Jeudi 19 Octobre 2017

Dans le monde

(AFP)

Le président camerounais Paul Biya doit "prendre ses responsabilités" et "agir vite" dans les régions anglophones du Cameroun où la "répression meurtrière" des autorités alimente un risque d'"insurrection armée", met en garde jeudi un rapport du centre d'analyse International Crisis Group (ICG).

"La crise qui dure depuis un an dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest a dégénéré le 1er octobre, en marge de la proclamation symbolique d’indépendance de l'Etat d'Ambazonie par des militants sécessionnistes", rappelle ce nouveau rapport.

(AFP)

Les talibans ont provoqué un nouveau carnage jeudi en Afghanistan tuant au moins 43 soldats dans l'attaque de leur base dans le sud, totalement soufflée par un Humvee (véhicule militaire léger) piégé, la troisième au moins en 48 heures contre des forces gouvernementales.

Selon le ministère de la Défense "plus d'une soixantaine de soldats se trouvaient sur la base, 43 ont été tués, neuf blessés et six sont portés disparus".

"Dix assaillants ont été tués" a-t-il ajouté dans un communiqué.

(AFP)

"Avant, nous ne pouvions pas dire avec fierté que nous étions Turkmènes, maintenant notre drapeau flotte de nouveau sur la citadelle de Kirkouk", se réjouit Omar Najat, un Irakien de 23 ans.

Depuis la reprise cette semaine de la ville multiethnique par les forces irakiennes, le rapport de force entre les différentes communautés a changé.

(AFP)

De ses mains puissantes, Daniel Alfonso Garrido manie délicatement des fils de métal précieux. Il en tisse des bijoux délicats, perpétuant l'art arabe du filigrane, une technique ancestrale parvenue au coeur de la Colombie au temps des conquistadors espagnols.

Animaux et fleurs d'argent ou d'or illuminent la joaillerie de cet orfèvre de Mompox, une petite ville isolée du nord du pays, bâtie sur une île du fleuve Magdalena et dont la beauté coloniale a inspiré l'écrivain Gabriel Garcia Marquez.

(AFP)

Jacinda Ardern, leader de l'opposition travailliste de Nouvelle-Zélande, était en mesure jeudi de former un gouvernement après avoir obtenu le soutien du populiste Winston Peters placé en position d'arbitre par des législatives indécises.

Près de quatre semaines après le scrutin du 23 septembre, le parti New Zealand First (NZF) de Winston Peters a donc opté pour le centre gauche plutôt que pour le centre droit du Premier ministre sortant Bill English.

Avec ce soutien, les travaillistes et les Verts ont le nombre d'élus suffisant pour constituer un gouvernement.

(AFP)

Propulsée le 1er août à la tête d'une opposition travailliste aux abois, Jacinda Ardern, 37 ans, est désormais en position de former un gouvernement en Nouvelle Zélande. Une prouesse qui aura cependant un coût politique.

Portée par une impressionnante vague de sympathie appelée "Jacinda-mania" par les médias, celle qui a été comparée au Français Emmanuel Macron et au Canadien Justin Trudeau a surfé sur la promesse d'un "changement" de génération pour offrir au centre gauche une remontée inespérée dans les sondages avant les élections.

(AFP)

Le gouvernement espagnol a annoncé jeudi qu'il poursuivait la procédure de suspension d'autonomie de la Catalogne, estimant que le président catalan Carles Puigdemont n'avait pas restauré l'ordre dans sa région, approfondissant encore une crise qui menace la stabilité de l'Espagne.

(AFP)

En dépit de soupçons de fraude aux fonds européens, le milliardaire Andrej Babis se dirige vers une victoire aux législatives tchèques de vendredi et samedi, avec son discours anti-corruption et anti-euro.

Qualifié de "version tchèque de Trump" par le magazine Forbes, l'entrepreneur de 63 ans aux cheveux courts poivre et sel, magnat de l'agro-alimentaire, de la chimie et des média, est le deuxième homme le plus riche du pays.

(AFP)

A Malte, l'assassinat choc d'une blogueuse influente engagée contre la corruption a fait exploser une frustration contre les institutions qui bouillonnait, derrière l'image de paisible paradis touristique du petit archipel méditerranéen.

Universitaires, avocats, amis de Daphne Caruana Galizia, déchiquetée lundi par l'explosion d'une bombe sous sa voiture, témoignent tous d'un plongeon abyssal de la confiance dans les politiques, la police, les hommes d'affaires et le système judiciaire.

(AFP)

La menace balistique et nucléaire permanente venant du belliqueux voisin nord-coréen exacerbe les tensions, mais représente une aubaine pour une industrie de la défense sud-coréenne en plein envol.

Pendant des décennies, la Corée du Sud fut l'un des plus gros importateurs mondiaux d'équipements et de technologies militaires, en grande partie américains. Mais depuis peu, l'industrie nationale se développe à grande vitesse.

(AFP)

L'administration Trump a réclamé jeudi qu'un éventuel gouvernement d'unité palestinien que pourraient former le Fatah et le Hamas reconnaisse Israël, prenne l'engagement de la non-violence et désarme le Hamas.

(AFP)

Jacinda Ardern, leader de l'opposition travailliste de Nouvelle-Zélande, était en mesure jeudi de former un gouvernement après avoir obtenu le soutien d'un franc-tireur populiste placé par des législatives indécises en position d'arbitre.

La candidate de centre-gauche âgée de 37 ans est désormais en position de former un gouvernement de coalition avec le parti New Zealand First de Winston Peters et les Verts, près de quatre semaines après le scrutin du 23 septembre.

(AFP)

Les ministres de l'Intérieur du G7 se réunissent jeudi et vendredi sur l'île italienne d'Ischia (sud) pour plancher sur la menace que représentent pour leur pays les combattants étrangers en fuite après la chute de plusieurs bastions jihadistes.

Autre grand débat, celui qui sera consacré à la lutte contre le "terrorisme" sur internet, en présence des représentants de quatre géants du web: Google, Facebook, Twitter et Microsoft.

(AFP)

A première vue, on pourrait croire que les rangées de bâtiments dévastés sont le résultat d'un puissant séisme. Mais les lambeaux de murs troués de balles témoignent en réalité de la guerre urbaine la plus longue de l'histoire philippine.

"Personne ne voulait de ça", a lancé mardi le président Rodrigo Duterte, proclamant la "libération" de la grande ville méridionale "de l'influence des terroristes" après quasi cinq mois de combats avec des jihadistes fidèles au groupe Etat islamique (EI).

(AFP)

S'ils ont soutenu le gouvernement socialiste lors des élections régionales au Venezuela dimanche, c'est pour conforter une "révolution" qui "aime les pauvres", témoignent José, Cristobal et Eddie, trois fidèles du président Nicolas Maduro.

Alors que le pays est en plein naufrage économique, ces habitants de Petare, la plus grande favela du Venezuela, n'ont pas hésité à donner une fois de plus leur voix au parti au pouvoir dans leur Etat, celui de Miranda, gouverné pendant neuf ans par l'opposant Henrique Capriles, ex-candidat à la présidentielle.

(AFP)

La Première ministre britannique Theresa May s'est engagée à être conciliante après le Brexit avec les Européens vivant au Royaume-Uni, dans l'espoir de débloquer les négociations du divorce dont les dirigeants de l'UE réunis jeudi à Bruxelles vont à nouveau pointer les progrès insuffisants.

(AFP)

Depuis qu'il a quitté la Maison Blanche, il est resté discret, se gardant de critiquer frontalement Donald Trump: Barack Obama remet pour la première fois le pied dans l'arène politique américaine jeudi.

L'ancien président démocrate est attendu à deux réunions de campagne, la première dans l'Etat du New Jersey, à côté de New York, la seconde 500 kilomètres plus au sud, en Virginie.

A Newark comme à Richmond, M. Obama, 56 ans, apportera son soutien au candidat de son parti au poste de gouverneur.

(AFP)

Reculer ou aller au choc frontal? Le président indépendantiste de Catalogne doit répondre jeudi à l'ultimatum du gouvernement central, qui a promis de suspendre son autonomie s'il ne renonce pas à déclarer l'indépendance.

Carles Puigdemont a jusqu'à 10h00 locales (08h00 GMT) pour affirmer clairement qu'il renonce à déclarer l'indépendance de sa riche région de 7,5 millions d'habitants.

(AFP)

Le président américain Donald Trump était empêtré mercredi dans une nouvelle polémique liée à ses propos lors d'un appel à la veuve d'un soldat mort au combat, sur fond de critiques récurrentes sur son manque d'empathie.

Le locataire de la Maison Blanche avait déjà été montré du doigt pour ne pas avoir appelé plus tôt les proches de ces quatre Américains tombés le 4 octobre dans une embuscade d'un groupe jihadiste au Niger.

(AFP)

Un juge fédéral de l'Etat américain du Maryland a largement suspendu l'application de la troisième version du décret anti-immigration du président américain Donald Trump, quelques heures seulement après un jugement similaire pris mardi par un magistrat de Hawaï.

La décision du juge Theodore Chuang a également une portée nationale et devrait faire l'objet d'un appel rapide du gouvernement, qui entend interdire de façon permanente le franchissement des frontières américaines aux ressortissants de sept pays, musulmans dans leur majorité.

(AFP)

Au moins quatre personnes ont été tuées par balle mercredi au cours d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre dans les deux principales villes du Togo, a déclaré mercredi soir le ministre de la Sécurité, Yark Damehame.

Trois personnes ont été tuées "par balle" à Sokodé, deuxième ville du Togo, a-t-il affirmé dans un point presse, ajoutant que les violences avaient également fait un mort et plusieurs blessés dans la capitale. L'opposition fait état de deux morts, dont un enfant de 11 ans, dans la seule ville de Lomé.

(AFP)

Le conflit en Centrafrique est "une crise dramatique mais une crise oubliée", a affirmé mercredi dans un entretien à l'AFP et à RFI le patron de l'ONU, Antonio Guterres, en visite dans ce pays du 24 au 27 octobre.

"La Centrafrique est très loin des attentions de la communauté internationale. Le niveau de souffrances du peuple mais aussi les drames subis par les humanitaires et les forces de maintien de la paix méritent une solidarité et une attention accrues", estime le secrétaire général de l'Organisation.

(AFP)

Au moins sept personnes ont été tuées et 21 autres blessées mercredi dans ce qui semble être un attentat-suicide contre un véhicule transportant des policiers au Baloutchistan (sud-est du Pakistan), ont indiqué des responsables locaux.

Un précédent bilan faisait état de six morts.

Les policiers d'élite circulaient en camion sur une route à l'extérieur de Quetta, la capitale de la province, lorsque l'attaque s'est produite.

(AFP)

Le renouvellement en novembre pour un an du mandat des experts en armes chimiques de l'ONU et de l'OIAC chargés de la Syrie fait l'objet d'un bras de fer au Conseil de sécurité, la Russie voulant le lier à leur prochain rapport contre l'avis de Washington et de ses alliés européens.

(AFP)

Le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) rendra le 22 novembre son jugement à l'encontre de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, accusé de génocide et crimes de guerre pendant le conflit en Bosnie.

(AFP)

L'opposition vénézuélienne risque de perdre les cinq régions -sur 23- qu'elle contrôle, après avoir boycotté la cérémonie de prestation de serment des gouverneurs devant l'Assemblée constituante mercredi, ce qui devrait relancer la crise politique.

Les 18 gouverneurs du camp présidentiel désignés dimanche ont eux prêté serment à la mi-journée devant la Constituante, une instance uniquement composée de membres du parti au pouvoir et dotée de pouvoirs très étendus.

(AFP)

Le nouvel envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Koehler, pour la première fois dans la région depuis sa nomination, s'est dit déterminé à résoudre la question sahraouie, lors d'une visite mercredi dans des camps de réfugiés sahraouis en Algérie.

Nommé en août par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui l'a chargé de relancer les négociations entre Rabat et les indépendantistes du Front Polisario, M. Koehler a entamé sa tournée lundi au Maroc, qui contrôle depuis 1975 une grande partie de cette ex-colonie espagnole.

(AFP)

Il y a quelques jours à Raqa, des jihadistes retranchés dans l'hôpital national se battaient jusqu'au dernier souffle. Mercredi, un silence de mort régnait autour du bâtiment où des mouches s'agglutinaient au-dessus de deux corps en décomposition.

Le complexe hospitalier et le stade de football, tout juste repris par les Forces démocratiques syriennes (FDS) --une alliance de combattants kurdes et arabes soutenue part Washington-- étaient les deux dernières poches du groupe Etat islamique (EI) dans Raqa.

(AFP)

Ravagées par les incendies à deux reprises en quatre mois, les forêts au centre du Portugal se vident lentement de leurs habitants, devenant une proie facile pour les flammes, qui y ont tué plus de cent personnes.

Ces collines de l'arrière-pays, au confluent des districts de Coimbra, Viseu, Guarda et Castelo Branco, ont été frappées par les feux de forêt les plus meurtriers de l'histoire du Portugal, avec 64 morts en juin et 41 nouvelles victimes depuis dimanche.

(AFP)

Désarroi, humiliation, colère... la crise politique entre séparatistes catalans et gouvernement central a fait irruption sur les divans des psychiatres de Barcelone, une ville qui tentait encore de surmonter le traumatisme de l'attentat islamiste de la mi-août.

Alors que la crise s'accentue de jour en jour, les Catalans se sentent divisés, pris entre deux feux et tenaillés par l'incertitude, selon différents témoignages recueillis par l'AFP.

C'est ce que constate le psychanalyste José Ramón Ubieto.

(AFP)

Carlos Artur Nuzman, ex-président du Comité olympique brésilien, Lamine Diack, ancien patron de l'athlétisme mondial, et son fils Papa Massata Diack ont été formellement accusés mercredi par le parquet de Rio de Janeiro d'avoir participé à un réseau international d'achats de voix ayant permis à la ville de décrocher les JO-2016.

(AFP)

Le mur de sécurité israélien, à la fois manifestation éloquente du conflit et lieu d'expression artistique côté palestinien, s'est couvert ces derniers jours à Bethléem de nouveaux dessins géants attaquant le président américain Donald Trump et le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

Les dessins sont l'oeuvre de Lushsux, artiste australien secret, qui en a appelé aux internautes, via le "crowdsourcing", pour lui soumettre leurs idées.

(AFP)

Le Premier ministre portugais a dû se résoudre mercredi à remplacer sa ministre de l'Intérieur, cédant au flot de critiques dénonçant son incapacité à lutter efficacement contre les feux de forêt, qui ont fait plus de cent morts en quatre mois.

"Après cet été, rien ne peut rester comme avant", a déclaré le chef du gouvernement socialiste, Antonio Costa, en reconnaissant que des "erreurs graves" avaient été commises par les services de secours placés sous la tutelle du ministère de l’Intérieur.

(AFP)

Le gouvernement espagnol a explicitement brandi mercredi la menace d'une suspension de l'autonomie de la Catalogne si ses dirigeants séparatistes ne renoncent pas à déclarer l'indépendance, à 24 heures d'un ultime délai fixé en ce sens.

La plus grave crise politique en Espagne depuis que le pays est redevenu démocratique en 1977 pourrait donc déboucher sur une reprise en main par le gouvernement central d'une de ses plus riches régions, où vivent 16% des Espagnols, pour éviter une déclaration d'indépendance risquant de déstabiliser l'Europe.

(AFP)

Des poissons qui se tordent de rire ou un Donald Trump menacé par un tsunami: à Téhéran, une exposition de dessins s'en prend à la dernière saillie du président américain ayant qualifié d'"arabique" un golfe qui, vu d'Iran, ne saurait être que persique.

Après la déferlante de mots-dièse #PersianGulf (#GolfePersique) sur Twitter ayant accueilli vendredi le virulent discours de M. Trump sur l'Iran, le centre culturel Hozeh-yé Honari de Téhéran poursuit la riposte iranienne.