Samedi 21 Octobre 2017

Sécheresse en Ethiopie : « J’ai vu mes chameaux et mes chèvres mourir les uns après les autres »

Sécheresse en Ethiopie : « J’ai vu mes chameaux et mes chèvres mourir les uns après les autres »
(Le Monde 09/06/17)
Les animaux meurts faute d'eau.

Dans la région Somali, les camps de déplacés se remplissent. Addis-Abeba assure que « tout est sous contrôle », mais 7,8 millions d’Ethiopiens ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence.
La hutte est minuscule et délabrée, le vent chaud passe au travers. Bisharo Choukiri n’a presque plus rien. De maigres possessions et cinq chameaux. Et la cinquantaine d’autres, les quatre cents chèvres et les quarante moutons ? Morts, « les uns après les autres. Avant, j’étais riche. Maintenant, je n’ai plus rien », soupire cette grande dame maigre, mère de neuf enfants, le visage entouré d’un foulard. Autour d’elle, des centaines de huttes et de tentes recouvertes de plastique et de bouts de tissu forment le camp de Yohob dans la région Somali, dans le sud-est de l’Ethiopie, où s’entassent des milliers de déplacés de la sécheresse en ce printemps.

La région Somali, qui compte plus de 5 millions d’habitants, n’a pas toujours été une terre d’accueil. Frontalière de Djibouti et de la Somalie, elle a longtemps été le théâtre d’une insurrection sanglante menée par le Front national de libération de l’Ogaden (FNLO). Ce groupe séparatiste, aujourd’hui qualifié de « terroriste » par le gouvernement éthiopien, s’est constitué après la guerre de l’Ogaden, vieille de quarante ans, qui opposait la Somalie du président Siad Barre à l’Ethiopie de Mengistu Haïlé Mariam, finalement victorieuse.

Sédentarisation forcée

La situation sécuritaire dans la région, troublée ces derniers mois par des affrontements entre les ethnies Somali et Oromo, à la frontière des deux régions éponymes, a entraîné le déplacement de milliers de personnes. Mais c’est la sécheresse, touchant toute l’Afrique de l’Est, qui est désormais la cause principale de la sédentarisation forcée des éleveurs nomades. Ceux-là seraient 300 000, dispersés dans des camps de la région Somali, l’une des plus touchées, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Au début de l’année, 5,6 millions d’Ethiopiens avaient besoin d’une aide alimentaire d’urgence. Ils sont désormais près de 7,8 millions.

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/09/secheresse-en-ethiopie-...

Commentaires facebook