Mercredi 28 Juin 2017

Éthiopie : la reprise sera-t-elle au rendez-vous en 2017 ?

Éthiopie : la reprise sera-t-elle au rendez-vous en 2017 ?
(Autre média 01/06/17)

Après une décennie de croissance économique soutenue, le 2e pays le plus peuplé d’Afrique tente de se ressaisir suite au repli enregistré en 2016. Toutefois, l’instabilité politique due aux troubles sociaux risque de porter un coup dur à son attractivité.

L’Éthiopie parviendra-t-elle à rebondir en 2017? Après douze ans de croissance économique record, l’économie éthiopienne a ralenti en 2016, érodée par une sévère sécheresse et un environnement international moins porteur. Ce ralentissement a toutefois été atténué par les interventions efficaces du gouvernement et par la vigueur de l’industrie et des services (commerce, transport, télécommunications, tourisme et banque). En 2017, la normalisation des conditions climatiques était censée se traduire par un rebond de la croissance à plus de 7 %. Cependant, de graves troubles ethno-politiques ont éclaté début octobre 2016 et entraîné l’instauration de l’état d'urgence. Cette instabilité a des conséquences négatives sur l’activité, affectant à la fois les investissements et le tourisme. Cela devrait donc peser fortement sur la reprise.

Transformation

Si la situation politique se normalisait, la croissance devrait bénéficier, dans les années à venir, de la mise en œuvre d’un important programme d’investissements publics, qui s’est poursuivie dans le cadre du second Plan pour la croissance et la transformation de l’Éthiopie. Celui-ci reste axé sur le développement des réseaux de transport et des infrastructures énergétiques, de télécommunications et de celles liées aux technologies de l'information. Il met également l’accent sur l’essor d’une industrie manufacturière tournée vers l’exportation. Les secteurs du cuir, de la chaussure, du textile et de l’agro-alimentaire devraient continuer à jouer un rôle moteur dans son expansion, à moins que les investissements directs étrangers ne pâtissent de la détérioration du climat politique.

Politique budgétaire
Le budget rectificatif pour 2016 a permis de prendre en compte le coût social de la sécheresse tout en limitant le déficit budgétaire à 3% du PIB. La sous-exécution de dépenses non essentielles ne sera toutefois pas suffisante en 2017 pour éviter une hausse du déficit au regard du PIB et, à moyen terme, de nouvelles réformes seront nécessaires pour augmenter le poids, encore faible, de la taxation. Le déficit courant est demeuré élevé en 2016 du fait de la stagnation des recettes d’exportation induite par la baisse des cours mondiaux (café, graines oléagineuses, or). De plus, la hausse des importations de biens d’équipement et de produits alimentaires a compensé la baisse de la facture énergétique. Les remises des travailleurs expatriés et les investissements directs étrangers ont, toutefois, sensiblement augmenté. En dépit de la diminution des importations de denrées alimentaires et de la hausse des transferts des expatriés, le déficit courant restera important en 2017. Au regard de la performance des exportations, la progression des importations du secteur public reste trop forte. Une hausse plus modérée de ces dernières permettrait de réduire le besoin de financement extérieur, de constituer un matelas de réserves de change (celles-ci ne représentent que 1,9 mois d’importations) et de mieux résister aux chocs. En outre, le taux de change est insuffisamment flexible, ce qui nuit à la compétitivité du pays.

Commentaires facebook