Lundi 23 Octobre 2017
(AFP 18/09/17)
Un collectif international de militants pour les droits humains a appelé lundi l'Union européenne à "s'engager fortement pour soutenir les Érythréens, qui vivent ou fuient un enfer", en améliorant notamment l'accueil des réfugiés de ce pays d'Afrique contrôlée d'une main de fer par le président Issaias Afeworki. "Il faut mettre fin à l'oppression des Erythréens", réclame cet appel signé par le président du mouvement antiraciste européen (EGAM), Benjamin Abtan, les chasseurs de criminels nazis Beate et Serge Klarsfeld, l'écrivaine turque Asli Erdogan et une vingtaine d'autres personnalités européennes...
(Agence Ecofin 15/09/17)
(Agence Ecofin) - Une mesure de restriction d’octroi de visa d’entrée sur le territoire américain a été adoptée par l’administration Trump à l’encontre de quatre pays, dont trois pays africains. Il s’agit notamment du Cambodge, de l'Erythrée, de la Guinée et de la Sierra Leone. Cette mesure est applicable depuis mercredi 13 septembre 2017. Les Etats-Unis reprochent à ces quatre pays de ne pas coopérer au rapatriement de leurs ressortissants en situation irrégulière sur le sol américain. Ces expulsions concernant, selon Washington, 2137 Guinéens, 1900 Cambodgiens, 839 Sierra-léonais et environ 700 Erythréens. L’absence de fourniture de documents permettant à ces personnes d’être expulsées du territoire américain vers leurs pays d’origine, constitue la raison essentielle de la mise en exécution cette...
(Le Soir 14/09/17)
Une carte blanche collective. Le 18 septembre sera commémorée la grande purge de l’opposition en 2001 par Issayas. Aujourd’hui encore, un régime fort sévit en Erythrée et pousse bon nombre des habitants à tenter l’exil.LECTURE ZEN Système totalitaire, oppression généralisée de la population, service national à vie, absence totale de liberté, manque de moyens de communication, pas d’avenir autre que la poursuite de l’asservissement : voici l’enfer dans lequel les Erythréens vivent, voici l’enfer que certains d’entre eux tentent de fuir. Héros de la guerre d’indépendance contre l’Ethiopie qui a duré trente ans, Issayas Afeworki est devenu le tortionnaire de son peuple.
(AFP 21/08/17)
Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis août 1979, est actuellement le doyen politique des chefs d'Etat africains. L'Angolais José Eduardo dos Santos, en fonction depuis le 20 septembre 1979, était jusque sa retraite le vice-doyen africain en terme de longévité au pouvoir. Il doit quitter ses fonctions lors des élections du 23 août, après quasiment 38 ans au pouvoir.
(L'Express 18/08/17)
Au pouvoir depuis près d'un quart de siècle, Issayas Afewerki a poussé des centaines de milliers de ses compatriotes à l'exil. Chaque semaine, ils sont plusieurs centaines à tenter la périlleuse traversée de la frontière soudanaise et la longue marche à travers le désert pour rejoindre les côtes de la Méditerranée ou le Sinaï égyptien. Sur leur chemin, la fatigue, la soif, la faim. Le vol, le viol aussi, et le risque omniprésent d'être enlevé par des trafiquants d'êtres humains...
(Sputnik 26/07/17)
En phase avec son offensive diplomatique et économique, la Chine étend de plus en plus son rôle militaire dans le monde, notamment en Afrique et au Proche-Orient, et cela préoccupe évidemment les États-Unis, a constaté dans un entretien avec Sputnik l’analyste militaire russe Vladimir Evseïev. En proposant sa médiation dans la résolution du contentieux frontalier entre Djibouti et l'Érythrée, notamment par le déploiement de ses troupes à la frontière entre ces deux pays, la Chine essaie de se positionner en...
(APA 18/07/17)
L'Afrique progresse vers la création d'ici le 30 octobre d'une grande zone de libre-échange (ZLE) qui couvrira environ la moitié des pays du continent. Cette zone serait formée de la fusion du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Francis Mangeni, directeur des questions commerciales et douanières auprès du COMESA, rappelle dans une tribune parue lundi dans le quotidien kenyan The Star que...
(AFP 17/07/17)
L'ancien chef de l'église orthodoxe d’Érythrée a effectué sa première apparition publique depuis son placement en résidence surveillée il y a dix ans en participant dimanche à une messe à Asmara, a rapporté lundi l'ONG britannique Christian Solidarity Worldwide (CSW). L'ex-patriarche Abune Antonios a pris part à une messe en la cathédrale Sainte-Marie d'Asmara devant une centaine de fidèles, écrit sur son site internet CSW en s'appuyant sur des sources anonymes. Cette apparition publique est le résultat "de nombreuses prières et de beaucoup de pressions", selon ces sources, dont CSW précise qu'elles n'ont pas été en mesure de déterminer si le patriarche avait été libéré de manière temporaire...
(AFP 04/07/17)
L'ambassadeur érythréen auprès de l'Union africaine (UA) a estimé mardi que le Qatar devait poursuivre son rôle de médiateur dans le différend territorial qui oppose son pays à Djibouti. "Pour l'instant, en ce qui concerne Djibouti, le Qatar reste le médiateur", a affirmé à l'AFP l'ambassadeur érythréen Araia Desta, au dernier jour d'un sommet de l'UA à Addis Abeba. Le Qatar avait obtenu en juin 2010 la signature d'un accord entre l'Erythrée et Djibouti pour résoudre par un accord négocié leur conflit territorial. Des soldats qataris avaient...
(BBC 04/07/17)
Djibouti a fait appel à l'Union Africaine pour déployer des observateurs le long de sa frontière contestée avec l'Erythrée. Il y a deux semaines, le Qatar a retiré ses troupes de maintien de la paix entre les deux pays. Mahamoud Ali Youssouf, ministre djiboutien des affaires étrangères, a déclaré que "le manque d'observateurs sur cette frontière n'est pas dans l'intérêt ni de l'Erythrée ni de Djibouti". "Nous avons proposé à l'Union africaine d'envoyer des observateurs sur la partie contestée de...
(AFP 03/07/17)
Djibouti a demandé à l'Union africaine (UA) de soutenir ses efforts pour négocier un règlement du différend territorial qui l'oppose à l’Érythrée passant par une "démarcation de la frontière", a déclaré lundi à l'AFP son ministre des Affaires étrangères. "Tant que la démarcation de cette frontière ne sera pas réalisée, elle sera toujours source de tensions, voire d'escalade à l'avenir. Donc c'est cette proposition que nous venons apporter à l'Union africaine", a expliqué...
(Xinhua 21/06/17)
Le secrétaire exécutif de l'Autorité intergouvernementale de développement (IGAD), Mahboub Maalim, a appelé lundi à la retenue le long de la frontière entre Djibouti et l'Érythrée. M. Maalim, qui suit de près les développements récents entre Djibouti et l'Érythrée suite au retrait des forces de paix du Qatar de la frontière entre les deux pays, est vivement préoccupé par ce développement, a déclaré l'IGAD dans un communiqué. Le secrétaire exécutif a appelé les deux pays à faire preuve de la...
(AFP 20/06/17)
Le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé lundi Djibouti et l'Erythrée à résoudre pacifiquement leur différend frontalier, sur fond de tensions régionales. Djibouti a accusé l'Erythrée d'avoir profité du retrait du contingent du Qatar pour occuper une partie de territoire revendiquée par les deux pays de la Corne de l'Afrique. Après avoir écouté un rapport onusien sur la situation, le Conseil a exhorté "les parties à résoudre pacifiquement leur différend frontalier, d'une manière qui soit en accord avec...
(AfricaNews 20/06/17)
La tension est loin de s’estomper entre Djibouti et l’Erythrée. Pis, elle gagne en intensité. Lundi, Djibouti a accusé son voisin d’avoir occupé une portion de son territoire. Une “occupation” qualifiée “d’acte de guerre” par Djibouti qui en appelle à l’arbitrage de la communauté internationale. “L’Erythrée a repris ses hostilités envers Djibouti, notamment à travers l’occupation, une nouvelle fois, d’une portion du territoire national”, a déclaré ce lundi, lors d’une conférence de presse, le ministre djiboutien des Affaires étrangères, Mahmoud...
(Xinhua 19/06/17)
Le ministère des Affaires étrangères de l'Éthiopie (MoFA) a réclamé le calme dans le conflit frontalier entre l'Érythrée et Djibouti, ses deux pays voisins de la mer Rouge. La déclaration du poids lourd régional devrait être bien entendue car le pays enclavé de 100 millions d'habitants utilisait les ports érythréens pour son commerce d'importation et d'exportation il y a 20 ans. Après une guerre frontalière entre l'Éthiopie et l'Érythrée (indépendante de l'Ethiopie en 1993) de 1998 à 2000, qui a coûté la vie à environ 70.000 personnes des deux côtés, l'Éthiopie a perdu l'accès aux ports érythréens...
(AFP 18/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra lundi après-midi à New York des consultations sur le différend frontalier qui s'envenime entre Djibouti et l'Erythrée, ont indiqué samedi des diplomates. Cette réunion à huis clos a été demandée par l'Ethiopie, membre non permanent du Conseil. Djibouti a accusé l'Erythrée d'avoir profité du retrait du contingent du Qatar pour occuper une partie de territoire revendiquée par les deux pays de la Corne de l'Afrique. Les soldats du Qatar étaient déployés depuis 2010 dans ce secteur disputé. Leur retrait annoncé mercredi fait suite à la crise qui a éclaté entre le petit émirat gazier
(AFP 17/06/17)
L'Union africaine a fait part de son inquiétude, samedi, face à la tension provoquée par la résurgence d'un différend territorial entre Djibouti et l'Erythrée à la suite du retrait de soldats du Qatar déployés dans le secteur disputé entre les deux voisins de la Corne de l'Afrique. Le président de la commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, a appelé dans un communiqué au "calme et à la retenue" après que Djibouti eut accusé l'Erythrée d'avoir profité du retrait du contingent...
(RFI 17/06/17)
La tension monte entre Djibouti et l'Erythrée. Mercredi, le Qatar a annoncé qu'il avait retiré ses troupes de la région du Ras Doumeira, un secteur revendiqué par les deux pays. Or, Djibouti accuse les soldats érythréens d'avoir profité du retrait qatarien pour se déployer dans la zone. Suite à sa saisine, le Conseil de sécurité de l'ONU examinera officiellement la question lundi prochain. Face à l'opportunisme de son voisin, Djibouti a formellement protesté auprès des Nations unies. Le chef de...
(Xinhua 16/06/17)
"Les forces d'interposition qataries déployées à la frontière entre Djibouti et l'Erythrée ont entamé mercredi leur retrait conformément aux dispositions prises par leur pays", annonce un communiqué du ministère djiboutien des Affaires étrangères. Il s'agit de quelque 450 soldats que le Qatar a stationné en position de tampon le long de ce bout de territoire, appelé Doumeira, que les deux pays se disputent la souveraineté, et surtout après l'affrontement armé de 2008 entre Asmara et Djibouti et la décision du...
(RFI 15/06/17)
Le Qatar a retiré les troupes qu'il stationnait à la frontière entre l'Erythrée et Djibouti. Les deux pays ont un différend frontalier de longue date. Après des affrontements en 2008, Doha avait servi de médiateur et déployé des soldats dans la zone de Ras Doumeira pour servir de tampon. Finalement les Qataris ont annoncé le retrait de leurs hommes, sans préciser leur nombre ni pour quelle raison. Cette décision intervient en tout cas en pleine crise entre le Qatar et ses voisins. Doha est accusé de soutien au terrorisme par l'Arabie saoudite et ses alliés qui ont rompu leurs liens diplomatiques avec Doha.

Pages