Mercredi 21 Février 2018

L'Éthiopie lève l'interdiction empêchant ses travailleurs d'émigrer

L'Éthiopie lève l'interdiction empêchant ses travailleurs d'émigrer
(AFP 02/02/18)
Addis Abeba, capitale de l'Ethiopie

L’Éthiopie a levé l'interdiction qui empêchait ses travailleurs peu qualifiés d'émigrer pour travailler à l'étranger, en particulier au Moyen Orient, après avoir voté une nouvelle loi qui doit prévenir la maltraitance de ces employés, a déclaré un responsable du gouvernement jeudi.

Le second pays le plus peuplé d'Afrique avait mis en place cette interdiction cinq ans plus tôt, après des rapports ayant mis en évidence des mauvais traitements. Des plaintes avaient été déposées contre des agences de recrutement ayant attiré des Éthiopiens pour travailler à l'étranger dans des conditions irrégulières et déplorables.

Abebe Haile, directeur au ministère du Travail et des Affaires sociales, a déclaré que la nouvelle loi encadre les agences recrutant ces Éthiopiens en recherche d'emploi à l'étranger.

Le gouvernement a également ouvert des centres de formation pour les travailleurs peu qualifiés qui partent à l'étranger.

"Ces préparatifs étant pris en compte, l'interdiction a été levée et nous sommes maintenant prêts à lancer les services de l'emploi à l'étranger", a annoncé M. Abebe dans une conférence de presse.

L’Éthiopie est l'un des pays les plus pauvres du monde et est, selon l'Organisation internationale du travail (OIT), une source importante de migrants, en particulier pour le Moyen Orient où l'on comptait environ 460.000 travailleurs éthiopiens en 2013 quand l'interdiction est entrée en vigueur.

A l'époque, les rapports faisant état de mauvais traitements des travailleurs étaient très répandus. Une vidéo sur internet montrait notamment une domestique éthiopienne au Liban, trainée par les cheveux en public par ses employeurs. Par la suite, elle s'était suicidée à l'hôpital.

Si certains Éthiopiens travaillent de façon régulière au Moyen Orient, d'autres entreprennent une migration sans visas, malgré un voyage dangereux à travers le Yémen en guerre et une traversée en bateau du Golfe d'Aden périlleuse.

Au moins 30 personnes sont mortes noyées la semaine dernière lorsqu'un bateau transportant des Éthiopiens et des Somaliens a chaviré sur la côte yéménite.

L'Arabie saoudite, une destination populaire chez les migrants éthiopiens, a procédé à des expulsions de masse de travailleurs étrangers en situation irrégulière qui ont été dénoncées par les groupes de défense des droits humains pour leur brutalité.

Riyad a annoncé l'année dernière qu'elle procèderait à une nouvelle expulsion de migrants illégaux. Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré à un média d'Etat que plus de 14.000 de ses citoyens ont été rapatriés depuis novembre.

M. Abebe a par ailleurs annoncé que l’Éthiopie avait signé des accords bilatéraux avec le Koweït, la Jordanie et le Qatar pour encadrer les flux de travailleurs peu qualifiés, et travaille à la conclusion d'accords avec d'autres pays.

Commentaires facebook