Mercredi 26 Juillet 2017

Ethiopie: un rapport dresse le bilan des violences en pays Oromo et Amhara

Ethiopie: un rapport dresse le bilan des violences en pays Oromo et Amhara
(RFI 20/04/17)
Les manifestations violentes qui ont marqué les années 2015 et 2016, en pays Oromo et Amhara.

En Ethiopie, la Commission des droits de l'homme a rendu son rapport sur les manifestations violentes qui ont marqué les années 2015 et 2016, en pays Oromo et Amhara. Son président a présenté ses conclusions mardi 18 avril devant le Parlement : selon lui, les événements ont fait 669 morts, dont 462 manifestants et 33 policiers. Fait rare en Ethiopie, il a reconnu que, outre le fait que certains manifestants étaient armés, c'est la « négligence » des forces de sécurité et des abus individuels qui sont en partie responsables des morts, mais aussi la mauvaise gouvernance et l'absence de réponse aux revendications populaires. Ce rapport n'a pas tardé à faire réagir les observateurs de la situation éthiopienne.

Face à un gouvernement aussi susceptible que le gouvernement éthiopien, l'organisation Human Rights Watch veut rester prudente. Felix Horne est son expert pour l'Ethiopie et l'Erythrée. Avant de faire connaître un jugement final sur le rapport de la Commission des droits de l'homme, il préfère attendre d'obtenir sa version écrite.

« Bien sûr c'est un pas dans la bonne direction, de reconnaître que certains policiers ont fait usage d'une force excessive. Mais c'est très éloigné de ce qui serait nécessaire. Nous avons besoin de savoir comment ils en arrivent à ces conclusions, et pour ça nous attendons d'avoir la version écrite du rapport. »

Félix Horne prend en exemple la précédent dossier. « Le premier rapport soumis au Parlement, en juin l'année dernière, nous n'en avons obtenu une copie écrite que la semaine dernière. Et dans ce texte-là, il est clair que la Commission n'a presque interrogé que des responsables locaux, des officiers des forces de l'ordre et des chefs traditionnels. Et on ne sait pas s'ils ont interrogé des victimes des exactions de la police. »

Pour la directrice du mensuel indépendant Addis Standard, Tsedale Lemma, ce rapport n'est de toute façon pas totalement sincère, puisque ce sont les puissants alliés occidentaux de l'Ethiopie qui l'ont poussé à le produire.

« Penser que l'état d'urgence ou la publication de ce rapport serait la baguette magique pour calmer la situation serait à mon avis politiquement naïf. Les demandes du peuple sont absentes. Ce qu'ils font, c'est tout simplement couvrir les revendications populaires avec du jargon bureaucratique. »

Commentaires facebook