà desservies par cette compagnie membre de Star Alliance. D’autres destinations viennent d’être inaugurées aussi cette semaine par la compagnie. Cette ouverture de ligne est bon signe pour le tourisme. Selon un opérateur touristique, « l’arrivée d’Ethiopian Airlines profitera...
(Agence Ecofin 28/03/17)
La Banque mondiale a signé, le 23 mars dernier, un accord de subvention avec le gouvernement éthiopien d’un montant de 18 millions $, destiné à accroître les investissements, améliorer la gestion durable des forêts ainsi qu’à réduire les émissions de carbone dans l’état d’Oromia. L’enveloppe sera débloquée par le Fonds Biocarbone, un programme administré par la Banque mondiale et qui mobilise des financements pour des activités visant à fixer ou piéger le dioxyde de carbone (CO2) dans les écosystèmes forestiers ou agricoles. Il servira à appuyer le « Oromia Forested Landscape Program (OFLP) », lancé par le gouvernement éthiopien dans le but de reboiser les paysages de l’Etat d’Oromia. En outre, le financement soutiendra les activités centrées sur les communautés...
(Le Monde 28/03/17)
Le pays avait déjà été fragilisé en 2016 par le phénomène météo El Nino. Pour préserver son image de stabilité, Addis-Abeba fait le choix d’une diplomatie humanitaire discrète. En 2016, l’Ethiopie était frappée de plein fouet par « la pire sécheresse depuis trente ans », selon les Nations unies. Cette année, le pays doit faire face à une nouvelle sécheresse qui touche toute l’Afrique de l’Est, ainsi que le Yémen, rendant nécessaire une aide alimentaire d’urgence pour 20 millions de personnes. Partout ailleurs dans la région, on parle de « drame humanitaire », de « tragédie ». Mais, dans l’ancienne Abyssinie, on ne s’épanche pas en public sur la gravité de la situation. Pourtant, pas moins de 5,6 millions d’Ethiopiens...
(AFP 27/03/17)
L'Agence juive a affirmé dimanche ne "pas avoir reçu de listes de candidats" éthiopiens à l'immigration après que des députés israéliens ont accusé le gouvernement d'avoir "abandonné" les juifs d'Ethiopie. Le gouvernement avait établi en 2015 une liste nominative de 9.000 Éthiopiens autorisés à immigrer en Israël au nom du regroupement familial sous cinq ans. Parmi eux, certains ne sont pas juifs mais bénéficient du regroupement familial pour rejoindre des proches juifs déjà installés en Israël. Or, seules 64 personnes sont arrivées en Israël depuis cette décision, un retard "insupportable", a estimé lors d'une réunion d'une commission parlementaire la semaine dernière le député Elie Elalouf.
(RFI 27/03/17)
Une dramatique sécheresse frappe depuis plusieurs années la Corne de l'Afrique, au point que la Somalie a déclaré l'état de catastrophe nationale et que l'état de famine a été décrété au Soudan du Sud. Depuis quelques semaines, les organisations humanitaires enregistrent les premiers morts de faim dans la région, tandis que les agricultures sont dévastées et les paysans contraints de se déplacer pour survivre. Parmi les pays les plus touchés, l'Etat autoproclamé du Somaliland, indépendant de facto depuis 1991. Le Somaliland est aujourd'hui au bord de la catastrophe. C'est du moins l'opinion des autorités de ce pays si particulier, reconnu officiellement par personne, mais avec lequel on commerce et on discute malgré tout. Selon les estimations du ministère de la...
(APA 25/03/17)
Le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, s’est entertenu, ce vendredi à Casablanca, avec l'ancien ministre éthiopien des Affaires Etrangères, Tedros Adhanom Ghebreyesus, candidat au poste de directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les deux parties ont examiné lors de cette entrevue les mécanismes de coopération et de partenariat susceptibles de booster les échanges entre les deux pays et exploré de nouveaux horizons dans les domaines du commerce et des investissements. Au terme de cette rencontre, Ghebreyesus a souligné que « les entretiens ont porté sur les opportunités à exploiter afin de développer...
(APA 25/03/17)
Le gouvernement du Nigeria a récemment pris la décision de nouer un partenariat avec Ethiopian Airlines pour reprendre les activités de sa compagnie aérienne nationale qui a cessé ses opérations en 2012, a annoncé vendredi AIN en ligne, une société de médias s’occupant essentiellement du secteur de l’aviation. Tewolde Gebremariam, PDG du groupe Ethiopian Airlines, a déclaré lors d’une récente visite au Nigeria que le gouvernement nigérian avait contacté sa direction pour demander de l’aide. Il a expliqué que les deux parties avaient exprimé leur désir de coopérer. “Il y a aussi la possibilité que nous puissions discuter d’un investissement de capitaux à l’avenir mais pour l’heure, il s’agit seulement de discussions pour un contrat de gestion”, a-t-il noté. Nigeria...
(AFP 24/03/17)
Le Kenya, tenant des titres seniors messieurs et dames, et l'Ethiopie se partageront une fois de plus les lauriers lors de la 42e édition des Championnats du monde de cross country, dimanche à Kampala. Geoffrey Kipsang Kamworor, également champion du monde de semi-marathon en 2014 et 2016, et Agnes Jebet Tirop défendent leurs couronnes des Mondiaux 2015 disputés en Chine. L'Ouganda, à domicile, et le Bahreïn, fort de ses transfuges d'Afrique de l'Est, sont également ambitieux. La Vieille Europe, qui s'est réfugiée face à l'écrasante suprématie africaine dans ses championnats continentaux, disputés en décembre, se contentera de miettes. La France a seulement trois représentants. "Les raisons sanitaires ne sont pas négligeables, avec des risques de fièvre jaune (vaccination obligatoire, NDLR)...
(Agence Ecofin 23/03/17)
La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), une institution financière multilatérale créée en 2015, par Pékin, a annoncé dans un communiqué publié le 23 mars, avoir approuvé l’adhésion de 13 nouveaux pays dont l’Ethiopie et le Soudan. Il s’agit de cinq pays asiatiques (Hong Kong, Afghanistan, Arménie, Fidji et Timor-Est) et de 8 pays situés sur d’autres continents, en l’occurrence le Canada, la Belgique, l'Ethiopie, la Hongrie, l'Irlande, le Pérou, la République du Soudan et le Venezuela. Ces nouvelles adhésions portent le nombre de pays membres de l’AIIB, à 70. « Je suis très fier que l'AIIB compte désormais des membres de presque tous les continents.», a déclaré le président de l'AIIB, Jin Liqun (photo), cité dans le communiqué...
(Le Courrier 23/03/17)
Les multinationales avant les populations locales? Après l’éboulement d’une décharge à Addis Abeba qui a fait de nombreuses victimes, les ONG pointent du doigt le modèle de gestion des déchets promu par l’Agence française de développement. Eclairage. Un éboulement dans l’immense décharge de Koshe, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, a fait au moins 113 morts selon le dernier décompte. La catastrophe, survenue le 11 mars 2017, a principalement frappé des femmes et des enfants vivant sur ce site de 30 hectares, et gagnant leur vie à fouiller les déchets à la recherche de matières recyclables ou réutilisables: les waste pickers ou chiffonniers.
(Xinhua 23/03/17)
L'ancien ministre des Affaires étrangères et conseiller spécial du Premier ministre d'Ethiopie, Tedros Adhanom Ghebreyesus a sollicité mardi le soutien du président togolais, Faure Gnassingbé, au poste de directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) M. Ghebreyesus a également rendu compte au chef de l'Etat togolais du déroulement de sa campagne. "Je suis candidat au poste de directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et je suis venu remercier le président Gnassingbé pour le soutien que le Togo m'accorde et lui tenir informer du déroulement de ma campagne", a confié l'ancien diplomate éthiopien. "Le Togo me soutien déjà et c'est une opportunité pour moi de venir remercier le chef de l'Etat. Au départ nous étions six...

Pages